Rouffignac-Saint-Cernin-de-Reilhac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Rouffignac (homonymie) et Saint-Cernin.
Rouffignac-Saint-Cernin-de-Reilhac
Le bourg de Rouffignac.
Le bourg de Rouffignac.
Blason de Rouffignac-Saint-Cernin-de-Reilhac
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Aquitaine
Département Dordogne
Arrondissement Sarlat-la-Canéda
Canton Montignac
Intercommunalité Communauté de communes de la Vallée de l'Homme
Maire
Mandat
Raymond Marty
2014-2020
Code postal 24580
Code commune 24356
Démographie
Gentilé Rouffignacois
Population
municipale
1 579 hab. (2011)
Densité 26 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 02′ 52″ N 0° 58′ 38″ E / 45.047778, 0.977222 ()45° 02′ 52″ Nord 0° 58′ 38″ Est / 45.047778, 0.977222 ()  
Altitude Min. 116 m – Max. 304 m
Superficie 59,90 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Dordogne

Voir sur la carte administrative de Dordogne
City locator 14.svg
Rouffignac-Saint-Cernin-de-Reilhac

Géolocalisation sur la carte : Dordogne

Voir sur la carte topographique de Dordogne
City locator 14.svg
Rouffignac-Saint-Cernin-de-Reilhac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Rouffignac-Saint-Cernin-de-Reilhac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Rouffignac-Saint-Cernin-de-Reilhac
Liens
Site web rouffignac-perigordnoir.fr

Rouffignac-Saint-Cernin-de-Reilhac est une commune française située dans le département de la Dordogne, en région Aquitaine.

Géographie[modifier | modifier le code]

À l'est du département de la Dordogne, la commune de Rouffignac-Saint-Cernin-de Reilhac est arrosée par deux petits affluents de la Vézère, le Manaurie, qui prend sa source à l'ouest du territoire communal et le Vimont qui limite la commune au nord-est. Avec près de 60 km² de superficie, c'est la troisième commune la plus étendue de Dordogne (après La Roche-Chalais et Jumilhac-le-Grand).

L'altitude minimale, 116 mètres, se trouve au sud, au lieu-dit le Moulin de la Durantie, là où le Manaurie quitte la commune pour entrer sur celle de Mauzens-et-Miremont. L'altitude maximale avec 304 mètres est localisée au nord, au lieu-dit Tronche.

Le bourg de Rouffignac, implanté au croisement des routes départementales 6, 31 et 32, se situe, en distances orthodromiques, quinze kilomètres à l'ouest de Montignac et autant au nord-nord-est du Bugue.

La commune est également desservie à l'ouest par la route départementale 45. Au nord, le territoire communal est traversé par le sentier de grande randonnée GR 36.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Rouffignac-Saint-Cernin-de-Reilhac
Milhac-d'Auberoche Fossemagne Bars
Saint-Geyrac Rouffignac-Saint-Cernin-de-Reilhac Plazac
Saint-Félix-de-Reillac-et-Mortemart Mauzens-et-Miremont Fleurac

Toponymie[modifier | modifier le code]

En occitan, la commune porte le nom de Rofinhac e Sent Sarnin de Relhac[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Sur la carte de Cassini représentant la France entre 1756 et 1789, le village de Saint-Cernin-de-Reillac est identifié sous la graphie Saint Sernin de Reillac[2].

De 1793 à 1801, Rouffignac fut chef-lieu de canton.

Durant la Seconde Guerre mondiale, de toutes les communes martyres du département de la Dordogne, Rouffignac est l'une des plus sinistrées, puisque l’agglomération a été presque entièrement détruite par les éléments de la Division Brehmer, venue en mission de répression avec, à sa tête, celui qui lui avait donné son nom, le général Brehmer. Rouffignac, première cité pillée, puis incendiée, aurait été pour la France l’image de la barbarie nazie[3]. Incendiée et détruite presque entièrement le 31 mars 1944, seule l'église et trois maisons voisines ont été épargnées, après un deuxième incendie provoqué par les Allemands le 2 avril pour détruire une vingtaine de maisons qui avaient échappé aux flammes[4].

Au 1er janvier 1973, les anciennes communes de Saint-Cernin-de-Reillac et Rouffignac fusionnent et prennent le nom de Rouffignac-Saint-Cernin-de-Reilhac. Saint-Cernin-de-Reillac conserve le statut de commune associée et, à ce titre, élit un maire délégué qui siège obligatoirement au conseil municipal de Rouffignac-Saint-Cernin-de-Reilhac.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Rouffignac-Saint-Cernin-de-Reilhac Blason Parti: au 1er de gueules à la tour d'or, ouverte du champ et maçonnée de sable, au 2e de sable au lion d'or; au chef de gueules chargé de l'inscription «ROUFFIGNAC » en lettre capitales d'argent, soutenue de l'inscription du même « SAINT-CERNIN DE REILHAC » en lettres capitales plus petites, les inscriptions au-dessus d'une champagne cousue de sable; à l'écusson de gueules chargé de la croix de guerre 1939-1945 appendue en chef, l'écusson brochant sur le chef et la partition.
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs[modifier | modifier le code]

En 1790, les communes de Saint Cernin et de Rouffignac (chef-lieu) sont rattachées au canton de Rouffignac, lui-même dépendant du district de Montignac[5],[6].

