Lohengrin (opéra)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Pour le personnage, voir Lohengrin.
Lohengrin
Image décrite ci-après
Lohengrin par August von Heckel

Genre opéra
Nbre d'actes 3
Musique Richard Wagner
Livret Richard Wagner
Langue
originale
allemand
Sources
littéraires
Parzival (1210) de Wolfram von Eschenbach - Lohengrin (Anonyme) - Garin le Lorrain (poème épique du XIIe siècle siècle)
Durée
approximative
environ 3 heures 30
Dates de
composition
1845-1848
Création 28 août 1850
Weimar, Flagge Großherzogtum Sachsen-Weimar-Eisenach (1813-1897).svg Grand-duché de Saxe-Weimar-Eisenach,
Drapeau de la Confédération germanique Confédération germanique
Création
française
1887
Paris, Eden-Théâtre
Personnages

Lohengrin est un opéra de Richard Wagner.

C'est son sixième opéra et le troisième de ses dix opéras principaux. Il porte la référence W W V 75 du catalogue de ses œuvres. Il fut composé de 1845 à 1848 et créé le 28 août 1850 à Weimar[1]. Cet « opéra romantique en trois actes » dure trois heures et demie.

L'histoire du « chevalier au cygne » provient de la littérature médiévale allemande, notamment Parzival de Wolfram von Eschenbach et sa suite anonyme, Lohengrin, elle-même inspirée de la Geste des Lorrains de Garin Le Lorrain.

Lohengrin fut un succès immédiat, et plusieurs extraits sont devenus célèbres : le prélude du premier acte ; le prélude du troisième acte ; l'air de Lohengrin In fernem Land ; la marche nuptiale, connue en général sous le nom de Voici la mariée, jouée traditionnellement lors des mariages en Occident, comme celle de Felix Mendelssohn dans le troisième acte du Songe d’une nuit d’été.

Le jeune roi Louis II de Bavière fut très touché par cet opéra féerique ; il fit construire plus tard un château tout droit sorti d'un conte de fées, qu'il nomma Neuschwanstein (« le nouveau rocher du cygne »). La scène d'ouverture de l'opéra peut être interprétée comme une exhortation à peine voilée, adressée à un prince allemand, de réunifier l'Allemagne sous son drapeau. À partir de 1864, Wagner ne s'opposa pas à ce que la figure de ce prince anonyme devienne celle du jeune roi de Bavière. Car ce fut le mécénat de Louis II qui sauva Wagner de la faillite. Il donna à Wagner les moyens de construire un théâtre d’opéra, le Palais des festivals de Bayreuth, puis d’y monter en 1876 son cycle de quatre opéras L'Anneau du Nibelung et en 1882 sa dernière œuvre, Parsifal.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

, Dresde

Personnages[modifier | modifier le code]

Lohengrin à Moscou en 1932 avec Leonid Sobinov
  • Henri l’Oiseleur (Heinrich der Vogler), roi de Germanie (basse)
  • Lohengrin (ténor)
  • Elsa von Brabant (soprano)
  • Le duc Gottfried, son frère (rôle muet)
  • Friedrich von Telramund, comte brabançon (baryton)
  • Ortrud, sa femme (mezzo-soprano dramatique)
  • Le héraut d’armes du Roi (baryton)
  • Quatre nobles du Brabant (ténors et basses)
  • Quatre pages (sopranos et altos)
  • Comtes et nobles saxons et thuringiens, comtes et nobles brabançons, dames, pages, vassaux, femmes et serfs

Argument[modifier | modifier le code]

Lieu : Anvers et ses environs.
Époque : Première moitié du Xe siècle.

Acte Ier[modifier | modifier le code]

Une prairie sur les bords de l’Escaut près d’Anvers.

Henri l'Oiseleur, roi de Germanie, visite le Brabant pour lever des troupes. Les Hongrois ont rompu une trêve de neuf années et menacent le royaume. Le roi dit sa tristesse de voir le duché de Brabant sans chef et dans la discorde. Il demande au comte Friedrich de Telramund de lui faire le récit de la situation.

Friedrich de Telramund prend la parole et dit au roi et à l'assemblée qu'avant de mourir, le duc de Brabant l'avait nommé protecteur de ses deux enfants, Gottfried et Elsa ; un jour, les deux enfants étaient partis en promenade dans la forêt et Elsa était revenue seule. Telramund dit sa conviction qu'Elsa a fait périr son frère et que pour cette raison, il a renoncé à l'épouser et a pris pour femme Ortrud fille de Radbod prince de Frise. Etant le plus proche parent du duc défunt et sa femme étant de la lignée qui autrefois donnait à ce pays ses princes, il réclame l'héritage. En outre, Friedrich de Telramund accuse Elsa d'avoir un amant secret.

