Lukoil

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Oil Company LUKOIL

Description de l'image  Lukoil.gif.
Création 1991
Personnages clés Vagit Alekperov PDG, Valéry Grifer (président du conseil de la direction)
Action MICEX-RTS : LKOH
LSE : LKOD
NASDAQ : LUKOY
Slogan Toujours en mouvement
Siège social Drapeau de Russie Moscou (Russie)
Activité Énergétique
Produits pétrole, gaz, pétrochimie
Effectif en augmentation 148 600 (2006)
Site web www.lukoil.com
Chiffre d’affaires en augmentation $67,684 milliards USD (2006)
Résultat net en augmentation $7,484 milliards USD (2006)

Lukoil (russe : Лукойл ; prononcé « Loukoïl ») est le plus grand producteur russe de pétrole[1]. En 2005 il a produit 90,16 millions de tonnes de pétrole et 7,57 milliards de m³ de gaz naturel.

Histoire[modifier | modifier le code]

Création de la société[modifier | modifier le code]

Le consortium pétrolier d'État LangepasOuraïKogalymneft, Lukoïl (en russe ЛангепасУрайКогалымнефть) a été fondé par décret du Conseil des Ministres de l'U.R.S.S, № 18 du 25 novembre 1991. Dans ce nouveau consortium pétrolier, plusieurs entreprises se sont rassemblées, dont trois spécialisées dans l'extraction de pétrole Langepasneftegaz, Uraineftegaz, Kogalymneftegaz, et d'autres spécialisées dans le raffinage : Permnefteorgsintez, les raffineries de Volgograd et Novoufa. Cette dernière est passée peu de temps après sous le contrôle des autorités de Bachkirie.

Le décret no 1403 du 17 novembre 1992 ouvre la voie à la privatisation et la création de holdings pétroliers. Puis en 1993, la compagnie pétrolière Lukoil est transformée en société par actions et est privatisée petit à petit.

Les années 1990[modifier | modifier le code]

En 1994, le processus de privatisation des entreprises publiques commence.

Conformément à la décision du gouvernement russe du 1er septembre 1995, le capital de l'entreprise est confié avec les intérêts à neuf compagnies pétrolières, de distribution et de service, situées en Sibérie Occidentale, en Oural et dans la région de la Volga.

En 1996, Lukoil place des American Depositary Receipt (certificats émis par une banque américaine) sur des fonds de marchés occidentaux. Cette année est aussi marquée par la participation de Lukoil dans le plus grand projet pétrolier d'Azerbaïdjan Shah Deniz, et par le lancement de la construction de tankers.

En 1997, la compagnie russe signe avec le Ministère du pétrole d'Irak un contrat sur l'exploitation et l'extraction du gisement pétrolier Kurna-2. Actuellement, après le renversement du régime de Saddam Hussein, la réalisation du projet est suspendue jusqu'à ce que Lukoil trouve un accord avec le nouveau gouvernement du pays. Lukoil prévoit de remettre à ConocoPhillips une part de 17,5 % dans le projet, ce qui peut relancer les chances de mener à bien ce projet.

Cette même année le groupe Lukoil-neftekhim est créé, et il regroupe les entreprises pétrochimiques Stavrolen, Saratovorgsyntez et Lukor.

En 1999, Lukoil fait plusieurs acquisitions, notamment la raffinerie d'Odessa, la raffinerie Neftokhim Burgas (en Bulgarie), la compagnie ОАО KomiTEK, etc.

Les années 2000[modifier | modifier le code]

En 2000, la compagnie russe rachète pour 71 millions de dollars, l'entreprise américaine Getty Petroleum Marketing Inc., acquérant ainsi un réseau de 1 300 station-services aux États-Unis. Cette même année, la compagnie fait l'acquisition de la raffinerie de Kstovo (Norsi-oil), ce qui créé un conflit avec Sibur. Par la suite, Lukoil obtient la raffinerie de Perm, laissant à Sibur les actifs pétrochimiques dans l'oblast de Nijni Novgorod.

