Paul (film, 2011)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Paul.

Paul

Description de cette image, également commentée ci-après

Nick Frost et Simon Pegg lors d'un Q & A au Supanova Pop Culture Expo (en) à propos de Paul, en avril 2011.

Titre original Paul
Réalisation Greg Mottola
Scénario Simon Pegg
Nick Frost
Acteurs principaux
Sociétés de production Big Talk Productions
Relativity Media
Working Title
Pays d’origine Drapeau : États-Unis États-Unis
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Genre Comédie de science-fiction
Sortie 2011
Durée 104 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Paul est un film de science-fiction comique américano-britannique réalisé par Greg Mottola sur un scénario des acteurs Simon Pegg et Nick Frost. Distribué par Universal Pictures, le film est sorti le 14 février 2011 au Royaume-Uni.

En France et en Belgique, il est sorti le 2 mars 2011, distribué par Universal Pictures International. Au Canada, le 18 mars 2011 par Universal Pictures Canada.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Deux geeks britanniques se rendent aux États-Unis pour le Comic-Con. Ils parcourent ensuite les lieux « mythiques » des amateurs d'ufologie. Sur leur route, ils découvrent un alien nommé Paul, échappé de la Zone 51, où il vivait caché depuis soixante ans. Paul les convainc de l'emmener avec eux et de l'aider à quitter la Terre, mais ils sont poursuivis par trois agents du FBI ainsi que le père d'une fille qu'ils rencontrent durant leur périple…

Le réalisateur Greg Mottola, pendant le tournage de Paul.

Résumé[modifier | modifier le code]

Amateurs de science-fiction et de comic books et amis d'enfance, Graeme Willy et Clive Gollings, deux Geeks anglais, partent en voyage aux États-Unis afin d'assister à la convention Comic-Con à San Diego, puis d'effectuer un road trip en camping-car afin de visiter les lieux mythiques consacrés aux OVNIS.

Lors d'un arrêt pour se ravitailler dans un bar, ils sont pris à partie par deux rednecks venus les bousculer, après que Graeme a ri bêtement avec eux. Les deux Anglais quittent les lieux, mais emboutissent le pick-up des deux autochtones.

La nuit, sur un point de chute, ils aperçoivent des phares de voiture : pensant à tort qu'il s'agit du pick-up, ils partent en trombe, mais s'aperçoivent qu'il s'agit d'une voiture roulant à vive allure, qui, quelques mètres plus loin, est victime d'un accident de la route sous leurs yeux.

Graeme et Clive s'arrêtent pour aller voir l'épave et découvrent près des lieux un extraterrestre nommé Paul, qui cherche de l'aide. Bien que choqués par l'intrusion de cet alien dans leur existence — Clive s'étant même évanoui à sa vue —, Graeme décide de l'aider, bien que son compère soit mécontent de ne pas avoir été consulté pour cette idée.

Plus tard, un agent des services secrets américains, Lorenzo Zoil (José Zet dans la version française) se rend sur les lieux de l'accident, tout en informant sa supérieure, la mystérieuse « Grand Manitou », sur sa radio, de la situation. Celle-ci le charge de capturer Paul. Bien qu'il soit capable de gérer lui-même ce problème, elle lui adjoint deux agents incompétents, Haggard et O'Reilly, pour l'assister dans cette traque, sans toutefois leur révéler la vraie nature de la mission.

Les trois protagonistes se rendent dans un parc pour camping-car, géré par un chrétien fondamentaliste, l'autoritaire Moses Buggs, et sa fille, Ruth, borgne de l’œil gauche depuis qu'elle a quatre ans et cachant son infirmité avec un verre noir de ses lunettes.

Autour d'un barbecue, Paul annonce au duo qu'il a été capturé par le gouvernement américain après son arrivée en 1947, se retrouvant à les conseiller dans toutes sortes d'accomplissements scientifiques et sociologiques. Ayant divulgué tout ce qu'il sait, Paul a survécu grâce à son utilité en tant que réceptacle de la connaissance, mais lorsque ses ravisseurs décident de lui enlever chirurgicalement son cerveau, puis de récolter ses cellules souches, dans une tentative d'exploiter ses capacités physiques (Paul avait déjà démontré à la fois ses pouvoirs d'invisibilité et de guérison), il a envoyé un SOS à sa planète natale, grâce à un ami à l'intérieur de la zone 51, et est parvenu à s'échapper afin de se rendre sur les lieux du rendez-vous pour repartir chez lui.

Le lendemain, Ruth, se demandant qui est « le troisième type » avec eux lors du barbecue, en l'occurrence Paul, se rend au camping-car des deux Anglais, puis s'engage dans une discussion théologique avec l'extra-terrestre et découvre la vérité sur l'extraterrestre. Contraints d'emmener la jeune femme, ils sont obligés de quitter les lieux de façon précipitée, après que Moses a découvert Paul en venant chercher le passeport de Clive. Croyant avoir vu le démon et ne faisant pas confiance aux fédéraux, Moses part à leur poursuite armé d'un fusil de chasse et muni de sa Bible. Parallèlement, Ruth voit sa foi ébranlée par les connaissances de Paul qu'il lui a fait partager via son lien télépathique, avant d'avoir une envie soudaine de pécher, après que son père l'a élevée dans une crainte de transgressions des lois divines. Ses craintes envers l'extra-terrestre vont diminuer lorsqu'il lui guérit son œil gauche.

Le quatuor se rend dans un bar pour se restaurer, où se trouvent également les brutes du pick-up et Moses. Parti téléphoner à ce dernier pour le rassurer, Ruth à la surprise d'avoir Zoil comme interlocuteur, dans le cadre de la capture de Paul. Mais elle ne révèle en rien des informations compromettantes, puis après avoir raccroché, elle se heurte aux deux rednecks qui la harcèlent, mais elle parvient à s'échapper. Puis Moses la retrouve et découvre avec stupéfaction la guérison de sa progéniture. Au moment de quitter les lieux, pris dans une bagarre générale, Graeme, Clive et Ruth sont poursuivis par les deux péquenauds, qui s'évanouissent de peur à la vue de Paul. Plus tard dans la nuit, ils s’assoient dans une forêt à proximité d'un autre parc pour camping-car. Ruth est repartie se coucher dans le camping-car, tandis que les trois autres larrons, endormis dans la forêt, découvrent à leur réveil qu'ils se trouvent près d'une petite ville. Ils déguisent Paul, qui se rend avec Clive dans une boutique de BD, alors que Graeme part rejoindre Ruth. Mais Zoil et ses collègues retrouvent leurs traces, et questionnent tout le parc et, par hasard, Ruth, qui se retrouve contrainte de mentir, au sujet de leur présence, tandis qu'Haggard et O'Reilly tombent sur Paul et Clive dans la boutique et les prennent en chasse, avant de s'échapper avec l'aide de Graeme et Ruth. Pourchassés par les fédéraux et Moses et n'ayant plus d'argent, ils se retrouvent notamment à voler des feux d'artifices.

Avec ses amis, Paul se rend chez Tara Wilton, jeune fille qui a découvert et sauvé Paul lors de son arrivée sur Terre en 1947 et dont le chien fut tué accidentellement par ce dernier avec son vaisseau, devenue une vieille femme, qui fut ridiculisée par ce qu'elle a dit avoir vu, mais est toutefois soulagée d'apprendre qu'il existe bien et qu'il est vivant. Toutefois, les services secrets retrouvent la trace des fugitifs. Mais, ces derniers, auxquels s'est associée Tara Wilton, parviennent une fois de plus à s'échapper. Au cours de l'assaut, O'Reilly et Haggard se tuent accidentellement, laissant Zoil seul à poursuivre les fuyards. Celui-ci annonce à sa supérieure hiérarchique qu'il est sur le point de capturer Paul, mais cette dernière, impatiente de trouver une solution radicale au problème, décide de recourir à la force militaire.

Arrivés au lieu de rendez-vous, Graeme, Clive, Ruth, Tara et Paul déclenchent un signal avec les feux d'artifice. Des lumières orange font leur apparition, mais il s'avère qu'il s'agit d'un hélicoptère de l'armée, avec le « Grand Manitou » à bord. Le groupe est sauvé par Zoil, qui se révèle être l'ami de Paul, qui, au cours de l'histoire, l'aida à s'échapper de la Zone 51 en désarmant les militaires. Toutefois, Zoil est blessé à l'épaule par sa supérieure, qui sera assommée d'un coup de poing par Tara. Mais Moses blesse mortellement Graeme tout en visant Paul. L'extraterrestre ramène Graeme à la vie, malgré quelques risques. Après avoir repris conscience, le « Grand Manitou » meurt écrasé par le vaisseau alien, venu chercher Paul, qui fait ses adieux à ses amis, tout en espérant les retrouver un jour, et emmène Tara sur sa planète pour une vie meilleure.

Deux ans après les événements, Graeme et Clive, accompagnés de Ruth, se rendent au Comic-Con pour la promotion de leur livre Paul, devenu un best-seller.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Sauf mention contraire, les éléments de la fiche technique sont issues de la fiche du film du site Internet Movie Database[1]

Distribution[modifier | modifier le code]

Source : RSDoublage [3] et Carton de doublage du DVD Zone 2[4]

Bande originale[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Paul (bande originale).

Production[modifier | modifier le code]

Le projet[modifier | modifier le code]

Durant le tournage de Shaun of the Dead d'Edgar Wright (2004), premier film coécrit par Simon Pegg, ce dernier imagine un scénario qui se passerait dans le désert avec un alien. Très vite il dessine la créature et déclare : « Voilà notre prochain film : un road movie avec un extraterrestre [5]! »

En 2007, après Hot Fuzz, le projet est relancé sous l'impulsion de la productrice Nira Park. Elle demande à Simon Pegg d'écrire la première scène qui la lui écrit en dix minutes[5].

Simon Pegg écrit alors le scénario avec son compère de ces deux films, Nick Frost. Ils arpentent alors les routes de l'ouest américain en camping-car, à la recherche de « matière » pour écrire le film. « Nous avons véritablement atterri dans un resto qui s'appelle Little'A'Le'Inn. Les types qui s'y trouvaient étaient peut-être légèrement moins menaçants que dans le film, mais ils ont quand même réussi à nous foutre la trouille. Et l'oiseau qui s'écrase sur le pare-brise, c'est du vécu [5]! »

Ils regardent également une multitude de films d'aliens et de road movies.

Kristen Wiig, interprète de Ruth Buggs, lors du tournage du film.

« Puis on s'est assis l'un en face de l'autre et on s'y est mis, une ligne après l'autre. Simon est parti tourner Un Anglais à New York pendant que je pondais un scénario de cent-quatre-vingts pages. À son retour, on a pris ce mammouth et on l'a complètement déconstruit. »

— Nick Frost[5].

Simon Pegg avait déjà collaboré avec Nick Frost mais seulement en tant que partenaires à l'écran  : « La dynamique de nos personnages a légèrement changé par rapport aux films précédents. Dans les films coécrits avec Edgar Wright, je jouais le personnage principal et Nick jouait mon faire-valoir. Ici, nous sommes au même niveau. Le personnage de Nick domine même légèrement au début, alors que le mien fait un peu tapisserie [5]. »

Scénario[modifier | modifier le code]

Comme les précédents films coécrits par Pegg, celui-ci est un hommage à un certain genre : « Shaun of the Dead était un hommage aux films de zombies, Hot Fuzz aux films d'action, et Paul est un hommage aux films de science-fiction des années 1970. Le script éveillait en moi une grande résonance nostalgique, il était écrit du point de vue de deux fans du genre [5]. »

Casting[modifier | modifier le code]

