Anja Silja

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Anja Silja

Description de cette image, également commentée ci-après

Anja Silja en 1968

Nom de naissance Anna Silja Regina Langwagen
Naissance 17 avril 1940
Berlin, Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Activité principale Artiste lyrique
Soprano
Lieux d'activité Festival de Bayreuth

Anja Silja (née le 17 avril 1940[1] à Berlin) est une cantatrice allemande (soprano), réputée pour son charisme scénique et l'expressivité de sa voix.

Elle débuta sa carrière exceptionnellement tôt, prenant ses premiers cours de chant dès 1948 et donnant des récitals de lieder à partir de 1950. Elle débuta sur scène en 1956, à l'opéra municipal (Städtische Oper) de Berlin-Ouest dans le rôle de Rosina du Barbier de Séville. Après avoir chanté aux opéras de Brunswick, Stuttgart et Francfort-sur-le-Main, elle débuta en 1960 au Festival de Bayreuth, où elle fut une Elsa, une Elisabeth et une Senta admirables, devenant l'égérie et la compagne de Wieland Wagner. Celui-ci fit d'elle l'archétype de la chanteuse wagnérienne moderne, jeune, mince, resplendissante. En 1962, elle campe une Salomé phénoménalement érotique à Stuttgart, puis aborde également les rôles de Léonore, Desdémone, Marie dans Wozzeck en 1966 et surtout Lulu, à Francfort, à laquelle elle donne une sensualité sulfureuse. Après la mort de Wieland Wagner en 1966, puis celle d'André Cluytens en 1967, elle entre à l'Opéra de Francfort, dirigé par Christoph von Dohnányi, qu'elle épouse et suit en 1977 à Hambourg. Ses débuts au Metropolitan Opera eurent lieu en 1972. Au début des années 1980, elle abandonne les sopranos et centre son répertoire sur Janáček, dont ses interprétations de Kostelnicka dans Jenufa et Elina Makropoulos sont mondiales, ainsi que ses incarnations de Herodias, Clytemnestre, la Nourrice dans La Femme sans ombre.

Recherchée dans le monde entier dans les registres lyriques (les rôles mentionnés) ou dramatique léger (Salomé, Marie, Lulu), elle a développé un répertoire immense et très éclaté, de Lady Macbeth à la Renata de L'Ange de feu, de Médée à La Veuve joyeuse, de Cassandre à Turandot, en passant aussi par le registre des sopranos dramatiques (Isolde, Brünnhilde, Elektra), rôles qu'elle interprète aussi bien à San Francisco, New York, Londres, Bruxelles, Paris, Vienne... Au fil du temps, Silja s'est constituée une superbe discographie. Elle continue à chanter et à se produire sur scène, dépassant les cinquante-cinq ans de carrière.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Anthony Tomassini, « Bayreuth Star Goes on to Ovations in Her 60s », New York Times,‎ 13 fév. 2007 (lire en ligne)