En 2001, la compagnie pétrolière fait plusieurs acquisitions dans le domaine de la prospection gazière, ОАО « Yamalneftegazdobycha », ОАО « Arkhangelskgeoldobycha », et la raffinerie de Langepass.

En 2002, Lukoil lance la construction d'un terminal de transbordement de produits pétroliers sur le port de Vysotsk dans l'oblast de Léningrad.

En 2004, Lukoil devient définitivement une compagnie privée, la part de l'État qui s'évaluait à 7,59 % est vendue à la compagnie pétrolière américaine ConocoPhillips pour 1,988 milliards de dollars.

En 2005, Lukoil rachète pour 2 milliards de dollars l'entreprise Nelson Resources, située au Kazakhstan. Cette année, le gisement de gaz naturel de Nakhodka entre en exploitation.

En décembre 2006, Lukoil achète à ConocoPhilipps 376 station-services JET dans six pays européens (Belgique, Luxembourg, Finlande, République tchèque, Hongrie, Pologne et Slovaquie).

En avril 2011, Rosneft et Lukoil annoncent la création d'un consortium afin de réaliser des projets communs de prospection et d'exploitation en Arctique, en mer Noire, en mer Caspienne et en mer d'Azov[2].

Actionnaires et direction[modifier | modifier le code]

En avril 2007, les deux principaux directeurs de l'entreprise reçoivent chacun un paquet d'actions de la compagnie, soit 19,06 % pour Vagit Alekperov et 8,3 % pour le vice-président Léonid Fedoun. La compagnie pétrolière américaine ConocoPhillips possède 20 % dans la compagnie Lukoil. La capitalisation du marché au 22 février 2007 s'évaluait à 68,576 milliards de dollars.

Le conseil d'administration comprend onze membres (y compris le président). Sont élus au conseil des directeurs en 2006 : Valery Graifer, Vagit Alekperov; Mikhail Berejnoï, Oleg Koutafin, Ravil Maganov, Kevin Meyers (président de ConocoPhillips), Richard Matzke, Sergueï Mikhailov, Nicolaï Tsvetkov, Igor Cherkounov, Alexandre Chokhin.

En 2006, Vagit Alekperov est nommé président de Lukoil pour 5 ans. Valery Graifer, directeur de OAO RITEK est nommé président du conseil d'administration de la compagnie suite à l'assemblée générale des actionnaires du 28 juin 2006.

Activités[modifier | modifier le code]

Extraction du pétrole et du gaz[modifier | modifier le code]

Réserves d'hydrocarbure[modifier | modifier le code]

Les réserves prouvées d'hydrocarbure de la compagnie s'évaluaient au 1er janvier 2007 à 20,36 milliards de barils équivalent pétrole, comprenant 15,93 milliards de barils de pétrole et 26,60 milliards de mètres cubes de gaz (le 1er janvier 2006 elles étaient estimées à 20,33 milliards de barils équivalent pétrole). Lukoil représente 21 % des réserves pétrolières russes et 1,3 % des réserves pétrolières mondiales.

Les réserves probables d'hydrocarbure s'évaluaient quant à elles au 1er janvier 2007 à 12,3 milliards de barils équivalent pétrole (comprenant 8,8 milliards de barils de pétrole et 21,7 billions de pieds cubes). Les réserves possibles s'évaluent à 6 milliards de barils équivalent pétrole (comprenant 4,3 milliards de barils de pétrole et 10,5 milliards de pieds cubes).

Plus de la moitié des réserves de Lukoil est concentrée en Sibérie occidentale (district autonome de Khantys-Mansis). Presque la moitié des réserves de gaz naturel se trouve dans les gisements situés sur la péninsule Gdanski (district autonome de Iamalo-Nénétsie).

Au 1er octobre 2005, Lukoil comptait 26 626 puits de pétrole en exploitation, 4 532 puits non exploités soit 17 % des puits. Par rapport au début de l'année 2005, l'exploitation a augmenté de 124 puits, et les gisements non exploités ont baissé de 209 puits. La compagnie pétrolière comptait aussi au 1er octobre 2005 133 puits de refoulement de plus qu'en 2004.

Projets sur le territoire russe[modifier | modifier le code]

Dans le cadre d'une alliance stratégique, le 1er juillet 2005, Lukoil et ConocoPhillips ont créé une coentreprise Narianmarneftegaz, dans le but de développer les gisements pétroliers situés dans la province Timano-Pechora dans la partie nord-européenne de la Russie. La part de Lukoil est de 70 % et celle de ConocoPhillips 30 %.

Projets à l'étranger[modifier | modifier le code]

Lukoil participe à la réalisation de seize projets sur les territoires des pays suivants :

Transformation du pétrole et du gaz[modifier | modifier le code]

Panorama de Neftochim Bourgas en Bulgarie

Lukoil possède sept raffineries d'une capacité totale de 58,5 millions de tonnes par an, y compris les trois raffineries à l'étranger : celle d'Odessa (3,6 millions par an), celle en Roumanie Petrotel (2,4 millions de tonnes) et la raffinerie bulgare Neftokhim Burgas (7,5 millions de tonnes). En Russie, les raffineries de Volgograd, Kstovo, Perm et Oukhta appartiennent à Loukoil.

En 2007, les raffineries de Lukoil ont produit 52,164 millions de tonnes de pétrole, y compris les usines russes qui ont produit 42,548 millions de tonnes.

Présent à la conférence de presse à New York, le 18 octobre 2006, le PDG Vagit Alekperov a déclaré que Lukoil refusait la construction d'une nouvelle raffinerie en Russie. Selon lui, c'est irrationnel et peu économique.

Lukoil prévoit de construire en Kalmoukie un immense complexe pour l'exploitation de gaz naturel, qui exploitera le gisement au nord de la Caspienne. Le coût total de cette construction est estimée à plus de 3 milliards de dollars, les travaux sont prévus de commencer en 2008.

Pays Nom Lieu Année de lancement Année d'acquisition Capacité, million de tonnes
Drapeau de la Russie Russie ЛУКойл-Нижегороднефтеоргсинтез Kstovo 1958 2000 15,0
Drapeau de la Russie Russie ЛУКойл-Пермнефтеоргсинтез Perm 1958 1991 12,0
Drapeau de la Russie Russie ЛУКойл-Волгограднефтепереработка Volgograd 1957 1991 9,9
Drapeau de la Russie Russie ЛУКойл-Ухтанефтепереработка Oukhta 1934 2000 3,7
Drapeau de l'Ukraine Ukraine ЛУКойл-Одесский НПЗ Odessa 1937 1999 3,6
Drapeau de la Bulgarie Bulgarie Lukoil Neftochim Bourgas Bourgas 1964 1999 7,5
Roumanie Roumanie Petrotel-LUKOIL Ploieşti 1904 1998 2,4
Drapeau de l'Italie Italie ISAB* Priolo Gargallo 1975 2008* 16,0*
Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas TRN* Vlissingen 1973 2009* 7,9*
  • Détient 49 % des parts d'ISAB, les 51 % restants appartenant au groupe italien ERG
  • Détient 45 % des parts de TRN (Zeeland Refinery à partir du 1er octobre 2011), les 55 % restants appartenant au groupe français TOTAL[3]

Pétrochimie[modifier | modifier le code]

L'entreprise Lukoil dirige les combinats Stavrolen (Boudionnovsk), Saratovorgsintez, Karpatneftekhim (Kalouch, Ukraine). Lukoil est le plus grand producteur d'alcènes, polyéthylènes et d'acrylonitriles (matières premières pour la production de fibres synthétiques) en Europe Orientale. Lukoil possède aussi conjointement avec Sibur le bloc de contrôle des actions du combinat « Polief ».

En 2005, les compagnies pétrochimiques de Lukoil ont produit 1,8 million de tonnes de production y compris 402 000 de tonnes de polyéthylène, 128 000 de tonnes d'acrylonitrile. De plus, la raffinerie bulgare de Lukoil a produit 372 500 de tonnes de production pétrochimique.

Le projet le plus important de Lukoil en matière de pétrochimie est la construction du complexe gazochimique de Caspienne (On prévoit qu'il utilisera les ressources en gaz naturel et gaz condensé, extrait par la compagnie sur la plateau continental de la mer Caspienne). On suppose que la compagnie va débiter une énorme production, incluant les produits comme le polyéthylène, polypropylène, etc.

Transport[modifier | modifier le code]

Le transport du pétrole, extrait par Lukoil en Russie est réalisé en grande partie par les pipelines de Transneft, ainsi que par chemin de fer et sur l'eau. Le pétrole, extrait des gisements de l'entreprise situés au Kazakhstan est transporté par les pipelines du Consortium du pipeline de la Caspienne (CPC).

Lukoil possède une des terminaux pour le pétrole et les produits pétroliers, utilisés pour leur exportation :

  • Le terminal au port de Vysotsk (Golfe de Finlande, mer Baltique) d'une capacité de 10,7 millions de tonnes de pétrole et de produits pétroliers par an.
  • Le terminal de Vblizi (Mer de Barents) d'une capacité de 1,5 million de tonnes de pétrole par an — utilisé pour l'expédition de pétrole, extrait dans la province pétrogazière Timano-Petchorski.
  • Le terminal au port de Svetly sur la mer Baltique (Oblast de Kaliningrad) d'une capacité de 6 millions de tonnes de pétrole et de produits pétroliers.
  • Le terminal d'Astrakhan dans le village d'Ilinka (Oblast d'Astrakhan) d'une capacité de 2 millions de tonnes de pétrole et de produits pétroliers.

Chiffres[modifier | modifier le code]

Volume du pétrole extrait par Lukoil
Au 1er janvier
bulletin annuel d'InfoTEK

En 2006, Lukoil a extrait 95,2 millions de tonnes et a transformé 53,87 millions de tonnes de pétrole.

Les exportations de pétrole en 2005 s'évaluaient à 45,82 millions de tonnes (y compris, à l'aide du système de Transneft, 38,5 millions de tonnes), et les exportations de produits pétroliers à 16,6 millions de tonnes.

En 2006, Les recettes s'évaluaient à 67,684 milliards de dollars (en 2005 elles étaient de 56,2 milliards), le bénéfice net à 7,484 milliards de dollars (6,4 milliards en 2005) et l'EBITDA à 12,299 milliards de dollars (10,4 milliards en 2005).

Réseau de vente[modifier | modifier le code]

Station-service de Lukoil aux États-Unis

Le réseau de vente de produits pétroliers de Lukoil couvre vingt pays dont la Russie, les pays de la CEI (Azerbaïdjan, Biélorussie, Géorgie, Moldavie, Ukraine), d’Europe (Bulgarie, Croatie, Hongrie, Italie, Chypre, Turquie, Macédoine, Lettonie, Lituanie, Pologne, Serbie, Roumanie, Estonie, Finlande) et des États-Unis. Le réseau compte plus de 6 000 stations (y compris les stations franchisées). Les stations du groupe LUKOIL sont actives sous trois marques : LUKOIL, Teboil et Getty. En 2007, Lukoil a racheté un réseau de 376 stations-service appartenant à ConocoPhillips dans 7 pays, à savoir la Belgique, le Luxembourg, la Tchéquie, la Slovaquie, la Pologne, la Hongrie et la Finlande.

Filiales[modifier | modifier le code]

Station-essence de Lukoil à Toula

La compagnie pétrolière Lukoil contrôle de nombreuses filiales :

Écologie[modifier | modifier le code]

La compagnie Lukoil a déclaré sa responsabilité devant la communauté pour la protection de l'environnement, en utilisant de façon rationnelle les ressources naturelles. Les systèmes de gestion de la sécurité écologique et industrielle de la compagnie sont certifiés selon les standards ISO 14001 et OHSAS 18001. La politique de Lukoil agit dans le domaine de la sécurité industrielle, l'hygiène du travail et l'environnement au XXIe siècle. En 2005, la compagnie a dépensé au total 9 milliards de roubles pour la sécurité écologique.

Début 2007, Lukoil a annoncé des nouveaux programmes écologiques, dans le cadre desquels les pétroliers dépenseront 1,7 milliard de dollars de 2007-2010, pour les dispositions en matière de protection de l'environnement.

Accidents écologiques[modifier | modifier le code]

  • Fin avril 2002, dans la région du bourg de Yougo-Kamsky (Krai de Perm), un incident a provoqué l'éclatement de l'oléoduc de Perm-Almétievsk, appartenant à la société Lukoil-Permnefteproduct. Cet accident a provoqué une fuite et 100 tonnes de gazoil se sont déversées.

Politique sociale[modifier | modifier le code]

Mikhail Antonov au volant du bolide de la série Formula F1600 pour l'équipe Lukoil Racing Team

Les entreprises de Lukoil exercent un grand impact social, et en particulier dans les régions pétrolifères. Le nombre d'employés de la compagnie et des membres de leur famille dans l'effectif total de la population des villes s'établit à : Languepas - 42,7 %, Ouraï -29,5 %, Kogalym - 37,4 % (2004). La balance de la compagnie comporte une série d'instituts éducatifs, médicaux et d'hygiène. En 2002, le Code Social d'OAO Lukoil a été mis en place.

Lukoil et le sport[modifier | modifier le code]

La compagnie est un des sponsors du club de footbal Spartak de Moscou. De plus, Lukoil possède une équipe automobile, le Lukoil Racing Team, une des équipes leader en sport automobile national. La compagnie sponsorise aussi une des équipes russes de speedway (ville Oktiabrski), discipline motocycliste sur terre battue.

De plus, Lukoil est aussi le mécène de plusieurs équipes régionales dans divers sports, et la compagnie soutient également le Comité des Jeux Olympiques de Russie.

En dehors de la Russie, Lukoil sponsorise différents collectifs sportifs dans tous les pays, où elle conduit son activité. En particulier aux États-Unis, où la compagnie sponsorise depuis 2006 l'équipe de hockey les Flyers de Philadelphie et celle de baseball les Phillies de Philadelphie. Depuis 2007, Lukoil est aussi le sponsor de l'équipe de hockey les Devils du New Jersey, celle de football américain les Eagles de Philadelphie, celle de baseball Trenton Thunder. En 2007, Lukoil investit dans le sport aux États-Unis plus de 1,6 million de dollars.

La compagnie sponsorise aussi les clubs de foot Rapid en Roumanie et Zimbru en Moldavie, elle soutient aussi la fédération nationale de sport en Ukraine, le club masculin Lukoil Academic et le club féminin Lukoil Neftochimic de basket-ball bulgare, un club acrobatique, de volley-ball, d'aviron et également le club de sport de combat Lukoil-Ikken.

Critiques[modifier | modifier le code]

  • L'association des compagnies de pétrole Assoneft critique Lukoil et les organes au pouvoir de la république des Komis d'attribuer des avantages fiscaux aux compagnies pétrolières de la région, qui doivent répondre aux conditions suivantes : extraire au minimum 7 millions de tonnes de pétrole par an et/ou traiter au minimum 3 millions de tonnes. Seulement deux entreprises répondent à ses conditions : ce sont « Lukoil Komi » et « Lukoil Oukhaneftepererabotka ». En mars 2007, le service fédéral antimonopole de Russie a alerté le conseil d'État des Komis sur la violation du paragraphe 1 de l'article 15 de la loi sur « le droit à la concurrence » qu'il limitait la concurrence sur le marché du pétrole.

Faits intéressants[modifier | modifier le code]

En automne 2003, le président de la Fédération de Russie, Vladimir Poutine était présent lors de l'ouverture d'une des premières stations-service sous l'enseigne Lukoil à New York. Le président s'est assuré que l'essence de Lukoil soit 1,3 fois plus chère dans la station-service New yorkaise qu'à celle de Moscou, mais qu'elle reste cependant moins chère que celle des concurrents américains.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]