Givaudan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Givaudan

alt=Description de l'image Givaudan.svg.
Création 1895
Dates clés 1963, Rachat par Hoffmann-La Roche; 2000, redevient indépendant
Forme juridique Société anonyme
Action SWX : GIVN
Siège social Drapeau de Suisse Vernier (Suisse)
Direction Gilles Andrier, CEO
Effectif 8770 (2007)
Site web www.givaudan.com
Chiffre d’affaires 3,959 milliards CHF (2009)
Résultat net 111 millions CHF (2008)
Léon Givaudan, co-fondateur de l'entreprise
Dans une usine de l'entreprise

Givaudan (SWX : GIVN) est une société suisse opérant dans l’industrie de la parfumerie et des arômes. Givaudan détient 25 % de parts de marché d’une industrie estimée globalement à 17 milliards de francs suisses. Elle compte parmi les 30 premières valeurs boursières de Suisse. Ses concurrents sont IFF, Firmenich, Symrise, Robertet, Mane.

Histoire[modifier | modifier le code]

La société est fondée en 1895, à Zurich par Léon et Xavier Givaudan. En 1898, Givaudan se déplace à Genève et construit une usine à Vernier. En 1963, Givaudan est rachetée par Roche. Une année plus tard, Roche achète Roure. En 1991, Givaudan et Roure sont fusionnés pour former Givaudan-Roure. En 1997, elle rachète Tastemaker basée à Cincinnati. En l'an 2000, Givaudan-Roure redevient Givaudan et intègre la Bourse suisse (code GIVN.VX). Le groupe fait partie du SMI. En 2002, le groupe fait l'acquisition de FIS, une division de Nestlé spécialisée dans les arômes. En 2007, Givaudan, a annoncé l'acquisition de l'activité parfums et arômes du chimiste britannique ICI, baptisée Quest International (en). Le montant de la transaction a été fixé à 1,2 milliard de livres, soit quelque 1,8 milliard d'euros (et 2,8 milliards de francs suisses). Cette intégration a sérieusement réduit le bénéfice du groupe au 1er semestre 2007[1]. En décembre 2013, Nestlé vend sa participation de 10 % dans Givaudan pour 1,08 milliard de Francs Suisse[2].

Talc Morhange[modifier | modifier le code]

En 1972 la société Givaudan est mise en cause dans l'affaire du talc Morhange qui tua 36 bébés et en intoxiqua plus d'une centaine. Les responsables condamnés ont été amnistiés en 1981 par François Mitterrand, sur le conseil de Robert Badinter qui était à la fois avocat des industries Givaudan (Hoffman-La Roche) et ministre de la justice fraîchement en poste[3].

Seveso[modifier | modifier le code]

En 1976 c'est le réacteur de l'usine chimique Icmesa (propriété de la société Givaudan), située à proximité de la petite ville de Seveso, qui laisse échapper un nuage toxique contenant plusieurs produits mal identifiés sur le moment. C'est seulement au bout de quatre jours, quand apparurent les premiers cas de chloracné, que les laboratoires Hoffmann-Laroche identifièrent l'agent responsable, le 2,3,7,8-TCDD, produit plus connu sous le nom de dioxine de Seveso[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]