Armée de l'air royale néerlandaise

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Koninklijke Luchtmacht)
Aller à : navigation, rechercher
Koninklijke Luchtmacht
Cocarde de la Koninklijke Luchtmacht
Cocarde de la Koninklijke Luchtmacht
NL-VLAG-Luchtmacht.jpg

Période Mars 1953 - présent
Pays Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas
Type Armée de l'air
Effectif 8 000 personnes
Fait partie de Forces armées néerlandaises
Ancienne dénomination Luchtvaartbrigade
Équipement 217 aéronefs
Guerres Guerre du Kosovo
Guerre d'Afghanistan (2001)
Batailles Bombardement de la Bosnie-Herzégovine par l'OTAN en 1995
Opération Allied Force
Operation Enduring Freedom
Intervention militaire en Libye
Commandant Lieutenant-général Sander Schnitger

La Koninklijke Luchtmacht ou KLu est la composante aérienne des forces armées néerlandaises. Elle a été créée en mars 1953.

Historique[modifier | modifier le code]

De 1915 à 1950, l'aviation militaire de l'armée royale des Indes néerlandaises fut un service indépendant de l'aviation métropolitaine chargé de la défense des Indes néerlandaises.

Bataille des Pays-Bas[modifier | modifier le code]

En juillet 1939, le groupe d'aviation de l'armée est renommé la brigade d'aviation de l'armée(Luchtvaartbrigade).

Au déclenchement de la bataille des Pays-Bas en mai 1940, elle opérait avec une flotte aérienne de 155 avions : 28 chasseurs lourds bimoteurs Fokker G.I, 31 chasseurs Fokker D.XXI et sept Fokker D.XVII ; dix bombardiers bimoteur Fokker T.V, quinze Fokker C.X et 35 bombardiers léger Fokker C.V, douze bombardiers en piqué Douglas DB 8A-3N (voir Northrop A-17) et dix-sept avions de reconnaissance Koolhoven F.K.51. 74 des 155 avions étaient des biplans. 121 de ces appareils sont à la fois dans la force opérationnelle et en réserve. Le restant était affecté à l'école de l'armée de l'air qui utilisait trois Fokker D.XXI, six Fokker D.XVII, un Fokker G.I., un Fokker T.V. et sept Fokker C.V., ainsi que plusieurs autres avions de formation. Quarante autres avions servaient au sein de l'aéronavale néerlandaise, dont les hydravions bimoteur Fokker T.VIII. Cependant, le Fokker D.XXIII n'était toujours pas opérationnel.

Organisation[modifier | modifier le code]

Soldat de l'armée de l'air néerlandaise vise un laser qui dirigera un avion de chasse vers son objectif.
Un F-16 de l'armée de l'air néerlandaise.

En 2005, environ 20 bombes nucléaires B61 de l'United States Air Forces in Europe sont stockées sur la base aérienne Volkel-Uden pouvant en entreposer jusque 44 depuis septembre 1991 sous la garde du 703e escadron de support des munitions (anciennement le 752e escadron jusqu'en 2004), et destinées à être utilisées par les escadrons 311 et 312 de l'armée de l'air royale néerlandaise équipée de F-16[1].

Équipements[modifier | modifier le code]

L'Armée de l'Air des Pays-Bas est équipée de l'avion de combat multirôle General Dynamics F-16 Falcon. 213 exemplaires lui ont été livrés (177 en version monoplace et 36 en version biplace), mais seulement 68 appareils sont encore en service en 2013[2].

Les Pays-Bas envisageaient en 2008 d'acquérir 85 F-35A [3]. L'avion va remplacer une flotte vieillissante de F-16AM. Le gouvernement néerlandais prévoit qu'un coût à l'achat de 5,5 milliards €, et un coût d'exploitation global qui s’élèvera a 9,1 milliards € après 30 ans de service, ce qui revient à un coût d'environ 215 millions de dollars par appareil. Le 19 novembre 2007, le Secrétaire de la Défense a été interrogé sur le retard du Joint Strike Fighter concernant les problèmes techniques et l'augmentation des coûts[4]. Cependant, le 29 février 2008, le Conseil exécutif du gouvernement néerlandais a décidé d'aller de l'avant avec l'achat de deux avions d'essai et d'un protocole d'entente a été signé.

Fin 2013, avec la hausse des coûts du programme et la baisse du budget de la défense, 37 F-35 sont maintenant programmés dans la limite d’une enveloppe de 4,5 milliards d’euros, à laquelle il faut ajouter 270 millions d’euros pour couvrir les coûts annuels liés à la maintenance[5]. Selon Jeanine Hennis-Plasschaert, 32 appareils seront basé aux Pays-Bas dont 29 seront pleinement opérationnels et 5 resteront basés aux États-Unis « de manière permanente » pour assurer la formation et l’entraînement des pilotes. Ce faible nombre d'appareils à conduit à proposer qu’en 2016, la police du ciel au-dessus du territoire du Benelux soit conduite conjointement avec la composante air belge[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) United States Air Forces in Europe - Munitions Support Squadron, Global Security
  2. http://www.defensie.nl/luchtmacht/materieel_luchtmacht/vliegtuigen_en_helikopters/jachtvliegtuigen/f-16
  3. Warwick, Graham. "Netherlands decides to join JSF evaluation team." Flightglobal.com, 12 March 2008.
  4. Boeder, Johan. "F-35 JSF Hit by Serious Design Problems." Defenseindustrydaily.com, 3 December 2007. Retrieved: 23 November 2009.
  5. Laurent Lagneau, « Les Pays-Bas vont commander seulement 37 avions F-35 », sur Zone Militaire,‎ 17 septembre 2013 (consulté le 31 octobre 2013)
  6. Laurent Lagneau, « Les pays du Benelux vont faire cause commune pour la surveillance de leur espace aérien », sur Zone Militaire,‎ 29 octobre 2013 (consulté le 31 octobre 2013)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :