Wolfram von Eschenbach

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Eschenbach.

Wolfram von Eschenbach

Description de cette image, également commentée ci-après

Représentation de Wolfram von Eschenbach, Codex Manesse, 1305-1315.

Naissance entre 1160 et 1180
Bavière
Décès après 1220
Langue d'écriture Allemand
Genres Minnesang, poésie lyrique

Œuvres principales

Parzival

Wolfram von Eschenbach (né autour de 1170 dans le village de Eschenbach en Bavière - mort autour de 1220) était un poète allemand du Moyen Âge. Il est considéré comme l'un des plus grands poètes épiques de son temps et l'un des représentants majeurs de la littérature courtoise en moyen haut-allemand. Comme Minnesinger, l'équivalent germanique des troubadours, il a également écrit de la poésie lyrique.

Vie[modifier | modifier le code]

On ne connaît pas grand-chose de la vie de Wolfram, sinon ce qu'on peut déduire de ses œuvres. Ce qu'on peut conclure en considérant son nom est qu'il est né à Eschenbach (maintenant appelé Wolframs-Eschenbach) en Bavière, près d'Ansbach. De plus, on sait qu'il a suivi comme courtisan un certain nombre de Cours dans sa vie[1].

Œuvre[modifier | modifier le code]

Aujourd'hui, Wolfram est avant tout connu pour son Parzival, qu'on considère parfois comme la plus grande de toutes les épopées allemandes de ce temps. Basé sur Perceval de Chrétien de Troyes, c'est le premier travail en allemand dont le sujet est le Saint-Graal.

Dans son Parzival, Wolfram exprime le dédain pour la version inachevée de Chrétien de Troyes, et déclare que sa source était un poète appelé Kyot qui vivait en Provence. Quelques spécialistes croient que Wolfram a fait allusion à Guiot de Provins. Cependant, aucun des derniers travaux sur sa vie ne se relie aux thèmes de Perceval. Toutefois, d'autres croient que Kyot était simplement un dispositif littéraire inventé par Wolfram pour expliquer ses déviations de la version de Chrétien de Troyes. Sa version de la quête du Graal, Parzival, puis son Titurel donnent au mythe une sonorité ésotérique beaucoup plus prononcée que chez Chrétien de Troyes : le Graal est gardé par des Templiers, et il est réservé à quelques « élus » de s'en approcher, élus liés par… une lignée commune. De nombreuses sociétés secrètes du XIXe siècle s'inspirèrent ou furent influencées par cette idée.

Le Parzival de Wolfram était la source principale de Richard Wagner lorsqu'il a conçu le livret de son opéra, Parsifal. Par ailleurs, Parzifal est le père de Lohengrin, autre opéra wagnérien. Wolfram lui-même apparaît comme personnage dans Tannhäuser, un autre opéra de Wagner.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • Parzival
    • Éditions Aubier Montaigne, Paris 1977 - traduction de Ernest Tonnelat
    • Éditions Anthroposophiques Romandes, Genève 2004 - traduction d'Alphonse Grandmont
  • Willehalm, non traduit
  • Titurel
  • Chants[1] :
  1. Den morgenblic bî wahtaeres sange erkôs
  2. Ez ist nu tac!
  3. Sîne klâwenv
  4. Von der zinnen
  5. Der helnden minne ir klage
  6. Ein wîp mac wol erlouben mir
  7. Ursprinc bluomen, loup ûzdringen
  8. Guot wîp, ich bitte dich minne

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • La Quête du Graal, Wolfram von Eschenbach et la réalité historique, Werner Greub, Ed. Anthroposophiques Romandes, Genève 2002.
  • "Sippe une geslehte" Verwandschaft als Deutungsmuster im Willehalm Wolframs von Eschenbach, Martin Przybilski, Reichert Verlag, Wiesbaden, 2000 (Imagines Medii Aevi Band 4).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]