Pingouin (comics)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pingouin (homonymie).
Le Pingouin
Personnage de fiction apparaissant dans
Batman.

Burgess Meredith dans le rôle du Pingouin dans la série télévisée Batman en 1967.
Burgess Meredith dans le rôle du Pingouin dans la série télévisée Batman en 1967.

Alias Oswald Chesterfield Cobblepot (véritable identité)
Naissance Gotham (Drapeau du New Jersey New Jersey)
Origine Américain
Sexe Homme
Activité(s) Propriétaire du club Iceberg Lounge, Homme d'affaires, Chef criminel, Trafiquant de drogue, Trafiquant d'armes, Cambrioleur
Pouvoirs spéciaux Aucun. Génie criminel.
Armes Parapluie-gadget
Famille Tucker Cobblepot (père, †)
Miranda Cobblepot (mère, †)
Sir Nigel Cobblepot (ancêtre, †)
Nathan Cobblepot (ancêtre, †)
Theodore Cobblepot (arrière-grand-père, †)
Affiliation Injustice League
Suicide Squad
Secret Society of Super Villains
Ennemi(s) Batman

Créé par Bill Finger
(Bob Kane crédité par DC)
Interprété par Burgess Meredith (Batman, 1966),
Danny DeVito (Batman : Le Défi, 1992)
Première apparition Detective Comics #58 (décembre 1941)
Éditeur(s) DC Comics

Oswald Chesterfield Cobblepot, dit Le Pingouin, est un personnage de fiction de l'univers de DC Comics et un opposant récurrent de Batman. Créé par Bill Finger et Bob Kane, il apparaît pour la première fois dans Detective Comics #58 en décembre 1941.

Biographie fictive[modifier | modifier le code]

Cette biographie est celle du Pingouin de New Earth, résultant du mélange du passif des Pingouins des univers Earth-One et Earth-Two, suite à l'arc narratif intitulé Crisis on Infinite Earths, où les multiples univers de DC Comics ont été fusionnés en un seul.

Oswald Chesterfield Cobblepot est le riche héritier de la puissante famille Cobblepot, opposée à celle des Wayne, dont fait partie Batman, depuis plusieurs générations. Durant son enfance, le jeune Oswald cumule les complexes physiques : doté d'un nez crochu, sa petite taille et sa corpulence lui donnent également une démarche dandinante, autant de caractéristiques qui le rapprochent physiquement du manchot. Son père étant mort d'une pneumonie après avoir été trempé par la pluie, sa mère le sur-protégea et lui faisait toujours emporter un parapluie lorsqu'il sortait. Cet attribut deviendra caractéristique du Pingouin. Son apparence lui valut d'être un souffre-douleur pour ses camarades de classe, et paria au sein de la haute société. Afin d'assurer la prospérité du nom des Cobblepot, Oswald se tourna donc vers le monde du crime sans pour autant renier ses origines aristocratiques comme le montre son accoutrement. Aux côtés du Grand Requin Blanc, de Double-Face et de Black Mask, il deviendra un des grand chefs de gangs de Gotham City, menant un grand nombre de trafics qui lui vaudront de se confronter de nombreuses fois à Batman.

La mini-série La Splendeur du Pingouin développe l'histoire de la famille Cobblepot : rejeté par son père et ses trois frères aînés à cause de sa difformité, Oswald grandit chéri par sa mère mais s'enferme dans la solitude et l'amour pour les oiseaux. Comprenant vite qu'il n'aura jamais la force physique de se venger, il choisit la ruse et provoque la mort de ses frères en les maquillant en accidents, puis celle de son père d'une pneumonie en le privant de son remède. Oswald se retrouve donc seul avec sa mère, dont il continue de s'occuper jusqu'à la mort, tout en devenant le chef criminel connu sous le surnom du Pingouin.

Au fil de ses confrontations, le Pingouin perdra pied dans ses affaires criminelles, ne menant plus que des opérations mineures et se concentrant sur la tenue de son night-club prisé par la pègre de Gotham, l’Iceberg Lounge. Il deviendra ainsi un informateur pour Batman, le renseignant sur les affaires criminelles en cours, en échange de quoi le justicier ferme à contrecœur les yeux sur ses activités. Durant l'arc narratif de No Man's Land, où Gotham est détruite par un puissant tremblement de terre et coupée du reste des États-Unis, le Pingouin, ayant décidé de rester en ville bien qu'il aurait pu la quitter pour aller en lieu sûr, deviendra le principal fournisseur de biens de première nécessité aux survivants, s'enrichissant par la même occasion. Il formera notamment une alliance avec Lex Luthor pour lui fournir une mainmise sur les évènements, permettant ainsi la reconstruction de Gotham et la sortie du chaos de la guerre des gangs installée durant la catastrophe. Il s'alliera par la suite brièvement avec Double-Face contre Sofia Falcone dans l'arc The Long Halloween. Il apparaît brièvement au sein de la Secret Society of Super Villains durant la bataille de Metropolis, après que la société ait organisé des émeutes dans les prisons du monde entier dans l'arc Infinite Crisis.

Dans One Year Later, qui fait suite aux évènements de Infinite Crisis et à la destruction du multivers, durant lesquels le Pingouin est resté loin de Gotham City, il se heurte lors de son retour au Grand Requin Blanc, qui a pris le contrôle de la ville. Cobblepot décide alors de ne pas chercher à se confronter au nouveau chef de la pègre et de se régulariser, considérant que les actions légales lui seraient plus rentables. Il entraînera l'Homme-Mystère dans cet état d'esprit.

Description[modifier | modifier le code]

Physique[modifier | modifier le code]

C'est un être de petite taille (souvent bossu dans certaines versions du personnage) avec un nez proéminent, des cheveux noirs, et son âge oscille entre 40 et 50 ans. Il porte un chapeau haut de forme, monocle à l'œil droit et porte-cigarette en guise d'accoutrement, utilise des parapluies truffés de gadgets électroniques pour commettre ses crimes.

Dans le film Batman, le défi de Tim Burton, le Pingouin a un physique plus gothique et plus proche de l'animal, avec notamment une peau pâle et des yeux cernés de noir, des cheveux noirs onduleux et gras, des dents sales, un nez pointu ressemblant à un bec, une apparence physique formant pratiquement la forme "ovale" des manchots et des mains constitués de 2 doigts, dont la forme ressemble à des pinces.

Personnalité[modifier | modifier le code]

La personnalité du Pingouin est une des plus complexes de la série de Batman[réf. nécessaire] : même si on le considère comme un être infâme et cruel, toute sa vie il a été la victime de moqueries (notamment sur son physique) et de railleries et s'est refermé sur lui-même.

Création du personnage[modifier | modifier le code]

Le personnage est créé en 1941 dans le numéro 58 du comic book Detective Comics[1]. Bob Kane, l'un des créateurs, a dit s'être inspiré de la mascotte des cigarettes Kool, le petit pingouin Willie. Le second créateur, Bill Finger, dit lui avoir pris pour modèle le manchot empereur, qui lui aurait rappelé « ces aristocrates anglais dans leurs smoking »[2].

Origine du nom[modifier | modifier le code]

Son nom français est une erreur de traduction, penguin se traduisant normalement par « manchot » (le nom pour « pingouin » est auk). Son surnom provient de son accoutrement et de sa forme, qui rappellent l'apparence et la couleur des manchots. Volontaire ou non, l'erreur n’est peut-être pas si gênante dans la mesure où la confusion est fréquente en français et que « manchot » serait ambigu dans ce contexte (un homme qui ressemble à l'animal ou un homme sans bras).

Apparitions dans d'autres médias[modifier | modifier le code]

Il apparaît dans plusieurs épisodes de Batman la série animée avec un design proche du film de Burton mais une personnalité plus aristocratique. Il reprend un look plus classique dans la série-suite The New Batman Adventures mais s'avère plus dangereux grâce à sa façade d'honnête homme d'affaires. Il est doublé en anglais par Paul Williams et en français par Philippe Peythieu. Oswald Cobblepot apparaît également dans la série Gotham de la Fox où il est interprété par Robin Lord Taylor.

Biographies alternatives[modifier | modifier le code]

Dans Batman : Le Défi réalisé par Tim Burton, le Pingouin est enfant unique de la riche famille Cobblepot. Il est né difforme, affublé d'un nez crochu semblable à un bec, de mains triffides et d'un petit corps trapu, le bébé nommé alors « Oswald Cobblepot » fut abandonné. Ses parents jetèrent son landau dans une rivière conduisant aux égouts de Gotham City. Il se retrouva entraîné dans le zoo de Gotham et passa son enfance parmi les manchots avant d'être adopté par le gérant d'un cirque ambulant. Il y travailla comme « attraction » sous le nom d'« Aquatique, l'oiseau-enfant ».

Dans la série télévisée The Batman, Le Pingouin est plus jeune. Il est toujours accompagné de deux kimono girls, deux jeunes filles spécialistes en combats asiatiques qui donnent du fil à retordre à Batman.

Dans le jeu vidéo Batman: Arkham City, le Pingouin est un criminel se définissant comme un « collectionneur », s'étant approprié le muséum d'histoire naturelle de Gotham City pour y entreposer ses trophées (différents objets appartenant aux criminels de Gotham). Il cultive également les inimitiés avec le Joker, Victor Zsasz, Mister Freeze (qu'il a capturé et enfermé sans son armure pour lui dérober son fusil lance-glace), Bruce Wayne et Batman. Il collabore avec Hugo Strange, le directeur d'Arkham City qui lui fournit armes et renseignements. Batman doit l'affronter pour libérer Freeze, mais le criminel le met face à Solomon Grundy, le colosse immortel qui était enfermé dans les fondations de l'Iceberg Lounge au moment de sa réouverture dans la cité.

Oswald Cobblepot apparaît également dans la série Gotham de la Fox où il est interprété par Robin Lord Taylor. Dans cette version, celui-ci est mince, vit seul avec sa mère et n'est pas riche comme dans les autres versions, mais il travaille pour les familles mafieuses Falcone et Maroni, qu'il essaie de monter les unes contre les autres. Il considere James Gordon comme son unique ami, étant le seul homme droit et incorruptible qu'il connaisse.

Le Pingouin, à gauche, tel qu'il apparaît dans la série télévisée de 1966

Télévision[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Vidéo[modifier | modifier le code]

Jeux vidéo[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Randy Duncan et Matthew J. Smith, Icons of the American Comic Book : From Captain America to Wonder Woman, ABC-CLIO,‎ 2013, 920 p. (ISBN 9780313399237), p. 70
  2. Olivier Pallaruelo, « Le Pingouin », Super-vilains : les secrets de leurs origines, Allociné,‎ 1er mai 2014