En 1800, le canton de Rouffignac et les districts sont supprimés. Saint Cernin devenue Saint-Cernin-de-Reillac dépend désormais du canton du Bugue[5] alors que Rouffignac dépend de celui de Montignac[6], les deux cantons étant rattachés à l'arrondissement de Sarlat, renommé en arrondissement de Sarlat-la-Canéda en 1965.

La fusion des deux communes au 1er janvier 1973 sous le nom de Rouffignac-Saint-Cernin-de-Reilhac entraîne cette année-là leur regroupement au seul canton de Montignac[5].

En 2001, Rouffignac-Saint-Cernin-de-Reilhac intègre dès sa création la communauté de communes Terre de Cro-Magnon. Celle-ci disparaît le 31 décembre 2013, remplacée au 1er janvier 2014 par une nouvelle intercommunalité élargie, la communauté de communes de la Vallée de l'Homme.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires de Rouffignac-Saint-Cernin-de-Reilhac
Période Identité Étiquette Qualité
1973 1977 Louis Carret[Note 1]    
1977 mars 2008 Jean-Gérard Faure UMP Agent général d'assurances
Président de la communauté de communes Terre de Cro-Magnon (2001-2008)
mars 2008 juin 2011 Jean-Yvon Lansade[Note 2] PS Retraité de La Poste
août 2011 mars 2014 Georges Mazeau PS  
mars 2014 en cours Raymond Marty[7]    
Les données manquantes sont à compléter.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Drapeau de la France Bindernheim (France) (Bas-Rhin)

Démographie[modifier | modifier le code]

Jusqu'en 1972, les communes de Saint-Cernin-de-Reillac et Rouffignac étaient indépendantes. Au 1er janvier 1973, les deux communes entrent en fusion-association, Rouffignac prenant le nom de Rouffignac-Saint-Cernin-de-Reilhac.

Évolution démographique de Saint-Cernin-de-Reillac[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Saint-Cernin-de-Reillac.

Évolution démographique de Rouffignac, puis de Rouffignac-Saint-Cernin-de-Reilhac[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués depuis 1793 à Rouffignac, puis à Rouffignac-Saint-Cernin-de-Reilhac. À partir du XXIe siècle, les recensements des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans (2004, 2009, 2014, etc. pour Rouffignac-Saint-Cernin-de-Reilhac[8]). Depuis 2006, les autres dates correspondent à des estimations légales. En 2011, Rouffignac-Saint-Cernin-de-Reilhac comptait 1 579 habitants.

           Évolution de la population de Rouffignac, puis de Rouffignac-Saint-Cernin-de-Reilhac  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 265 1 911 1 955 1 965 2 430 2 428 2 502 2 600 2 549
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 561 2 640 2 636 2 305 2 344 2 306 2 533 2 515 2 220
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 006 2 013 2 094 1 769 1 825 1 619 1 619 1 526 1 544
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
1 608 1 439 1 474 1 429 1 465 1 484 1 503 1 537 1 552
2011 - - - - - - - -
1 579 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2004[10].)
Histogramme de l'évolution démographique de Rouffignac, puis de Rouffignac-Saint-Cernin-de-Reilhac

