Mary Celeste

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Marie Céleste.
Mary Celeste
Image illustrative de l'article Mary Celeste
Peinture de 1861 de la Mary Celeste qui s'appelait alors Amazon par un artiste inconnu

Autres noms Amazon
Type Brigantin
Fonction Navire de commerce
Histoire
Constructeur Joshua Dewis
Chantier naval Parrsboro, Nouvelle-Écosse (Canada)
Lancement
Statut Délibérément échoué au large d'Haïti le 3 janvier 1885
Caractéristiques techniques
Longueur 30,3 m (1861)
31 m (1872)
Maître-bau 6,9 m (1861)
7,8 m (1872)
Tirant d'eau 3,6 m (1861)
4,9 m (1872)
Tonnage 198 tonneaux (1861)
282 tonneaux (1872)
Caractéristiques commerciales
Pont 1 (1861)
2 (1872)
Coordonnées 38° 20′ 00″ N 17° 15′ 00″ O / 38.333333333333, -17.2538° 20′ 00″ Nord 17° 15′ 00″ Ouest / 38.333333333333, -17.25  

La Mary Celeste était un brigantin américain qui fut découvert abandonné au large des Açores le 4 décembre 1872. Le navire qui avait quitté New York un mois plus tôt était en mauvais état avec le gréement endommagé et la cale partiellement inondée mais il était toujours en état de naviguer. Sa cargaison d'alcool dénaturé était quasiment intacte tout comme l'intérieur des cabines mais aucun membre de son équipage ne fut retrouvé. Le mystère entourant la disparition des marins n'a jamais été résolu et la Mary Celeste reste l'un des exemples les plus connus de vaisseau fantôme.

Lancé sous le nom d'Amazon au Canada en 1861, le navire fut acheté par des armateurs américains en 1868. Il fut renommé et navigua sans incident notable jusqu'en 1872. Découvert par le brigantin britannique Dei Gratia, la Mary Celeste fut remorquée jusqu'à Gibraltar où le tribunal maritime étudia diverses explications dont une tentative d'escroquerie, une mutinerie de l'équipage ou un acte de piraterie sans parvenir à en prouver aucune. Après ces audiences, la Mary Celeste continua à naviguer avec de nouveaux propriétaires mais elle ne se sépara jamais de sa réputation de navire maudit. En 1885, son capitaine l'échoua volontairement sur un récif sur la côte d'Haïti lors d'une tentative de fraude à l'assurance.

L'absence de certitude encouragea les spéculations et les rumeurs qui finirent par obscurcir la réalité des faits d'autant plus que le récit mythifié fut popularisé par de nombreuses œuvres de fiction. De nombreuses théories ont été proposées pour expliquer la disparition de l'équipage dont un acte criminel, la crainte d'une explosion de la cargaison, une trombe, l'attaque d'un calmar géant ou des interventions paranormales.

Amazon[modifier | modifier le code]

Photographie de plusieurs maisons dans une baie bordée de collines couvertes d'arbres
Spencer's Island en 2011

La quille de la future Mary Celeste fut posée à la fin de l'année 1860 dans le chantier naval de Joshua Dewis à Spencer's Island sur la cote de la baie de Fundy en Nouvelle-Écosse[1]. Le vaisseau fut construit avec du bois local sous la forme d'un brigantin avec deux mâts et des bordages à franc-bord[2]. Baptisé Amazon, le navire fut lancé le 18 mai 1861 et enregistré à Parrsboro le 10 juin 1861. Les documents indiquaient qu'il avait une longueur de 30,3 mètres, une largeur de 6,9 mètres et un tirant d'eau de 3,6 mètres pour un tonnage de 198,42 tonneaux[3],[4]. L'Amazon appartenait initialement un consortium local de neuf personnes présidé par Lewis ; parmi les associés figurait Robert McLellan, le premier capitaine du navire[5].

Pour son premier voyage en juin 1861, l'Amazon se rendit à Five Islands dans le bassin des Mines pour embarquer une cargaison de bois à destination de Londres[n 1]. Après avoir supervisé le chargement, le capitaine McLellan tomba malade ; sa condition empirant, le navire retourna à Spencer's Island où McLellan mourut le 19 juin[6],[7]. John Nutting Parker le remplaça pour la traversée de l'Atlantique mais le voyage fut mouvementé ; l'Amazon percuta des équipements de pêche au large d'Eastport dans le Maine et après avoir quitté Londres, elle coula un brick lors d'une collision dans la Manche.[6]

Parker commanda le navire durant deux années et navigua essentiellement dans les Antilles. L'Amazon traversa l’Atlantique en novembre 1861 et se rendit en France[8]; à Marseille, elle fut peinte par un artiste inconnu ayant peut-être été Honoré de Pellegrin[9],[10]. Parker quitta le navire en 1863 et William Thompson lui succéda au commandement jusqu'en 1867[6]. Le second de l'Amazon se rappela que durant ces années, « nous sommes allés dans les Antilles, en Angleterre et en Méditerranée… Rien d'inhabituel ne s'est produit[8] ». En octobre 1867, le navire fut rejeté sur la côte de l'île du Cap-Breton lors d'une tempête. Les dégâts étaient tels que ses propriétaires l'abandonnèrent et le vaisseau fut acheté comme épave le 15 octobre par Alexander McBean de Glace Bay en Nouvelle-Écosse[11],[12].

Moins d'un mois plus tard, McBean vendit l'épave à un homme d'affaire local qui la revendit en novembre 1868 à Richard W. Haines, un marin de New York[13]. Ce dernier l'acheta pour 1 750 dollars puis dépensa 8 825 dollars (environ 133 000 dollars de 2014[n 2]) pour réparer le navire dont il devint le capitaine[14]. En décembre 1868, il l'enregistra comme un vaisseau américain au port de New York sous son nouveau nom de Mary Celeste[13],[n 3]

En octobre 1869, le navire fut saisi par les créanciers de Haines[15] et vendu à un consortium new-yorkais présidé par James H. Winchester. Au cours des trois années qui suivirent, la composition du partenariat évolua à plusieurs reprises mais Winchester conserva une part majoritaire. Aucun document ne liste les activités de la Mary Celeste durant cette période[13]. Au début de l'année 1872, le navire subit d'importantes modifications d'une valeur de 10 000 dollars (environ 180 000 dollars de 2014[n 2]). Sa longueur passa à 31 mètres, sa largeur à 7,8 mètres et son tirant d'eau à 4,9 mètres[16],[17]. Par ailleurs, un second pont fut ajouté ; le compte-rendu d'un inspecteur indique l'agrandissement de la dunette, un nouveau tableau arrière et le remplacement de nombreuses charpentes[13]. Les travaux accrurent le tonnage du navire à 282,28 tonneaux. Le 29 octobre 1872, le partenariat était composé de Winchester avec six douzièmes des parts, deux investisseurs avec chacun un douzième et le nouveau capitaine Benjamin Briggs ayant les quatre douzièmes restants[18].

Vaisseau fantôme[modifier | modifier le code]

Équipage[modifier | modifier le code]

Le capitaine de la Mary Celeste, Benjamin Briggs

Benjamin Briggs était né à Wareham dans le Massachusetts le 24 avril 1835 ; il était l'un des cinq fils du capitaine Nathan Briggs et tous sauf un devinrent marins dont deux comme capitaine[19]. Benjamin était un chrétien pratiquant qui lisait régulièrement la Bible et témoignait fréquemment lors des prières[20]. En 1862, l'année de son mariage avec sa cousine Sarah Elizabeth Cobb, il commandait le schooner Forest King, sur lequel le couple partit en lune de miel en mer Méditerranée. Ils eurent un fils, Arthur, en septembre 1865 et une fille, Sophia Matilda, en octobre 1870,[21].

Au moment de la naissance de son second enfant, Briggs était devenu un membre respecté de sa profession[22]. Peu après, il décida de prendre sa retraite et de se lancer dans les affaires avec son frère Oliver, également fatigué de sa vie de marin. Ils renoncèrent à ce projet et ils achetèrent chacun des parts dans deux navires : Oliver dans le Julia A. Hallock et Benjamin dans la Mary Celeste[21],[n 4]. En octobre 1872, Benjamin prit le commandement de la Mary Celeste pour ce qui devait être son premier voyage après sa refonte à destination de Gênes en Italie. Il fut accompagné par son épouse et sa fille[23] tandis que son fils fut confié à sa grand-mère[24].

Briggs choisit son équipage avec soin[25]. Le second capitaine, Albert G. Richardson, avait épousé une de ses nièces et avait déjà navigué avec lui[26]. Son adjoint, Andrew Gilling, âgé d'environ 25 ans, était un Américain d'origine danoise[27]. Le steward Edward William Head venait tout juste de se marier et fut recruté avec une lettre de recommandation de Winchester. Les quatre derniers marins étaient des Allemands originaires des îles de la Frise : les frères Volkert et Boz Lorenzen, Arian Martens et Gottlieb Goodschaad. Un témoignage ultérieur les décrivit comme « pacifiques et des marins de première classe[25] ». Dans une lettre destinée à sa mère postée peu avant la traversée, Briggs se déclara pleinement satisfait du navire et de l’équipage[25]. De son côté, Sarah Briggs informa sa mère que l'équipage lui semblait capable[28].

Départ de New York[modifier | modifier le code]

Le 20 octobre 1872, Briggs arriva à l'estacade 50 sur l'East River à New York[29] pour superviser le chargement de la cargaison à destination de Gênes : 1 701 tonneaux d'alcool dénaturé[30],[31]. Une semaine plus tard, il fut rejoint par son épouse et leur fille[21]. Le dimanche 3 novembre, Briggs écrivit à sa mère pour lui indiquer qu'il avait l'intention de prendre la mer le mardi en ajoutant : « Notre vaisseau est en parfaite condition et j’espère que nous aurons une belle traversée[32] ».

Le mardi matin, le 5 novembre, la Mary Celeste quitta l'estacade pour le port de New York. Les conditions météorologiques étaient cependant médiocres et Briggs décida d'attendre. Il jeta l'ancre au large de Staten Island[33] et Sarah en profita pour rédiger une dernière lettre à sa belle-mère[34]. Le temps s'améliora le 7 novembre et la Mary Celeste quitta le port pour la haute-mer[33].

Alors que la Mary Celeste s’apprêtait à prendre la mer, un autre brigantin, le Dei Gratia immatriculé au Royaume-Uni se trouvait non loin de là à Hoboken où il attendait son chargement avec du pétrole à destination de Gibraltar[35]. Son capitaine, David Morehouse, et son second Oliver Deveau, étaient également originaire de Nouvelle-Écosse[36]. Étant donné leur parcours similaire, il est probable que Morehouse et Briggs se connaissaient[31]. Certaines sources avancent qu'ils étaient de bons amis et qu'ils dînèrent ensemble la soirée avant le départ de la Mary Celeste mais les preuves de cette rencontre se limitent à un entretien avec la veuve de Morehouse cinquante ans après les faits.[33],[37],[n 5]. Le Dei Gratia prit la mer pour Gibraltar le 15 novembre, huit jours après la Mary Celeste, en empruntant la même route maritime[36].

