John Cowper Powys

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cowper.

John Cowper Powys

Description de l'image  John-Cowper-Powys 2.jpg.
Activités Romancier
Naissance 8 octobre 1872
à Shirley (Derbyshire)
Décès 17 juin 1963
à Blaenau Ffestiniog (Gwynedd)
Langue d'écriture Anglais
Genres Roman, essai, philosophie, poésie

Œuvres principales

  • Wolf Solent (1929)
  • Les Enchantements de Glastonbury (1933)
  • Les Sables de la mer (1934)
  • Camp retranché (1936)

John Cowper Powys (8 octobre 1872 - 17 juin 1963) est un écrivain, conférencier et philosophe britannique (anglo-gallois).

Biographie[modifier | modifier le code]

Il naquit à Shirley, dans le Derbyshire, où son père était pasteur. Sa mère descendait du poète William Cowper, d'où son premier nom. Ses deux plus jeunes frères, Llewelyn Powys et T. F. Powys (en), devinrent aussi des écrivains de renom. Leurs autres frères et sœurs se sont également illustrés dans les arts. John étudia à Sherborne School et Corpus Christi College à Cambridge, et devint enseignant et conférencier ; en tant que conférencier, il travailla d'abord en Angleterre, puis en Europe continentale et enfin aux États-Unis d'Amérique, où il vécut de 1904 à 1934. Son œuvre y trouva un zélateur en l'auteur Theodore Dreiser. John Cowper Powys engagea un débat public avec Bertrand Russell à propos du mariage, et avec le philosophe et historien Will Durant. Il prit la défense du roman de James Joyce, Ulysse, lors de son premier procès pour obscénité, et la féministe et anarchiste américaine Emma Goldman en parle de manière très favorable dans son autobiographie.

Il s'est fait connaître en tant que poète et essayiste, puis se mit à écrire une série de romans remarquables pour leur recréation détaillée et intensément sensuelle du temps, des lieux et des personnages. Ils décrivent aussi des états élevés de conscience résultant d'une révélation mystique, ou de l'expérience d'un plaisir ou d'une souffrance extrême. Les plus connus de ces romans particuliers sont Les enchantements de Glastonbury (A Glastonbury Romance) et Wolf Solent. Il a aussi écrit des ouvrages de philosophie et de critique littéraire, comprenant un des premiers hommages à Dorothy Richardson. Son engagement contre la vivisection est aussi connu. De retour au Royaume Uni, il passa un bref séjour en Angleterre, puis s'installa à Corwen (en) au Pays de Galles, où il écrivit des romans historiques (dont deux situées au Pays de Galles) et des œuvres de fantasy magique. Il y demeura jusqu'à sa mort.

Les romans de Powys sont légendaires pour leur taille massive et leurs personnages innombrables. En plus de leur envergure, ses livres peuvent présenter des difficultés de par leurs références obscures à la culture et à la mythologie galloises. D'autres sources de difficulté pour le lecteur contemporain sont l'obsession de Powys pour l'occulte et une vision animiste du monde qui, entre autres choses, pourvoit des objets inanimés comme le soleil dans Les Enchantements de Glastonbury d'une âme et d'un point de vue. Le charme de ses livres n'atteint pas certains lecteurs, tandis que d'autres sont profondément touchés. C'est pourquoi ses œuvres exigeantes n'ont jamais été en vogue, mais elles ont gagné de fidèles partisans. Elles ont reçu les éloges de talents aussi divers que les écrivains Henry Miller, Robertson Davies, George Steiner et Margaret Drabble, Marc-Édouard Nabe[1] ou le pianiste classique Glenn Gould. Le réalisateur John Boorman a confié avoir eu au début de sa carrière le projet d'adapter Les Enchantements de Glastonbury.

Powys fut aussi l'un des plus grands épistoliers du XXe siècle : sa correspondance soutient la comparaison avec celle de Charles Olson dans sa rapidité et son envergure intellectuelle. Un recueil de ses lettres à son ami de toute une vie et biographe Louis Wilkinson (lui-même connu pour sa relation étroite avec Aleister Crowley) fut publié de son vivant : les volumes suivants sont parus de manière posthume.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Romans[modifier | modifier le code]

  • Wood and Stone (1915) ; Wood and Stone, Phébus, 1991.
  • Rodmoor (1916) ; Rodmoor, Seuil, 1992.
  • Wolf's Bane (1916)
  • After My Fashion (écrit en 1919, publié en 1980) ; Comme je l'entends, Seuil, 1988.
  • Ducdame (1925) ; Givre et sang, Seuil, 1973.
  • Wolf Solent (1929) ; Gallimard, 1967.
  • A Glastonbury Romance (1933) ; Les Enchantements de Glastonbury, 4 tomes, Gallimard, 1976.
  • Weymouth Sands (1934) ; Les Sables de la mer, Plon, 1958.
  • Jobber Skald (version du précédent pour le marché britannique - 1935)
  • Maiden Castle (1936) ; Camp retranché, Grasset, 1988.
  • Morwyn: or The Vengeance of God (1937) ; Morwyn, la vengeance de dieu, C. Bourgois, 1992.
  • Owen Glendower (1940) ; Les Forêts de Tywyn et Les Tours de Mathrafal, Phébus, 1996.
  • Porius (1951, texte restauré en 1994)
  • The Inmates (1952) ; La Fosse aux chiens, Seuil, 1976.
  • Atlantis (1954)
  • The Brazen Head (1956) ; La tête qui parle, Flammarion, 1987.
  • Up and Out (deux longues nouvelles) (1957) ; Les Montagnes de la lune, Minerve, 1991.
  • Homer and the Aether (1959)
  • All or Nothing (1960) ; Tout ou rien, Minerve, 1988.
  • Real Wraiths (longue nouvelle, publiée en 1974)
  • Two and Two (longue nouvelle, publiée en 1974)
  • You and Me (longue nouvelle, publiée en 1975)

