Rudolf Kempe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Kempe.

Rudolf Kempe

Description de l'image  Rudolf Kempe cropped.jpg.
Naissance 14 juin 1910
Dresde, Drapeau du Royaume de Saxe Royaume de Saxe,
Drapeau de l'Empire allemand Empire allemand
Décès 12 mai 1976 (à 65 ans)
Zurich, Drapeau de la Suisse Suisse
Activité principale Chef d'orchestre
Activités annexes pianiste, hautboïste

Rudolf Kempe (né à Dresde le 14 juin 1910 - mort à Zurich le 12 mai 1976) était un chef d'orchestre allemand, spécialiste du répertoire post-romantique germano-autrichien (Richard Wagner, Anton Bruckner, Johannes Brahms et, plus encore, Richard Strauss).

Biographie[modifier | modifier le code]

Après des études musicales à Dresde, il débuta comme hautboïste à Dortmund, en 1928. De 1929 à 1936, il était premier hautboïste et pianiste de l'orchestre du Gewandhaus de Leipzig, où il entama sa carrière de chef à l'âge de 27 ans. Après la guerre, il dirigea comme chef principal et/ou directeur musical les orchestres de Dresde, Londres, Zurich et Munich ainsi que l'opéra de Munich, et fut fréquememment invité à New York, à Milan et au Festival de Bayreuth. À sa mort prématurée, ce fut Sergiu Celibidache qui lui succéda à la tête de la phalange bavaroise.

Comme chef d'orchestre, Kempe était attaché au beau son, mais sans fétichisme. Toujours vigoureux, souvent brillant, jamais brouillon, c'était un chef d'orchestre dans la tradition allemande du Kapellmeister : respectueux du compositeur et de l'œuvre qu'il jouait derrière laquelle il s'effaçait avec le plus grand naturel. Avec Kempe, plus que « d'interprétation », il faut parler de « lecture » des œuvres qu'il jouait. Chef lyrique par excellence, il a progressivement renoncé à partir des années 1955 à prendre des responsabilités dans une grande maison d'opéra alors que le poste de directeur musical de Covent Garden lui était offert en 1955 par Sir David Webster. Il s'est alors tourné de plus en plus vers le concert. Pourtant, jusqu'à la fin de sa vie, on l'a retrouvé de temps à autre dans la fosse en quelques grandes occasions. Entre 1960 et 1967 à Bayreuth, à Covent Garden, en 1954-1955 au Metropolitan Opera, à Munich en 1966, aux Chorégies d'Orange en 1974 où il dirigea une Salomé d'anthologie avec Leonie Rysanek et Jon Vickers, et l'année suivante en 1975 dans La Walkyrie.

Discographie sélective[modifier | modifier le code]

Écoute[modifier | modifier le code]

Dietrich Fischer-Dieskau
Berliner Philharmoniker (dir. Rudolf Kempe)
(1955)
Kindertotenlieder (Gustav Mahler)
I. Nun will die Sonn' so hell aufgehn
II. Nun seh' ich wohl, warum so dunkle Flammen
III. Wenn dein Mütterlein
IV. Oft denk' ich, sie sind nur ausgegangen
V. In diesem Wetter, in diesem Braus

Liens externes[modifier | modifier le code]