Baslieux-sous-Châtillon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Baslieux-sous-Châtillon
Image illustrative de l'article Baslieux-sous-Châtillon
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Champagne-Ardenne
Département Marne
Arrondissement Reims
Canton Châtillon-sur-Marne
Intercommunalité Châtillonnais
Maire
Mandat
Jean-Marc Guillemont
2014-2020
Code postal 51700
Code commune 51038
Démographie
Population
municipale
178 hab. (2011)
Densité 30 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 07′ 25″ N 3° 48′ 00″ E / 49.1236, 3.8 ()49° 07′ 25″ Nord 3° 48′ 00″ Est / 49.1236, 3.8 ()  
Altitude Min. 90 m – Max. 243 m
Superficie 5,88 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Marne

Voir sur la carte administrative de Marne
City locator 14.svg
Baslieux-sous-Châtillon

Géolocalisation sur la carte : Marne

Voir sur la carte topographique de Marne
City locator 14.svg
Baslieux-sous-Châtillon

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Baslieux-sous-Châtillon

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Baslieux-sous-Châtillon

Baslieux-sous-Châtillon est une commune française, située dans le département de la Marne en région Champagne-Ardenne.

Géographie[modifier | modifier le code]

C'est un petit village dans la vallée du Belval qui elle même est située dans la vallée de la Marne. Les coteaux du vignoble de Baslieux est en AOC Champagne et dans un cru inferieur à 90 %.

Communes limitrophes de Baslieux-sous-Châtillon
Jonquery La Neuville-aux-Larris
Cuisles Baslieux-sous-Châtillon Cuchery
Châtillon-sur-Marne Villers-sous-Châtillon

Histoire[modifier | modifier le code]

Il existait déjà au IXe siècle, c'était une simple ferme dans le Bainsonois. En effet, on peut lire dans une charte de 862 qu'Ercherad, évêque de Châlons, cédait à un nommé Godbert « Villa quacdictur Balliolis in page Bansionensi ».

En 1652 pendant que les armées ennemies s'affaiblissaient, celle du roi s'était renforcée et Turenne, qui l'avait jusque là ménagée, allait pouvoir reprendre l'offensive, dès le 2 novembre, il est à Baslieux-sous-Châtillon ou ses soldats s'enivrent si bien qu'il ne s'en trouve pas un seul pour monter la garde à sa porte.

En 1820, le village est formé des écarts et hameaux suivants : Baslieux, Mesleray, Le presbytère, la ferme du Montceta, Heurtebise, le vieux moulin, et Longueau.

La commune est décorée de la Croix de guerre 1914-1918 le 30 mai 1921.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
         
1971 1977 André Vincent   Viticulteur
1977 1983 Guy Remi   Viticulteur
1983 1991 Daniel Ponson   Retraité
1991 2008 Jean-Marc Guillemont   Maître d'OEuvre
2008 2012 Isabelle Pascal[1]    
2012 en cours Alain Chauvet[2]    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 178 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
230 234 237 211 255 262 275 261 261
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
261 260 245 208 200 194 206 211 198
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
190 211 202 195 223 200 176 179 160
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
158 164 158 151 159 173 191 178 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique


Économie[modifier | modifier le code]

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le monument aux morts a été construit après la Première Guerre mondiale.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Nicolas Roland (1642-1678), prêtre, fondateur de la congrégation des Sœurs de l'Enfant-Jésus ; béatifié en 1994 par le Pape Jean-Paul II.[réf. nécessaire]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. [xls]« Liste des maires de la Marne au 1er août 2008 », sur site de la préfecture de la Marne (consulté le 22 décembre 2008).
  2. [PDF]« Mise à jour », sur site de l'Association des maires de la Marne (consulté le 2 février 2013), p. 2.
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011