Philosophie[modifier | modifier le code]

  • Pierrick Hamelin et Goulven Le Brech, John Cowper Powys : une philosophie de la vie, Les Perséides, 2012.
  • Psychoanalysis and Morality (1923); Psychanalyse et Moralité, PUF, 2009
  • The Meaning of Culture (1929) ; Le Sens de la culture, L'Âge d'homme, 1981.
  • In Defense of Sensuality (1930) ; Apologie des sens, J.-J. Pauvert, 1975.
  • A Philosophy of Solitude (1933) ; Une philosophie de la solitude, La Différence, 1984.
  • The Art of Happiness (1935) ; L'Art du bonheur, L'Âge d'homme, 1995.
  • The Pleasures of Literature (1938) ; Les Plaisirs de la littérature, L'Âge d'homme, 1995.
  • The Art of Growing Old (1944) ; L'Art de vieillir, José Corti, 1999.
  • In Spite of: A Philosophy for Everyone (1953)

Nouvelles[modifier | modifier le code]

  • The Owl, The Duck, and - Miss Rowe! Miss Rowe! (1930)
  • Romer Mowl and Other Stories (recueil publié en 1974)
  • Three Fantasies (recueil publié en 1985)
    • Abertackle
    • Cataclysm
    • Topsy-Turvy

Poèmes[modifier | modifier le code]

  • Lucifer
  • Odes and Other Poems (1896)

Autres œuvres[modifier | modifier le code]

  • Suspended Judgements (1916)
  • Autobiography (1934) ; Autobiographie, Gallimard, 1965.
  • Rabelais (1948)
  • Visions and Revisions (1955)
  • avec Llewelyn Powys, confessions de deux frères, Granit, 1992.
  • avec Henry Miller, Correspondance privée, Critérion, 1994.
  • Petrouchka et la danseuse : journal, 1929-1939, J. Corti, 1998.
  • Dostoïevski, Bartillat, 2000.
  • avec Llewelyn Powys et Philippa Powys, Scènes de chasse en famille, Rouen, 2003.

Traductions françaises[modifier | modifier le code]

  • Autobiographie, Gallimard, 1965, traduction de Marie Canavaggia qui obtiendra le prix de l'Académie française.
  • Les sables de la mer, Plon, 1958, traduction de Marie Canavaggia
  • Les Enchantements de Glastonbury, Paris, Gallimard, 1976, 4 volumes, traduction Jean Queval.
    traduction de A Glastonbury Romance
  • Jugement suspendu sur Oscar Wilde, (avec L'âme de l'homme sous le socialisme d'Oscar Wilde), Verviers, La Thalamège, 1986, traductions Catherine Lieutenant.
    traduction de Suspended judgements: Oscar Wilde & The Soul of Man under Socialism
  • Spectres réels, Verviers, La Thalamège, 1986, traduction Catherine Lieutenant.
    traduction de Real Wraiths
  • Le Hibou, le canard et Miss Rowe ! Miss Rowe !, Verviers, La Thalamège, 1986, traduction Catherine Lieutenant.
    traduction de The Owl, the Duck, and Miss Rowe! Miss Rowe!
    • Nouvelle édition, Saint-Quentin-de-Caplong : Atelier de l'agneau, 2007 {traduction Christine Armandet)
  • Rabelais, Verviers, La Thalamège, 1990, traduction Catherine Lieutenant.
    traduction de Rabelais
  • Givre et sang, traduit de l'anglais par Diane de Margerie et François-Xavier Jaujard, présentation par Diane de Margerie, Point, 2008
    traduction de Ducdame
  • L'Art d'oublier le déplaisir, traduit par Marie-Odile Fortier-Masek, Corti, 2007
  • La Religion d'un sceptique ; suivi de Anatole France, traduit de l'anglais par Judith Coppel-Grozdanovitch, Corti, 2004
traduction de The religion of a sceptic, Anatole France, in suspended judgements
  • L'Art de vieillir, traduit de l'anglais par Marie-Odile Fortier-Masek, 10-18, 2003
    traduction de The art of growing old
  • Esprits-frères, lettres choisies et traduites par Christiane Poussier et Anne Bruneau, Corti, 2001
  • Dostoïevski, traduit de l'anglais par Guillaume Villeneuve, Bartillat, 2000
  • Petrouchka et la danseuse : journal, 1929-1939, traduit par Christiane Poussier et Anne Bruneau, édition établie et préfacée par Morine Krissdóttir, Corti, 1998
    traduction de Petrushka and the dancer
  • Owen Glendower, traduit de l'anglais et présenté par Patrick Reumaux, Phébus, 1996
traduction de Owen Glendower ; comprend : I, Les Tours de Mathrafal ; II, Les Forêts de Tywyn
  • L'Art du bonheur, traduit de l'anglais par Marie-Odile Masek, l'Âge d'homme, 1995
    traduction de The art of happiness
  • Les Plaisirs de la littérature, traduit de l'anglais par Gérard Joulié, l'Âge d'homme, 1995
  • Ulysse de James Joyce - Une appréciation, traduit et préfacé par Philippe Blanchon, Éditions de la Nerthe, 2013

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :