The Chase (Doctor Who)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir The Chase.
The Chase
Épisode de Doctor Who
Titre original The Chase
Numéro d'épisode Saison 2 (1re série)
Épisode 8 (ou 16)
Code de production R
Réalisation Richard Martin
Scénario Terry Nation
Production Verity Lambert
Durée 6 x 25 minutes
Diffusion au sur BBC One
Personnages Docteur :
1er
Compagnons :
Barbara Wright
Ian Chesterton
Vicki
Steven Taylor
Chronologie
Précédent The Space Museum The Time Meddler Suivant
Liste des épisodes

The Chase (La Poursuite) est le seizième épisode de la première série de la série télévisée britannique de science-fiction Doctor Who, diffusé pour la première fois en six parties hebdomadaires du 22 mai au 26 juin 1965. Écrit par le scénariste Terry Nation, cet épisode marque le départ de la série des personnages de Barbara Wright et Ian Chesterton, respectivement joués par Jacqueline Hill et William Russell.

Résumé[modifier | modifier le code]

Les Daleks semblent avoir construit leur propre machine à voyager dans le temps. Ils décident donc de partir en chasse de celui qu'ils considèrent comme leur pire ennemi : Le Docteur, qu'ils réussissent à localiser et à poursuivre à travers le temps et l'espace.

Distributon[modifier | modifier le code]

Synopsis[modifier | modifier le code]

The Executioners[modifier | modifier le code]

Alors que les Daleks semblent être à la poursuite du Docteur, à l'intérieur du TARDIS chacun s'occupe comme il peut. Le Docteur a réparé un visualiseur d'espace-temps, un téléviseur permettant de voir les différentes périodes de l'espace et du temps et chacun s'amuse tour à tour à regarder Abraham Lincoln, La Reine Élisabeth et William Shakespeare, ou les Beatles. Le TARDIS se pose alors sur la planète Aridia, au milieu d'un désert de sable. Le Docteur confie à Ian une boussole à TARDIS, Ian et Vicki partant en exploration ; alors qu'ils découvrent des tunnels, le Docteur et Barbara aperçoivent à travers le visualiseur que les Daleks sont à leurs trousses. Pris par une tempête de sable, le TARDIS est enseveli tandis que des Daleks font leur apparition.

The Death of Time[modifier | modifier le code]

Le Docteur et Barbara, en fuite des Daleks, rencontrent des Aridiens qui comptent les aider à retrouver leurs amis ; pendant ce temps les Daleks décident de mettre en esclavage les Aridiens et les forcent à désensabler le TARDIS. Leur peuple décide alors de se servir du Docteur de et Barbara afin de négocier avec les Daleks. Ils trouvent ensuite aussi Vicki, séparée d'Ian : tous deux s'étaient échappés des Bêtes du Bourbier, des créatures souterraines qui ont détruit les villes des Aridiens. L'arrivée de l'une de ces bêtes libérera le groupe, qui retrouve alors Ian ; ensemble ils arrivent à piéger les Daleks, réussissent à s'enfuir avec le TARDIS, mais sont à nouveau pris en chasse à travers l'espace-temps par les Daleks.

Flight Through Eternity[modifier | modifier le code]

Pris en chasse par les Daleks, le Docteur et ses compagnons n'ont que 12 minutes d'avance sur leurs ennemis. Ils atterrissent tour à tour en haut de l'Empire State Building puis sur le Mary Celeste. Si leur apparition new-yorkaise est juste aperçue par un Alabamien hilare (croyant qu'il s'agit d'un film en train d'être tourné), l'arrivée sur le bateau des Daleks provoquera la fuite de l'équipage, se jetant à l'eau. La poursuite continue mais la machine des Daleks contine à se rapprocher de celle du Docteur, qui ne dispose plus que de 8 minutes de latence avant d'être rattrapés.

Journey into Terror[modifier | modifier le code]

Le Docteur et ses compagnons atterrissent à l'intérieur d'une maison dans laquelle se trouvent des monstres célèbres comme la créature de Frankenstein ou le comte Dracula. Le Docteur émet alors la théorie qu'ils soient à l'intérieur de l'inconscient humain (même si, en réalité ce n'est qu'un stand de fête foraine). L'équipage ayant rejoint le TARDIS dans la panique de l'arrivée des Daleks, ils repartent avant de remarquer que Vicki n'est pas avec eux : celle-ci s'infiltre alors à l'intérieur de la machine des Daleks. C'est là qu'elle s'aperçoit que ces derniers ont créé un robot, réplique du Docteur, destiné à infiltrer l'équipage du TARDIS et à l’annihiler.

The Death of Doctor Who[modifier | modifier le code]

Le Docteur, Ian et Barbara, toujours en fuite dans l'espace-temps, atterrissent sur la planète Mechanus, qui s'avère être occupée par de dangereux champignons géants qui attaquent les humains, mais ne supportent pas la lumière. Les Daleks y envoient leur robot-Docteur, qui se retrouve avec Barbara tandis que Ian et le Docteur étaient partis retrouver Vicki. Le robot-Docteur est finalement démasqué grâce à Vicki et le fait qu'il ait appelé cette dernière "Susan", puis est détruit. Arrivant près d'une cité blanche, et poursuivis par les Daleks, le groupe tombe sur un robot circulaire, un Mechanoid, qui les enjoint de le suivre.

The Planet of Decision[modifier | modifier le code]

Le Docteur et ses compagnons suivent le Méchanoid jusqu'à l'intérieur de la ville sans savoir que celui-ci a l'intention de les enfermer : ils rencontrent alors Steven Taylor, un voyageur qui s'est écrasé sur la planète Méchanus il y a deux ans de cela. Les Mechanoids sont des robots envoyés cinquante ans plus tôt depuis la Terre pour préparer cette planète, afin d'être colonisée, mais Steven ne connaît pas le code des robots et est donc considéré comme leur prisonnier. Tous réussissent à s'enfuir pendant qu'au-dehors une bataille entre les Méchanoids et les Daleks fait rage. Steven se perd car il recherche sa mascotte en peluche, du nom de Hi-Fi. Le groupe, sain et sauf, décide d'examiner la machine à voyager dans le temps des Daleks. Ian et Barbara décident de rentrer dans leur époque grâce à elle, malgré les réticences du Docteur. Ils reviennent à Londres en 1965, assez heureux de leur voyage. Les observant avec le visualiseur temporel, le Docteur admet à Vicki qu'ils vont lui manquer.

Continuité[modifier | modifier le code]

  • Au début de l'épisode, le Docteur répare le visualisateur temporel, qu'il obtenu à la fin de l'épisode « The Space Museum ».
  • L'équipage réussit à repérer le faux Docteur car celui-ci appelle Vicki "Susan".
  • La Reine Élisabeth et William Shakespeare apparaissent dans cet épisode, eux qui rencontreront tous deux le 10e Docteur dans l'épisode « Peines d'amour gagnées ».
  • Dans le double épisode « L'Expérience finale » / « DGM : Dalek génétiquement modifié », on apprend que les Daleks ont aidé à la construction de l'Empire State Building. Selon le showrunner Russell T Davies, les Daleks avaient ce bâtiment dans leur base de données et c'est pour cela qu'ils l'ont délibérément inclus dans leurs plans[1].
  • Lorsque Ian demande le cardigan de Barbara, elle répond "pas encore" en référence à son pull qu'ils ont du défaire dans « The Space Museum ».
  • Ironie, Ian lit un livre de science-fiction sur les extra-terrestres à l'intérieur du TARDIS.
  • Ian et Barbara s'attardent auprès d'une cabine de police une fois retournés dans leur époque.
  • La machine à voyager dans l'espace et le temps des Daleks est plus grande à l'intérieur, comme le TARDIS. Il est probable qu'elle ait été volée aux Seigneurs du Temps.
  • Même si la situation de Steven Taylor n'est pas clairement définie à la fin de cet épisode, on apprend dans l'épisode suivant que ce dernier a embarqué à bord du TARDIS aux côtés du Docteur et de Vicki.
  • Avec 4 compagnons au casting (Ian, Barbara, Vicki et Steven) il s'agit de l'épisode de Doctor Who classique (en dehors des épisodes spéciaux) de la première série où le Docteur est le plus entouré.
  • Le Docteur dit avoir passé deux ans avec Ian et Barbara, à tenter de les remmener chez eux ; ces derniers par ailleurs retournent à Londres environ deux ans après leur départ.

Daleks[modifier | modifier le code]

  • À partir de cet épisode, les Daleks considèrent le Docteur comme leur plus grand ennemi. Ils font d'ailleurs référence à lui, Ian et Barbara comme ceux qui les ont empêchés de conquérir la Terre dans « The Dalek Invasion of Earth ».
  • À partir de cet épisode on peut voir des panneaux solaires sur l'armure des Daleks afin de les rendre indépendant énergétiquement (problème qui était abordé dans « The Dalek Invasion of Earth » et « The Daleks » ). Cet objet restera dans le design des Daleks jusqu'à l'épisode du 11e Docteur « La Victoire des Daleks ».
  • Vicki rappelle qu'ils sont à New York, une ville qui sera rasée par les Daleks (ce que l'on avait appris dans « The Dalek Invasion of Earth » ).
  • Les Daleks semblent déjà avoir une technologie leur permettant de répliquer des objets ou des gens.
  • C'est l'un des rares épisodes où les Daleks sont dans des situations comiques : l'un d'entre eux à du mal à faire des calculs tandis qu'un autre tombe du pont de la Mary Celeste en criant "Yarrgh !".
  • On apprend que des éléments sont insensibles aux armes des Daleks : le TARDIS en fait partie, ainsi que des robots automates d'une fête foraine.
  • Les Daleks pensent que le Docteur vient de la planète Terre.
  • La guerre entre les Daleks et les Mechonoids sera racontée en 1965 dans le comic-book, "The Dalek World" [2] et de décembre 1965 à mai 1966 dans la bd hebdomadaire des Daleks dans le magazine "TV21".

Références exterieures[modifier | modifier le code]

Production[modifier | modifier le code]

Scénarisation[modifier | modifier le code]

L'épisode est le second de la saison mettant en scène les Daleks après « The Dalek Invasion of Earth ». À l'origine, un épisode de 7 parties fut commandé à Terry Nation le 6 octobre 1964 par le script-editor (responsable des scénarios) Dennis Spooner, mais le script fut abandonné le 16 décembre au profit d'un épisode sous le titre de travail de "The Daleks III" qui surferait sur l'incroyable popularité des Daleks, en train d'exploser à ce moment-là. Prévu pour être l'épisode final de la saison, il fut décalé lorsque, début 1965, la BBC décida de prolonger la saison de neuf nouveaux épisodes. Tout comme « The Keys of Marinus », l'épisode est écrit de telle sorte à être une succession de péripéties et non un épisode avec une unité de temps et de lieu.

L'époque était à l'invention de nouveaux ennemis pour le Docteur qui pourraient devenir récurrents, tels que les Zarbis de « The Web Planet ». Nation créa alors de nouveaux antagonistes, les Méchons qui deviendront les "Méchonoids" (une erreur uniquement au générique de l'avant-dernier épisode en fera les "Méchanoids"). Afin de contraster avec l'aspect mécanique des Méchanoids, les Aridiens y sont décrits comme des créatures laides et bossues, une idée qui ne sera pas retenue. L'idée que le Docteur et ses compagnons se trouvent à l'intérieur de l'inconscient des êtres humains était l'idée originale de Nation, mais la productrice Verity Lambert considérait que cela partait trop loin du concept original de Doctor Who. De nombreuses idées furent abandonnées, telles qu'une visite dans l’Égypte ancienne, sur Stygian où les habitants seraient invisibles, ou dans le monde de brouillard de Vapuron. Ces idées seront recyclées dans « The Daleks' Master Plan ». Le script mentionnait aussi un discours de Winston Churchill qui fut remplacé par une apparition des Beatles.

À l'origine, le visualiseur temporel devait être une invention du Docteur, mais Dennis Spooner estima qu'il était mieux pour la continuité de la série qu'il soit récupéré dans le musée vu dans « The Space Museum ». De plus, Jacqueline Hill et William Russell ayant fait part de leur intention de partir, Nation devait inclure une porte de sortie pour eux, et introduire un nouveau personnage permettant de remplacer Ian dans le rôle de l'homme d'action. Il écrivit le rôle d'un personnage du nom de Roger Bruck et attendit jusqu'au mois de mai 1965 la décision définitive de Hill et de Russell avant d'écrire les scènes finales.

Il s'agit du dernier épisode dirigé par Dennis Spooner en tant que "script editor" celui-ci laissant cette tache au scénariste Donald Tosh. Lui et Terry Nation partiront après la fin de la saison pour rejoindre l'équipe de la série "Alias le Baron".

Pré-production[modifier | modifier le code]

Raymond P. Cusick, le créateur des décors de la série était assez mécontent des disques d'énergie installés par Spencer Chapman sur les Daleks dans « The Dalek Invasion of Earth » et les remplaça par des panneaux solaires. Aucune nouvelle armure de Dalek ne fut construite pour cet épisode, mais la BBC utilisa quelques Daleks construits pour le film « Dr. Who et les Daleks » qui fut tourné un mois plus tôt.

Tournage[modifier | modifier le code]

Il s'agit de la dernière réalisation de Richard Martin pour la série Doctor Who, celui-ci ayant réalisé la plupart des épisodes "à gros budget" de la saison tels que « The Dalek Invasion of Earth » ou « The Web Planet ». La production commença du 9 au 15 avril 1965 par filmer des scènes de la planète Aridius, les scènes externes de la Mary Celeste, les batailles entre les Daleks et les Méchanoids et les plans que l'on voyait dans le visualiseur temporel.

À l'origine, l'idée était d'enregistrer les Beatles âgés en train de jouer pour le concert fêtant leurs 50 ans de carrière. Les Fab Four eux-mêmes étaient d'accord pour tourner cette scénette, mais leur manager Brian Epstein s'y refusa. Il fut alors décidé d'utiliser l'une de leurs apparitions dans l'émission Top of the Pops, mais la BBC avait pour habitude de détruire les bandes après diffusion. Finalement, une prestation de Ticket to Ride fut filmée pour l'émission Top of the Pops le 10 avril et utilisée pour l'épisode.

Le tournage de "The Executioners" eut lieu le 30 avril 1965 au studio 1 de Riverside, les épisodes étant répétés toute la semaine pour être tournés en continu le vendredi. Le 6 mai, le réalisateur Douglas Camfield accompagne Jacqueline Hill et William Russell dans les rues de Londres afin qu'ils puissent photographier des scènes comiques de Ian et Barbara de retour sur Terre dans la partie "The Planet of Decision". Le 10 mai, il filmera aussi la partie où ils sont de retour dans le bus, tout en travaillant sur la pré-production de « The Time Meddler ». Le 21 mai, le contrat de Maureen O'Brien et de Peter Purves fut étendu de quelques épisodes tandis que celui de William Hartnell fut signé pour aller jusqu'à la moitié de la saison 3.

Dans les parties 4 et 5, la doublure du Docteur, Edmund Warwick, fut engagée pour jouer le rôle du robot-Docteur, une partie écrite exprès pour lui par Terry Nation qui l'avait vu remplacer le Docteur dans l'épisode « The Dalek Invasion of Earth ». À noter que le titre "The Death of Doctor Who" utilise un titre inapproprié et aurait dû être "The Death of the Doctor". Lors du tournage, afin d'éviter la confusion, les costumes de Fungoides eurent des petits noms comme "Fungoid Fred", "Toadstool Taffy" ou "Mushroom Malone".

La partie "The Planet Of Decision" fut tournée le 4 juin avec le retour de Peter Purves dans le casting. Les Méchanoids étaient très difficiles à utiliser et leur apparence n'en fit pas vraiment des monstres populaires, ce qui annula leur utilisation en tant que monstres récurrents. Il s'agissait du dernier jour de tournage sur la série pour les acteurs William Russell et Jacqueline Hill, malgré les réticences de William Hartnell qui resta à la fin de cet épisode comme le seul membre du casting original à rester. Ironiquement, Hill et Russell se retrouvèrent à jouer sur la même pièce de théâtre immédiatement après le tournage de Doctor Who.

Casting[modifier | modifier le code]

  • Casté à l'origine pour un rôle de Menoptra dans « The Web Planet », l'acteur Peter Purves joua le rôle du touriste Morton Dull dans la partie "Flight Through Eternity". S'entendant très bien avec la production, Verity Lambert et Dennis Spooner décidèrent de lui donner un rôle plus conséquent et de faire de lui le futur compagnon du Docteur, Michael Taylor. Nom qui sera changé pour devenir celui de Steven Taylor.
  • Hugh Walters jouera plus tard le rôle de Runcible dans « The Deadly Assassin » et celui de Vogel dans « Revelation of the Daleks ».
  • Dennis Chinnery jouera le rôle de Gharman dans « Genesis of the Daleks » et celui de Sylvest dans « The Twin Dilemma ».
  • Roger Hammond jouera le rôle du Docteur Runciman dans « Mawdryn Undead ».

Diffusion et réception[modifier | modifier le code]

Épisode Date de diffusion Durée Téléspectateurs
en millions
Archives
"The Executioners" 22 mai 1965 25:25 10,0 Films 16mm
"The Death of Time" 29 mai 1965 23:32 9,5 Films 16mm
"Flight Through Eternity" 5 juin 1965 25:23 9,0 Films 16mm
"Journey into Terror" 12 juin 1965 23:49 9,5 Films 16mm
"The Death of Doctor Who" 19 juin 1965 23:27 9,0 Films 16mm
"The Planet of Decision" 26 juin 1965 26:29 9,5 Films 16mm
L'épisode fit un score d'audience comparable au précédant[3].

Les études tests de la BBC montrèrent que les gens étaient divisés concernant la partie se situant dans une maison hantée dans "Journey into Terror". Certains adorèrent, d'autres non. L'un d'entre eux alla même jusqu'à dire que le mélange était imbuvable et "qu'il ne manque plus que Yogi l'ours et on est fixé". En fin de compte, tous aimèrent le final de l'histoire, la bataille entre les Daleks et les Méchanoids étant considérée comme "pleine d'aventure"[4].

L'épisode fut un temps pressenti pour être adapté au cinéma avec Peter Cushing mais le film Les Daleks envahissent la Terre n'ayant pas rencontré le succès escompté, cela ne se fit pas.

Critiques modernes[modifier | modifier le code]

En 2009, Patrick Mulkern, critique du "Radio Times" qualifiera l'épisode de "honteusement enfantin avec des accents de comic-strip dans le fond et dans la forme" et reste partagé sur le reste de l'épisode. Il aime les deux premières parties et la fin mais estime les épisodes du milieu, notamment "Journey into Terror" comme particulièrement décevants[5]. On retrouve le même avis chez Graham Kibble-White de "Doctor Who Magazine" ("l'épisode souffre d'erreurs structurelles"[6]) ou Nick Setchfield du site SFX ("Ca fait mal au cœur de voir que c'est la même série qui nous a offert le superbe An Unearthly Child deux ans auparavant"[7]) qui néanmoins trouve l'épisode mieux que le précédant, notamment pour l'énergie déployée qui ne touche jamais le fond "en bien ou en mal". La maison hantée de "Journey into Terror" et la réplique peu ressemblante du Docteur sont notés par le magazine SFX dans leur liste des "25 moments les plus idiots de Doctor Who"[8].

