Prix du Meilleur livre étranger

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le prix du Meilleur livre étranger (PMLE) est un prix littéraire attribué chaque année à un roman et à un essai. « Étranger » s'entend ici par rapport à la France.

Créé en 1948, autour d'un groupe amical et informel de directeurs littéraires, il a été un des premiers à s'intéresser aux livres traduits en français. Depuis 2008, il est sponsorisé par l'hôtel Hyatt Regency Madeleine (24 bd Malesherbes, Paris 8e).

Son fondateur est Robert Carlier, avec son ami André Bay. Les délibérations du jury ont alors lieu à la Brasserie Lipp, réunissant les critiques et éditeurs Jean Blanzat, Pierre-François Caillé, Paul Flamand, Maurice Nadeau, Armand Pierhal, Raymond Queneau, Albert-Marie Schmidt et Guy Tosi. L'actuel jury se réunit au Hyatt Regency Paris-Madeleine. Il est composé de : André Bay, Daniel Arsand, Manuel Carcassonne, Gérard de Cortanze, Nathalie Crom, Solange Fasquelle, Anne Freyer, Christine Jordis, Jean-Claude Lebrun, Ivan Nabokov, Joël Schmidt et Philippe Zuber.

Prix du Meilleur livre étranger — roman ou poésie[modifier | modifier le code]

Prix du Meilleur livre étranger — essai[modifier | modifier le code]

  • 1963 : Oscar Lewis, Les Enfants de Sanchez (Gallimard)
  • 1964 : Robert-Marie Grant, La Gnose et les origines chrétiennes (Seuil)
  • 1965 : John Cowper Powys, Autobiographie (Gallimard)
  • 1966 ?
  • 1967 ?
  • 1968 ?
  • 1969 ?
  • 1970 ?
  • 1971 ?
  • 1972 ?
  • 1973 ?
  • 1974 : Abram Tertz (=Andreï Siniavski), Une voix dans le chœur (Seuil)
  • 1975 ?
  • 1976 ?
  • 1977 : Mario Praz, La Chair, la mort et le diable (Denoël)
  • 1978 ?
  • 1979 ?
  • 1980 ?
  • 1981 ?
  • 1982 ?
  • 1983 ?
  • 1984 ?
  • 1985 ?
  • 1986 : Margarete Buber-Neumann, Milena
  • 1987 : Benedetta Craveri, Madame du Deffand et son monde (Seuil)
  • 1988 ?
  • 1989 ?
  • 1990 : Claudio Magris, Danube (L'Arpenteur)
  • 1991 ?
  • 1992 ?
  • 1993 : Predrag Matvejević, Bréviaire méditerranéen (Fayard)
  • 1994 ?
  • 1995 ?
  • 1996 : Michael Holroyd, Carrington (Flammarion)
  • 1997 ?
  • 1998 : Verena von der Heyden-Rynsch, Écrire la vie, trois siècles de journaux intimes féminins
  • 1999 : W. G. Sebald, Les Anneaux de Saturne, traduit de l'allemand par Bernard Kreiss (Actes Sud).
  • 2000 ?
  • 2001 ?
  • 2002 ?
  • 2003 : Hella S. Haasse, La Récalcitrante (Seuil)
  • 2004 : Azar Nafisi, Lire Lolita à Téhéran (Plon)
  • 2005 : Mikhaïl Chichkine, Dans les pas de Byron et Tolstoï (Noir sur Blanc)
  • 2006 : Diane Middlebrook, Ted Hugues & Sylvia Plath, histoire d'un mariage (Phébus)
  • 2007 ?
  • 2008 : William T. Vollmann, Pourquoi êtes-vous pauvres ?, traduit de l'américain par Christophe Claro (Actes Sud).
  • 2009 : Pascal Khoo Thwe, Une odyssée birmane, traduit de l'anglais par Claire Cera (Gallimard)
  • 2010 : Antonia Fraser, Vous partez déjà ? Ma vie avec Harold Pinter, traduit de l'anglais par Anne-Marie Hussein, Baker Street
  • 2011 : Marina Tsvetaïeva, Récits et essais (tome 2), traduit du russe par Nadine Debourvieux, Luba Jurgenson et Véronique Lossky (Seuil)
  • 2012 : David Van Reybrouck, Congo. Une histoire, traduit du néerlandais par Isabelle Rosselin (Actes Sud)
  • 2013 : Erwin Mortier, Psaumes balbutiés. Livre d'heures de ma mère, traduit du néerlandais par Marie Hooghe-Stassen (Fayard)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le prix du Meilleur livre étranger à Gonçalo M. Tavares : le courrier des récompenses littéraires