Gotham City

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Gotham est un des surnoms de New York, dont l'initiative est attribuée à Washington Irving, auteur américain du XIXe siècle[1] (Salmagundi ; or The Whim-whams and Opinions of Launcelot Langstaff, Esq. & Others, 1807). Le surnom reste si populaire que les auteurs de bande dessinée Bob Kane et Bill Finger s’en emparent dans les années 1940. Gotham devient l’univers urbain imaginaire où évoluent des super-héros tels que Green Lantern (Alan Scott) et Anarky.

Mais Gotham City est surtout connue comme décor des aventures de Batman. Dans ce comics, Gotham s'apparente d'ailleurs plus à Chicago qu'à New York.

La ville d'Yverdon-les-Bains en Suisse effectue un jumelage avec la ville de Gotham City en mars 2014 à l'occasion d'une exposition sur les superhéros dans le musée : la Maison d'Ailleurs.

Gotham City (comics)[modifier | modifier le code]

Gotham City

Lieu de Batman

Type Ville
Localisation Drapeau du New Jersey New Jersey, Drapeau des États-Unis États-Unis
Langue(s) officielle(s) Américain
Monnaie Dollar
Personnages Batman, Le Joker, Le Pingouin, Black Mask, etc.
Créateur Alan Moore
Première apparition 1941
Éditeur DC Comics

Avant la création de Gotham City[modifier | modifier le code]

De mai 1939 à décembre 1940, Batman était le héros de la ville de New York. Gotham City n'apparut dans son univers qu'en janvier 1941.

Histoire[modifier | modifier le code]

Alan Moore est le premier à avoir écrit l'histoire de la ville imaginaire de Gotham City, histoire que ses successeurs ont dans l'ensemble respectée. Selon Moore, la ville a été fondée par un mercenaire norvégien en 1635 à, selon Batman : Année 1, 60 milles au nord de Metropolis, avant de passer sous l'autorité des Britanniques. Ces antécédents ne sont pas sans rappeler l'histoire de New York, fondée par les Néerlandais sous le nom de Nouvelle-Amsterdam. Propriété de la Compagnie néerlandaise des Indes occidentales, la Nouvelle-Néerlande devait passer en 1664 (puis définitivement en 1674) sous la coupe britannique. Pendant la guerre d'indépendance des États-Unis, Gotham City est le site d'une bataille décisive et le bruit court qu'elle est le siège de différentes sectes ésotériques. Gotham City est au XIXe siècle une métropole riche et grouillante. Fondée sur des marais, elle ne tarde pas à s'embourber dans des guerres intestines qui ruinent sa réputation. Les malfrats issus des classes inférieures se multiplient alors que la corruption se généralise.

Dans le numéro 5 de Shadowpact, Bill Willingham étoffe la dimension ésotérique des traditions Gothamiennes en mettant en scène une créature endormie depuis 40 000 ans sous les fondations de la ville. Strega, tel est le nom du serviteur de la créature, explique que le caractère sombre et souvent maléfique de la ville est le résultat de l'influence de cette créature qui se fait appeler docteur Gotham.

Les récits suivants enrichissent l'histoire de Gotham City d'événements fictifs qui affectent la ville et ses habitants. La catastrophe peut-être la plus marquante dans ses séquelles a donné lieu à plusieurs histoires suivies tout au long de différents épisodes, le premier étant la diffusion d'un virus débilitant, le clench par Ra's Al Ghul dans la série Contagion. Dans Cataclysme, la ville est victime d'un tremblement de terre de force 7,6 sur l'échelle de Richter. Le gouvernement fédéral décide que Gotham ne fera plus partie des États-Unis dans No Man's Land. Ces trois intrigues fournissent aux auteurs toute liberté pour redéfinir le caractère et l'ambiance de la ville. Gotham s'endurcit, ses habitants deviennent plus résistants, débrouillards et cyniques. L'architecture se diversifie, devient spectaculaire.

Une série de personnalités dysfonctionnelles (Ennemis de Batman) plongent la ville dans une déchéance qui trouve son aboutissement avec l'année du «No Man's Land». Bruce Wayne, alter ego de Batman et propriétaire des Entreprises Wayne, part alors en croisade contre ces malfrats et politiquement pour ramener la ville à un niveau moral acceptable.

La reconstruction de Gotham City commence après cette année de déchéance. Lex Luthor reprend Gotham et sa reconstruction entre ses mains. Encensé comme sauveur de la métropole, il est sacré nouveau père de Gotham. La nouvelle ville prend un virage résolument moderniste, conservant certains traits classiques et gothiques.

L'asile d'Arkham[modifier | modifier le code]

Construit sur les collines de Gotham (sur une île dans Batman: Arkham Asylum), l'asile d'Arkham (Arkham Asylum en anglais) abrite les fous de Gotham City que Batman a affrontés depuis sa création comme Le Joker, Harley Quinn, Double-Face, Mr Freeze, ou même Killer Croc. Comme le dit Batman : « Cet asile est une vraie passoire »[2]. En effet, il ne se passe pas un jour sans qu'un des patients ne s'évade. Ce fut Amadeus Arkham qui fonda cet asile au début du XXe siècle.

L'asile d'Arkham est inspiré de l'œuvre de Howard Phillips Lovecraft, un écrivain américain, auteur de nouvelles fantastiques notamment liées au mythe de Cthulhu. Dans ces récits, Arkham est une ville à part entière, que l'auteur situe dans une Nouvelle-Angleterre fictive.

Le Jardin Noir (The Black Garden en anglais), créé par le scénariste David Hine pour son héros Nightrunner, est l'équivalent français de l'Asile d'Arkham.

Œuvres[modifier | modifier le code]

L'asile d'Arkham a fait l'objet de plusieurs récits propres :

(les titres suivis d'une astérisque ont été traduits en français)

L'asile est également le lieu où se déroule l'action du jeu vidéo Batman: Arkham Asylum ainsi que la suite Batman: Arkham City et le prequel Batman: Arkham Origins. Dans les jeux vidéo, c'est le centre d'un gigantesque complexe pénitencier situé au cœur de Gotham City.

GCPD[modifier | modifier le code]

Le département de police de Gotham City a une longue réputation de corruption. Les éléments les plus connus en sont : le Commissaire James Gordon, désormais à la retraite, Harvey Bullock et Renee Montoya.

L'une des unités les plus importantes est la Major Crimes Unit dirigée par Maggie Sawyer, une transfuge de Metropolis. Les enquêtes de cette unité dans l'ombre de Batman sont racontées dans la série Gotham Central.

L’année du « No Man's Land »[modifier | modifier le code]

C'est une année très importante, durant laquelle Gotham est en ruine, à la suite d'un tremblement de terre dépeint dans le volume « Cataclysm ». La reconstruction sera financée par Lex Luthor, tandis que Batman aura fort à faire pour débarrasser la ville des bandes de criminels qui en ont pris le contrôle.

Autres avatars littéraires de Gotham City[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Gotham: A History of New York City to 1898, Edwin G. Burrows et Mike Wallace, 1998
  2. L'asile d'Arkham Asylumsur why-so-serious.over-blog.org

Voir aussi[modifier | modifier le code]