Harley Quinn

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Quinn.
Harley Quinn
Personnage de fiction apparaissant dans
Batman

Cosplay d'Harley Quinn
Cosplay d'Harley Quinn

Alias Dr Harleen Frances Quinzel
Activité(s) ex-psychiatre
Capacité et pouvoir Immunité contre la plupart des poisons et des toxines dues à des injections de l'Empoisonneuse
Spécialiste dans le domaine de la psychiatrie
Entraînement en gymnastique
Agilité et force surhumaine
Maîtrise des arts martiaux
Affiliation Secret Society of Super Villains
Secret Six
Suicide Squad

Créé par Paul Dini
Bruce Timm
Première apparition Batman, la série animée Épisode 1-22 : Chantage à crédit
Univers DC : Batman: Harley Quinn (Octobre 1999)
Éditeur(s) DC Comics

Harleen Quinzel est un personnage de fiction créé par Paul Dini et Bruce Timm dans la série animée Batman, la série animée en 1992[1]. Elle porte le costume d'Harley Quinn.

Biographie fictive[modifier | modifier le code]

Jeune médecin psychiatre, Harleen Quinzel travaille à la réhabilitation des patients dans l'enceinte de l'asile d'Arkham jusqu'à sa rencontre avec le Joker. Harleen tombe amoureuse du célèbre psychopathe et l'aide à s'évader à plusieurs reprises, avant d'être découverte. Sa licence est révoquée et, ironiquement, elle obtient sa propre cellule à l'asile. Après un tremblement de terre qui secoue Gotham City, une bonne partie de l'internat est détruite. Harleen Quinzel enfile un costume d'arlequin (d'où le jeu de mot avec son nom) pour assister son nouveau mentor à l'accomplissement de ses desseins machiavéliques.

Sa relation amoureuse avec le Joker est marquée par l'excès et l'abus. Malmenée psychologiquement et physiquement par son « biquet » ou son « canard » selon les versions, elle revient néanmoins toujours vers lui. Cette relation est aussi parsemée de longs moments de séparation, que ce soit par le va-et-vient constant entre la liberté des rues de Gotham ou la thérapie des murs d'Arkham ou par les conflits réguliers qui marquent ce couple.

Harley fait parfois équipe avec l'Empoisonneuse. Elles incarnent un duo résolument féministe, s'attaquant aux plus grands symboles masculins de Gotham. Le duo devient dans le cadre de Gotham Siren's, un trio, avec Catwoman.

Description[modifier | modifier le code]

Physique[modifier | modifier le code]

C'est une jeune femme blonde aux yeux bleus, avec un joli minois rehaussé par une cagoule à grelots. Elle porte un costume d'Arlequin (référence à son surnom) rouge et noir. Comme son "biquet", elle s'inspire d'un jeu de carte classique et s'intègre dans la carte de la Reine de Carreau. (symbole sur son costume).

Elle est souple, acrobate, dotée d'une grande force. Puis plus tard grâce à Poison Ivy, elle devient invulnérable au poison et peut survivre dans un climat toxique.

Personnalité[modifier | modifier le code]

Elle est enjouée et énergique, souvent versée vers la comédie de situation. Elle montre pourtant un côté très sensuel et sexy. Sa relation avec le Joker est assez compliquée ; ils se disputent souvent sur plusieurs sujets mais elle finit toujours par lui pardonner et revenir à ses côtés. Elle ne déteste pas forcément Batman et ne fait pas le mal que pour le plaisir mais seulement pour plaire au Joker. Son animal préféré est la hyène.

Vie affective[modifier | modifier le code]

Harley Quinn est folle amoureuse du Joker. Dans Batman: Arkham City, à côté d'un des costumes d'Harley, se trouve un test de grossesse positif. Mais dans le contenu supplémentaire du jeu, il est révélé que l'appareil avait fait un faux-positif, car de nombreux autres tests de grossesse qui se trouvaient à terre démontrent qu'Harley n'est pas enceinte..

Pouvoirs et capacités[modifier | modifier le code]

Après avoir été sauvagement maltraitée par le Joker, elle fut aidée par Poison Ivy. Grâce à cette intervention, ses capacités furent réellement plus élevées que la norme : elle est ainsi immunisée contre le poison du Joker. Tout comme son idole, elle utilise des armes à connotation clownesque, comme un maillet disproportionné.

Renaissance DC[modifier | modifier le code]

Contrairement à la version précédente, Harleen conserve d'abord une relation médecin-patient avec le Joker et n'est pas sensible à ses charmes. Pourtant, celui-ci lui révèle plusieurs choses, comme la véritable intention de sa chef de service qui utilise les notes du Dr Quinzel à des fins personnelles. Elle aidera finalement le Joker à s'évader, en tombant peu à peu sous son charme. Le Joker l’amène là où il est tombé dans une cuve de déchets toxiques et la pousse à son tour. Étant désormais aussi folle que le Joker, Harleen Quinzel devient Harley Quinn.

Lorsque le Joker est déclaré mort, Harley Quinn, qui est désormais complètement indépendante, intègrera le groupe Suicide Squad un certain moment. Elle aura d'ailleurs une brève relation passionnée avec Deadshot. Pourtant cette nouvelle la bouleversera au point de retenir Deadshot en otage, se convainquant qu'il est le Joker. Quelques mois plus tard, il s'avère que le Joker est en réalité toujours en vie. Harley, d'abord folle de joie, se rend compte que le Joker est en fait bien plus fou qu'avant devenant un "monstre", mentalement autant que physiquement ("You were a monster!"). Lorsqu'il la capture, il n'a d'autre projet que de la tuer. Selon Waller, son action serait due à sa jalousie, sachant qu'Harley n'est plus dépendante de lui ("He's lost her, and he knows it"). Après un combat mouvementé et s'assurant qu'elle n'appartient qu'à lui, le Joker l'enferme finalement dans une prison remplie de cadavres de personnes déguisées en Arlequin. Le Joker lui révèle qu'elle n'est pas la première Harley Quinn. Elle arrive finalement à s'échapper tandis que le Joker lui garantit que ce n'est que partie remise.

Physique[modifier | modifier le code]

A l'origine blonde aux yeux bleus, Harley subit plusieurs changements physiques, provoqués par l'acide dans lequel elle fut poussée par le Joker. Elle a désormais la peau blanche, tandis que ses cheveux sont rouge et noir (ou bleu selon les versions). Elle porte un corset bleu et rouge avec un short (parfois un pantalon) de même couleur ainsi que des bas assortis. Souple et acrobatique, elle se révèle plus forte que dans les versions précédentes.

Vie affective[modifier | modifier le code]

Dans le nouvel univers DC, le Joker étant le "créateur" d'Harley Quinn, celle-ci lui voue toujours de l'amour. Pourtant, leur relation n'a jamais été aussi violente et étrange. Elle aura notamment une brève relation avec Deadshot.

Personnalité[modifier | modifier le code]

Depuis la recréation de l'univers DC, Harley développe un côté extrêmement sombre et meurtrier, parfois prête à trahir ses coéquipiers (Suicide Squad #7). Sa relation avec le Joker n'a jamais été aussi violente et étrange, devenant presque des ennemis.

Accueil controversé[modifier | modifier le code]

Lors de cette recréation, beaucoup de fans étaient sceptiques sur la nouvelle Harley, voire la détestaient et la reniaient purement et simplement. Certains sites la déclarant comme la pire victime d'un reboot[2]. De plus, 2 versions de la nouvelles Harley co-existent : Une au sein des Suicide Squad (elle a les cheveux bleus et rouges) et l'autre dans la nouvelle série qui lui est consacrée (Elle a les cheveux noirs et rouges et n'a pas l'air d'être inquiétée par ses mauvaises actions face à la loi). DC a également jugé bon de semer le trouble comme quoi il y aurait eu plusieurs Harley Quinn.

Création du personnage[modifier | modifier le code]

Harley Quinn est l'une des plus récentes super-vilaines opposées à Batman à avoir été créée. Elle est en en effet apparue pour la première fois en 1992 dans le cadre de la série télévisée Batman, la série animée dans un scénario de Paul Dini. Souvent associé au Joker dans ses péripéties, le personnage a été approfondi par DC Comics qui l'a récupéré pour prendre place dans le panthéon toujours grandissant des ennemis de Batman dans sa version comics. On peut toutefois noter que dans l'épisode Poker pour un joker de la série des année 60, la complice du Joker se fait surnommer Quinny par celui-ci : on peut se demander si ce n'est pas sa première apparition non officielle.

Ce sont les auteurs Paul Dini et Bruce Timm qui seront à l'origine de sa création. Paul Dini s'inspira notamment d'un épisode de Des jours et des vies, où l'un des personnages est déguisé en costume d'arlequin[3].

La version comics de Harley Quinn est résolument plus sombre et violente que celle de la série animée d'origine. DC Comics l'accueille dans son panthéon sous l'acclamation générale. Une série éponyme la consacra en personnage principal pour une courte durée. Cette franchise prit fin après seulement 38 parutions, mais Harley Quinn demeure encore présente dans le Batverse.

Harley Quinn a fait son apparition dans la saison 2 de The Batman, dans un épisode écrit et réalisé par son créateur, Paul Dini. Dans cette nouvelle version, Harleen Quinzel est une psychologue qui présente un talk-show, et dont le Joker est un des plus fervents admirateurs. Suite au renvoi d'Harley, le Joker va à sa rencontre et la pervertit en faisant d'elle sa compagne de méfaits. On la revoit dans un autre épisode, CyberJoker.

Dans Batman, la relève : Le Retour du Joker, long-métrage d'animation inséré dans la mythologie de la série animée Batman, la relève en l'an 2000, on apprend le destin de Harley dans la continuité de la série.

Paul Dini étant à l'origine du personnage et aillant écrit les script des 2 jeux vidéo, Batman Arkham Asylum et Batman Arkham City, Harley y a une place de choix. Enormément remise en avant et approfondissant son histoire ainsi que sa relation avec le joker. Elle est totalement inspiré de sa version classique créé par Paul Dini. Elle y a 2 nouveaux costumes qu'elle vante comme étant "trop classe". Ces 2 costumes (en particulier celui d'Arkham City) sont aussi tenu pour responsable et inspiration du changement dans le nouvel univers DC. Son costume Classique sert de statue et d'interphone dans le jeu.

Origine du nom[modifier | modifier le code]

Son surnom est un jeu de mot avec son déguisement d'Arlequin et son véritable nom.

Apparitions dans d'autres médias[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Jeux vidéo[modifier | modifier le code]

Vidéo[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Travis Langley, Batman and Psychology : A Dark and Stormy Knight, John Wiley & Sons,‎ 2012, 352 p. (ISBN 9781118226360, lire en ligne), p. 145
  2. http://goodcomics.comicbookresources.com/2013/05/20/she-has-no-head-6-stupid-superheroine-designs-that-need-redesign-stat/
  3. Olivier Pallaruelo, « Harley Quinn », Super-vilains : les secrets de leurs origines, Allociné,‎ 1er mai 2014