Battlestar Galactica (série télévisée)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Battlestar Galactica (homonymie).

Battlestar Galactica

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Intertitre de Battlestar Galactica

Titre original Battlestar Galactica
Genre Science-fiction post-apocalyptique, philosophique, thriller psychologique, aventure, science-fiction militaire, space opera, drame politique
Création Ronald D. Moore
Production Ronald D. Moore
Glen A. Larson
David Eick
Michael Rymer
Musique Bear McCreary
Pays d'origine Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Drapeau du Canada Canada
Drapeau des États-Unis États-Unis
Chaîne d'origine Sky One
Sci Fi Channel
Nb. de saisons 4
Nb. d'épisodes 73 épisodes (liste)
27 webisodes
Durée 43 minutes
Diff. originale 18 octobre 200420 mars 2009
Site web http://www.syfy.com/battlestar

Battlestar Galactica est une série télévisée anglo-canado-américaine dramatique de science-fiction en 73 épisodes, développée par Ronald D. Moore, dont la diffusion a débuté sur Sky One le 18 octobre 2004 et s'est achevée le 20 mars 2009 sur Sci Fi Channel (aujourd'hui Syfy). Cette série s'inspire de Galactica, une autre série créée en 1978 par Glen A. Larson.

La série est diffusée dès le 2 décembre 2005 en France, sur Sci Fi et rediffusé sur NRJ 12, et au Québec sur Ztélé qui diffusa le pilote et les deux premières saisons[réf. souhaitée]. En Belgique francophone, elle est diffusée dès le 19 janvier 2007 sur La Deux.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Les Cylons, robots humanoïdes créés par les humains et dont ils sont devenus les ennemis jurés, ont complètement disparu de l'univers connu depuis la signature d'une trêve une quarantaine d'années plus tôt. Durant ce répit, les humains ont reconstruit leurs mondes (les Douze Colonies), créant de nouveaux vaisseaux et vivant désormais dans une certaine insouciance du passé. Le vieux battlestar Galactica, qui a rendu de fiers services lors de la première guerre contre les Cylons, est sur le point d'être démilitarisé et transformé en musée.

C'est le moment que choisissent les Cylons pour réapparaître, dotés de nouvelles technologies qui leur permettent de ravager à nouveau les douze colonies humaines. Protégé des virus informatiques ennemis par son obsolescence, seul l'antique Galactica parvient à résister à l'attaque et devient ainsi l'unique escorte militaire d'une flotte spatiale hétéroclite regroupant les derniers survivants de l'humanité. Afin de se donner un nouvel espoir, la flotte de réfugiés part alors en quête d'une mythique treizième colonie qui porterait le nom de « Terre » tandis que les cylons se lancent à leur poursuite, déterminés à les exterminer.

Production[modifier | modifier le code]

La série est filmée aux Vancouver Film Studios, ainsi que dans divers lieux dans et autour des villes de Vancouver, Kamloops et Kelowna en Colombie-Britannique, au Canada.

Première saison[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Saison 1 de Battlestar Galactica.

La première saison de treize épisodes (d'une durée d'environ 43 minutes sans les publicités) est commandée par Sci Fi Channel le 10 février 2004 et diffusée au Royaume-Uni et en Irlande entre le 18 octobre 2004 et le 24 janvier 2005 sur la chaîne de télévision Sky One, qui cofinance la série avec Sci Fi Channel et NBC Universal. Elle est produite en 2004 par David Eick et Ronald D. Moore, avec la même distribution que la télé-suite de 2003. Moore quitte alors sa place de producteur de La Caravane de l'étrange (HBO) pour se concentrer sur Battlestar Galactica.

La première saison de Battlestar Galactica est diffusée au Royaume-Uni et en Irlande trois mois avant de l'être aux États-Unis et au Canada. Cet exemple rare d'émission diffusée en primeur hors des États-Unis s'explique par l'investissement partiel de Sky One dans la production de la première saison.

Le laps de temps entre les deux diffusions entraîne une diffusion illégale à grande échelle des épisodes via des réseaux de pair-à-pair, parfois seulement quelques heures après la première diffusion sur Sky One. Même si Sci Fi Channel et Moore ont déploré cette pratique et ont demandé publiquement aux téléchargeurs de ne pas pirater la série, il est parfois dit que cette distribution non autorisée contribua au succès américain de la série en donnant un a priori favorable parmi certains groupes démographiques clés[1]. Plus tard, le premier épisode est rendu disponible en chargement gratuit et légal depuis le site web de Sci Fi Channel. Moore pense à cette « génération internet » en diffusant régulièrement un podcast de commentaires relatif à chaque épisode sur le site web de Sci Fi Channel.

La série rencontre le succès dès ses débuts au Royaume-Uni et en Irlande, recevant de nombreux commentaires favorables de critiques, créant un phénomène d'attente aux États-Unis[réf. nécessaire]. Le premier épisode diffusé aux États-Unis devint l'un des programmes les plus vus de la chaîne Sci Fi avec 3,1 millions de téléspectateurs. Les épisodes suivants ont un succès similaire. Le premier épisode de la série, « 33 minutes », remporte le Prix Hugo pour the Best Dramatic Presentation, Short Form (en)[2] (meilleure représentation dramatique de courte durée).

Deuxième saison[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Saison 2 de Battlestar Galactica.

Après le succès des treize épisodes de la première saison, Sci Fi Channel commande une seconde saison complète de vingt épisodes le 9 février 2005. La diffusion de cette saison commence le 15 juillet 2005 sur Sci Fi Channel, pour s'interrompre au début de l'automne 2005. Universal Home Video profite de la pause pour vendre la première partie de la saison en DVD, avec un bonus : le dixième épisode de cette saison, Pegasus d'une durée de 59 minutes, au lieu des 45 habituelles. Sky One également profite de cette pause pour cesser de financer la série, bien que son logo apparaisse toujours à la fin des épisodes.

La diffusion de cette saison reprend le 6 janvier 2006, après une attente de trois mois durant laquelle Sci Fi Channel fait de gros efforts pour rendre Battlestar Galactica plus visible envers les critiques de la presse traditionnelle, notamment par le « Time Magazine » — qui l'a nommée meilleure série de l'année 2005 — et d'autres publications qui la placent dans leur propre classement des dix meilleures séries. L'American Film Institute déclare également Battlestar Galactica comme l'une des dix meilleures émissions de télévision de 2005. Certaines critiques fustigent toutefois le fait que certains épisodes après Opération survie — 2e partie, comme Marché noir soient en deçà du niveau que la série propose jusque là, ce qui embarrasse Ronald D. Moore. Il explique ce fait par l'obligation de fournir vingt épisodes au lieu des treize de la première saison. Cependant les cinq derniers épisodes, dont le dernier était d'une durée de 90 minutes (68 minutes sans les publicités), sont acclamés tant par les fans que par les critiques. Moore déclare qu'il sent que la longue pause entre les saisons deux et trois (quatre mois au lieu de deux) devra permettre de s'assurer que tous les épisodes seront au niveau habituellement élevé de la série que l'équipe de production tente de maintenir.

Battlestar Galactica: The Resistance[modifier | modifier le code]

Dix « webisodes », appelés Battlestar Galactica: The Resistance et d'une durée d'environ deux minutes chacun, sont créés pour montrer des événements qui se sont déroulés sur New Caprica entre les deuxième et troisième saisons et sont diffusés sur le site web de Sci Fi Channel. À la suite de problèmes légaux, presque aucune information n'est apparue après l'annonce officielle, mais la date de diffusion a finalement été révélée le 28 août 2006 sur le site web de Sci Fi[3]. La fréquence de diffusion est bihebdomadaire, le mardi et le jeudi. Le premier webisode est mis en ligne le 5 septembre 2006 et le dernier le 5 octobre 2006, la veille de la diffusion du premier épisode de la troisième saison.

Les épisodes eux-mêmes créent un conflit entre NBC et l'équipe de production de ces webisodes, relativement à des royalties que les producteurs auraient dû recevoir. À ce moment, il n'est pas certain que les DVD de la troisième saison incluent ces webisodes. Ronald D. Moore déclare alors avoir les copies existantes des webisodes et ne pas avoir l'intention de les donner à NBC.

Troisième saison[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Saison 3 de Battlestar Galactica.

Sci Fi Channel commande une troisième saison de vingt épisodes le 16 novembre 2005. La diffusion commence le 6 octobre 2006 aux États-Unis et le 15 avril 2007 en France. Contrairement à la saison précédente, le laps de temps à la mi-saison ne dure pas très longtemps. La production a commencé courant avril 2006 à Vancouver en Colombie-Britannique, au Canada[4]. La chaîne déplace l'émission de case horaire pour la programmer le dimanche à partir du 21 janvier 2007. C'est une première pour la série[5].

Une diffusion de la saison en haute définition a lieu tant au Royaume-Uni et en Irlande qu'aux États-Unis.

Après l'arc initial de cinq épisodes à propos de New Caprica, la troisième saison est constituée principalement d'épisodes stand-alone. Dans le podcast lié au dernier épisode de la saison, Ron Moore déclare qu'afin de s'attirer de nouveaux spectateurs, Sci Fi Channel a fait pression sur l'équipe de production pour faire plus d'épisodes solitaires au lieu de se focaliser sur les histoires en cours. Cela produit l'effet inverse et Sci Fi admet alors que le format stand-alone ne fonctionnait pas pour cette série. En outre, Sci Fi promet qu'elle ne ferait plus de pression pour la quatrième saison[6].

La pression exercée par Sci Fi pour effectuer des changements dans la formule de la série est remarquable lorsqu'on sait que Moore et son équipe ont régulièrement affirmé que la liberté que le réseau leur accordait était l'un de ses points forts ; que les scénaristes avaient carte blanche pour faire ce qu'ils voulaient lors des deux premières saisons. Moore a expliqué dans les podcasts de la première saison que la seule fois où Sci Fi Channel lui a demandé de changer quelque chose durant les deux premières saisons, c'était pour apporter un peu de joie et de bonne humeur dans la série dont le ton semblait assez noir (et l'était). Moore accepta et ironiquement ajouta une scène au début de Confession (1x04) où de nombreux pilotes fêtent le millième appontage de l'un des leurs avant qu'une bombe ne se détache accidentellement, les tuant tous. Moore déclara alors que Sci Fi répondit « on a compris » et depuis la chaîne n'a plus tenté d'interférer dans le déroulement de la série à nouveau.

Les flash-back de Razor[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Battlestar Galactica: Razor.

Du 5 octobre au 23 novembre 2007, Sci Fi Channel diffuse une huitaine de petits encarts de deux minutes chroniquant les missions du jeune William Adama durant la première guerre contre les cylons. Ces courtes vignettes incluent des représentations de cylons et de leurs véhicules semblables à ceux rendus populaires grâce à Galactica. Ces mini-épisodes servent de toile de fond menant au téléfilm tiré de l'univers fictif, Battlestar Galactica: Razor, et sont connus collectivement sous l'appellation de « flashbacks de Razor ». Ils sont diffusés chaque vendredi soir, durant une pause de la série télévisée Flash Gordon.

Quatrième saison[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Saison 4 de Battlestar Galactica.

Sci Fi Channel confirme le 22 mars 2007 que Battlestar Galactica est renouvelée pour une quatrième saison de vingt épisodes, soit plus que les treize initialement annoncés. La commande — annoncée à l'origine comme portant sur 22 épisodes — inclut le téléfilm Razor, qui « remonte le temps » et raconte une histoire mettant en scène le battlestar Pegasus[7],[8]. Il est diffusé au cours du quatrième trimestre 2007. La saison régulière, de vingt épisodes, est coupée en deux : les dix premiers épisodes sont diffusés à partir d'avril 2008, et les dix derniers le sont courant 2009[9].

Après l'annonce de la reprise, des rumeurs circulent (lancées par les vedettes de la série Olmos et Sackhoff), affirmant que la saison à venir serait la dernière[10],[11]. Le producteur David Eick nie tout d'abord ces affirmations, déclarant qu'aucune décision n'a été prise quant à l'avenir de la série[12].

Mais le 31 mai 2007, Eick et le coproducteur Ronald D. Moore annoncent à leur tour lors d'une conférence de presse que la quatrième saison conclura la série[13],[14] :

« Il était prévu dès le début de la série qu'elle aurait un commencement, un milieu et une fin. Au cours de l'année dernière, l'histoire et les personnages ont très fortement annoncé cette fin, et nous avons décidé d'écouter ces voix intérieures et terminer l'émission selon nos intentions. Et bien que nous sachions que nos fans seront attristés d'apprendre que la fin est proche, il faut qu'ils se préparent à être sauvagement secoués avant d'y arriver : nous avons l'intention de finir en fanfare ! »

Distribution[modifier | modifier le code]

Acteurs principaux[modifier | modifier le code]

Acteurs secondaires[modifier | modifier le code]

Commentaires[modifier | modifier le code]

Cette série est une modernisation de la série originelle Galactica de 1978 (souvent dénommée depuis Battlestar Galactica 1978 ou BSG 1978).

Le concept original était de faire une suite / remake. Une suite car la série prend en compte certains événements de la première série, et remake car les événements sont très proches, certains personnages reprenant même les noms des héros originaux.

La note d'intention précise que les auteurs voulaient garder l'idée originelle, à savoir un convoi en détresse à la recherche de la Terre, au contraire de la série de 1978 qui avait bien vite adopté le « format chevaleresque » du groupe de héros qui aident tous ceux qu'ils rencontrent sur leur route…

On pourrait analyser Battlestar Galactica comme une série post-11 septembre. En effet, elle est le reflet de questionnements nés à la suite des attentats du World Trade Center. Ainsi, au fil des épisodes, on observe une remise en question des discours politiques qui se cantonnent à lancer des certitudes manichéennes plaçant les États-Unis comme justiciers du monde[15].

Style[modifier | modifier le code]

La nouvelle série se démarque également de l'originale sur plusieurs points.

Son créateur et producteur exécutif, Ronald D. Moore, producteur et scénariste de nombreux épisodes de Star Trek : La Nouvelle Génération et Star Trek : Deep Space Nine ainsi que de Roswell, a voulu pour Battlestar Galactica une approche très réaliste, lui conférant ainsi une crédibilité encore inédite en science-fiction.

Une grande innovation de la série est de baser les relations entre les personnages sur les rapports humain/cylon (une référence au racisme et aux guerres de religion). Les Cylons, définis au départ comme ennemis par nature de l'espèce humaine, trouvent finalement dans leurs rangs plusieurs exemples de co-fraternité entre espèces (numéro six, numéro huit), qui ont développé des émotions, tandis que la plupart des humains persistent longtemps à les définir comme « machines » (non humains) ou même « grille-pains ». Les Cylons humanoïdes vont devenir des personnages principaux de la série, essentiels à la création d'une société unie.

La nouvelle série a transformé plusieurs protagonistes : certains rôles-clés masculins, comme celui de Starbuck, sont désormais des femmes. Elle a également introduit l'idée que les Cylons, les androïdes ennemis des humains, ont été créés par l'Homme. De plus, les modèles humanoïdes Cylons (semblables en tous points aux humains) apparaissent en infiltrateurs/saboteurs/espions parmi les rescapés de la flotte alors qu'ils n'apparaissent dans la version de 1980 qu'avec des rôles bien plus limités. L'utilisation d'images de synthèse de conception récente contribue au réalisme de la série.

Bien que les fans puristes de la série originale n'aient pas toujours apprécié ces changements, la télé-suite a été le plus gros succès du câble américain en 2003. Elle a même aidé à la création de Sci Fi Channel qui a connu le plus gros succès dans l'histoire de la chaîne.

Les critiques sont assez unanimes pour remarquer que cette nouvelle série est nettement supérieure à son modèle, le magazine Time allant même jusqu'à déclarer fin 2005 qu'il s'agit de la meilleure série télévisuelle de l'année. Les mécontentements de la première heure se sont d'ailleurs estompés devant la qualité de l'émission au fur et à mesure que la série avançait dans les deux premières saisons.

S'inscrivant dans la tradition des œuvres de science-fiction que sont Star Trek et Babylon 5, les scénaristes de Battlestar Galactica n'hésitent pas à traiter de problèmes sociaux, politiques, moraux, philosophiques et éthiques (contemporains ou pas) avec l'audace et la liberté que permet la science-fiction.

Générique[modifier | modifier le code]

Les paroles du générique sont issues d'une prière parmi les plus connues de l'hindouisme, le Gayatri Mantra.

Accueil et distinctions américaines[modifier | modifier le code]

Durant sa diffusion, la série a souvent été dépeinte comme « la meilleure émission de télévision ». Elle a reçu un succès critique – dans les pays anglo-saxons – du Time Magazine, du National Review, de Rolling Stone[16],[17], de Newsday, de The New York Times, de The New Yorker, du San Francisco Chronicle, du Chicago Tribune, d’Entertainment Weekly[18] et de bien d'autres. Ce succès critique suit la série depuis sa première saison. Diane Werts de Newsday a écrit : « Vous pouvez regarder cette saga de la manière que vous voulez – un drame politique, un débat religieux, un thriller psychologique, une aventure de science-fiction, une métaphore profonde ou du pur fun – et cela brillera quel que soit l'angle. »[19] Robert Bianco, de USA Today, a commenté : « Mené par la violence et la rage, Galactica est sans doute le space-opera le plus noir que la télévision américaine a jamais produit. Dans le futur de Galactica, les humains sont en fuite, et si les ennemis extérieurs ne nous ont pas, les conflits intérieurs le feront… Vous comprendrez [les personnages], leurs conflits et leurs aspirations, parce qu'on les reconnaît comme humains dans toute leur glorieuse complexité. Et c'est cela qui fait de Galactica une grande série télévisée. »[20] Peter Suderman du National Review déclare que la série est « sans doute la plus puissante et dramatiquement vibrante série à la télévision. …[E]lle est la puissance-même d'un coup de poing dans les tripes porté à l'écran. Pour cela, on doit beaucoup à l'irrésistible distribution des personnages… Battlestar Galactica brûle grâce à un mélange de combustibles que sont des troubles politiques et des drames humains, qui sont aussi douloureusement réels et pertinents que n'importe quoi d'autre à la télévision. »[21] Jeff Jensen d’Entertainment Weekly a écrit que la série « s'est distinguée comme l'un des meilleurs drames de la télévision, à égalité avec 24h Chrono, The Wire et Lost, les disparus, parce qu'elle transcende absolument son genre et son matériau original. …[Les] histoires sophistiquées de la série ont également attiré un nouveau type de fan : celui qui ne jure pas nécessairement que par la science-fiction. »[22]

Mary McNamara du Los Angeles Times loue la capacité de la série à « lier la fantasy avec une psychologie humaine expressive et reconnaissable » et déclare que la série n'est « pas seulement une série culte, mais une pièce majeure de la télévision. »[23] Maureen Ryan, du Chicago Tribune la décrit comme un « récit de la survie de l'homme tentaculaire et passionnant »[24] qui est « plein d'allégories politiques et de personnages fascinant et à multiples visages »[25]. Elle trouve que, « comme Deadwood, Battlestar Galactica s'intéresse à l'exploration de la manière dont une société au bord du gouffre décide de s'auto-gouverner. Quels droits et actions sont sacro-saintes, lesquels sont mis hors-la-loi, quand la plupart de la race humaine est éliminée ? … Grâce à une distribution étoilée et une écriture courageuse, Battlestar transcende. »[26] Lors de sa diffusion, la série a souvent surpris les critiques avec ses nombreux rebondissements. Ryan commente : « Il n'y a rien de tel qu'un bon rebondissement pour vous faire tourner la tête, mais les moments de révélation ne sont pas l'essentiel (bien qu'ils soient un délicieux entremets). La série et ses rebondissements sont ancrés dans la curiosité sur la condition humaine, et à quel point cette dernière peut être contradictoire et confuse. »[27]

Récompenses[modifier | modifier le code]

ALMA Award
2007
Acteur remarquable dans une série télévisée, dans une télé-suite ou dans un téléfilm, Edward James Olmos
2008
Acteur remarquable dans une série télévisée dramatique, Edward James Olmos
Emmy Award
2007
Effets spéciaux visuels remarquables dans une série, Exodus - 2e partie
2008
Catégorie spéciale - Programme de divertissement remarquable action au format court, Razor featurette #4
Effets spéciaux visuels remarquables dans une série, Celui qui croit en moi
Golden Reel Awards
2009
Meilleure édition de son - effets sonores et bruitages de courte durée à la télévision, Celui qui croit en moi
Peabody Award
« C’est une relance attendue et brillamment réinventée d’une saga spatiale moyenne des années 1970. Cette série, parlant de survivants d’une planète assiégée en danger permanent, a revitalisé la télévision de science-fiction avec ses considérations de la politique, de la religion, du sexe, ou même de la signification de l’« humain ». »[28]
Prix Hugo
2005
Meilleure présentation dramatique de courte durée, 33 minutes[2]
RedEye
2007
Meilleur personnage de télévision, Kara « Starbuck » Thrace[29]
Saturn Awards
2006
Meilleure série télévisée en syndication ou sur le câble
Meilleur acteur secondaire, James Callis
Meilleure actrice secondaire, Katee Sackhoff
2007
Meilleure série télévisée en syndication ou sur le câble
2009
Meilleure série télévisée en syndication ou sur le câble
Meilleur acteur de télévision, Edward James Olmos
Meilleure actrice de télévision, Mary McDonnell
Scream Awards
2006
Meilleure émission télévisée
Meilleure interprétation héroïque, Edward James Olmos interprétant le commandant William Adama
Spacey Awards
2005
Série télévisée délimitée préférée
2006
Meilleure émission télévisée
Television Critics Association Awards
2009
Programme de l’année
VES Awards
2006
Personnage animé remarquable dans un programme télévisé, dans une publicité ou dans un clip vidéo d’action.
2007
Modèles et miniatures remarquables dans un programme télévisé, Opération survie - 2e partie
Effets visuels remarquables dans une série télévisée, dans une publicité ou dans un clip vidéo, Exodus - 1re partie
2008
Effets visuels remarquables dans une télé-suite, un téléfilm ou programme spécial télévisé, Battlestar Galactica: Razor
2009
Effets spéciaux remarquables dans une série télévisée, bataille spatiale de la saison 4.

Nominations[modifier | modifier le code]

ALMA Awards
2006
Acteur remarquable dans une série télévisée, Edward James Olmos
Emmy Awards
2005
Effets spéciaux remarquables pour une série, 33 minutes
Effets spéciaux remarquables pour une série, Le Minerai de tylium
2006
Effets spéciaux visuels remarquables pour une série, Opération survie - 2e partie
Costumes remarquables pour une série, Posez votre fardeau - 2e partie
Mixage sonore remarquable pour une série en caméra unique, Le Tout pour le tout
2007
Mise en scène remarquable pour une série dramatique, Exodus - 2e partie
Scénario remarquable pour une série dramatique, Mission suicide et La Grande Rafle
Édition sonore remarquable pour une série, Exodus - 2e partie
2008
Photographie remarquable pour une série d’une heure
Mixage sonore remarquable pour une série de comédie ou dramatique
Scénario remarquable pour une série dramatique, Lobotomie
Édition de photos remarquable pour une série dramatique en caméra unique, Celui qui croit en moi
2009
Mise en scène remarquable pour une série dramatique, La Mère de l’humanité — 2e partie
Édition de photos remarquable pour une série dramatique en caméra unique, La Mère de l’humanité — 2e partie
Édition sonore remarquable pour une série, La Mère de l’humanité — 2e partie
Mixage sonore remarquable pour une série de comédie ou dramatique (une heure), La Mère de l’humanité — 2e partie
Effets spéciaux visuels remarquables pour une série, La Mère de l’humanité — 2e partie
Classe spéciale - programme de divertissement remarquable en action directe de courte durée, Battlestar Galactica: The Face of the Enemy
People's Choice Awards
2008
Émission de science-fiction préférée
Prix Hugo
2006
Meilleure présentation dramatique de courte durée, Pegasus
2007
Meilleure présentation dramatique de courte durée, Téléchargement
2008
Meilleure présentation dramatique de courte durée, Battlestar Galactica: Razor
2009
Meilleure présentation dramatique de courte durée, Otages en danger
Saturn Awards
2006
Meilleur acteur secondaire à la télévision, Jamie Bamber
Meilleure parution en DVD, saison 1 et saison 2.0
2007
Meilleur acteur dans un programme télévisé, Edward James Olmos
Meilleure actrice dans un programme télévisé, Katie Sackhoff
Meilleur acteur secondaire dans un programme télévisé, James Callis
2008 
Meilleure série télévisée en syndication ou sur le câble
Meilleure présentation à la télévision, Battlestar Galactica: Razor
Meilleur acteur de télévision, Edward James Olmos
2009
Meilleure actrice secondaire de télévision, Katee Sackhoff
Scream Awards
2006
Interprétation la plus héroïque, Edward James Olmos en tant que le commandant William Adama
Interprétation émergente, Tricia Helfer en tant que Numéro Six
Interprétation émergente, Katee Sackhoff en tant que Kara Thrace
2007
Le cri ultime
Meilleure émission de télévision
2008
Meilleure émission de télévision
VES Awards
2005
Interprétation remarquable d’un personnage animé lors d’une action directe dans un programme télévisé, 33 minutes
2006
Personnage animé remarquable en action directe dans un programme télévisé, une publicité ou un clip vidéo, le cylon dans Les Centurions de Caprica
2007
Personnage animé remarquable en action directe dans un programme télévisé, une publicité ou un clip vidéo, Téléchargement
Composition remarquable dans un programme télévisé, une publicité ou un clip vidéo, Opération survie - 2e partie
2008
Effets visuels remarquables dans une série télévisée, Ouragan
2009
Effets spéciaux remarquables dans une série télévisée
WGA Awards
2007
Récompense pour la télévision, Mission suicide et La Grande Rafle

