Kalouch

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Kalouch
Калуш
Blason de Kalouch
Héraldique
Drapeau de Kalouch
Drapeau
Administration
Pays Ukraine Ukraine
Subdivision Flag of Ivano-Frankivsk Oblast.png Oblast d'Ivano-Frankivsk
Maire Ihor Nassalyk
Code postal 77300 — 77309
Indicatif tél. +380 3472
Démographie
Population 67 585 hab. (2013)
Densité 1 040 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 01′ N 24° 22′ E / 49.017, 24.367 ()49° 01′ Nord 24° 22′ Est / 49.017, 24.367 ()  
Altitude 318 m
Superficie 6 500 ha = 65 km2
Divers
Fondation 1437
Statut Ville depuis 1549
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Oblast d'Ivano-Frankivsk

Voir sur la carte administrative de l'Oblast d'Ivano-Frankivsk
City locator 14.svg
Kalouch

Géolocalisation sur la carte : Ukraine

Voir la carte administrative d'Ukraine
City locator 14.svg
Kalouch

Géolocalisation sur la carte : Ukraine

Voir la carte topographique d'Ukraine
City locator 14.svg
Kalouch
Sources
Liste des villes d'Ukraine

Kalouch (en ukrainien et en russe : Калуш ; en polonais : Kałusz ; en allemand : Kalusch ; en yiddish : קאַלוש, Kalouch ou Kalich) est une ville de l'oblast d'Ivano-Frankivsk, en Ukraine, et le centre administratif du raïon de Kalouch. Sa population s'élevait à 67 585 habitants en 2013.

Géographie[modifier | modifier le code]

Kalouch se trouve au pied des Carpates, dans la région historique de Galicie. La rivière Limnitsia, un affluent du Dniestr, arrose la ville. Kalouch est située à 28 km au nord-ouest d'Ivano-Frankivsk.

Histoire[modifier | modifier le code]

La première mention de Kalouch se trouve dans une chronique du royaume de Halychyna ou Galicie datant du . Le nom de la ville vient probablement du mot kalyouchi, qui signifie « sel ». En 1549, la ville reçut des privilèges urbains (droit de Magdebourg) du roi Sigismond II de Pologne ; à partir de cette époque, elle se considérait comme une « ville libre ». Une importante communauté juive existait dans la ville depuis le XVIe siècle. En 1772, à l'occasion de la première partition de la Pologne, la ville (nommée Kalusz)[1] fut rattachée avec la Galicie à l'empire d'Autriche. De 1867 à 1918, elle fit partie de l'Autriche-Hongrie. Grâce à son importante industrie du sel, Kalouch connut au XIXe siècle une croissance démographique rapide.

Carte topographique de 1889

En 1919, Kalouch fit brièvement partie de la République populaire d'Ukraine occidentale. Après la guerre entre la Pologne et la Russie soviétique, la Paix de Riga de mars 1921 attribua la Galicie orientale à la Pologne. En septembre 1939, à la suite du pacte germano-soviétique, elle fut occupée par l'Armée rouge puis annexée par l'Union soviétique et une partie de la population polonaise fut déportée en Sibérie, d'où beaucoup ne revinrent pas.

De 1941 à 1944, Kalouch fut occupée par l'Allemagne nazie, incorporée au district de Galicie rattaché au Gouvernement général. La population se composait avant la guerre de Polonais, d'Ukrainiens et de Juifs. Pendant l'occupation, la population juive de Kalouch fut entièrement détruite. Après la Seconde Guerre mondiale, Kalouch redevint soviétique et fut rattachée à la République socialiste soviétique d'Ukraine. Les Polonais furent expulsés vers la Pologne et remplacés par une population ukrainienne et dans une moindre mesure russe.

Depuis 1991, elle fait partie de l'Ukraine indépendante. Les armoiries de la ville, adoptées par le conseil municipal le , reprennent celles de la période autrichienne : sur un champ azur, la lettre « K », trois fourneaux à sel et un croissant rappelant la victoire du roi Sobeski sur les Turcs.

Population[modifier | modifier le code]

Recensements (*) ou estimations de la population[2] :

Évolution démographique
1900 1939 1959* 1970* 1979* 1989*
8 500 13 800 12 873 40 728 60 153 67 531
2001* 2009 2010 2011 2012 2013
67 902 67 124 67 290 67 434 67 562 67 585


Économie[modifier | modifier le code]

La principale entreprise de Kalouch est l'usine pétrochimique Lukor, du groupe Lukoil. Elle emploie 2 150 salariés (2006)[3].

Jumelage[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Edwin Mueller, Handbook of Austria and Lombardy-Venetia Cancellations on the Postage Stamp Issues 1850-1864, Vienne, 1961.
  2. « Recensements et estimations de la population depuis 1897 », sur pop-stat.mashke.org(uk) « Office des statistiques d'Ukraine : population au 1er janvier 2010, 2011 et 2012 », sur database.ukrcensus.gov.ua« Office des statistiques d'Ukraine : population au 1er janvier 2011, 2012 et 2013 », sur database.ukrcensus.gov.ua
  3. Site de l'entreprise [1]

Liens externes[modifier | modifier le code]