Coizard-Joches

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Coizard-Joches
L'église Saint-André de Coizard.
L'église Saint-André de Coizard.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Champagne-Ardenne
Département Marne
Arrondissement Épernay
Canton Montmort-Lucy
Intercommunalité CC de la Brie des Étangs
Maire
Mandat
Gérard Guyard
2008-2014
Code postal 51270
Code commune 51157
Démographie
Population
municipale
82 hab. (2011)
Densité 7,6 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 49′ 44″ N 3° 52′ 00″ E / 48.8289, 3.8667 ()48° 49′ 44″ Nord 3° 52′ 00″ Est / 48.8289, 3.8667 ()  
Altitude Min. 138 m – Max. 231 m
Superficie 10,78 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Marne

Voir sur la carte administrative de Marne
City locator 14.svg
Coizard-Joches

Géolocalisation sur la carte : Marne

Voir sur la carte topographique de Marne
City locator 14.svg
Coizard-Joches

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Coizard-Joches

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Coizard-Joches

Coizard-Joches est une commune française, située dans le département de la Marne en région Champagne-Ardenne.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le sud de la commune accueille les marais de Saint-Gond, autour du Petit Morin. La rivière, avec le ruisseau « le Moulin », sert de délimitation avec les communes de Broussy-le-Grand et Vert-Toulon. Le ruisseau de Cubersant traverse le centre de la commune. À l'est on trouve le village de Coizard, et à l'ouest celui de Joches. Les deux villages sont reliés par la route départementale 45. Au nord-est, des vignes du vignoble de Champagne occupent le versant du point culminant de la commune[1].

Communes limitrophes de Coizard-Joches
Villevenard Congy
Courjeonnet Coizard-Joches Vert-Toulon
Broussy-le-Grand

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1847, la commune de Coizard absorbe celle de Joches[2].

Administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
         
1983 en cours Gérard Guyard[3]    
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 82 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
140 150 152 153 181 185 205 225 306
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
330 326 329 304 291 263 275 244 229
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
239 249 231 226 187 181 187 183 174
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
173 148 146 118 102 107 90 82 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[4])
Histogramme de l'évolution démographique


Sports[modifier | modifier le code]

Depuis 2009, la commune accueille un stand de ball-trap, dénommé SCCFC (Shooting Club Champagne François Charlot). Le stand a organisé à Coizard-Joches le deuxième grand prix de France de skeet olympique (discipline de tirs aux plateaux) en septembre 2010, où 14 nations étaient présentes.

Économie[modifier | modifier le code]

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La nécropole de Coizard-Joches compte 37 hypogées, monuments funéraires creusés dans la craie, à flanc de coteaux, dont deux sont encore aujourd'hui accessibles. Jusqu'au environ de 2000 av. J.-C., les habitants de la région y déposaient leurs morts et les confiaient à la garde de déesses dont on retrouve trace sur les parois de l'un des hypogées. L'ensemble est classé monument historique le 14 mai 1926 [5] et se situe au lieu-dit le Razet[6].

La commune compte deux églises. L'église Saint-André de Coizard[7] remonte au XIIe siècle. Elle classée monument historique depuis le 10 juillet 1916[8]. Elle est l'une des rares églises marnaises étant restées entièrement romanes[9]. L'église Saint-Armand de Joches date également du XIIe siècle. Elle a été en partie rénovée en 1752[10].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]