Découverte[modifier | modifier le code]

Vers 13 h le mercredi 4 décembre 1872[n 6], le Dei Gratia se trouvait à mi-chemin entre les Açores et la cote portugaise[38]. Alors que le capitaine Morehouse montait sur le pont, le timonier repéra un navire à environ dix kilomètres et approchant en zigzaguant. Les mouvements erratiques du navire et la disposition inhabituelle de ses voiles poussèrent Morehouse à penser que quelque chose n'allait pas[39]. Alors que les navires se rapprochaient, personne n'était visible sur le pont et personne ne répondait aux signaux envoyés. Morehouse demanda alors à Deveau et à son adjoint John Wright de se rendre à bord du navire inconnu. Après avoir établi que le navire était la Mary Celeste grâce au nom marqué sur la poupe les deux hommes montèrent à bord et conclurent que navire était abandonné[40]. Les voiles étaient en mauvais état et certaines avaient disparues tandis que le gréement était endommagé avec des cordages pendant des deux côtés du navire. L'écoutille principale était verrouillée mais les deux autres étaient ouvertes. La seule embarcation de sauvetage — qui avait visiblement été tirée sur l'écoutille principale — avait disparue tandis que le binnacle (en) abritant la boussole avait été déplacé et sa protection en verre brisée[41]. La cale du navire était inondée sur une hauteur de 1,1 mètre, une quantité d'eau importante mais pas dramatique pour un navire de cette taille[42]. Une canne de sondage improvisée probablement utilisée pour mesurer le niveau d'eau dans la cale fut retrouvée abandonnée sur le pont[43].

La dernière entrée dans le livre de bord, découvert dans la cabine du second capitaine, était datée du 25 novembre à h soit neuf jours auparavant. Elle indiquait que la Mary Celeste se trouvait à environ 740 kilomètres au sud-ouest de l'endroit où elle fut découverte non loin de l'île Santa Maria dans les Açores[39]. Deveau nota que l’intérieur des cabines avait été sali par l'eau qui était rentrée par les trappes mais qu'elles étaient en relativement bon ordre. Dans la cabine de Briggs, il retrouva des objets personnels dont un sabre dans un fourreau mais la plupart des documents du navire et les instruments de navigation du capitaine avaient disparus. Les ustensiles de cuisine étaient bien rangés et si aucun repas n'était servi ou en cours de préparation, les provisions étaient abondantes. Il n'y avait aucun signe apparent d'incendie ou de violence et tout indiquait que l'équipage avait abandonné le navire via la chaloupe manquante[44].

Deveau rapporta ces découvertes à Morehouse qui décida de ramener le vaisseau abandonné à Gibraltar à environ 1 100 kilomètres. Selon le droit maritime, un sauveteur pouvait espérer une part substantielle de la valeur combinée du navire et de la cargaison qui dépendait des risques encourus pour le sauvetage. Les huit marins du Dei Gratia furent répartis entre les deux vaisseaux : Deveau et deux marins expérimentés montèrent à bord de la Mary Celeste tandis que Morehouse et les quatre autres restèrent dans le Dei Gratia. Le temps fut clément jusqu'à Gibraltar mais le manque de marins rendit la navigation difficile. Le Dei Gratia atteignit Gibraltar le 12 décembre 1872 tandis que la Mary Celeste qui avait rencontré un banc de brouillard n'arriva que le lendemain. Le navire fut immédiatement immobilisé par le tribunal maritime[45] et Deveau écrivit à sa femme que la corvée de ramener le vaisseau valait la peine et qu'il « serait bien payé pour la Mary Celeste[46] ».

Audiences de Gibraltar[modifier | modifier le code]

L'audience du tribunal débuta le 17 décembre 1872 sous la présidence du juge en chef de Gibraltar James Cochrane et avec le procureur-général Frederick Solly Flood. Ce dernier a été décrit par les historiens s'étant intéressé à la Mary Celeste comme un homme « dont l'arrogance et la pompe étaient inversement proportionnelles à son QI[47] » et « le type d'homme qui, une fois qu'il avait pris une décision, ne pouvait être convaincu du contraire[48] ». Les témoignages de Deveau et de Wright convainquirent Flood qu'un crime avait été commis[49], une opinion reprise par le Shipping and Commercial List de New York le 21 décembre : « La conclusion est qu'il y a eu un crime quelque part et que l'alcool en est la cause[48] ».

Le 23 décembre, Flood ordonna un examen de la Mary Celeste qui fut réalisé par John Austin avec l'aide d'un plongeur, Ricardo Portunato. Dans son rapport, Austin nota la présence d'entailles sur les deux côtés de la proue causées, selon lui, par un objet tranchant ainsi que de possibles traces de sang sur le sabre du capitaine. Il ajouta que le navire ne semblait pas avoir été victime d'une tempête en citant la présence d'une fiole d'huile pour machine à coudre découverte à sa place[50]; Austin ne s'interrogea pas sur le fait que la fiole aurait pu être remise à son emplacement après la découverte du navire et le tribunal ne souleva pas ce point[51]. Portunato indiqua que la coque ne présentait pas de trace de collision ou d'échouement[52]. Une seconde inspection réalisée par un groupe d'officiers de la Royal Navy confirma l'opinion d'Austin selon laquelle les entailles sur la proue avaient été créées volontairement. Ils découvrirent également des traces sur le bastingage ayant pu être du sang ainsi qu'une profonde entaille peut-être causée par une hache[53]. Ces nouveaux éléments renforcèrent les soupçons de Flood en faveur d'un acte criminel[54] et le 22 janvier 1873, il transmit le rapport du tribunal au Board of Trade de Londres en ajoutant ses conclusions selon lesquelles l'équipage s'était saoulé avec l'alcool transporté— il ne mentionna pas qu'il était impropre à la consommation — et avait assassiné les officiers et la famille de Briggs. Ils auraient ensuite entaillé la proue pour faire croire à une collision avant de quitter le navire à bord de la chaloupe[54]. Flood considérait que Morehouse et ses hommes cachaient quelque chose en avançant spécifiquement que la Mary Celeste aurait en réalité été découverte plus à l'est et que le livre de bord avait été trafiqué ; il refusait en effet de croire que le navire ait pu naviguer aussi loin sans équipage[55],[n 7].

James Winchester arriva à Gibraltar le 15 janvier pour savoir si la Mary Celeste pouvait être libérée afin que le navire puisse livrer sa cargaison. Flood demanda une caution de 15 000 dollars (environ 270 000 dollars de 2014[n 2]), somme que n'avait pas Winchester[56],[57]. Peu après, il apprit par des rumeurs que Flood pensait qu'il aurait délibérément engagé un équipage afin d'assassiner Briggs et ses officiers[58]. Au cours d'une série d'échanges acerbes avec le procureur-général, Winchester témoigna de sa confiance envers Briggs et insista sur le fait qu'il n'aurait pas abandonné son navire sauf en cas de force majeure[59]. La théorie de la mutinerie proposée par Flood subit deux revers majeurs dans les jours qui suivirent. Les analyses scientifiques des traces découvertes sur le sabre et à d'autres endroits du navire conclurent qu'il ne s'agissait pas de sang[60],[n 8] tandis que le capitaine Shufeldt de la Marine américaine, sollicité par le consul américain Howard Sprague, indiqua que les entailles sur la proue avaient été causées par l'action de la mer sur le bois du navire[61].

Sans éléments pour corroborer ses soupçons, Flood libéra à contrecœur la Mary Celeste le 25 février. Deux semaines plus tard, elle prit la mer avec un équipage recruté localement sous le commandement du capitaine George Blatchford du Massachusetts[62]. La question de la récompense fut décidée le 8 avril quand Cochrane annonça que les sauveteurs recevraient 1 700 livres (environ 154 000 livres de 2011[n 2]) soit un cinquième de la valeur totale du navire et de sa cargaison[62]. Cela était très inférieur à ce qui était attendu car un expert estima que la récompense aurait du être deux ou trois fois plus importante étant donné les risques encourus pour ramener le navire au port[63]; le journaliste Macdonald Hastings indiqua par la suite que le juge « aurait difficilement pu rendre un jugement plus dur[57] ». La conclusion de Cochrane fut particulièrement virulente envers Morehouse pour sa décision, prise pendant l'audience, d'envoyer le Dei Gratia commandé par Deveau pour livrer sa cargaison de pétrole ; Morehouse resta néanmoins à la disposition du tribunal[64]. Le ton de Cochrane sous-entendait qu'un crime avait été commis et selon Hicks, cela garantit que Morehouse et son équipage « resteraient pour toujours suspects devant le tribunal de l'opinion publique[65] ».

Explications proposées[modifier | modifier le code]

Acte criminel[modifier | modifier le code]

Malgré le manque de preuves en faveur d'un acte criminel — le meurtre de Briggs et de ses officiers par un équipage ivre ou par les marins du Dei Gratia — cette théorie continua à être proposée. Il fut brièvement proposé que Winchester aurait planifié une fraude à l'assurance car les journaux rapportèrent que la Mary Celeste était assurée bien au-delà de sa valeur réelle. Le principal intéressé rejeta ces accusations et les compagnies d'assurances ne lancèrent aucune enquête sur le sujet[66]. En 1931, un article de la Quarterly Review suggéra que Morehouse aurait attendu la Mary Celeste avant d'attirer son équipage à bord du Dei Gratia où ils auraient été tués. Dans son analyse, Paul Begg note que cette théorie ignore le fait que le Dei Gratia était bien plus lent que la Mary Celeste et n'aurait pas pu combler les huit jours d'avance de cette dernière[67],[68]. Il a également été avancé que Briggs et Morehouse auraient organisé l'affaire pour pouvoir se partager la récompense offerte aux sauveteurs[69]. L'amitié, pourtant mal documentée, entre les deux capitaines a ainsi été citée en faveur de cette idée[70]. Hicks note néanmoins que « si Morehouse et Briggs avaient prévu une telle escroquerie, ils n'auraient pas planifié un mystère aussi voyant » et se demande pourquoi Briggs aurait laissé son fils derrière lui s'il voulait disparaitre définitivement[66].

Certains commentateurs ont suggéré une attaque de pirates rifains qui étaient actifs le long de la côte marocaine dans les années 1870. Dans son analyse de 1942, Charles Edey Fay note cependant que des pirates auraient pillé le navire or les objets personnels de l'équipage dont certains avaient de la valeur furent retrouvés sur la Mary Celeste[71]. En 1925, l'historien John Gilbert Lockhart proposa que Briggs, pris d'une fureur religieuse, aurait massacré tous les occupants du navire avant de se suicider. Dans une édition ultérieure de son ouvrage, Lockhart, qui avait discuté avec des descendants de Briggs, s'excusa et retira sa théorie[68],[70].

Phénomène naturel[modifier | modifier le code]

Une trombe pourrait expliquer le mystère de la Mary Celeste

Pour Begg, le véritable mystère n'est pas de savoir si Briggs et l'équipage ont abandonné un navire rempli de provision et apparemment en bon état mais « pourquoi ». Les observateurs s'accordent pour considérer qu'une telle décision n'a pu être causée que par des circonstances extraordinaires[72],[73]. Dans son témoignage, Deveau proposa une explication basée sur la présence de la canne de sondage sur le pont en suggérant que Briggs aurait abandonné le navire car une défaillance des pompes lui aurait donné l'impression que le navire embarquait rapidement de l'eau[74]. De même, une violente trombe pourrait expliquer la présence d'eau dans les cabines ainsi que l'état déplorable de ses voiles et de son gréement[75].

D'autres explications ont été proposées comme la présence d'un iceberg, la crainte de s'échouer ou un « tremblement de mer ». Selon les données hydrographiques, il est peu probable qu'un iceberg ait pu dériver si loin au sud et n'ait pas été repéré par d'autres navires[71]. Dans son ouvrage, Begg étudie la théorie selon laquelle la Mary Celeste, encalminée, aurait commencée à dériver vers le Dollabarat, un récif au large de l'île Santa Maria. Craignant que le navire ne se fracasse sur les rochers, l'équipage serait monté à bord de la chaloupe pour essayer de rejoindre la terre ferme. Le vent se serait alors levé en éloignant la Mary Celeste du récif tandis que le canot se serait perdu en mer. La faiblesse de cette théorie est que si le navire était effectivement encalminé, toutes les voiles auraient été déployées pour capter la moindre brise, or beaucoup des voiles de la Mary Celeste étaient encore roulées[25].

Selon une autre théorie, un tremblement de terre au niveau du plancher océanique, un « tremblement de mer », aurait pu endommager une partie de la cargaison qui aurait alors libéré des vapeurs inflammables. La crainte d'une explosion ou d'un incendie pourrait expliquer l'abandon du navire et les écoutilles ouvertes pour ventiler la cale[76]. L'édition du 24 janvier 1886 du New York World rapporta ainsi l'explosion d'un navire transportant une cargaison d'alcool[77] tandis que le numéro du 9 février 1913 du même journal avance que les tonneaux de mauvaise qualité transportés par la Mary Celeste auraient laissés s’échapper des émanations inflammables[78]. Oliver Cobb, un cousin du capitaine Briggs, avança ainsi qu'un tel scénario — des grondements dans cale, l'odeur des gaz et une éventuelle explosion — aurait suffisamment effrayé Briggs pour qu'il abandonne le navire[79]. L’absence de dégâts causés par une explosion affaiblit cette théorie[80],[n 9] mais une expérience réalisée en 2006 par Andrea Sella de l'University College de Londres pour la chaîne de télévision Channel 5 a montré que cela n'était pas nécessairement le cas. À l'aide de butane, il provoqua une explosion dans une réplique de la Mary Celeste qui créa une importante boule de feu. Contrairement aux attentes, celle-ci n'engendra aucun dégâts : « Ce que nous avons créée est une explosion de type onde de choc. Il y a eu une spectaculaire gerbe de flammes mais, derrière elle, l'air était relativement frais. Aucune suie ne fut produite et il n'y eut ni brûlure ou rousseur[81] ».

Cobb avança que le transfert à bord de la chaloupe était peut-être temporaire et proposa que les cordages pendant des côtés du navire avaient servi à attacher le canot à la Mary Celeste. Selon cette théorie, les cordages se seraient rompus et la Mary Celeste vide se serait éloignée laissant l'équipage dériver vers un destin inconnu à bord de la chaloupe[79]. Begg juge cependant illogique de s’attacher à un navire que les marins pensaient sur le point d’exploser ou de couler[82]. Hastings se demande si Briggs, un capitaine expérimenté, aurait ordonné un abandon en catastrophe du vaisseau alors que même si une partie de la charpente de la Mary Celeste avait été détruite par une explosion, elle aurait offert de plus grandes chances de survie que la chaloupe. Si cela s'était passé comme cela, Briggs « se serait comporté comme un idiot ; pire, un idiot apeuré[83] ».

Mythes et inventions[modifier | modifier le code]

Le jeune Arthur Conan Doyle dont l'histoire de 1894 propagea nombre de mythes sur la Mary Celeste

Dans les décennies qui suivirent l'affaire, la réalité et la fiction s’entremêlèrent. Dès juin 1883, le Los Angeles Times relata l'histoire de la Mary Celeste avec des détails inventés : « Toutes les voiles étaient en place, la barre était  lashed fast  ⇔  merci d’apporter votre expertise, et de préciser, pas une corde n'était pas à sa place… le feu brulait dans la cambuse. Le diner attendait intouché et à peine froid… le livre de bord avait été complété une heure avant sa découverte[84] ». Vingt ans plus tard, l'édition de novembre 1906 de l'Overland Monthly and Out West Magazine indiquait que la Mary Celeste avait été retrouvée dérivant près des îles du Cap-Vert, 2 600 kilomètres plus au sud que dans la réalité. L'article contenait également d'autres erreurs : le second était « un homme dénommé Briggs » et le navire transportait des poulets vivants[85].

Le récit le plus influent, qui selon de nombreux observateurs garantit que l'histoire de la Mary Celeste ne serait jamais oubliée[86],[87] fut publié de manière anonyme en janvier 1884 dans le Cornhill Magazine ; Il s'agissait de l'une des premières œuvres d'Arthur Conan Doyle, alors un médecin de marine de 25 ans. L'histoire, intitulée J. Habakuk Jephson's Statement prenait de grandes libertés avec la réalité : Doyle renomma le navire en Marie Celeste, le capitaine s’appelait « J. W. Tibbs », la traversée eut lieu en 1873 entre Boston et Lisbonne et le vaisseau transportait des passagers dont l'éponyme Jephson[88]. Dans la nouvelle, Septimus Goring, un fanatique animé d'une haine des blancs, pousse les membres de l'équipage à assassiner Tibbs et à rejoindre les côtes de l'Afrique de l'Ouest. Seul Jephson est épargné car il possède un charme magique vénéré par Goring et ses complices[n 10]. Doyle ne s'attendait pas à ce que son récit soit pris au sérieux mais Sprague, toujours consul américain à Gibraltar[n 11], fut tellement intrigué qu'il mena une enquête pour déterminer si le récit pouvait être véridique[89].

En 1913, le Strand Magazine publia le récit d'un prétendu survivant dénommé « Abel Fosdyck » présenté comme le steward de la Mary Celeste. Dans cette version, toutes les personnes présentes — Fosdyck excepté — moururent noyés ou dévorés par les requins quand une plateforme temporaire sur laquelle elles s'étaient rassemblées pour assister à un concours de natation s'effondra dans la mer. À la différence de l'histoire de Doyle, ce récit fut proposé par le magazine comme une solution sérieuse au mystère mais il contenait de nombreuses erreurs de base : « Griggs » au lieu de Briggs, « Boyce » au lieu de Morehouse, la fille de Briggs avait sept ans au lieu de deux et l'équipage comptait treize membres tandis le texte démontrait une méconnaissance de la terminologie navale[86]. Au début des années 1920, l'auteur irlandais Laurence J. Keating publia le récit d'un survivant appelé « John Pemberton » ; l'histoire contenait diverses erreurs de base telles le nom de Marie Celeste[90] mais elle était tellement convaincante que le New York Herald Tribune la publia comme un récit véridique dans son édition du 26 juillet 1926[91]. Hastings décrit le canular de Keating comme « une tromperie adroite par un homme non dénué d’imagination[92] ».

