La Serpe d'or

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
La Serpe d'or
2e album de la série Astérix
Scénario René Goscinny
Dessin Albert Uderzo

Personnages principaux Astérix, Obélix, Panoramix

Éditeur Hachette
Première publication en album : 1962
ISBN 2-01-210002-3

Prépublication 11 août 1960
Albums de la série Astérix
Précédent Astérix le Gaulois Astérix et les Goths Suivant

La Serpe d’or est le deuxième album de la série de bande dessinée Astérix de René Goscinny (scénario) et Albert Uderzo (dessin), prépublié dans Pilote du numéro 42 (11 août 1960) au numéro 74 (23 mars 1961) et publié en album en 1962. L'album a été tiré en 15 000 exemplaires.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Le druide Panoramix a brisé sa serpe d’or. Le village se retrouve alors en danger, car le gui, ingrédient essentiel de la potion magique, n'a de propriété magique que cueilli avec une serpe d’or. Astérix et Obélix partent donc lui en chercher une nouvelle à Lutèce, où ils apprennent la disparition d’Amérix, le marchand de serpes, un cousin d’Obélix. Nos héros vont explorer les souterrain de la grande ville. Ils s'arrêtent à l'auberge qui se trouve en face, ils posent des questions sur Amérix à l'aubergiste, mais celui-ci va attendre qu'ils partent pour aller contacter un autre personne et lui donne la description des clients qu'il a eus. Cette personne, Lentix, les retrouve et affirme être l'ami d'Amérix, lequel a pris sa retraite et quitté Lutèce, puis que lui-même peut leur procurer des serpes d'or a des prix intéressant. Il les emmène dans un endroit où ils rencontrent un homme appelé Avoranfix qui essaye des les arnaquer sur le prix de la serpe d'or, ce qui ne plaît pas à Astérix qui boit sa potion magique et le combat commence. Ils se font arrêter puis sont relâchés par le préfet parce qu'ils l'ennuient. Le centurion leur explique qu’il existe dans Lutèce une bande de trafiquants de serpes qui a peut-être enlevé Amérix. Astérix et Obélix entrent dans la maison d'Amérix et Astérix trouve des traces de luttes et remarque qu'il manque les serpes et l’or d’Amérix, ce qui prouve qu'il est vivant ; ils décident alors de s'installer dans la maison. Le lendemain matin, nos héros découvrent que l'auberge où ils ont été hier a changé, de même que l'aubergiste. Le nouvel aubergiste les informe que l'ancien propriétaire lui a vendu l’auberge pour une poignée de pièces de bronze et est parti pour Gergovie sur un char à bœufs. Astérix et Obélix le trouvent, l'arrêtent et l'obligent à l'avouer ce qu'il sait sur Amérix. L'aubergiste leur dit tout ce qu'il a vu et nos héros décide d'aller chez Lentix où il se font arrêter une fois de plus par les romains. En cellule, ils font la connaissance d'un prisonnier alcoolique qui connais Lentix et leur explique, avant qu’ils s’évadent, qu'il a souvent rendez-vous avec Avoranfix sous un dolmen. Un guide les informe que le dolmen en question se trouve dans la forêt, fréquentée la nuit par loups et des brigand. Nos deux héros entrent dans la forêt et obtiennent des informations d'un brigand qu'ils sauvent des loups. Ils rentrent dans la tanière et découvrent un trésor de serpes d'or, mais sont attaquer par le gang, dont Lentix et Avoranfix ; pendant la bataille, Avoranfix prend la poudre d'escampette, mais les gaulois le trouvent et, une nouvelle fois, se font arrêter et s'évadent. Ils retrouvent Avoranfix avec le préfet qui avoue alors qu'il est le chef des trafiquants de serpes et qu'il a fait cela pour se distraire et pour l'or. Les gaulois sauvent Amérix et récupèrent les serpes qui est sous le dolmen. Amérix les invite, offre une serpe d'or et Obélix offre son menhirs à son cousin ; nos héros remercient Amérix avant de le quitter. De retour au village, Astérix donne la serpe à Panoramix et un banquet final commence.

Au fil de l’album[modifier | modifier le code]

  • page 43, case 8 : l’assistant du préfet Gracchus Pleindastus, surpris des révélations de ce dernier, lui pose les questions « quis, quid, ubi, quibus auxiliis, cur, comodo, quando ? » qui ne sont autres que les questions du principe criminel de Quintilien, rhéteur latin du Ier siècle.

Villes et lieux traversés[modifier | modifier le code]

Citations latines[modifier | modifier le code]

  • Acta est fabula. : La pièce est jouée

Dans les autres langues[modifier | modifier le code]

  • Allemand : Die goldene Sichel
  • Arabe : أستريكس والمنجل الذهبي
  • Bengali : Asterix o Sonaar Kaaste
  • Bulgare : Златният сърп
  • Catalan : La falç d'or
  • Coréen : 황금 낫을 찾아라
  • Croate : Asteriks i Zlatni srp
  • Danois : Asterix og trylledrikken
  • Espagnol : La hoz de oro
  • Estonien : Asterix ja Kuldsirp
  • Finnois : Kultainen sirppi
  • Frisien : De gouden sichte
  • Grec : Το χρυσό δρεπάνι
  • Hongrois : Az aranysarló
  • Indonésien : Asterix dan Sabit Emas
  • Italien : Asterix e il falcetto d'oro
  • Letton : Asteriks un zelta sirpis
  • Néerlandais : Asterix en het gouden snoeimes
  • Norvégien : Asterix og styrkedråpene
  • Polonais : Złoty sierp
  • Portugais : Asterix e a Foice de Ouro
  • Roumain : Asterix si Cosorul de Aur
  • Serbe : Астерикс и златни срп
  • Suédois : Asterix och guldskäran
  • Tchèque : Asterix a Zlatý srp
  • Turc : Asteriks Altın orak

Caricatures[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]