Du reste, un sondage du Doctor Who Magazine montrera que cet épisode est l'histoire des Daleks la moins aimée par les lecteurs. En effet, de nombreux commentateurs contemporains ont du mal avec la façon dont cet épisode est décousu. "L'une des histoires les plus bizarres de Doctor Who, 6 épisodes totalement déconnectées autour de quelque chose qui ressemble vaguement à un sujet" diront les auteurs du livre Doctor Who : The Discontinuity Guide. Gareth Roberts, à l'époque où il n'était pas scénariste pour la série, écrira en septembre 1993 dans le DWB Numéro 117 une critique plutôt positive de cet épisode : "L'idiotie des Daleks a permis de rééquilibrer la série vers quelque chose de plus enfantin. Ils ont une machine à voyager dans le temps qui marche et un moyen de traquer le TARDIS. Avec de tels moyens, il n'aurait pas été difficile pour eux d'attraper un vieil homme, deux professeurs de banlieue et une adolescente"[9]. Néanmoins l'épisode trouve parfois un écho positif, notamment chez John Sinnott du site DVD Talk ("la structure inusuelle de l'épisode est un bénéfice")[10] ou Jonathan Wilkins de Dreamwatch ("seul un râleur aigri ne pourra être sensible à un épisode aussi farfelu et iconique que The Chase"[6]"). En 2012, Will Salmon du site SFX notera le départ de Ian et Barbara comme le 8ème meilleur départ de compagnons dans la série[11].

Novélisation[modifier | modifier le code]

L'épisode fut novélisé sous le titre The Chase par John Peel et fut publié en juillet 1989 sous le numéro 140 de la collection Doctor Who des éditions Target Book. Cette novélisation fut écrite tardivement suite aux réticences de l'agent de Terry Nation. Peel en profita pour ramener de nombreuses idées du script de Nation qui furent coupées faute de budget. Cette novélisation n'a connu aucune traduction à ce jour.

Éditions Vinyle, VHS, CD et DVD[modifier | modifier le code]

L'épisode n'a jamais été édité en français, mais a connu plusieurs éditions aux Royaume-Uni, en Australie et aux USA.

  • En 1966 une version sous forme de conte audio sortit en vinyle 33 tours.
  • En 1993 l'épisode sortit dans un coffret VHS avec l'épisode « Remembrance of the Daleks » pour fêter les 30 ans de la série.
  • L'épisode est sorti le 1er mars 2001 en DVD dans un coffret contenant aussi « The Space Museum ». L'épisode a même été restauré de sorte à rectifier une scène se déroulant de nuit alors qu'elle aurait dû se passer en plein jour.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Épisode Making Manhattan de la série Doctor Who Confidential. Diffusé pour la première fois le 2007-04-28 sur la chaîne BBC Three du réseau BBC à Cardiff. Autres crédits : Narrator Anthony Head, Director Zoe Rushton, Producer Gillane Seaborne.
  2. (en) « In The Comics - Doctorless Strips », Altered Vistas (consulté le 27 janvier 2013)
  3. « The Chase », Doctor Who Reference Guide (consulté le 30 août 2008)
  4. Howe, Walker, p. 87-88
  5. Patrick Mulkern, « Doctor Who: The Chase », Radio Times,‎ 14 janvier 2009 (consulté le 13 janvier 2013)
  6. a et b Jonathan Wilkins, « Doctor Who: The Space Museum/The Chase », Dreamwatch,‎ 2 mars 2010 (consulté le 21 décembre 2012)
  7. Nick Setchfield, « DVD Review Doctor Who: The Space Museum/The Chase », SFX,‎ 3 mars 2010 (consulté le 21 décembre 2012)
  8. Steve O'Bran, « Doctor Who's 25 Silliest Moments », SFX,‎ novembre 2010 (consulté le 13 janvier 2013)
  9. (en) « The Chase », BBC (consulté le 15 juillet 2012)
  10. John Sinnott, « Doctor Who: The Space Museum/The Chase », DVD Talk,‎ 21 août 2010 (consulté le 13 janvier 2013)
  11. Will Salmon, « 10 Best Doctor Who Companion Departures (And 5 Worst) », SFX,‎ 26 septembre 2012 (consulté le 13 janvier 2013)