En 1924, le Daily Express publia l'histoire d'un capitaine à la retraite dont l'informateur était prétendument l'ancien bosco de la Mary Celeste[93] alors qu'aucun marin n'avait cette fonction à bord du navire[94]. Dans ce récit, Briggs et son équipage découvrent un vapeur à la dérive qui se révèle abandonné. Ayant découvert 3 500 livres (environ 300 000 livres de 2011[n 2]) dans le coffre du navire, ils auraient décidé de se partager le magot, d'abandonner la Mary Celeste et de rejoindre l'Espagne à bord des chaloupes du vapeur pour commencer une nouvelle vie. Hastings juge incroyable qu'une histoire aussi invraisemblable ait pu, pour un temps, convaincre les lecteurs[93].

Le numéro du 17 septembre 1904 du Chambers's Journal suggéra que tous les marins de la Mary Celeste aurait pu être saisis un par un par une pieuvre ou un calmar géant[77]. Selon le musée d'histoire naturelle de Londres, le calmar géant ou Architeuthis dux peut atteindre une longueur de quinze mètres[95] et des attaques de navire sont connues[96]. Begg remarque cependant que si une telle créature aurait en théorie pu s'emparer d'un marin, il semble peu probable qu'elle les ait tous saisis et qu'elle ait également emporté les instruments de navigation du capitaine[97].

Il a également été fait appel à des interventions paranormales pour expliquer le mystère de la Mary Celeste. Une édition non datée du British Journal of Astrology décrit l'histoire du navire comme une expérience mystique reliée par des pouvoirs dépassant la compréhension humaine à la grande pyramide de Gizeh, à l'Atlantide et au mouvement anglo-israélite[98]. Certains ont évoqué le triangle des Bermudes même si la Mary Celeste se trouvait dans une zone complètement différente de l'océan Atlantique[99] tandis que d'autres proposent que l'équipage aurait été capturé par des extraterrestres[98].

Fin de carrière[modifier | modifier le code]

Photographie satellite de l'île de la Gonâve dans le golfe du même nom. Le banc Rochelois est visible dans le canal au sud.

Après avoir livré sa cargaison, la Mary Celeste quitta Gènes le 26 juin 1873 et arriva à New York le 19 septembre[100]. L'audience de Gibraltar et les articles de journaux parlant de bain de sang et de meurtre en firent un navire peu apprécié ; Hastings note qu'elle « pourrit sur les quais où personne ne voulait d'elle[101],[n 12] ». En février 1874, le consortium vendit le navire à perte à un groupe d'hommes d’affaires new-yorkais[102]. La Mary Celeste voyagea alors essentiellement dans l'océan Indien où ses traversées se faisaient régulièrement à perte[102]. Elle continua néanmoins à apparaître dans la rubrique fait divers des journaux : en février 1879, elle fit escale sur l'île de Sainte-Hélène car son capitaine Edgar Tuthill était malade[103]. Son décès renforça l'idée d'un navire maudit car il était le troisième capitaine à décéder prématurément[102]. En février 1880, la Mary Celeste fut vendue à un groupe de bostoniens menés par Wesley Gove[104]. Dans les années qui suivirent, le navire changea à plusieurs reprises de port d'attache avant de revenir à Boston. Aucun document ne liste les activités du vaisseau durant cette période mais l'historien Brian Hicks indique Gove investit beaucoup de temps et d'argent pour en faire une réussite[105],[106].

En novembre 1884, le capitaine Gilman C. Parker organisa une escroquerie avec un groupe d’armateurs de Boston qui chargèrent la Mary Celeste d'une cargaison sans valeur mais indiquèrent sur le manifeste d'expédition qu'il s'agissait de biens précieux et l’assurèrent pour 30 000 livres (environ 680 000 dollars de 2014[n 2]). Le 16 décembre, Parker prit la mer pour Port-au-Prince, la capitale et principal port d'Haïti[107]. Le 5 janvier 1885, la Mary Celeste approcha de la ville via le canal entre l'île principale et l'île de la Gonâve où se trouvait un récif corallien bien connu, le banc Rochelois. Parker échoua volontairement le navire sur le récif, ce qui endommagea irrémédiablement la coque. Ayant rejoint la terre ferme avec une chaloupe, Parker et son équipage vendirent une partie de la cargaison au consul américain avant de demander un dédommagement pour la marchandise assurée[108],[109].

Quand le consul réalisa que ce qu'il avait acheté n'avait aucune valeur[110], la compagnie d'assurance lança une enquête approfondie qui révéla la tentative d'escroquerie. Parker et les armateurs furent jugés en juillet 1885 à Boston pour fraude à l'assurance en bande organisée. Parker fut également accusé d'avoir « volontairement naufragé le navire », un crime appelé baraterie (en) à l'époque passible de la peine de mort. Le procès pour fraude fut le premier mais le 15 aout, le jury annonça qu'il n'était pas parvenu à un verdict ; certains jurés ne voulaient en effet pas affaiblir la défense de Parker dans le procès à venir où il risquait la mort en le reconnaissant coupable. Plutôt que d'organiser un coûteux second procès, le juge négocia un accord par lequel les accusés abandonnaient leurs demandes de dédommagement et remboursaient les sommes perçues. Le procès pour baraterie contre Parker fut différé et il fut libéré ; sa réputation était cependant ruinée et il mourut dans la misère trois mois plus tard. L'un de ses co-accusés sombra dans la folie et un autre se suicida. Begg note que « si le tribunal des hommes ne pouvait punir ces hommes… la malédiction qui envoûtait le navire depuis que son premier capitaine, Robert McLellan était mort durant son premier voyage pouvait, par-delà la tombe aquatique du vaisseau, exercer sa terrible vengeance[111] ».

Héritage[modifier | modifier le code]

Il n'y a jamais eu un consensus clair sur l'un ou l'autre scénario. C'est un mystère qui a tourmenté d'innombrables personnes dont les familles des marins disparus et les centaines d'autres qui ont tenté en vain de résoudre l'énigme. Le Vaisseau Fantôme [Ghost Ship] est peut-être la meilleure démonstration du proverbe qui veut que la mer ne révèle jamais ses secrets

Brian Hicks: Ghost Ship (2004)[112]

En août 2001, une expédition menée par l'archéologue marin (en) et romancier Clive Cussler annonça avoir découvert les restes d'un navire enseveli dans le banc Rochelois. Seuls quelques morceaux de bois et de métal purent être récupérés, le reste étant prisonnier dans le corail[113]. Les premiers tests réalisés sur des échantillons de bois montrèrent qu'il correspondait à celui qui était couramment utilisé dans les chantiers navals de New York dans les années 1870 quand la Mary Celeste subit une reconstruction[114]. Des analyses dendrochronologiques réalisées la Commission géologique du Canada montrèrent néanmoins que le bois venait d’arbres, vraisemblablement de l'État américain de Géorgie, qui poussaient encore en 1894, une décennie après l'échouage de la Mary Celeste[115].

La Mary Celeste ne fut pas le premier exemple d'un navire découvert mystérieusement abandonné en haute-mer. L'officier et historien Rupert Gould liste plusieurs exemples de ce type entre 1840 et 1855[116]. Quel que soit le fond de vérité de ces récits, c'est celui de la Mary Celeste qui reste le plus connu au point que son nom est devenu synonyme de disparition inexpliquée[117].

L'histoire de la Mary Celeste a inspiré de nombreuses œuvres de fiction tels des romans, des drames radiophoniques et des films comme The Mystery of the Mary Celeste de 1937. À Spencer's Island, un monument a été construit sur le lieu de construction du navire et la Mary Celeste a été reproduite sur des timbres de Gibraltar et des Maldives[118].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. L'historien Charles Edey Fay donne une version différente du premier voyage. Selon lui, le navire se serait rendu à Windsor pour charger du plâtre devant être livré à New York[8].
  2. a, b, c, d, e et f Valeur calculée avec le déflateur du PIB (GDP deflator) en utilisant le site Measuring Worth.
  3. L’origine de ce nom est mal connue ; Begg note que Marie Céleste était la fille illégitime de l'astronome Galilée[119].
  4. La Julia A. Hallock coula lors d'une tempête dans le golfe de Gascogne le 8 janvier 1873 alors que le mystère de la disparition de la Mary Celeste était étudié à Gibraltar. Le capitaine Oliver Briggs sombra avec le navire et il n'y eut qu'un seul survivant[51].
  5. Dans leur ouvrage sur les mystères irrésolus, Lionel et Patricia Fanthorpe reprennent comme un fait cette amitié et ce diner[120] mais d'autres auteurs comme Paul Begg sont dubitatifs : « Personne ne saurait douter de Mme Morehouse, mais dans cette affaire, il semble inconcevable qu'une telle amitié, si elle exista, n'ait pas été mentionnée durant les audiences à Gibraltar ou par un membre de la famille du capitaine Briggs[121] ».
  6. Certaines sources évoquent le 5 décembre mais au XIXe siècle, le temps en mer « avançait » de douze heures sur le temps à terre car les journées commençaient à midi[39].
  7. Par opposition à la théorie de Flood, Fay cite le cas du William L. White qui dériva sur plus de 9 300 kilomètres pendant dix mois entre 1888 et 1889 et qui fut observé par 45 navires[122].
  8. Si Floos et Cochrane prirent connaissance de ces conclusions, elles ne furent rendues publiques que quatorze ans plus tard, ce qui laissa la version d'un acte criminel se répandre dans l'imaginaire collectif[31].
  9. A Gibraltar, neuf des 1 701 tonneaux d'alcool furent retrouvés vides tandis que les autres étaient intacts. Cela était considéré comme une perte acceptable pour une cargaison de cette nature[123].
  10. Le texte complet de la nouvelle est accessible sur Wikisource : J. Habakuk Jephson's Statement.
  11. Sprague résida à Gibraltar de 1848 à 1901 ; sa nécrologie dans le New York Times le 19 octobre 1901 le décrivit comme « le plus vieux consul américain[124] ».
  12. Au Royaume-Uni, le Times et le Manchester Guardian avaient publié en février 1873 des articles mentionnant les prétendues traces de sang et de violence[125],[126]. Le Boston Post du 24 février avança que l’équipage, « essentiellement des étrangers », s'était saoulé et avait tué Briggs, son épouse, sa fille et les officiers avant de s'enfuir pour les « îles occidentales"[127]. Le 24 mars, le Département du Trésor américain publia une circulaire avançant de « forts soupçons » de meurtre par l'équipage dans une fureur alcoolique[128].


