Board of Trade

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
The Board of Trade (1808-11), d'Augusus Pugin et Thomas Rowlandson

Le Board of Trade (en français : « Bureau du Commerce ») est un comité du Conseil privé du Royaume-Uni ayant ses origines dans un comité d'enquête du XVIIe siècle, évoluant en un département gouvernemental avec plusieurs fonctions. En 1970, il est connu sous le nom de Département de commerce et l'industrie (Department of Trade and Industry), avant que celui-ci ne devienne, en 2009, le Département des Affaires, de l'Innovation et du Savoir-faire (Department for Business, Innovation and Skills). Il aura à sa tête le Secrétaire d'État aux Affaires, à l'Innovation et au Savoir-faire, aussi président du Board of Trade. Le Board ne s'est réuni en entier qu'une fois depuis le milieu du XIXe siècle, lors de la commémoration du bicentenaire du Board en 1986.

En 1621, le roi Jacques Ier demande au Conseil privé d'établir un comité temporaire pour enquêter sur un déclin du commerce et les difficultés financière s'ensuivant. Le titre officiel du Board reste The Lords of the Committee of Privy Council appointed for the consideration of all matters relating to Trade and Foreign Plantations.

En 1696, le roi Guillaume III choisit huit commissaires, fonctionnaires salariés de l'Empire, pour promouvoir le commerce international en Europe comme dans les plantations des États-Unis (alors colonie britannique) et ailleurs. Le Board procède à ce travail mais voit également de longues périodes d'inactivité qui évoluent en chaos après 1761. Il sera aboli par les whigs de Rockingham en 1782.

William Pitt le Jeune recrée le comité en 1784, et un Order-in-Council du 23 août 1786 fournit la base formelle de l'organisation qu'on trouve aujourd'hui. Un secrétariat est établi, incluant le président, le vice-président et les membres du board. Après 1820, le board cesse de se réunir régulièrement et le travail est entièrement mené par le secrétariat.

Au XIXe siècle, le board joue un rôle de conseiller sur l'activité économique dans le Royaume-Uni et son empire. Dans la seconde moitié du siècle, il gère également la législation concernant les brevets, designs et marques déposées, la régulation des entreprises, le travail et les usines, le commerce maritime, l'agriculture, le transport, l'électricité, etc... Tout ce qui a un rapport avec les colonies passe au Colonial Office ; d'autres fonctions sont données à des départements nouvellement créés, un processus se continuant dans la plus grande partie du XXe siècle.

Sources[modifier | modifier le code]