Le roi décide de trancher le litige. Elsa s'avance, apparaît lumineuse et pure à l'assistance.

À la question du roi : « Qu'opposes-tu à cette accusation ? », elle ne sait répondre que : « Mon pauvre frère. »

Doris Soffel (en) dans le rôle d'Ortrud en 2003

Elle dit ensuite qu'elle en a appelé à Dieu, qu'elle a fait monter jusqu'au ciel un cri plaintif et qu'elle a sombré dans un profond sommeil.(« Einsam in trüben Tagen… »)

« Défends-toi », dit le roi.

Elle poursuit son récit en disant qu'elle a vu en rêve un chevalier pur et vaillant qui sut la consoler, et qu'elle veut que ce chevalier soit son défenseur.

Les Brabançons déclarent leur fidélité à Friedrich de Telramund. Le roi propose à l'assemblée des nobles que la dispute soit tranchée par le Jugement de Dieu, c'est-à-dire un combat singulier entre le comte et celui qu'Elsa aura désigné comme son défenseur, ce que le comte et la jeune fille acceptent.

« Qui choisis-tu comme défenseur ? » demande le roi.

Elsa répond qu'elle veut la protection de l'envoyé de Dieu, de ce chevalier vu en rêve, qu'elle lui offre en récompense les terres de son père, la couronne et qu'elle l'épousera si telle est sa volonté.

Le héraut appelle le champion d'Elsa, l'appel reste sans réponse. Au deuxième appel, de nouveau un lourd silence qui se prolonge. Elsa supplie le Seigneur de lui envoyer son chevalier pour la secourir. C'est alors que les hommes annoncent une étrange merveille, sur le fleuve, un cygne tire une nacelle, un chevalier à l'armure étincelante s'y tient debout.

Le chevalier s'adresse au cygne, le remercie et lui dit de repartir. L'assemblée s'étonne de ce miracle.

Le chevalier déclare qu'il est venu défendre une jeune fille accusée à tort. Elsa accepte sa protection et promet de l'épouser. Le chevalier l'avertit qu'elle devra lui faire une promesse: jamais, elle ne devra lui demander ni qui il est, ni d'où il vient, ni son nom, ni sa race (« Nie sollst du mich befragen… »). « Comment pourrait-il y avoir de doute plus coupable ? » répond la princesse.

Les nobles brabançons cherchent en vain à dissuader Friedrich de Telramund d'engager le combat. Celui-ci a lieu. Après quelques violents échanges, Telramund est terrassé. « Ta vie m'appartient, déclare le vainqueur à son adversaire, je te la donne, consacre-la au repentir. »

Elsa loue son sauveur, celui-ci lui répond que c'est grâce à son innocence qu'il a remporté la victoire.

Friedrich exprime son désespoir et Ortrud se demande qui est celui qui a vaincu son mari.

L'ensemble de l'assistance célèbre le nouveau héros et le porte en triomphe ainsi que sa protégée.

Acte II[modifier | modifier le code]

Dans le château d’Anvers

Friedrich et Ortrud vêtus d'habits pauvres et sombres sont assis sur les marches qui conduisent aux portes de l'église.

Friedrich se plaint amèrement de sa défaite : « Mon épée est brisée, mon blason détruit, mes ancêtres maudits... J'ai perdu mon honneur, mon honneur, mon honneur est détruit. » Il reproche à son épouse d'en être la responsable : « N'est-ce pas ton témoignage, ton récit qui m'ont conduit à accuser l'innocente ? Ne m'as tu pas menti en disant que tu avais vu s'accomplir le forfait d'Elsa noyant son frère dans l'étang ? »

Ortrud reproche à son mari de n'avoir pas été assez féroce dans le combat, Friedrich évoque alors la puissance de Dieu, puissance qu'Ortrud nie.

Ortrud souffle à l'oreille de son mari que si le chevalier au cygne était contraint de dire son nom et sa race, c'en serait fini de sa puissance qu'un magicien lui a péniblement prêtée, mais ajoute-t-elle, personne n'a le pouvoir de lui arracher son secret, hormis Elsa. Il faut donc amener Elsa à le questionner. Pour cela, il faudra éviter d'éveiller la méfiance de la jeune fille. Friedrich, avec rage, comprend que c'est par la magie qu'il a été vaincu. Ortrud, qui se targue de s'être plongée dans les arts les plus secrets, lui indique que quiconque doit sa force à la magie, si on lui ôte, ne serait-ce que la plus petite partie du corps, se révèle impuissant.

Ortrud et Friedrich se font le serment d'accomplir la vengeance.

Elsa apparaît sur la terrasse. Elle dit sa reconnaissance aux brises qui ont transmis sa plainte jusqu'à son sauveur.

