Balliol College

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

51° 45′ 17″ N 1° 15′ 28″ O / 51.7547, -1.2578 ()

Balliol College

Balliol College est l'un des colleges constitutifs de l'Université d'Oxford au Royaume-Uni. Il se trouve sur Turl Street, non loin de son rival le Trinity College, situé à Broad Street.

Le collège est placé sous la protection de sainte Catherine d'Alexandrie. Il est jumelé avec le St Johns' College de l'université de Cambridge.

Histoire[modifier | modifier le code]

Il a été fondé en 1263 par Jean de Bailleul, seigneur écossais d'origine Picarde sous la houlette de l’évêque de Durham. Après sa mort en 1269, sa veuve, Derborgail de Galloway, rend la fondation définitive : elle lui apporte des biens et, en 1282, formule les statuts du collège. John Wycliffe dirigea Balliol College en 1360, et 1361[1]. Le collège reste longtemps de taille modeste et, au XVIe siècle, se signale par sa fidélité à l'Église catholique romaine et sa résistance à l'anglicanisme. La Première Révolution anglaise frappe durement le collège, qui est contraint en 1642 de soutenir la Couronne par un « prêt » de ses réserves d'or et d'argent — prêt qui reste non remboursé à ce jour. En 1666, le grand incendie de Londres détruit certaines de ses propriétés, le plongeant dans un état de pauvreté encore plus grave. Le collège ne se rétablit financièrement qu'au début du XVIIIe siècle.

Sous la direction de Benjamin Jowett (en) (1870–1893), le collège gagne en importance pour devenir l'un des plus renommés de l'université d'Oxford.

Balliol college et le libéralisme[modifier | modifier le code]

Benjamin Jowett, maître du collège durant la seconde partie du XIXe siècle, par Sir Leslie Ward 1876.
Blason de Balliol College.

Si Balliol college a compté Adam Smith parmi ces étudiants, c'est au XIXe siècle que le College va, en partie, inspirer le social libéralisme. Il aura alors dans son corps professoral le philosophe Thomas Hill Green et l'historien de l'économie Arnold Toynbee, il comptera parmi ses anciens étudiants A.V. Dicey, le juriste qui va mettre en avant l'idée de rule of law (État de droit), et le premier ministre Herbert Henry Asquith. Durant cette période de formation du social libéralisme, Balliol a eu un Maître très influent, Benjamin Jowett, un spécialiste de Saint Paul, de Platon ainsi que de Kant et d'Hegel qu'il interprétait non pas sous l'angle métaphysique mais en lien avec la vie. À son sujet, les étudiants de ce collège avaient inventé une chanson :

"First come I.
My name is J-W-TT.
There's no knowledge but I know it.
I am Master of this College,
What I don't know isn't knowledge."

Étudiants et anciens[modifier | modifier le code]

Voir la catégorie : Étudiant de Balliol College.

Traditionnellement, ses étudiants figurent parmi les plus politiquement engagés de l'université : trois Premiers ministres sont d'anciens élèves. Balliol accueille également un nombre très élevé d'étudiants étrangers.

Parmi les anciens étudiants de Balliol figurent :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Balliol College Archives & Manuscripts », Balliol College, Oxford (consulté le 22 August 2009)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :