Télépathie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Pour le groupe de musique, voir Telepathe.

La télépathie (du grec τηλε, tele (distance, loin) et πάθεια, patheia (sentiment : πάθoς, ce que l'on éprouve) désigne un hypothétique échange d’informations entre deux personnes n’impliquant aucune interaction sensorielle ou énergétique connue.

En parapsychologie, la télépathie fait partie des perceptions extra-sensorielles, comme précurseur de la précognition et de la clairvoyance[1] ; un des protocoles utilisé pour l'étudier est le ganzfeld.

L'existence de la télépathie n'est pas reconnue par la communauté scientifique, les expériences des parapsychologues sont fortement critiquées par les sceptiques, notamment pour leurs biais méthodologiques.

La télépathie est un sujet très utilisé par de nombreux auteurs de science-fiction.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le terme télépathie est une francisation du mot anglais telepathy, inventé par le physicien Frederic William Henry Myers et al. en 1882, pour décrire un des aspects de la parapsychologie étudiée à la Society for Psychical Research, elle-même issue de la Cambridge Ghost Society. Voici les premières lignes de l'introduction de Phantasms Of The Living, dont le titre en français est Les Hallucinations télépathiques :

« Le titre de ce livre ne peut suffire à en expliquer le sujet. Notre intention est de nous occuper dans cet ouvrage de toutes les classes de phénomènes qui peuvent nous offrir quelque raison de supposer que l'esprit d'un homme ait agi sur l'esprit d'un autre, sans que l'on ait prononcé une parole, ou écrit un mot, ou fait un signe.

Nous avons donné d'ailleurs le nom de télépathie à cette transmission des pensées ou des sentiments, et nous rappelons dans cet ouvrage les preuves expérimentales sur lesquelles nous nous fondons pour affirmer la réalité de la télépathie. Mais nous avons rangé parmi les phénomènes télépathiques une vaste classe de faits qui semblent, au premier abord, forts différents d'une simple transmission de pensée. Je veux parler des apparitions ; nous ne nous occuperons point cependant des prétendues apparitions des morts, mais seulement des apparitions des vivants[2]. »

D'après Myers et al. : « C'est dans l'état magnétique que l'on a observé pour la première fois la transmission de pensée. Les observations sont en très petit nombre. Elles sont éparses ; elles ont été faites, en France surtout, de 1825 à 1850. Les phénomènes que l'on observait, c'était une certaine communauté de sensations entre l'opérateur et le sujet[3]. »

Recherche[modifier | modifier le code]

Pour la plupart des scientifiques, la télépathie n'existe pas, ou ils sont très sceptiques et les preuves de son existence sont considérées comme exécrables « Si les ingénieurs ou les médecins acceptaient le niveau de preuve qui est accepté par les partisans du paranormal, les ponts s'écrouleraient dans tout le pays, et les nouveaux médicaments tueraient plus qu'ils ne guérissent[4]. » Toutefois, selon certains chercheurs comme Brian Josephson, la télépathie existe mais les études scientifiques sur le sujet sont rejetées injustement[4] ; d'autres critiquent cette position, arguant que l'intérêt de Josephson pour la méditation transcendantale et le paranormal ont été désastreux intellectuellement[4].

Les protocoles d'étude de la télépathie sont nombreux et variés mais une méthode semble rallier de plus en plus de chercheurs en raison de son efficacité et de sa rigueur : le ganzfeld. Dans une méta-analyse des études sur la télépathie publiée dans le Psychological Bulletin, Honorton et Bem mettent en évidence la robustesse des résultats obtenus par ganzfeld (et en particulier autoganzfeld). Selon eux, ces résultats sont plus probants que bien d'autres résultats généralement acceptés sans controverse par la communauté scientifique. Ils concluent que la plausibilité sur le plan théorique de la télépathie semble influencer l'analyse des résultats statistiques. Or, les théories invoquées pour permettre d'intégrer la télépathie dans la science font intervenir la physique quantique. Toutefois, les chercheurs observent :

« Several possible models of reality that incorporate nonlocality have been proposed by both philosophers and physicists. Some of these models clearly rule out psi-like information transfer, others permit it, and some actually require it. Thus, at a grander level of theorizing, some parapsychologists believe that one of the more radical models of reality compatible with both quantum mechanics and psi will eventually come to be accepted. If and when that occurs, psi phenomena would cease to be anomalous. »
« But we have learned that all such talk provokes most of our colleagues in psychology and in physics to roll their eyes and gnash their teeth. So let's just leave it at that. »

D'après les auteurs, cet état de fait résulterait d'expériences traumatiques dans l'enfance : les personnes qui rejettent les résultats et les théories sur la télépathie ont été plus souvent punies pour des erreurs de type I (faux positifs : percevoir des effets quand il n'y en a pas) que pour les erreurs de type II (faux négatifs : ne pas percevoir d'effets quand il y en a)[5].

Télépathie et maladies psychiques[modifier | modifier le code]

Les malades psychiatriques qui ont des troubles de la pensée, des hallucinations ou de la paranoïa sont persuadés que certaines de leurs pensées ne sont pas les leurs et que d'autres (personnes, extraterrestres, conspirationnistes) mettent des pensées dans leur tête (insertion de pensées, courant durant l'URSS de Staline : propagande, "bourrage de crâne", ...[réf. nécessaire])[6]. Certains patients ressentent que leurs pensées sont enlevées de leur esprit ou effacées (effacement de pensées)[6]. Ces symptômes peuvent être réduits par les médicaments antipsychotiques. Les malades atteints de schizophrénie peuvent ressentir leurs hallucinations auditives comme de la télépathie[7].

Selon Carl Gustav Jung (contemporain de Sigmund Freud), qui a développé son concept d'inconscient collectif, cela permettrait d'expliquer en partie le fonctionnement des rêves et de certains phénomènes paranormaux dont la télépathie. Les Jungien assimilent les "voix" dont parlent certains patients à l'inconscient "qui s'exprime" au-delà du phénomène de censure comme décrit par Freud (système de l'inconscient selon la première topique). L'hypothèse jungienne a souvent été taxée de mysticisme.

Dans la culture populaire[modifier | modifier le code]

La télépathie est un sujet fréquent de fiction (et de science-fiction), par exemple dans Star Wars. Les formes d'utilisation de la télépathie sont variées. Certains personnages ne peuvent que recevoir les pensées qui leur sont volontairement envoyées ou seulement celles d'une personne unique. Par exemple dans la nouvelle Time for the Stars, de Robert A. Heinlein (1956), certains jumeaux sont capables de communiquer par télépathie.

À la fin des années 1960, David Cronenberg, alors jeune étudiant à Toronto, réalise son premier moyen-métrage Stereo (1969) qui décrit l'expérience du professeur Luther Stringfellow : huit hommes et femmes sont observés dans un centre de recherche après avoir subi une opération du cerveau ayant pour effet d'augmenter leur facultés télépathiques. L'occasion en est faite pour le canadien de démonter les rouages de la manipulation psychique et sectaire.

Certains télépathes peuvent lire les pensées des personnes qu'ils touchent (cf. le willing-game), à la façon des Vulcains dans la série Star Trek. André Bormanis, écrivain et consultant pour Star Trek a expliqué que la télépathie invoquée dans cette série utilise un « champ de psion » qui constitue le milieu à travers lequel les pensées et les sentiments sont communiqués. Certains humanoides peuvent se connecter à ce champ grâce à une sorte d'organe située dans leur cerveau. Il fonctionne à la manière de l'œil humain, capable de voir dans une partie du spectre électromagnétique.

Dans le livre Shining de Stephen King, et le film de Stanley Kubrick, le petit Danny a aussi un don de télépathie (nommé le shining), ce qui permet de communiquer et ainsi d'appeler au secours ceux qui ont aussi ce pouvoir.

Dans la série Harry Potter de J. K. Rowling, la télépathie est une capacité dénommée legilimancie.

Dans la série Le Pouvoir des Cinq de Anthony Horowitz, les jumeaux Jamie et Scott Tyler ont une capacité innée de télépathie qui leur permet de lire les pensées des autres et même de les contrôler. Ils savent en permanence ce que l'autre est en train de faire, ce qui leur permet de gagner de l'argent par des numéros de cirque dans la ville de Reno, au Nevada, aux États-Unis.

Certains écrivains considèrent la télépathie comme une évolution de l'humanité. Dans Just a Couple of Days de Tony Vigorito, la télépathie se répand dans l'espèce humaine par le biais du virus Pied Piper.

Dans À la poursuite des Slans de A. E. van Vogt, les humains n'acceptent pas la présence de télépathes (les Slans) au sein de la société. Un courant paranoïaque naît au sein des télépathes visant à éliminer la menace humaine et ainsi proclamer la suprématie de ce qu'ils considèrent comme l'évolution naturelle humaine. L'auteur se penche sur des situations paradoxales telles que la lutte contre un ennemi connaissant vos pensées.

Certains télépathes ont la capacité de contrôler les esprits, ce qui inclut l'injection de pensées, sentiments, visions hallucinatoires dans l'esprit d'un autre et peut causer la douleur, la paralysie, la perte de conscience, l'altération ou l'effacement de la mémoire, voire la prise de contrôle totale de la personne. C'est la cas, par exemple, de la race Carpathe dans les romans de Christine Feehan, du Professeur Xavier des X-Men et de la Reine Blanche dans les BD Marvel. Ces personnages peuvent avoir ou ne pas avoir aussi la capacité de lire les pensées.

La série Devta écrite en ourdou met en scène Farhad Ali Taimur, un télépathe engagé dans la bataille du bien contre le mal.

La télépathie est aussi présentée sous son aspect technique dans la littérature. Elle utilise principalement des implants neuronaux. Les Schèmes Mystifs de la série L’Espace de la révélation d'Alastair Reynolds utilisent leur technologie en remplacement de leur faculté de parole. Certain d'entre eux utilisent des attaques électroniques pour détruire ou contrôler l'esprit d'autres Schèmes ou de machines.

Des technologies de télépathie[modifier | modifier le code]

Converging Technologies, un rapport de 2002 présentant la synergie entre les nanotechnologies, biotechnologies, technologies de l'information et de la cognition pour améliorer les performances humaines.

Certaines personnes, qui se nomment souvent elles-mêmes « transhumanistes », affirment que les technologies de télépathie vont devenir inévitables pour le futur de l'humanité. Ils nomment les technologies mises en œuvre « techlépathie », « télépathie synthétique », « ou « psychotronique ». Kevin Warwick de l'Université de Reading, en Angleterre est un des leaders de ce mouvement et il a consacré toutes ses recherches récentes en cybernétique au développement de modes d'interconnexion entre le système nerveux humain et les ordinateurs. Il soutient que la sélection naturelle va faire de la télépathie le premier mode de communication entre les hommes, car ils en auront absolument besoin pour se développer au niveau économique et social[8],[9].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Edmund Gurney, Frederic W. H. Myers, Frank Podmore, Phantasms of the living, 1886.
  • James E. Alcock, Parapsychologie : science ou magie ?, Flammarion, Paris, 1989.
  • Robert Amadou, La Télépahie, Grasset, 1958. Parapsychologie.
  • Alice Bailey, La Télépathie et le Corps Éthérique (par le Maître D.K. à travers Alice Bailey), éditions Lucis Trust (en) Ésotérisme.
  • Henri Bergson, l'Énergie Spirituelle, P.U.F., 1962. Philosophie.
  • Henri Broch, Au Cœur de l'Extra-Ordinaire, 2002. Parapsychologie.
  • Henri Broch, Le Paranormal, Seuil, Paris, 1989. Parapsychologie.
  • Danielle Fecteau, Télépathie, l'ultime connexion, Éditions l'Âge d'Homme, octobre 2005
  • Camille Flammarion, La Mort et son Mystère en 3 volumes, qui paraît aux éditions Flammarion, fondées par son frère Ernest, avec des titres de chapitres tels que : “La pensée productrice d'images projetées à distance : le cinématographe psychique”, “Les transmissions télépathiques sensorielles” ou encore, “La télépathie et les transmissions psychique à distance. Vue et audition télépathiques”. Occultisme.
  • Camille Flammarion, Télépathie, voyance et prémonitions dans les rêves, Collection Psychologie, Ed. de l'Arbre d'Or
  • Marc Hallet, Les sciences parallèles, Espaces de Libertés, Bruxelles, 1992.
  • Institut métapsychique international, La Métapsychique, 1940-1946, P.U.F. : Expériences de télépathie précognitive de Soal et Goldney par Betty M.Humphrey, Laboratoire de Psychologie, Univ. de Duke
  • Michel de Pracontal, L'imposture scientifique en 10 leçons, Éditions du troisième millénaire Science et société, Éditions de la Découverte, 2001. (ISBN 2-7071-3293-4).
  • Djohar Si Ahmed, Comment penser le paranormal, Psychanalyse des Champs Limites de la Psyché, Ed. de l'Harmattan, 2006
  • Vassiliev L.L., La suggestion à distance, Paris, 1963, Vigot frères.
  • René Warcollier, La Télépathie (1921), Télépathie expérimentale (1938). Parapsychologie.
  • René Warcollier, Les images télépathiques, Étude des dessins télépathiques de M. Vigneron au cours de 20 années d'expérimentation. Paris, La Sélection du Livre, 1952. Parapsychologie.
  • Karl-Herbert Scheer et Clark Darlton, Perry Rhodan, Fleuve noir, 1966-...., Science-fiction.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Glossary of Parapsychological terms - ESP, Parapsychological Association. Retrieved December 19, 2006.
  2. Gurney, Myers, Podomore, traduit par L. Marillet, Les Hallucinations Télépathiques. Paris, Ed Felix Alcan, 3ème édition, 1899: introduction
  3. Gurney, Myers, Podmore, traduit par L. Marillet, Les Hallucinations Télépathiques. Paris, Ed Felix Alcan, 3e édition, 1899: Chapitre 2 - « Base expérimentale: la transmission de la pensée » - page 19
  4. a, b et c (en) Robin McKie, « Royal mail's guru in telepathy row », The Guardian, Londres,‎ 30 septembre 2001 (lire en ligne)
  5. (en) Charles Honorton et Daryl Bem, « Does Psi Exist? Replicable Evidence for an Anomalous Process of Information Transfer », Psychological Bulletin, vol. 115, no 1,‎ 1994, p. 4-18 (lire en ligne)
  6. a et b (en) Steven Rose, The 21st Century Brain, London, Ed Jonathan Cape, 2003, p. 223
  7. http://www.ma-schizophrenie.com/signes_cliniques/pos_hallucinations.htm Ma schizophrénie.com, signes cliniques
  8. (en) Dvorsky, George, « Evolving Towards Telepathy », Betterhumans.com,‎ 2004 (consulté le 24 octobre 2006)
  9. (en) TakeAway Media, « Leviathan: Back to the Future: An interview with Kevin Warwick », sur news.bbc.co.uk, BBC Two,‎ 2000 (consulté le 24 octobre 2006)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]