La Folle Journée de Ferris Bueller

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ferris.

La Folle Journée de Ferris Bueller

Titre original Ferris Bueller's Day Off
Réalisation John Hughes
Scénario John Hughes
Acteurs principaux
Sociétés de production Paramount Pictures
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Comédie
Sortie 1986
Durée 102 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

La Folle Journée de Ferris Bueller (Ferris Bueller's Day Off) est un film américain écrit et réalisé par John Hughes, sorti en 1986.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Ferris Bueller, un adolescent populaire et charmeur mais aussi cancre invétéré, vivant dans la banlieue aisée de Chicago, décide un beau matin de se prendre une journée de congé. Peu d'obstacles lui résistent lorsqu'il a une idée en tête. Se faisant passer pour malade, il sèche les cours et débauche pour la journée son meilleur ami Cameron - un jeune homme hypocondriaque et défaitiste - ainsi que Sloane, une jolie jeune fille qui s'avère être la petite amie de Ferris.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Commentaires[modifier | modifier le code]

Après Une créature de rêve, (1985) The Breakfast Club (1985) et Rose bonbon (1986), c'est le quatrième film que John Hughes consacre à un nouveau regard sur l'adolescence, ouvrant la porte à un nouveau genre cinématographique. Outre son scénario, le film séduisit par l'impertinence de son ton et par son traitement, Matthew Broderick brisant souvent le quatrième mur.

Par la suite, John Hughes allait exploiter le genre en tant que scénariste ou producteur, mais avec beaucoup moins d'originalité, notamment avec la série des Home alone : (Maman, j'ai raté l'avion, Maman, j'ai encore raté l'avion, Maman, je m'occupe des méchants !) et autres Flubber ou le remake des 101 Dalmatiens.

Le film inspira également fortement la série des années 1990, Parker Lewis ne perd jamais.

En 2008, Ferris Bueller a été classé 15e par le magazine Empire parmi les 100 Meilleurs personnages de films de l'histoire (« The 100 Greatest Movie Characters of All Time »)[1].

Ferris Bueller étonne par son caractère presque irréel. Extraverti, séduisant et au look affriolant, il semble flotter au-dessus de tous les problèmes imposés aux autres personnages(sa sœur ne parvient pas à sécher les cours, son ami Cameron souffre d'anxiété chronique, sa petite amie Sloane n'est sauvée de sa journée ennuyeuse que par l'intervention de Ferris). Il bénéficie d'une chance indécente(il croise son père à plusieurs reprises sans que celui-ci ne le remarque) et alors qu'il est sur le point de finalement se faire attraper par le principal, sa sœur le couvre, agissant comme un deus ex machina. Le personnage va même jusqu'à briser le "quatrième mur" pour s'adresser directement au spectateur, soulignant encore une fois la parfaite maitrise du monde qui l'entoure.

Si les personnages renient en quelque sorte le système scolaire, le film reflète en partie l'époque dans laquelle il est sorti, c'est-à-dire les années Reagan et un goût prononcé pour l'argent. Ainsi, le héros, tout comme Cameron, vivent dans de splendides maisons, Ferris est obsédé par l'idée d'avoir une voiture et le fait que la Ferrari soit présentée comme l'un des points centraux du film souligne ce matérialisme exacerbé. Toutefois, on peut également y voir une critique, notamment à travers le personnage de Cameron: bien que sa famille soit très riche, il est malheureux, n'a aucune passion, il ne sait pas ce qu'il veut faire comme étude et sa vie amoureuse est inexistante. De plus, il souligne dans le film que ses parents ne s'aiment pas et que lui-même déteste son père. En détruisant sa Ferrari, il se rebelle contre la figure paternelle absente(on ne le voit pas de tout le film) et plus intéressée par ses voitures que par sa propre famille.

On peut cependant voir les actes de Ferris d'une manière plus positive. Pendant le film, il justifie sa décision de sécher les cours: il estime que c'est la dernière fois qu'il pourra profiter d'une véritable journée de liberté en compagnie de sa petite amie et de son meilleur ami, Sloane devant encore passer un an au lycée alors que Cameron et lui-même ne pourront véritablement se voir pendant l'été puisqu'ils travailleront chacun de leur côté avant d'aller dans deux universités différentes. Il souligne également que s'il se fait attraper pour avoir séché, il devra redoubler. Plus tard dans le film, il explique que selon lui, cette journée d'école buissonnière fera du bien à Cameron qui doit combattre son anxiété avant d'aller à la fac. On peut donc supposer que Ferris prend des risques pour venir en aide à son ami. Le personnage présente également d'autres qualités: très sociable et diplomate, la secrétaire du proviseur rappelle à ce dernier que Ferris est apprécié dans tout le lycée, quels que soient les groupes sociaux(sportifs, motards, nerds, etc.). L'ampleur que va prendre le mouvement visant à lui venir en aide(tout le monde pense que Ferris est mourant) reflète également sa réputation. Pourtant, le héros n'est absolument pas volage et ne profite pas de ses atouts pour séduire: il est déterminé à se marier avec sa copine Sloane, faisant preuve d'une certaine droiture d'esprit. On remarquera également la totale absence de sexe, d'alcool ou de drogues dans le film, alors que l'on pourrait s'y attendre de la part d'un teenage movie des années 80. On ne peut toutefois pas parler de censure, comme le témoigne le langage cru utilisé dans le film, mais simplement d'un choix scénaristique.

Au final, on peut supposer que le véritable intérêt de cette aventure est la progression psychologique de Cameron. Totalement défaitiste, indécis et peureux au début du film, la destruction de la Ferrari lui donnera la force de tenir tête à son père et devenir responsable (il décide d'assumer entièrement au lieu de laisser Ferris s'en charger).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]