Georges Séguy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Séguy.
Georges Séguy au 50e congrès de la CGT en mars 2013.

Georges Séguy est un homme politique, résistant et syndicaliste français, né le 16 mars 1927 (88 ans) à Toulouse (Haute-Garonne). Il est de 1967 à 1982 le secrétaire général de la Confédération générale du travail (CGT).

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse, formation et résistance[modifier | modifier le code]

Fils d'un cheminot syndicaliste et communiste, et d'une mère qui le fait baptisé, Georges Séguy effectue ses études « primaires » à Toulouse et obtient en 1939 le Certificat d'études primaires. Élève au cours complémentaire, il abandonne ses études pour devenir apprenti typographe et entrer dans la vie active. Cela se passe au printemps 1942 et il vient d'apprendre l'exécution par les allemands du dirigeant syndicaliste cheminot Pierre Semard, ami personnel de son père : « l'annonce de cette mort m'a déterminé à venger un homme comme lui », dit-il dans ses Mémoires[1]. Il entre donc en apprentissage dans l'imprimerie d'un petit patron du labeur de Toulouse, Henri-Antoine Lion, à Toulouse, qui travaille clandestinement pour la Résistance. L'apprenti imprimeur adhère, évidemment clandestinement aussi, aux Jeunesses communistes et il devient un des responsable d'un groupe des Francs-tireurs et partisans français (FTPF).

Déportation[modifier | modifier le code]

Le 4 février 1944, il est arrêté par la Gestapo, sur dénonciation, avec tout le personnel de l'imprimerie, y compris le patron qui est torturé au cours de ses interrogatoires. La police ignore les activités exactes de Georges Séguy. Cela lui permet après trois semaines à la prison de Toulouse d'être envoyé au camp de Compiègne d'où il part vers le 23 mars 1944 pour l'inconnu de la Déportation. Il est âgé de 17 ans. Il arrive deux nuits plus tard au camp de Mauthausen (Autriche). Le camp est libéré fin avril 1945 par les armées américaines et soviétiques.
À son retour à Toulouse le 5 mai 1945, il pèse 38 kilos et selon ses termes « a du mal à "refaire surface" »[2] Il place cet épisode de sa vie comme le moment fondateur de toute son existence : « J'ai tout de suite pensé que dans la mesure où j'avais eu la chance inespérée de figurer parmi les rescapés, de revenir vivant de la déportation, ma vie en quelque sorte ne m'appartenait plus ; elle appartenait à la cause pour laquelle nous avions combattu et pour laquelle tant des nôtres étaient morts ». Le survivant Georges Séguy, est devenu, l'âge de la transmission venu, un militant de la mémoire des déportés.

Le syndicaliste[modifier | modifier le code]

Une pleurésie contractée à Mauthausen lui interdit de reprendre son travail dans l'Imprimerie. Après quelques études il passe un essai professionnel d'électricien et est admis à la SNCF en 1946. Il mène dès lors activités politiques (il entre au comité fédéral du Parti communiste de la Haute-Garonne dès 1945) et activités syndicales au sein de sa profession. De 1946 à 1949, il est membre du Syndicat des cheminots de Toulouse. De 1949 à 1957, il est secrétaire de la Fédération CGT des cheminots. Parallèlement en 1954, il entre au comité central du Parti communiste français puis en 1956 il accède au bureau politique de ce parti. Il n'a pas encore 30 ans et est le plus jeune des dirigeants du PCF. Il reste dans cette instance jusqu'en 1982. De 1961 à 1965, il est secrétaire général de la Fédération des cheminots de la CGT. En 1965, lors du 35e Congrès de la CGT il devient membre du Bureau confédéral de la CGT. Il en est aussi, à ce moment là, le plus jeune des membres.

Au congrès suivant, le 16 juin 1967 il est élu secrétaire général de la CGT. Il succède au militant historique Benoît Frachon, dont il a 34 ans de moins. Frachon reste à ses côtés en tant que président de la Confédération. À ce poste de secrétaire général, il tient un rôle de premier plan au cours des grandes grèves de Mai-Juin 1968, un mouvement social d'une ampleur inédite depuis 1936, et il acquiert une stature d'homme politique national. Il témoigne de ces événements et répond à quelques interrogations qu'ils ont suscitées dans un livre publié en 1972, Le mai de la CGT[3]. En 1970, il est élu membre du bureau exécutif de la Fédération syndicale mondiale (FSM). Il reste 15 années secrétaire général de la première organisation syndicale française. Il quitte cette fonction lors du 41e Congrès de la CGT, le 18 juin 1982.

Alors que Jacques Chirac est Premier ministre et qu'il prévoit la sortie du tunnel en parlant de la crise, Georges Séguy lui répond qu'il doit confondre la sortie avec l'entrée (du tunnel).

Il quitte la direction de la CGT lors de son 41e Congrès en 1982, année officielle de sa retraite professionnelle. Mais il ne cesse pas de militer. De 1982 à 1992, il continue à être membre de la commission exécutive (CE) de la CGT. En même temps il anime un appel de 100 personnalités pour la Paix (Appel des 100) et contre l'installation en Europe de fusées atomiques américaines. De 1982 à 2002, il est président de l’Institut CGT d'histoire sociale (IHS-CGT) dont il est l'un des fondateurs. À partir de 2002, il en est le Président d’honneur.

Il soutient, en 2010, les listes Front de Gauche menée par le PCF, le Parti de Gauche et la Gauche Unitaire aux élections régionales françaises.

Lors du 50e Congrès de la CGT (18 au 22 mars 2013) qui s'est déroulé dans sa ville natale de Toulouse, Georges Séguy, âgé de 86 ans, est acclamé à la tribune par les militants.

Marié en 1949 avec Cécile Sedeillan, vendeuse, fille d'un cheminot dont elle est très tôt orpheline, Georges Séguy est père de trois enfants[4].

Observations[modifier | modifier le code]

Georges Séguy apparaît comme un syndicaliste définitivement engagé au côté du Parti communiste français, mais sa position sur les rapports du syndicat avec le PCF est emprunte de la volonté de garder au syndicalisme la spécificité définie par la Charte d'Amiens. Ainsi lors du 40e Congrès de la CGT de Grenoble (25 novembre au 1er décembre 1978) il engage la Confédération dans une profonde démocratisation interne, qui permet entre autres l'émergence de nouveaux moyens d'expression directe des travailleurs. L'exemple le plus significatif de cette évolution est le soutien apporté par la CGT à la radio libre (donc illégale) "Lorraine Cœur d'acier" pendant et après la lutte des sidérurgistes de Longwy (première émission le 17 mars 1979, dernière émission le 5 juillet 1980). Confronté à l'opposition du groupe refusant cette démocratisation du syndicat, il doit se retirer en juin 1982 et laisser la place à Henri Krasucki, après quinze ans à la direction de la principale confédération syndicale française. (sur les rapports CGT-PCF[5])

Décorations[modifier | modifier le code]

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Le Mai de la CGT, Julliard, 1972
  • Lutter, Stock, 1975, réédité et complété en 1978, Le livre de poche
  • 1er Mai, les 100 printemps, Messidor, 1989
  • La Grève, L’Archipel, 1993
  • Résister : de Mauthausen à Mai 68, L’Archipel, 2008

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Lutter, éditions Stock, 1975, édition revue et augmentée en 1978 pour sa parution au Livre de poche, page 36.
  2. Ibid.,Lutter, autobiographie de Georges Séguy, pages 56-57 de l'édition en Livre de poche.
  3. Voir en bibliographie.
  4. Page de présentation de Georges Séguy pour Le mai de la CGT.
  5. "CGT- PCF : "ETUDE SUR L'ENTREE EN DOUBLE APPARTENANCE DANS LES DIRECTIONS DU PCF ET DE LA CGT DE 1981 A 2001. ENTRETIENS AVEC LES INTERESSES". Par Gérard QUENEL, 30 janvier 2012
  6. « Georges Séguy, officier de la Légion d'honneur », sur humanite.fr,‎ 27 février 1998 (consulté le 5 janvier 2015).

Lien externe[modifier | modifier le code]