Alessandro Piperno

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Alessandro Piperno

Activités Romancier
Naissance 25 mars 1972 (42 ans)
Rome, Drapeau de l'Italie Italie
Langue d'écriture Italien
Distinctions Prix Strega

Alessandro Piperno (né le 25 mars 1972 à Rome) est un écrivain italien. Passionné de Marcel Proust, il lui a consacré son premier essai (Proust antijuif, 2007). Il enseigne la littérature française à l'Université. En 2005, son premier roman (Avec les pires intentions) suscite la polémique pour sa peinture sans concession de la haute bourgeoisie juive romaine, de la jeunesse dorée italienne. Il définit ce roman comme « une sorte de Portnoy »[1], par référence au roman de Philip Roth, auteur qu'il admire. Persécution, son roman suivant, dont le point de départ est une accusation de viol, est toujours provocateur, mais plus grave. C'est le premier volet d'un diptyque, qu'il poursuit en 2012 avec Inséparables.

Considéré comme un auteur majeur de la littérature italienne contemporaine, il reçoit, en juillet 2012, le prix Strega (l'équivalent français du Goncourt) pour Inséparables.

Prix et récompenses[modifier | modifier le code]

En 2011, Alessandro Piperno obtient, en France, le prix du Meilleur livre étranger pour Persécution (en italien, Persecuzione. Il fuoco amico dei ricordi). Il obtient le prix Strega 2012 pour Inséparables. Tous les textes d'Alessandro Piperno sont publiés en France par les éditions Liana Levi.

Œuvres en français[modifier | modifier le code]

  • Avec les pires intentions, [« Con le peggiori intenzioni »], trad. de Fanchita Gonzalez Batlle, Éditions Liana Levi, 2006, 360 p. (ISBN 2-86746-395-5)
  • Persécution, premier volet
  • Inséparables, deuxième volet [« Inseparabili »], trad. de Fanchita Gonzalez Batlle, Paris, Éditions Liana Levi, 2012, 400 p. (ISBN 978-2-86746-625-0)
- Prix Strega 2012

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.mediapart.fr/journal/culture-idees/270811/alessandro-piperno-la-litterature-cest-comme-la-masturbation