Double-Face

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Janus (mythologie).
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Double Face.
Double-Face
Personnage de fiction apparaissant dans
Batman

Nom original Two-Face
Alias Harvey Dent (véritable identité),
Harvey Apollo (alias)
Activité(s) Ancien procureur de district
Famille Gilda Grace Dent (ex-femme, divorcé)
Affiliation Batman, James Gordon
Gotham City Police Department (en tant que procureur)
Injustice Gang (en tant que malfaiteur)

Créé par Bob Kane
Bill Finger
Interprété par Billy Dee Williams (Batman)
Tommy Lee Jones (Batman Forever)
Aaron Eckhart (The Dark Knight : Le Chevalier noir)
Voix Hervé Bellon, Hervé Caradec (Batman (1992), Batman (1997))
Première apparition Detective Comics # 66 (Août 1942)
Éditeur(s) DC Comics
Caractéristiques Génie criminel,
Excellent combattant
Grande connaissance des lois criminelles

Harvey Dent dit Double-Face (Two-Face en anglais) est un personnage de fiction créé par Bob Kane et Bill Finger dans Detective Comics #66 en 1942[1].

C'est, en tant qu'Harvey Dent, un des principaux alliés de Batman puis, sous les traits de Double-Face (parfois aussi appelé Pile-ou-face), un de ses principaux ennemis.

Biographie fictive[modifier | modifier le code]

Double-Face est l'alter ego de Harvey Dent, l'un des nombreux procureurs s’étant distingué dans la mythologie de Gotham City. Il forma assez rapidement un pacte avec le commissaire Gordon et Batman afin de nettoyer la métropole des malfrats qui y pullulent [2]. À ses débuts, ce personnage avait une thématique plus obsessive compulsive que schizophrénique. La thématique du chiffre deux (2) fut exploitée en premier lieu avant que les scénaristes approfondissent la psychologie de Double-Face.

À l'origine, le personnage était identifiable sous le nom de Harvey Kent. DC Comics qui est l'éditeur des aventures de Batman et de Superman fit altérer le nom pour éviter toute confusion avec Clark Kent, c'est-à-dire Superman lui-même. En plus d'être uni au Chevalier noir par son poste de procureur général de la cité, il entretenait une profonde amitié avec Bruce Wayne. Un criminel haut placé dans la hiérarchie mafieuse, Salvatore Maroni, qui venait d'être arrêté voulut se venger de sa condamnation avec l'aide de l'assistant du procureur, Vernon Field, et pour ce faire lança de l'acide au visage de Dent qui fut à moitié défiguré. Sa schizophrénie latente se manifesta et prit alors le dessus[2]. Dès lors, Dent ne put réprimer le besoin d'exprimer sa violence physiquement et devint un des plus prolifiques et dangereux criminels que Gotham City ait connu. Une des marques de commerce du personnage est sa pièce de monnaie qu'il utilise pour juger de la convenance de ses crimes. Si la pièce tombe sur la face égratignée, il peut poursuivre dans ses sombres desseins. Au contraire, si c'est la face nette qui est visible, il fait le bien. Estimant que le système judiciaire est inefficace et injuste, il entretient une haine envers les avocats, juges et jurys. Plusieurs mises en scène de comics relatent Double-Face comme meurtrier en série des professionnels de la justice.

Dans les années 1980, Frank Miller donna un nouveau souffle à l'origine de Double-Face. Dépeignant une enfance violente et décousue, une ambivalence marquée entre ses deux personnalités et un désir de justice qui combat le désir d'injustice, le personnage devint une sorte de métaphore des atouts créateurs et destructeurs de la nature humaine[réf. nécessaire]. De plus, Miller approfondit le passé de Harvey Dent en le sacrant figure de proue des forces de l'ordre de Gotham City, ayant aidé résolument Batman et le commissaire Gordon à leurs débuts.