La distribution du film mélange des personnalités comiques américaines et anglaises. Pour « incarner » le personnage de Paul, le réalisateur Greg Mottola a pensé très tôt à Seth Rogen, qui modifie un peu le personnage : « Au départ, Paul était bien plus âgé et grognon. Une espèce de vieux grincheux [5]. »

« Paul était bien plus insouciant et bien moins désagréable que nous l'avions conçu au départ. Dès que nous avons commencé à envisager Seth, Paul a évolué pour devenir une sorte de gnome à la Ferris Bueller, qui influence la vie de tous ceux qu'il croise. Seth lui a apporté beaucoup de jeunesse et d'énergie, sa voix graveleuse et son incroyable talent comique. »

— Simon Pegg[5]

Pour « entrer » dans la peau de Paul, Seth Rogen a beaucoup questionné l'acteur Andy Serkis, spécialiste de la capture de mouvement pour ses rôles dans la trilogie du Seigneur des anneaux et King Kong[6].

C'est le journaliste Philippe Manœuvre qui prête sa voix à Paul dans la version française.

Tournage[modifier | modifier le code]

Le tournage principal débute le 9 septembre 2009[7]. En juillet 2010, l'équipe se rend au palais des congrès d'Albuquerque pour y reproduire le Comic-Con, le salon international de la bande dessinée de San Diego. Ils engagent des participants du véritable événement comme figurants.

L'acteur Joe Lo Trugllio qui incarne l'agent O'Reilly jouait aussi Paul pour servir de repères aux autres acteurs[5].

Commercialisation[modifier | modifier le code]

Une bande annonce était distribuée par l'internet par Universal Pictures International France en mars 2011.

Effets spéciaux[modifier | modifier le code]

L'animation de l'extraterrestre Paul a été très difficile. Très tôt l'équipe des effets spéciaux et d'animation a décidé de s'inspirer des gestes de Seth Rogen durant les répétitions[5].

Clins d'œil et références[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

  • Le film contient de nombreux clins d'œil, plus ou moins visibles, à Star Wars :
  • Au début du film, un chien lève la tête. Dans Shaun of the Dead, les personnages incarnés par Nick Frost et Simon Pegg se chamaillent justement pour savoir si un chien peut ou non regarder en l'air.
  • L'agent Zet surnomme Paul « Demi-Lune », en référence au nom du personnage de Jonathan Ke Quan dans Indiana Jones et le Temple maudit.
  • Les personnages arrivent à la fin du film à la Devils Tower, cette montagne devenue célèbre grâce au film de Steven Spielberg, Rencontres du troisième type.
  • Lorsque Paul remonte dans son vaisseau, il propose à Tara de venir avec lui, elle lui dit alors qu'elle n'a pas de brosse à dents, et Paul lui répond « Là où on va on n'a pas besoin de dents », en référence à une réplique de la fin du film Retour vers le futur et reprise au début de Retour vers le futur II : « La route ? Là où on va on n'a pas besoin de route ». En outre, les héros cachent leur camping-car derrière un grand panneau publicitaire en bois dans le désert pour échapper aux agents fédéraux, un lieu fortement similaire à la cachette de la DeLorean dans les deux premiers épisodes de la même trilogie de Zemeckis.
  • Lorsque Ruth monte dans le camping-car, elle demande où est le troisième type, en référence au film Rencontres du troisième type, parlant de Paul qui est caché dans les toilettes. Ce clin d’œil est cependant uniquement « valable » en VF car en VO la réplique exacte est « Where is the other one ? ».
  • Lorsque Paul conseille, en 1980, Steven Spielberg sur son prochain film par radio, il parle d' E.T. l'extra-terrestre. Le plan large suivant nous montre le fameux entrepôt de la zone 51 que l'on peut voir à la toute fin du film Indiana Jones et les Aventuriers de l'arche perdue ainsi que dans les premières minutes d'Indiana Jones et le Royaume du Crâne de Cristal. La séquence finale est un clin d'œil au départ d'E.T. mais pourrait, au vu de l'apparition de la montagne Devil's Tower dans le film faire référence à Rencontres du troisième type.
  • Le gimmick sonore émis par le feu d'artifices à « cinq tons » est le même que le code musical permettant aux humains de communiquer avec le vaisseau extraterrestre dans Rencontres du troisième type.
  • Il y a un comique de répétition sur une femme à trois seins, référence directe à Total Recall de Paul Verhoeven (1990), ce gimmick est le suivant : « Trois nichons, ça c'est énorme ! »
  • Jason Bateman interprète l'agent Lorenzo Zoil, référence au titre original du film Lorenzo (1992), Lorenzo's Oil. Dans la VF, "Lorenzo Zoil" est changé en "José Zet" afin de permettre un jeu de mots associé à son prénom : Jo Zézet (ou Zézette), ce qui provoque chez les deux nerds anglais un sentiment d'étonnement mêlé à une gêne non dissimulé chez l'agent.
  • Le film multiplie également les références à Men in Black :
    • Le nom de l'agent Zet est un hommage à l'agent Z.
    • Les agents gouvernementaux sont régulièrement appelés Men in Black en référence au film du même nom.
    • La camionnette du père de Ruth Buggs poursuivant le camping car est la même camionnette que celle qui se fait écraser par un vaisseau au début du premier film Men in Black de Barry Sonnenfeld (1997).
    • Le personnage de Moses Buggs, le père de Ruth, est un clin d'œil à celui d'Edgar dans Men in Black, où un alien prend possession du corps d'un fermier ayant les mêmes vêtements et le même fusil.
    • Dans le bar, lorsque Ruth vient chercher les deux amis, ils attendent les mini-pizzas, clin d'oeil à Men in Black 2
  • On peut entendre un cri Wilhelm lorsque Haggard, au volant de sa voiture, tombe d'une falaise.
  • À la fin du film, lorsqu'ils présentent leur livre, Nick Frost porte un T-Shirt avec les écritures de l'anneau de la saga Le Seigneur des anneaux.
  • Lorsque Graham fait un dessin de Paul dans le camping-car, la réplique de Paul : « Je veux que vous me dessiniez comme une de vos Françaises, Jack » fait référence à Titanic de James Cameron (1997).
  • Lorsque Ruth frappe le grand manitou, elle crie « Ne la touche pas, sale pute ! » en référence au film Aliens avec Sigourney Weaver où le personnage qu'elle interprète, Ellen Ripley, menace la reine alien.
  • Lorenzo Zoil interpelle un des agents en l'appelant Peter Parker.
  • La scène du camping sauvage pendant laquelle Ruth goûte un joint fait référence à la scène d'un autre road movie, Easy Rider, où Jack Nicholson découvre cette même drogue. Le titre du film apparaît d'ailleurs (avec Duel de Steven Spielberg) au programme d'un cinéma dans la ville où Clive achète son sabre.

Télévision[modifier | modifier le code]

  • Le film contient des références à la série Star Trek :
    • Les deux héros visitent le site de Vasquez Rocks, lieu culte pour les amateurs de la série.
    • Lorsque les deux amis font un combat dans le désert, ils portent un masque de Gorn, une créature de Star Trek et reproduisent une scène de l'épisode Arena de la saison 1 de la série. La musique All over the world est extraite de cet épisode.
    • Plusieurs fois dans le film, Clive Gollings (joué par Nick Frost) parle en Klingon.
  • Le film suggère que Paul a créé le personnage de Fox Mulder, joué par David Duchovny dans la série télévisée X-Files : Aux frontières du réel.
  • Quand Clive se fait réveiller par Paul, il dit « Non Boomer c'est interdit » en référence à Boomer dans la série Battlestar Galactica et l'amour interdit entre le sergent et Boomer.
  • Quand Paul transmet ses connaissances par la main, il fait référence à Doctor Who dans l'épisode Le colocataire lorsque le Docteur transmet ses connaissances à son colocataire en lui donnant un coup de boule.