Autres distinctions[modifier | modifier le code]

2005
Le top 10 des émissions télévisées de l’année selon l’American Film Institute[30]
Le meilleur de 2005 selon le Time : Télévision (no 1)[31]
Les 100 moments les plus inattendus de la télévision selon TV Guide et TV Land pour À la recherche de la Terre - 2e partie 2 (no 98)
Les 10 meilleures émissions de télévision de 2005 selon le Chicago Tribune[32]
Les 10 meilleures émissions de télévision de 2005 selon Newsday (no 1)[19]
Les 10 meilleures émissions de télévision selon le Pittsburgh Post-Gazette (no 1)[33]
2006
Les 10 meilleures émission télévisées de l’année selon l’American Film Institute[34]
Le meilleur de 2006 selon le Time : Télévision (no 7)[35]
Les 10 meilleures émissions télévisées de 2006 selon le Chicago Tribune[26]
Les 10 meilleures émissions de télévision de 2006 selon Entertainment Weekly (no 1)[35]
Les 10 meilleures émissions de télévision de 2006 selon Newsday (no 3)[35]
Les 10 meilleures émissions de télévision de 2006 selon TV Guide (no 5)[35]
2007
Les 25 meilleures science-fictions des 25 dernières années selon Entertainment Weekly (no 2)
Les 100 meilleurs émissions de télévision de tous les temps selon le Time[36]
Les 10 meilleures émissions de télévision de 2007 selon The New York Times (no 8)[37]
2008
Les 10 meilleures séries télévisées de 2008 selon le Time (no 8)[38]
Les 10 meilleurs épisodes de série de 2008 selon le Time (no 6 - Otages en danger)[39]
Les 10 meilleures émissions de télévision de 2008 selon le Chicago Tribune[25]
Les meilleures émissions de 2008 selon TV Guide[40]
Les Tubey Awards de Television Without Pity : Meilleur drame[41] et meilleure distribution[42]
Les 25 meilleures émissions de télévision de 2008 selon le San Francisco Chronicle (no 4)[43]
2009
Les 50 meilleurs drames de la télévision de tous les temps (no 12)[44]
Les 100 meilleurs épisodes [américains] de tous les temps en 2009 selon TV Guide (no 9 - Un bain de sang)
2011
Les 50 meilleures séries de science fiction de tous les temps (no 1)[45]

Produits dérivés[modifier | modifier le code]

Séries dérivées[modifier | modifier le code]

Caprica[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Caprica.

Le 27 avril 2006, Sci Fi Channel annonce qu'une série dérivée prélude (appelée Caprica) est en développement[46]. Elle se deroulera cinquante ans avant le début de Battlestar Galactica, avant la première guerre contre les cylons, et relatera les événements de la famille Adama et de la société capricaine, tout en montrant l'arrivée de la technologie menant à la création des cylons, puis la révolte de ceux-ci.

Presqu'un an plus tard, le 26 mars 2007, Ronald D. Moore déclare que Sci Fi ne prendra pas Caprica en tant qu'épisode pilote, mais laisserait la porte ouverte à un film ou une sortie directement en DVD. Selon Moore, l'émission est à ce moment en standby[47].

À nouveau un an plus tard, le 18 mars 2008, Moore annonce que la série Caprica, reportée à de nombreuses reprises, est devenue un projet concret. Sci Fi donne son feu vert pour un épisode pilote déguisé de cette série — ce qui signifie qu'elle sera diffusée comme un téléfilm (un peu comme Razor) — et que si le succès est au rendez-vous, le réseau la passera au statut de série télévisée. Le tournage de ce projet est prévu pour commencer au printemps 2008, et la diffusion devrait se faire durant l'automne de cette même année[48],[49].

Le pilote sort finalement en DVD le 21 avril 2009 avant une diffusion sur Sci Fi en 2010, juste avant la première saison complète qui a été commandée et sera tournée à partir de l'été 2009, à Vancouver comme Battlestar Galactica.

Battlestar Galactica: Blood and Chrome[modifier | modifier le code]

Battlestar Galactica: Blood and Chrome devait être une nouvelle série spin-off s'insérant chronologiquement entre Caprica et Battlestar Galactica. L'action aurait eu lieu au moment de la première guerre avec les Cylons soit quarante ans avant la Destruction des Douze Colonies. Le personnage principal aurait été William Adama pour lequel l'acteur Luke Pasqualino avait été retenu[50]. Malheureusement, ce projet de série fut annulé par la chaîne Syfy qui devait la diffuser, après la production d'un seul double-épisode-pilote en mars 2012.

Cependant la série reprend le 9 novembre 2012, depuis, la chaîne Machinima Network sort deux épisodes sur YouTube chaque vendredi.

Comics[modifier | modifier le code]

  • Battlestar Galactica 2003 est adapté en comics par le scénariste Greg Pak et le dessinateur Nigel Raynor. La série est éditée, en anglais uniquement, par Dynamite entertainment à partir de mai 2006.
  • Une mini-série de 4 épisodes consacrée à la jeunesse de Zarek est éditée par le même éditeur.

Disques[modifier | modifier le code]

  • 2004 : Battlestar Galactica (Original Soundtrack from the Sci-Fi Channel Miniseries). CD de la Bande originale de la télésuite. ASIN : B0001BS4SS
  • 2005 : Battlestar Galactica: Season One (Original Soundtrack). CD de la Bande originale de la saison 1. ASIN : B0009Q0F5U
  • 2006 : Battlestar Galactica: Season Two (Original Soundtrack). CD de la Bande originale de la saison 2. ASIN : B000FCUYKO
  • 2007 : Battlestar Galactica: Season Three (Original Soundtrack). CD de la Bande originale de la saison 3. ASIN : B000UZ4C4A
  • 2009 : Battlestar Galactica: Season Four (Original Soundtrack). CD de la Bande originale de la saison 4. ASIN : B0028ERCMU
  • 2009 : Battlestar Galactica: The Plan and Razor (Original Soundtrack). CD de la Bande originale des téléfilms Razor et The Plan.

Livres[modifier | modifier le code]

  • (en) David Bassom, Battlestar Galactica : the official companion, London, Titan,‎ 2005 (ISBN 1845760972)
  • (en) David Bassom, Battlestar Galactica : the official companion, season 2, London, Titan,‎ 2006 (ISBN 1845762215)
  • (en) David Bassom, Battlestar Galactica : the official companion : Season Three, London, Titan,‎ 2007 (ISBN 1845764781)

Jeux vidéo[modifier | modifier le code]

  • Le jeu Beyond The Red Line basé sur l'univers de Galactica est distribué gratuitement sur PC (Windows, Linux) et Macintosh, une démo est d'ores et déjà disponible.
  • Le jeu Battlestar Galactica dispose de la licence officielle, il est disponible à la vente depuis l'automne 2007 pour PC (Windows) et Xbox 360.
  • Battlestar Galactica - Edge of Apocalypse est une adaptation du jeu spatial Freelancer à l'univers de Battlestar Galactica.
  • Battlestar Galactica Online, MMO spatial en 3D sur navigateur édité par Bigpoint.
  • Le premier épisode, Shattered Armistice du jeu Diaspora basé sur le moteur open source de FreeScape est distribué gratuitement sur PC (Windows, Linux), et Macintosh, et consiste au pilotage de Viper/Raptor et a la gestion d'escouades de chasseurs d'alertes dans huit missions avec différentes fins possible.

Jeux de société[modifier | modifier le code]

  • Le jeu Battlestar Galactica : The Board Game est publié par Fantasy Flight Games en 2008. Dans ce jeu semi-coopératif, les joueurs sont des humains ou des agents cylons, conscients ou dormants, l'objectif pour les humains étant de rejoindre la Terre, pour les cylons de les en empêcher. La version française est éditée chez Edge Entertainment.

Sources[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Mark Pesce, « Piracy is Good? How Battlestar Galactica Killed Broadcast TV », Mindjack,‎ 13 mai 2005 (consulté le 5 juin 2008)
  2. a et b (en) « Worldcon 2005 UK - Press Release 47 » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?)
  3. (en) Robert Falconer, « Galactica Webisodes Threatened By Dispute », Hollywood North,‎ 18 août 2006 (consulté le 5 juin 2008)
  4. (en) GateWorld - Galactica set for October season premiere
  5. (en) « Variety - New 'Battlestar' orbit - Sci Fi Channel drama moving to Sundays at 10 » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2013-03-30
  6. (en) podcast de l'épisode Croisements - 2e partie (retranscription)
  7. (en) SciFi news - Battlestar Galactica
  8. (en) Sci-Fi Extends Battlestar
  9. (en) What The Frak?? BATTLESTAR GALACTICA Finale To Air In 2009??!!
  10. (en) Confirmation of the show's end
  11. (en) « "Battlestar Galactica" Will End After Fourth Season » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2013-03-30, SyFy Portal, 10 mai 2007
  12. (en) Flight of Battlestar Continues
  13. (en) « 'Battlestar' burns out next year » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), Variety, 31 mai 2007. Consulté le 1er janvier 2007
  14. (en) « 'Battlestar Galactica': Say it ain't frakkin so! », Los Angeles Times,‎ 31 mai 2007 (consulté le 6 janvier 2007)
  15. (fr) Analyse de "Battlestar Galactica" et d'autres séries américaines à lire sur L'Intermède. Compte-rendu du colloque intitulté "Les séries télévisées américaines contemporaines : entre la fiction, les faits et le réel"
  16. (en) Edwards, Gavin, « Intergalactic Terror », Rolling Stone,‎ 2006-01-27 (lire en ligne)
  17. (en) Gilmore, Mikal, « End Times for 'Battlestar Galactica' », Rolling Stone,‎ March 2009 (lire en ligne)
  18. (en) Fonseca, Nicholas, « Honors Class », Entertainment Weekly,‎ 2006-06-14 (lire en ligne)
  19. a et b Traduction libre de (en) Werts, Diane, « The Best of 2005 Television », Newsday,‎ 2005-12-25 (lire en ligne)
  20. Traduction libre de (en) Bianco, Robert, « 'Galactica' back, better than ever », USA Today,‎ 2005-07-14 (lire en ligne)
  21. Traduction libre de (en) Suderman, Peter, « Starborn Society », National Review,‎ 2006-01-20 (lire en ligne)
  22. Traduction libre de (en) Jensen, Jeff, « Great Space Coasters », Entertainment Weekly,‎ 2006-09-21 (lire en ligne)
  23. Traduction libre de (en) McNamara, Mary, « 'Battlestar' crew confronts a terrible reality », Los Angeles Times,‎ 2009-01-16 (lire en ligne)
  24. (en) Ryan, Maureen, « Just a few of TV's finest dramatic actors », Chicago Tribune,‎ 2007-07-02 (lire en ligne)
  25. a et b Traduction libre de (en) Ryan, Maureen, « The Top TV shows of 2008 », Chicago Tribune,‎ 2008-12-17 (lire en ligne)
  26. a et b Traduction libre de (en) Ryan, Maureen, « The Top 10 shows of 2006 (and 10 runners up) », Chicago Tribune,‎ 2006-12-14 (lire en ligne)
  27. Traduction libre de (en) Ryan, Maureen, « Year-end extravaganza: My Top 10 TV shows (and the runners up) », Chicago Tribune,‎ 2007-12-14 (lire en ligne)
  28. Traduction libre de (en) « 65th Annual Peabody Winners »
  29. (en) « Starbuck Wins! », RedEye (consulté le 20 juillet 2009)
  30. « AFI AWARDS 2005 », American Film Institute,‎ 2005 (consulté le 20 juillet 2009)
  31. « Best of 2005: Television », Time (consulté le 20 juillet 2009)
  32. (en) Maureen Ryan, « The top 10 TV shows of 2005 », Chicago Tribune,‎ 15 décembre 2005 (consulté le 20 juillet 2009)
  33. Rob Owen, « 2005 Best Television: 'Battlestar Galactica' », Pittsburgh Post-Gazette,‎ 29 décembre 2005 (consulté le 20 juillet 2009)
  34. « AFI AWARDS 2006 », American Film Institute,‎ 2006 (consulté le 20 juillet 2009)
  35. a, b, c et d (en) « Best of 2006 », Metacritic,‎ 2006 (consulté le 20 juillet 2009)
  36. (en) James Poniewozik, « The 100 Best TV Shows of All-TIME », Time (consulté le 20 juillet 2009)
  37. (en) Alessandra Stanley, « Robots, Lies and Smoking for $800, Alex », The New York Times,‎ 23 décembre 2007 (consulté le 20 juillet 2009)
  38. (en) « The Top 10 Everything of 2008: Top 10 TV Series », Time (consulté le 20 juillet 2009)
  39. (en) « The Top 10 Everything of 2008: Top 10 TV Episodes », Time (consulté le 20 juillet 2009)
  40. (en) « Best Shows of 2008 », TV Guide,‎ décembre 2008 (consulté le 20 juillet 2009)
  41. (en) « Tubey Award Winners: The Shows », Television Without Pity,‎ 16 septembre 2008 (consulté le 20 juillet 2009)
  42. « Tubey Award Winners: The Shows », Television Without Pity,‎ 16 septembre 2008 (consulté le 20 juillet 2009)
  43. (en) Tim Goodman, « And then there was one - 'Mad Men' », San Francisco Chronicle,‎ 29 décembre 2008 (consulté le 20 juillet 2009)
  44. (en) « 50 Best TV Dramas Ever », AOL (consulté en 20 juillet)
  45. (en) IGN, « Top 50 Sci-Fi TV Shows » (consulté le 21 février 2011)
  46. (en) SCI FI Wire - SCI FI Announces Caprica
  47. (en) Tuned In Journal - Executive producer Ron Moore discusses thrilling 'Galactica' cliffhanger
  48. (en) IGN: Huge-normous Battlestar Galactica News
  49. (en) IGN: Galactica Producer Talks Caprica
  50. James Hibberd, « Here's the new Adama ((Battlestar Galactica: Blood & Chrome' stars revealed: Here's the new Adama -- EXCLUSIVE) », sur http://insidetv.ew.com/, ew.com,‎ 26 mars 2011 (consulté le 26 mars 2011)

Compléments[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]