Plusieurs tentatives au cours des années ont été entreprises pour reconstruire le visage de l'ex-procureur général, mais la plupart se sont soldées par des échecs. Ce dernier, toujours tourmenté par la maladie mentale, finit immanquablement par lacérer de nouveau la moitié réédifiée de son visage. Cette permanence de la maladie mentale de son époux fit en sorte qu'après de multiples efforts, Gilda Grace Dent demanda le divorce.

Biographies alternatives[modifier | modifier le code]

Batman, la série animée[modifier | modifier le code]

Harvey Dent devient une victime de la répression constante de ses anxiétés mais surtout de sa colère, les visites sporadiques chez une psychologue n'ayant pas réussi à le guérir. Lorsqu'un chef de la pègre locale, Rupert Thorne, menaça de dévoiler son dossier médical, il finit par craquer. Étant clandestinement amené dans un complexe chimique par les hommes de main de Thorne, la situation dégénéra rapidement et la moitié du corps de Dent fut calcinée par une explosion.

Quelque temps plus tard, Harvey part à l'hôpital pour se faire opérer et récupérer son ancien visage. Mais il est enlevé. Batman enquête et cherche à savoir qui aurait pu être à l'origine de l'opération. Il découvre que l'instigateur n'était autre que la seconde personnalité de Harvey. Batman le neutralise et Double-Face est ramené à Arkham, accueilli par Bruce, son meilleur ami.

Encore plus tard, Harvey verra la naissance d'une troisième personnalité, incarnée par le personnage du Juge, et dont la sentence s'abat sur les criminels de Gotham.

Batman et Batman Forever[modifier | modifier le code]

En 1989, le personnage d'Harvey Dent est interprété par l'afro-américain Billy Dee Williams, alors que selon le comic le procureur Dent est blanc ; Williams tentera de reprendre son rôle dans Batman Forever mais Joel Schumacher, nouveau réalisateur de la tétralogie, lui préférera alors Tommy Lee Jones. Harvey Dent, pas encore défiguré, est le procureur général nouvellement élu. Il doit faire face à la pègre qui gangrène Gotham City et dont le parrain se nomme Carl Grissom, épaulé lui-même par le redoutable Jack Napier. À peine Grissom est-il décédé qu'Harvey Dent est confronté au Joker ; il décide de s'allier au commissaire Gordon. Plus tard, il inaugure le Bat-Signal, reconnaissant ainsi en Batman un allié précieux de la police de Gotham et surtout un adepte de l'ordre établi.

Dans Batman Forever, le personnage de Double-Face, d'ordinaire sérieux, devint similaire au Joker, rigolant quoi qu'il arrive et faisant le clown dès que l'occasion se présente. L'interprétation de Tommy Lee Jones fut assez moyennement reçue à la sortie en salles du film, contrairement à celle de l'Homme-mystère[réf. nécessaire]. Alors qu'Harvey Dent mène le procès du mafieux Salvatore Maroni, Batman, présent dans la salle sous son costume même, tente d'arrêter le geste de ce dernier, qui s'apprête à jeter le contenu d'une fiole d'acide sur le visage du procureur mais dans l'élan, de l'acide atterrit tout de même sur le visage de Dent qui, autoproclamé Double-Face et envoyé à l'asile d'Arkham, croit Batman responsable de sa défiguration et franchit ainsi la ligne qui sépare le bien du mal. Selon ce film, Double-Face est le meurtrier des parents et du frère de Dick Grayson, et ainsi le créateur indirect de Robin ; celui-ci est d'ailleurs vengé car Double-Face, ne retrouvant plus sa pièce parmi nombre d'autres, finit par paniquer, trébuche de la plate-forme où il se trouve et fait une chute mortelle.

The Dark Knight et The Dark Knight Rises[modifier | modifier le code]

Dans The Dark Knight : Le Chevalier noir, deuxième film de la saga Batman par Christopher Nolan, Harvey Dent/Double-Face est incarné par l'acteur Aaron Eckhart. Ce dernier joue un personnage plus proche du comics que celui interprété par Tommy Lee Jones dans Batman Forever.

Dans cette nouvelle mouture des aventures de Batman, Harvey Dent est présenté comme un homme droit, juriste convaincu et bien décidé à laver la ville de sa pègre locale. Étant devenu nouveau procureur de Gotham, il organise une alliance avec l'inspecteur Gordon, alors à la tête de l'Unité anti-crime, ainsi qu'avec Batman. Ce dernier lui sera d'une grande aide pour passer outre les soucis de procédure afin d'arrêter Lao, PDG chinois d'une grosse multinationale et financier de la mafia de Gotham. Son arrestation permettra à Dent, au moyen de la loi Rico, d'arrêter et de faire juger la moitié des criminels de la ville en un seul procès, via leur compte commun géré par Lao.

Il se retrouvera confronté au Joker (Heath Ledger), représentation de ce nouveau mal que doit combattre Gotham City. Dent utilise souvent une pièce de monnaie truquée (comportant deux côtés « face ») pour être « maître de sa chance ».

Il est le petit ami de Rachel Dawes et, à la suite d'une réception organisée par Bruce Wayne, lui propose de se fiancer, proposition à laquelle Rachel ne saura quoi répondre. À la suite d'un diner en compagnie de Bruce Wayne, le discours de Dent sur l’héroïsme de Batman finit par convaincre ce dernier de la sincérité et de la bonté du procureur. Wayne voit désormais en lui le parfait successeur de la chauve-souris, sauveur et héros officiel de la ville de Gotham, qui combat le crime à la lumière du jour et de manière légale, et non clandestinement, sous une identité masquée et à l'ombre de la population, à la manière de Batman. La détermination de Dent incite Wayne à quitter Batman, alors devenu inutile, pour ensuite se retrouver avec Rachel Dawes. Pourtant, après une conférence de presse organisée par Harvey et dont le but était de convaincre la population que faire confiance un temps à un hors-la-loi (Batman) pouvait s'avérer plus judicieux que de se soumettre aux exigences du Joker, le procureur se voit contraint de céder aux volontés des concitoyens de Gotham, qui demandent que se livre le Batman. Malgré tout, convaincu que l'homme chauve-souris a encore son rôle à jouer, il se fait passer pour Batman afin de mieux protéger celui-ci. Son plan est alors d'attirer le Joker comme un appât lors du transfert de Dent à la prison centrale (le Joker cherchant à abattre ce dernier) et de le prendre par surprise, le clown ignorant alors la véritable identité de Batman.

Cependant, Dent se fera enlever par le Joker avec sa petite amie. Batman devra alors choisir entre sauver Rachel Dawes, son amie d'enfance, ou Harvey Dent, chacun étant enfermé dans un local différent rempli de bidons d'essence qui s'enflammeront à la fin d'un compte à rebours. Croyant trouver Rachel, il laisse la police chercher Dent et suit la piste donnée par le Joker, mais celle-ci le conduit en fait à Harvey Dent. Il sauve Harvey Dent in extremis, mais la moitié gauche de son visage, enduite de pétrole, brûle. Rachel, quant à elle, finit brûlée vive dans le local. Avant de mourir, celle-ci avoua à Dent qu'elle était prête à vivre sa vie avec lui.

Envoyé à l'hôpital, il se découvre défiguré sur la moitié du visage, tandis que sa pièce truquée possède désormais une face égratignée et noircie par le feu. À partir de ce moment, il n'est plus le "chevalier blanc", comme il était surnommé, mais plutôt le spectre d'un homme déchiré par le chagrin d'avoir perdu celle qu'il aimait, et par le désespoir de ne pouvoir venir à bout du mal qui ronge la ville. Il ne croit plus alors en sa cause, et se retranche dans sa philosophie du hasard qui frappe lorsqu'on s'y attend le moins. Il s'identifie même à l'image que les policiers se faisaient de lui lorsqu'il était aux affaires internes, et qu'on le surnommait "Double-Face". Le Joker finira par lui rendre visite dans sa chambre d'hôpital et se servira de ses faiblesses et de sa colère pour le retourner contre le système et contre l'autorité qu'il incarnait pourtant autrefois. Il lui expliquera qu'il a pu enlever sa petite amie grâce à certains policiers corrompus qui sont sous le commandement de James Gordon.

Fou de rage, Double-Face part en quête de vengeance et tue la plupart des acteurs ayant permis la mort de Rachel. Ensuite, persuadé que Gordon a laissé gangrener sa police malgré ses avertissements, il décide d'enlever la famille de Gordon et donne alors rendez-vous au commissaire dans l'entrepôt où Rachel est morte. Gordon s'exécute et Double-Face commence alors à jouer au jeu du hasard avec sa pièce désormais réellement à deux faces différentes (l'une étant brûlée) dans le but de tuer le fils de Gordon sous ses propres yeux. Il tentera même de se suicider mais y renoncera, la pièce étant tombée sur la bonne face. Décidé à tuer le fils de Gordon, il se fait contrer par Batman. À la suite du court affrontement entre lui et Batman, Double-Face fait une chute de plusieurs étages.

Dent meurt de la chute et Batman choisit d'endosser les cinq meurtres de Double-Face, afin qu'Harvey Dent garde une image de sauveur et même de héros aux yeux du public, pour que ce dernier ne perde pas l'espoir de triompher contre la vermine, comme l'aurait voulu le Joker.

Dans The Dark Knight Rises, film concluant la saga amorcée par Nolan et se déroulant huit ans après la mort de Dent, la mémoire du procureur reste intacte. Un jour férié a été institué en son honneur, ainsi qu'une loi, permettant de faire régner l'ordre dans Gotham après avoir mis la pègre et autres malfrats derrière les barreaux de Blackgate. La ville est en paix et Batman n'est plus réapparu depuis la nuit fatidique. Le commissaire Gordon, chargé de lire un discours en la mémoire de Harvey Dent, veut dévoiler la vérité, mais y renonce au dernier moment, estimant qu'il n'est pas encore temps pour cela. La menace de Bane obligera le chevalier noir à revenir, et il sera de nouveau traqué par la police, et surtout par le commissaire adjoint Peter Foley qui veut venger la mort du procureur. Finalement, Bane, qui s'est emparé du discours du commissaire, révèle à Gotham le vrai visage de Dent, pour semer le chaos. Harvey Dent apparaît également sous forme de flashbacks ou photos tout au long du film.

Description[modifier | modifier le code]

Physique[modifier | modifier le code]

Selon ses apparitions, la couleur de la face défigurée de son visage a souvent changé. Il était à l'origine vert avec les cheveux bleus, ensuite violet avec les cheveux blancs puis les cheveux violets aussi. Dans le dessin animé, le côté du visage défiguré était bleue et les cheveux blancs. Dans The Dark Knight, cette face est tout simplement la chair située en dessous de la peau brûlée.

Personnalité[modifier | modifier le code]

La schizophrénie est présente depuis toujours chez Harvey Dent. Elle a longtemps été associée au fait que son père le détestait et le battait le plus souvent possible, mais dans la série Batman : Jekyll & Hyde de Paul Jenkins, Jae Lee et Sean Phillips, les véritables raisons du traumatisme sont données.

Lors de sa jeunesse, Harvey Dent avait un frère de deux ans son ainé, Murray. Ce dernier était un véritable garnement, auteur d'actes de pyromanie, involontairement aidé de son jeune et sage frère. Un jour, Murray et Harvey étaient dans leur salon, quand Murray eut l'idée d'enflammer l'un des rideaux. Le rideau prit feu, ainsi que toute la pièce. Le jeune Harvey Dent, pris de panique, s'enfuit immédiatement du salon et le ferma à clé pour se protéger en laissant son frère agoniser dans les flammes, l'insultant pendant qu'Harvey pleure et suce son pouce de peur. À la suite de cette tragédie insupportable pour la famille Dent, sa mère se suicida et le père commença alors à détester le pauvre et innocent Harvey. Il "jouait" souvent à pile ou face avec Harvey. Si la face se montrait, Harvey était battu comme plâtre. Ce qu'il ignorait, c'est que la pièce avait deux faces. C'est cette pièce que Double-Face utilise (cadeau de son père dans Un long Halloween).

Dans la même aventure, il avoua qu'il partage son corps avec l'esprit de Murray, celui-ci représentant alors Double-Face tandis qu'Harvey Dent, ou du moins ce qu'il en reste, n'est que la pauvre victime sans cesse à la merci des insultes et des agissements de sa double personnalité. La mini-série se termine par la tentative de suicide d'Harvey devant les yeux d'un Batman surpris et bouleversé.

Création du personnage[modifier | modifier le code]

L'un des créateurs, Bob Kane, explique dans son autobiographie que le personnage s'inspire de deux modèles. Le premier est le docteur Jekyll/Mister Hyde du film de Rouben Mamoulian de 1931, Docteur Jekyll et M. Hyde. Le second est un personnage de la bande dessinée pulp Black Bat (en) : un avocat, rendu aveugle par un jet d'acide dans un tribunal[3].

Son existence est la conséquence d'une explosion, d'un jet d'acide ou encore d'une expérience ratée. La suite est une séquelle, un dédoublement de personnalité, qui le mène a commettre des meurtres.

À propos du nom[modifier | modifier le code]

Double-Face se fait aussi appeler Pile-ou-Face, Deux-Visages ou encore Deux-Faces, selon les traductions françaises.

Œuvres où le personnage apparaît[modifier | modifier le code]

Comics[modifier | modifier le code]

  • 1986: Dark Knight (Édition PaniniComics, Dessins et scénario : Frank Miller).: Harvey Dent a environ 60 ans, son visage n'est plus défiguré grâce à la chirurgie du docteur Bartholomew Wolper mais l'opération ne fait pas disparaître les vieux démons d'Harvey.
  • 1996 : Un long Halloween (Batman: The Long Halloween) de Jeph Loeb et Tim Sale : Harvey Dent s'associe avec Batman et Gordon pour combattre la pègre à Gotham mais malheureusement le jeune procureur sera défiguré par Salvatore Maroni en plein procès.
  • 2002: Batman : Amère victoire (Édition SemiComics, Dessins : Tim Sale, scénario : Jeph Loeb).: Harvey Dent n'existe plus, Double face est né et compte bien se venger de ses ennemis.
  • 2002 : Batman : Silence (Batman : Hush) de Jeph Loeb et Jim Lee: Harvey Dent a retrouvé son visage grâce au docteur Thomas Elliot, il semble guéri et veut à tout prix reforger l'alliance qu'il avait faite avec Batman et Gordon
  • 2006: Face the Face (Édition DCComics, scénario : James Robinson).: Après avoir repris la cape du chevalier noir pendant un an, Harvey Dent cède la place à Bruce Wayne. Ses démons intérieurs ressurgissent et il se défigure lui-même pour redevenir Double-face.

Jeux vidéo[modifier | modifier le code]

Séries animées[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Vidéo[modifier | modifier le code]

Court-métrage[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Randy Duncan et Matthew J. Smith, Icons of the American Comic Book : From Captain America to Wonder Woman, ABC-CLIO,‎ 2013, 920 p. (ISBN 9780313399237), p. 70
  2. a et b Batman: Un lign halloween
  3. Olivier Pallaruelo, « Double-Face », Super-vilains : les secrets de leurs origines, Allociné,‎ 1er mai 2014
  4. a et b Jerem, « LEGO Batman accueille Double-Face et l'Épouvantail », jeuxvideo24.com,‎ 6 mai 2008 (consulté le 18 décembre 2010)