Comics[modifier | modifier le code]

  • Simon Pegg porte un tee-shirt Eight-ball, référence au comic book de Daniel Clowes. On le voit également porter un tee-shirt Flash. De même on le voit porter un tee-shirt Invincible. Nick Frost porte quant à lui un tee-shirt à l'effigie de l'étrange créature du lac noir, et un autre de l'Empereur Ming, l'ennemi juré de Flash Gordon.
  • Lorsque Paul et Clive sont dans le magasin de bande dessinées, on peut voir des comics Scott Pilgrim au second plan. Le film issu de cette série a été réalisé par Edgar Wright, qui a l'habitude de travailler avec Simon Pegg et Nick Frost.
  • De même on peut voir également en arrière plan dans certaines scènes des comics The Boys, le dessinateur Darick Robertson a reconnu s'être inspiré du visage de Simon Pegg pour l'un des personnages de cette série.

Musique[modifier | modifier le code]

  • A 1h08, lorsque nos héros sont dans le magasin de Comics, on entend Planet Claire de The B-52's en fond sonore.

Autres références[modifier | modifier le code]

  • Il est écrit sur le camping-car « Beagle », en référence au navire sur lequel Charles Darwin a effectué une de ses principales expéditions.
  • Ruth Buggs se fait passer pour Charline Darwin, lorsque l'agent José Zet l'interroge devant le camping car : elle était créationniste et est devenue peu à peu évolutionniste.

Réception[modifier | modifier le code]

Accueil critique[modifier | modifier le code]

À sa sortie en salles, Paul a plus ou moins rencontré des critiques favorables dans les pays anglophones, obtenant sur le site Rotten Tomatoes un pourcentage de 71 % dans la catégorie All Critics, basé sur 187 commentaires et une note moyenne de 6.3/10 et un pourcentage de 58 % dans la catégorie Top Critics, basé sur 36 commentaires et une note moyenne de 6.3/10. Le consensus du site note que le long métrage est un « road trip comique aimable et divertissante », mais ajoute que Paul est un film inégal[8]. Le site Metacritic lui attribue une moyenne de 57/100, basé sur 37 commentaires[9]. La note IMDb obtenue est de 7.1/10 sur 71 169 votes.

En France, les commentaires de la part des critiques spécialisées demeurent mitigés : le site Allociné, ayant recensé vingt et un titres de presse, obtient une note moyenne de 2.9/5[10], le site Commeaucinéma.com, ayant recensé dix-sept titres de presse, lui attribue une note moyenne de 2/4[11].

Box-office[modifier | modifier le code]

Pays ou région Box-office Box-office arrêté le… Nombre de semaines
Alt=Image de la Terre Mondial[12] 100 179 586 $ 16 octobre 2011 35
Drapeau des États-Unis États-Unis[2] 37 412 945 $ 19 mai 2011 9
Drapeau de la France France [13] 728 947 entrées 20 avril 2011 8

Aux États-Unis, Paul démarre à la cinquième place au box-office avec 17,1 millions de dollars de recettes en une semaine d'exploitation et restera à l'affiche huit semaines supplémentaires avec 37,4 millions de dollars, assez décevant au vu du budget de 40 millions de dollars.

Mais c'est dans les pays étrangers que le film marche le mieux, notamment en Grande-Bretagne, où les recettes ont atteint les 23,3 millions de dollars de recettes[14], toutefois inférieures au 41,2 millions de dollars de recettes de Hot Fuzz sur le territoire britannique[15]. En France, Paul est le premier film du duo Simon Pegg/Nick Frost à dépasser le demi-million d'entrées, obtenant ainsi leur plus grand succès en salles, avec près de 730 000 entrées en huit semaines d'exploitation.

Les recettes internationales ont atteint les 62,7 millions de dollars, permettant à Paul de connaître un certain succès commercial, puisqu'il récolte plus de 100 millions de dollars de recettes au box-office mondial.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. La langue klingon, utilisé à de nombreuses reprises dans le film, est référencé dans les « Détails supplémentaires » de la fiche IMDb.

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]