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église Saint-Germain-de-Paris[11], édifice de style roman, s'ouvre sur un portail de la première Renaissance décoré de chapiteaux corinthiens et surplombé d'un linteau sculpté. L'intérieur gothique flamboyant présente deux travées voûtées d'ogives cernées de colonnes à moulures en hélice. Elle est classée monument historique en 1900[12].
  • L'église Saint-Saturnin de Saint-Cernin-de-Reillac, bâtie en grès rouge, présente un clocher-mur.
  • La grotte de Rouffignac (ou grotte du Cro de Granville) offre des gravures et dessins vieux de plus de 13 000 ans, représentant bisons, chevaux, rhinocéros, et 150 mammouths. On y retrouve l'habitat de l'ours des cavernes avec ses griffades et ses bauges. La grotte, ouverte à la visite, se découvre dans un petit train électrique qui s'enfonce jusqu'à un kilomètre sous terre. Elle est classée depuis 1957[13].
  • Le château de l'Herm[14], XVIe siècle, inscrit aux monuments historiques en 1927[15], visitable. Construit au début du XVe siècle, le château de l'Herm sera abandonné suite à de nombreux crimes. Plus tard, Eugène Le Roy y placera le décor de son roman Jacquou le Croquant, adapté à la télévision en 1969 et au cinéma en 2007. Aujourd’hui ce site revit grâce aux travaux de protection entrepris, aux recherches historiques et archéologiques et aux concerts qui animent le lieu l’été.
  • Dolmen néolithique au lieu dit Le Cayre.
  • L'école primaire de la ville porte le nom d'un résistant, Pierre Khantine.
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Jean-Émile Roger (1831-1907), homme politique né et mort à Rouffignac[16].
  • Jean-Marc Pompougnac dit « Pompon » (1929-2001), né à Rouffignac, animateur de l'émission La Classe présentée par Fabrice et diffusée de 1988 à 1992 sur FR3.
  • Alain Hédal, vétéran du 3e Bataillon colonial de commandos parachutistes, qui laissa les trois cinquièmes de ses effectifs en terre indochinoise.
  • Tamara Volkonskaïa (ou Wolkonski), née Chirinsky-Sahmatoff, à Saint-Pétersbourg (Russie), le 11 août 1895. Décédée à Plazac (Dordogne) le 2 juin 1967. Figure longtemps énigmatique[17], son itinéraire a été dressé par les historiens (L'Épuration en Dordogne selon Doublemètre, Les Communistes en Périgord et Résistants du Périgord). On la trouve aussi dans les mémoires de guerre du résistant Pierre Kitiaschvili.
  • Edmond Lablénie (1907-1993). Professeur agrégé de lettres, chargé de cours d'agrégation au CNTE, ancien président du Front national universitaire (FNU), de l'union française universitaire (UFU) et de l'association des anciens combattants de la résistance de l'Éducation nationale (ACREN). Sa biographie figure dans le Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français (Le Maitron).

Distinctions culturelles[modifier | modifier le code]

Rouffignac-Saint-Cernin-de-Reilhac fait partie des communes ayant reçu l’étoile verte espérantiste, distinction remise aux maires de communes recensant des locuteurs de la langue construite espéranto.

Station de Radio[modifier | modifier le code]

  • Zoom Radio 95.9, émetteur de Rouffignac Périgord noir avec un programme spécifique de 4h15 par jour.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Maire de Rouffignac de 1966 à 1973 puis premier maire de la nouvelle commune de Rouffignac-Saint-Cernin-de-Reilhac.
  2. Démissionnaire.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Le nom occitan des communes du Périgord sur le site du Conseil général de la Dordogne, consulté le 19 mars 2014.
  2. St. Sernin de Reillac sur Géoportail. Consulté le 30 septembre 2010.
  3. La Voix de la Résistance en Dordogne n° 4, avril 1971, p. 1-4
  4. Guy Penaud, Les crimes de la Division "Brehmer", p. 241-251, éditions la Lauze, mars 2004, (ISBN 2-912032-65-2)
  5. a, b et c Notice communale de Saint-Cernin-de-Reillac, sur le site Ldh|EHESS|Cassini, consulté le 27 avril 2012.
  6. a et b Notice communale de Rouffignac-Saint-Cernin-de-Reilhac, sur le site Ldh|EHESS|Cassini, consulté le 27 avril 2012.
  7. André Carret, Premier magistrat désigné, Sud Ouest édition Périgueux du 1er avril 2014, p. 22d.
  8. « Calendrier de recensement », sur Insee (consulté le 19 mars 2014)
  9. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011
  11. Dominique Hervier, Église Saint-Germain de Rouffignac, pp. 81-89, dans Congrès archéologique de France. 137e session. Périgord Noir. 1979, Société Française d'Archéologie, Paris, 1982
  12. « Église Saint-Germain de Rouffignac », base Mérimée, ministère français de la Culture. Consultée le 4 octobre 2010.
  13. « Grotte du Cro de Granville », base Mérimée, ministère français de la Culture. Consultée le 4 octobre 2010.
  14. Jean Secret, Le château de Lerm, pp. 90-96, dans Congrès archéologique de France. 137e session. Périgord Noir. 1979, Société Française d'Archéologie, Paris, 1982
  15. « Château de l'Herm », base Mérimée, ministère français de la Culture. Consultée le 4 octobre 2010.
  16. Guy Penaud, Dictionnaire biographique du Périgord, éditions Fanlac, 1999, (ISBN 2-86577-214-4), p. 806
  17. http://prisons-cherche-midi-mauzac.com/des-hommes/tamara-volkonskaia%C2%A0%C2%AB%C2%A0princesse-rouge%C2%A0%C2%BB-egerie-des-ftp-du-limousin-et-du-perigord-8408