Ortrud demande à Friedrich de s'écarter. Elle se fait plaintive auprès d'Elsa et la rend responsable de son malheur. Elle prétend que si quelque malheureuse folie a conduit son mari à l'accuser à tort d'une faute, son cœur est maintenant déchiré de remords. Elsa pense alors qu'elle estimerait mal les bontés du Tout-Puissant si elle rejetait la femme malheureuse qui la supplie.

Ortrud jubile et s'adresse alors avec un fol enthousiasme aux « dieux humiliés, Wotan et Freia », les prie de l'aider à se venger et d'anéantir les viles croyances des apostats.

Ortrud se jette aux pieds d'Elsa, qui la prie de se relever. Elsa lui accorde son pardon et lui demande le sien. Elle promet d'intervenir auprès de celui qui sera son époux pour obtenir le retour en grâce de Friedrich et l'enjoint à se joindre à la cérémonie parée de somptueux vêtements.

Ortrud comme pour remercier Elsa se prévaut de ses pouvoirs pour lui conseiller de ne pas accorder une foi aveugle à cet homme mystérieux qui pourrait bien la quitter, car il est venu par magie. Avec horreur, Elsa rejette cette accusation.

Friedrich déclare qu'il ne se sent aucun pouvoir d'empêcher l'œuvre maléfique de son épouse.

Le jour se lève, les nobles du Brabant se rassemblent. Le héraut proclame le bannissement de Friedrich de Telramund et le mariage d'Elsa avec le chevalier au cygne qui reçoit le titre, non pas de duc, car il y a renoncé, mais de protecteur du Brabant. Dès le lendemain, c'est lui qui conduira les armées du roi à la victoire.

Des nobles brabançons protestent contre ce départ précipité des armées qui les éloignera du pays, mais qui peut s'y opposer ? « Moi », dit Friedrich, qui se dévoile. Les nobles sont effrayés de son audace.

Les pages annoncent l'arrivée d'Elsa. La cérémonie commence. Ortrud, richement vêtue, provoque la stupeur de l'assemblée en demandant la préséance et prétend qu'Elsa doit s'incliner devant elle. « Si, dit-elle, un faux jugement a banni son époux, n'est-elle pas l'épouse d'un homme respecté alors que le nom du fiancé d'Elsa est inconnu ? Comment Elsa peut-elle attester sa noblesse et qu'il est de haute lignée ? D'où les flots l'ont-ils apporté et quand il la quittera pour aller où ? » Ortrud accuse le protecteur d'Elsa de bénéficier de pouvoirs magiques et insinue qu'Elsa elle-même est atteinte par l'inquiétude. Elsa réagit avec vigueur à ces accusations.

Le roi et le protecteur du Brabant apparaissent. « Quelle est cette querelle ? » demande le souverain. Le protecteur du Brabant s'étonne de voir Ortrud en ces lieux, Elsa explique son geste de compassion. Il demande à Elsa si le poison s'est répandu dans son cœur.

Friedrich apparaît, s'adresse à l'assemblée et affirme que le Jugement de Dieu a été faussé et que c'est une ruse de magicien qui a décidé du sort du combat. Il accuse le mystérieux chevalier de sorcellerie et le somme de lui dire son nom et ses origines. Le Protecteur du Brabant réplique qu'il n'a pas à répondre à un homme qui a « oublié l'honneur », ni même au roi, ni même au conseil suprême de tous les princes : selon lui, seule Elsa a le droit de l'interroger. Friedrich, dans un aparté, demande à Elsa' pour lever tout doute' de le laisser pénétrer auprès du chevalier pour qu'il lui enlève une partie de son corps, la pointe d'un doigt, selon Ortrud ce serait le moyen d'anéantir ses pouvoirs magiques. Elsa assure son fiancé de sa confiance et ils entrent dans l'église.

Acte III[modifier | modifier le code]

Acte III, scène 1 : La chambre nuptiale.
Lohengrin à l'Opéra Garnier en 1891 avec Ernest Van Dyck, Rose Caron et Maurice Renaud.
Premier tableau : La chambre nuptiale.

