Hibakusha

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Hibakusha (被爆者/被曝者, soit respectivement « victimes de la bombe » et « victimes de la bombe atomique »?) est un mot japonais qui désigne les survivants des bombardements atomiques de Hiroshima et Nagasaki.

En mai 2005, il y avait 266 598 hibakusha reconnus par le gouvernement japonais[1].

Brûlures thermiques d'un Hibakusha.

Classification[modifier | modifier le code]

Les hôpitaux japonais ont appris à traiter les séquelles des hibakusha, dans des situations encore inconnues jusqu'alors. Leurs traitements se perfectionnèrent dans un contexte expérimental.

Ces traitements ont amené une typologie en quatre types de survivants à la Bombe :

  • ceux qui étaient présents à quelques kilomètres de l'épicentre des explosions quand elles ont eu lieu ;
  • ceux qui ont été à moins de 2 km d'un épicentre pendant les deux semaines qui ont suivi une des explosions ;
  • ceux qui ont été exposés aux radiations des retombées ;
  • les bébés qui étaient dans le ventre d'une femme entrant dans les trois catégories précédentes.

On notera que le terme hibakusha n'est pas synonyme d'irradié. Moins de 1 % des hibakusha vivants actuellement sont reconnus comme souffrant d'une maladie causée par les radiations[2].

Aide sociale[modifier | modifier le code]

L'État japonais garantit à tous les hibakusha une allocation. Parmi eux, ceux reconnus comme étant atteints de maladies liées aux radiations reçoivent une allocation de santé spéciale.

Le , pour la première fois au Japon, un homme (Tsutomu Yamaguchi) a été reconnu comme victime des deux bombardements atomiques[3]. Il a succombé à un cancer de l'estomac le lundi 4 janvier 2010, selon les journaux nippons Mainichi, Asahi et Yomiuri.

Discrimination[modifier | modifier le code]

Des hibakusha ont été et seraient encore victimes de discrimination due au manque de connaissances concernant les maladies liées à l'irradiation ; certaines personnes pensant que ce sont des maladies congénitales ou même contagieuses. Colette Magny (avec la collaboration d'André Almuró) évoque les hibakusha et leur discrimination dans sa chanson Bura Bura dans l'album Mai 68 - Vietnam 67.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Source : Article du Japan Times daté du 15 mars 2006
  2. (en)http://search.japantimes.co.jp/cgi-bin/ed20070815a2.html
  3. Masami Miyashita (宮下 正己?), « Elderly man officially recognized as double hibakusha », sur Mainichi Shinbun,‎ 24 mars 2009 (consulté le 25 mars 2009)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]