Albert-Marie Schmidt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Albert-Marie Schmidt (1901-1966), longtemps professeur d'université à Caen et à Lille, fut l’un des meilleurs spécialistes du XVIe siècle et de la Renaissance. Ses travaux sur les Grands rhétoriqueurs font autorité. Membre de l'Église réformée, il collabora longtemps au journal calviniste La Réforme.

Il est aussi un des membres fondateurs de l'Oulipo et à l’origine de l’acronyme Olipo, puis Oulipo, en proposant de renommer ainsi le Sélitex (Séminaire de littérature expérimentale).

Son nom a été donné à la bibliothèque de l'UFR Lettres Modernes de l'Université de Lille III.

Il est le père de l'écrivain et historien Joël Schmidt.

Publications[modifier | modifier le code]

Poésie
  • L’Amour noir, poèmes baroques, Éditions de Monaco, 1959 (rééd. 1982).
Essais
  • La Poésie scientifique en France au seizième siècle, Albin Michel, 1938.
  • La Littérature symboliste, collection « Que Sais-Je ? », PUF, 1942.
  • Poètes et romanciers du Moyen Age, avec A. Pauphilet et R. Pernoud, La Pléiade, Gallimard, 1952.
  • Poètes du XVIe siècle, La Pléiade, Gallimard, 1953.
  • Calvin, Seuil, 1957.
  • La Mandragore, Flammarion, 1958.
  • Maupassant par lui-même, Seuil, 1962 (rééd. 1976).
  • Jean Calvin et la tradition calvinienne, Le Cerf, 1964.
  • XIVe et XVe siècles français. Les sources de l’Humanisme, Seghers, 1964.
  • Études sur le XVIe siècle, Albin Michel, 1967.
  • Paracelse, ou la force qui va, Plon, 1967.
  • Le Roman de Renart transcrit dans le respect de sa verdeur originale pour la récréation des tristes et la tristesse des cafards par Albert-Marie-Schmidt, Albin Michel, 1963.
  • Une partie de sa bibliothèque a été vendue les 20 et 21 mars 1969 à l'Hôtel Drouot, sous le ministère de Maîtres Maurice Rheims - Laurin - Ph. Rheims, assistés de Madame J. Vidal-Mégret (299 lots) ; catalogue publié sous le titre "Bibliothèque A.M.S. - Livres et Manuscrits".

Lien externe[modifier | modifier le code]