Accompagnés par le fameux chœur nuptial « que les bruits de la fête s'éteignent, que vos cœurs s'enivrent ! Que la chambre parfumée parée pour l'amour vous accueille à présent. », Elsa et son époux pénètrent dans la chambre nuptiale. Ils se déclarent leur amour. Le chevalier : « Sans nous être vus, nous nous aimions déjà ; si je fus choisi pour être ton défenseur, c'est l'amour qui m'a ouvert la voie vers toi ». Elsa : « Mais moi, je t'avais déjà vu auparavant, dans ce rêve bienheureux tu étais venu à moi. » Le chevalier appelle son épouse par son nom "Elsa". Elsa : « Qu'il est doux, mon nom qui s'échappe de tes lèvres ! Ne connaîtrai-je pas le doux son du tien ? » Le chevalier lui parle alors des doux parfums qui enivrent les sens. Elsa se dit prête à partager son secret. Elle sera assez forte pour le préserver. L'époux lui répond que si elle ne chancelle pas devant l'interdiction, il l'estimera au-dessus de toutes les femmes. Il lui dit aussi que pour elle il a renoncé à la destinée la plus noble du monde et que c'est de la lumière et du bonheur qu'il vient. Ces propos inquiètent au plus haut point Elsa qui imagine que son époux la quittera pour retrouver la félicité qu'il a quittée. Puis elle lui demande où elle peut prendre sa force puisque l'être de son époux est empli de magie. Elle connaît un moment d'égarement, elle croit voir le cygne qui glisse sur les flots. « Dis-moi ton nom, dit Elsa. D'où es-tu venu ? Quelle est ta race ? » — « Malheur à toi », lui répond le chevalier. Elsa a aperçu Friedrich et quatre de ses compagnons qui se tenaient en embuscade dans la pièce voisine. Le chevalier d'un seul coup tue Friedrich avec l'épée qu'Elsa lui avait tendue et dit : « Tout notre bonheur est enfui », puis il ordonne aux hommes de main épouvantés de porter le corps devant le tribunal du roi.

Deuxième tableau : La prairie sur les bords de l’Escaut

Les troupes arrivent, le roi remercie les Brabançons d'avoir répondu à son appel et exalte la défense de l'empire. « Pour la terre germanique, l'épée germanique ! Que soit ainsi préservée la force de l'empire. »

Il demande où est le protecteur du Brabant. Alors que le cadavre de Telramund est apporté, le mystérieux chevalier déclare que ce n'est pas en compagnon d'armes qu'il se présente, mais en accusateur. Il affirme que c'est en état de légitime défense qu'il a tué le comte. Il accuse sa femme d'avoir trahi sa promesse de ne pas lui demander son nom. Ce nom, il va donc le révéler ainsi que son origine car à sa femme, il ne peut le refuser. Il déclare alors qu'il vient d'une contrée lointaine où se trouve un château appelé Montsalvat, au centre duquel se trouve un temple lumineux d'une splendeur telle que la terre n'en connaît point. Ce temple abrite un calice sacré, le Graal qui fut apporté par une légion d'anges. Grâce à lui, une foi sainte et pure se répand sur sa chevalerie. « Quiconque, dit-il, a été élu pour servir le Graal est investi d'une force surnaturelle. La bénédiction du Graal est d'une si sublime nature que voilée elle doit fuir le regard des profanes. » Une fois reconnu, le chevalier du Graal est contraint de partir.

« Écoutez maintenant la réponse à la question interdite !
Par le Graal je fus envoyé à vous :
Mon père Parsifal en porte la couronne
son chevalier je suis et j'ai nom Lohengrin. »

Elsa est sur le point de s'effondrer et laisse éclater son désespoir. Au roi, Lohengrin promet la victoire sur ses ennemis et s'adresse au cygne, révélant que c'est sous cette forme animale que le jeune prince Gottfried a été transformé par la magicienne Ortrud. Il annonce que plus tard, Gottfried reviendra et remet pour lui à Elsa un cor, une épée et un anneau. Ortrud avoue avoir accompli la métamorphose, aux cris indignés de la foule, elle dit que c'est ainsi que se vengent les dieux qui ont été répudiés.

À la place du cygne apparaît un beau jeune homme, c'est Gottfried que Lohengrin présente à l'assemblée : « Voici le duc de Brabant, qu'il soit nommé votre chef. »

Ortrud s'effondre, Lohengrin s'éloigne. « Malheur » dit l'assemblée. Elsa s'effondre, inanimée, dans les bras de son frère tandis que Lohengrin s'éloigne de plus en plus.

Discographie[modifier | modifier le code]

Les chanteurs mentionnés sont respectivement Lohengrin, Elsa, Heinrich, Telramund et Ortrud.

Les préludes sont des extraits populaires sur les disques de musique pour orchestre (sans chanteurs), alors que le chœur nuptial naturellement apparaît sur beaucoup de compilations de la musique pour cérémonies de mariage.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b François-René Tranchefort, L'Opéra, Éditions du Seuil,‎ 1983, 634 p. (ISBN 2-02-006574-6), p. 208
  2. Yannick Simon, « Monet au théâtre des Arts pour la première de Lohengrin », Normandie Impressionniste, Magazine éphémère, no 1,‎ avril 2013 (ISBN 978-2-87775-977-9, lire en ligne)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]