  1. Fay 1988, p. 44.
  2. Fay 1988, p. 45.
  3. Fay 1988, p. 192-193.
  4. Begg 2007, p. 14-16.
  5. Fay 1988, p. 46.
  6. a, b et c Begg 2007, p. 17-18.
  7. Fay 1988, p. 48.
  8. a, b et c Fay 1988, p. 49-50.
  9. Begg 2007, p. 166-167.
  10. (en) « J. Honore M. Pellegrin (1793-1869) », Vallejo Gallery
  11. Fay 1988, p. 50-51.
  12. Begg 2007, p. 19.
  13. a, b, c et d Fay 1988, p. 53-55.
  14. Begg 2007, p. 20.
  15. Hicks 2004, p. 26.
  16. Fay 1988, p. 199-200.
  17. Begg 2007, p. 22.
  18. Hastings 1972, p. 13.
  19. Begg 2007, p. 24.
  20. Fay 1988, p. 22.
  21. a, b et c Begg 2007, p. 26-28.
  22. Fay 1988, p. 22-23.
  23. Hicks 2004, p. 7.
  24. Fay 1988, p. 17.
  25. a, b, c et d Begg 2007, p. 33-37.
  26. Fay 1988, p. 24-26.
  27. Fay 1988, p. 27.
  28. Hastings 1972, p. 115.
  29. Fay 1988, p. 3.
  30. Hicks 2004, p. 59.
  31. a, b et c Hastings 1972, p. 44-45.
  32. Fay 1988, p. 9.
  33. a, b et c Begg 2007, p. 30-31.
  34. Fay 1988, p. 12.
  35. Hicks 2004, p. 61.
  36. a et b Begg 2007, p. 38-39.
  37. Hicks 2004, p. 52.
  38. Hicks 2004, p. 74.
  39. a, b et c Begg 2007, p. 40-41.
  40. Hicks 2004, p. 73-75.
  41. Fay 1988, p. 38-41.
  42. Hicks 2004, p. 76.
  43. Begg 2007, p. 43-44.
  44. Begg 2007, p. 45-46.
  45. Fay 1988, p. 41-42.
  46. Begg 2007, p. 50.
  47. Fanthorpe et Fanthorpe 1997, p. 80.
  48. a et b Begg 2007, p. 57.
  49. Fay 1988, p. 76.
  50. Fay 1988, p. 229-235.
  51. a et b Begg 2007, p. 73-74.
  52. Fay 1988, p. 236.
  53. Fay 1988, p. 79.
  54. a et b Begg 2007, p. 68-69.
  55. Hastings 1972, p. 46-47.
  56. Begg 2007, p. 77.
  57. a et b Hastings 1972, p. 53.
  58. Begg 2007, p. 78.
  59. Hicks 2004, p. 120.
  60. Fay 1988, p. 237-238.
  61. Fay 1988, p. 86-87.
  62. a et b Begg 2007, p. 79.
  63. Fay 1988, p. 117-118.
  64. Fay 1988, p. 84.
  65. Hicks 2004, p. 136.
  66. a et b Hicks 2004, p. 150-152.
  67. Fay 1988, p. 177-178.
  68. a et b Begg 2007, p. 100-101.
  69. Hastings 1972, p. 131.
  70. a et b Hastings 1972, p. 133-134.
  71. a et b Fay 1988, p. 127-129.
  72. Begg 2007, p. 131.
  73. Hastings 1972, p. 130.
  74. Fay 1988, p. 70.
  75. Begg 2007, p. 140-146.
  76. Begg 2007, p. 136-139.
  77. a et b Fay 1988, p. 168.
  78. Fay 1988, p. 169.
  79. a et b Begg 2007, p. 132-134.
  80. Fay 1988, p. 106-107.
  81. (en) Adrian Lee, « Solved : The Mystery of the Mary Celeste », UCL News (University College de Londres),‎
  82. Begg 2007, p. 135-136.
  83. Hastings 1972, p. 137.
  84. (en) « A Mystery of the Sea : Who Can Explain Why and How the Mary Celeste was Abandoned? », The Los Angeles Times,‎ , p. 5
  85. (en) Arthur H. Dutton, « Tales of the Sea II : The Mystery of the Mary Celeste », Overland Monthly and Out West, vol. XLVIII, no 3,‎ , p. 20-22
  86. a et b Begg 2007, p. 88-91.
  87. Hicks 2004, p. 8.
  88. Begg 2007, p. 164-166.
  89. Hastings 1972, p. 69-70.
  90. Begg 2007, p. 93-94.
  91. Begg 2007, p. 97.
  92. Hastings 1972, p. 119, 145.
  93. a et b Hastings 1972, p. 88-93.
  94. Fay 1988, p. 201-210.
  95. (en) « Architeuthis dux (giant squid) », Musée d'histoire naturelle de Londres
  96. Denis Delbecq, « Calmar géant pour le trophée Jules-Verne », Libération,‎ (lire en ligne)
  97. Begg 2007, p. 103.
  98. a et b Hastings 1972, p. 122-123.
  99. Hicks 2004, p. 9.
  100. Fay 1988, p. 137.
  101. Hastings 1972, p. 139.
  102. a, b et c Hicks 2004, p. 158-159.
  103. (en) « Latest Shipping Intelligence », The Times,‎ , p. 12 (inscription nécessaire)
  104. Begg 2007, p. 147.
  105. Hicks 2004, p. 180.
  106. Fay 1988, p. 201-202.
  107. Begg 2007, p. 148.
  108. Hicks 2004, p. 178-79.
  109. Hastings 1972, p. 140.
  110. Hicks 2004, p. 182.
  111. Begg 2007, p. 152-57.
  112. Hicks 2004, p. 6.
  113. (en) « Famous Ghost Ship Found », BBC News,‎
  114. Begg 2007, p. 162-163.
  115. (en) Jonathan Thompson, « Dating of Wreck's Timbers Puts Wind in Sails of the 'Mary Celeste' Mystery », The Independent,‎ (lire en ligne)
  116. Gould 1946, p. 30.
  117. Begg 2007, p. 81-83.
  118. Begg 2007, p. 115-116.
  119. Begg 2007, p. 21.
  120. Fanthorpe et Fanthorpe 1997, p. 78.
  121. Begg 2007, p. 32.
  122. Fay 1988, p. 136.
  123. Hicks 2004, p. 140.
  124. (en) « Oldest Consul Is Dead : Horatio J. Sprague Had Represented This Country at Gibraltar Since 1848 », The New York Times,‎ (lire en ligne) (inscription nécessaire)
  125. (en) « Mysterious Occurence at Sea », The Manchester Guardian,‎ , p. 6 (lire en ligne) (inscription nécessaire)
  126. (en) « A Mystery of the Sea », The Times,‎ , p. 9 (inscription nécessaire)
  127. (en) « A Brig's Officers Believed to be Murdered at Sea », The Boston Post,‎ (lire en ligne)
  128. (en) William Adams Richardson, « A Mystery of the Sea : Fate of the Captain, his Wife, the Mate and Crew of the Mary Celeste », The New York Times,‎ (lire en ligne)


Bibliographie[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :