Cormontreuil

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cormontreuil
La maison commune.
La maison commune.
Blason de Cormontreuil
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Champagne-Ardenne
Département Marne
Arrondissement Reims
Canton Reims-7
Intercommunalité Communauté d'agglomération de Reims
Maire
Mandat
Jean Marx
2008-2014
Code postal 51350
Code commune 51172
Démographie
Gentilé Cormontreuillois
Population
municipale
5 999 hab. (2011)
Densité 1 298 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 13′ 23″ N 4° 03′ 10″ E / 49.2231, 4.0528 ()49° 13′ 23″ Nord 4° 03′ 10″ Est / 49.2231, 4.0528 ()  
Superficie 4,62 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Marne

Voir sur la carte administrative de Marne
City locator 14.svg
Cormontreuil

Géolocalisation sur la carte : Marne

Voir sur la carte topographique de Marne
City locator 14.svg
Cormontreuil

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Cormontreuil

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Cormontreuil

Cormontreuil est une commune française, située dans le département de la Marne et la région Champagne-Ardenne. Elle fait partie de la communauté d'agglomération Reims Métropole.

Ses habitants sont appelés les Cormontreuillois (un Cormontreuillois, une Cormontreuilloise).

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

La commune (médiathèque, église) reste assez agréable et permet un bon compromis entre campagne et urbanisme, facile d'accès depuis le centre ville de Reims par l'autoroute à l'échangeur Cormontreuil-Charleville, ou bien par l'avenue de Champagne appelé également « voie du Rouillat ».

Les zones d'habitations type pavillonnaire ou résidentielles sont très recherchées, par leur rapport qualité-prix et un confort de vie agréable (calme, verdure, sport, propreté, et proximité avec la cité des sacres).

Communes limitrophes de Cormontreuil
Reims
Reims Cormontreuil Taissy
Trois-Puits

Transports en commun[modifier | modifier le code]

Depuis le 18 avril 2011, la commune est desservie par le nouveau réseau Citura via quatre lignes de bus dont une ligne forte, une ligne complémentaire, une de rocade et une dernière de desserte locale.

  • La ligne bus   2  est la principale ligne qui dessert Cormontreuil. En effectuant le trajet Cormontreuil Blancs Monts <> Gare Centre, elle dessert la gare et le centre-ville de Reims, le quartier Wilson, le nord de Cormontreuil et la zone commerciale des Blancs Monts où son terminus est situé non loin en 2012 de (ALDI, Animalis, Boulanger, Norauto, Alinéa, Quick, KFC, restaurant le Hangar, Pizza Paï, Renault et Cora). À certaines heures, elle dessert aussi la zone des Nuisements.

La ligne bus   2  a une fréquence de 10 minutes en heures creuses et de 8 minutes en heures de pointe. Elle fonctionne tous les jours de la semaine de 05h35 à 00h25. Elle circule également en soirée. La ligne busSoir   2  a une fréquence de 50 minutes.

  • La ligne bus   9  est la seconde ligne qui dessert Cormontreuil. Son itinéraire est Cormontreuil Les Parques <> St Brice Courcelles Victoire. Elle relie la commune à Saint-Brice Courcelles, à la gare et au centre-ville de Reims, le quartier Argonautes, le quartier cormontreuillois de l'Alsace-Lorraine et la zone commerciale des Parques.

La ligne bus   9  a une fréquence de 15 minutes en heures creuses et de 12 minutes en heures de pointe. Elle fonctionne tous les jours de la semaine de 05h55 à 00h30. La ligne busSoir   9  circule aussi en soirée mais ne dessert pas Cormontreuil.

  • La ligne bus 12  est la troisième ligne desservant la commune. En effectuant le trajet Val de Murigny <> Cormontreuil Louvois, elle relie la quartier Val de Murigny, Croix Rouge et le quartier Argonautes au terminus Louvois qui dessert le centre commercial Cora Cormontreuil.

La ligne bus 12  a une fréquence de 15 minutes pour une amplitude horaire de 6h30 à 20h00. Elle circule tous les jours sauf le dimanche et ne fonctionne pas en soirée.

  • La ligne bus 15  est la quatrième et dernière ligne desservant la commune. Avec son trajet Cormontreuil Coubertin <> Méliès elle relie le quartier Val de Murigny et le quartier cormontreuillois de l'Alsace-Lorraine au Collège Coubertin.

La ligne bus 15  étant une ligne scolaire, elle ne circule qu'aux heures d'entrée et de sortie de l'établissement scolaire desservi. Elle fonctionne tous les jours sauf le week-end, pendant les vacances, lors des jours fériés et en soirée. Elle effectue 6 allers-retours par jour.

Histoire[modifier | modifier le code]

La plus ancienne trace écrite faisant référence à l'existence de la commune se trouve dans le Polyptyque de Saint-Remi datant de 850. Cormontreuil y est mentionnée sous le nom de Curtis Monasteriolis, signifiant la cour ou la ferme du monastère.

Des fouilles effectuées en 2001 au lieu-dit les Blancs Monts ont permis de découvrir une occupation du site datant de la période protohistorique.

Depuis la fin du XIXe siècle la commune était un lieu de villégiature des habitants de Reims, desservie par le C.B.R. elle accueillait des bals populaires, une baignade dans la Vesle et de grandes demeures bourgeoises : château de la Morinerie ancien château Duchâtel de Montflambert puis Pinon ; le château Dauphinot construit en 1875 ; la maison Cocquebert de Montfort puis Givelet.

En 1892 un lavoir fut construit sur la Vesle juste à côté du moulin Monlauren.

D'immense dégâts furent infligés à la ville durant la Première Guerre mondiale qui virent la disparition de la maison Pinon, du moulin, du musée Kellerman qui se trouvait en face de la mairie qui fut elle reconstruite en 1924. La commune est décorée de la Croix de guerre 1914-1918 le .

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Économie[modifier | modifier le code]

Cormontreuil est une ville mitoyenne à la ville de Reims. De très nombreux magasins se trouvent en zone d'activité économique (ZAC de Cormontreuil) dont un grand centre commercial.

Administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires depuis la Libération
Période Identité Étiquette Qualité
         
mars 1979 mars 2008 Michel Voisin PS[1] Conseiller général de Reims-7
mars 2008 en cours Jean Marx[2] [3] PS Conseiller Général de Reims-7

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 5 999 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
430 486 499 525 566 591 629 625 618
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
600 581 600 583 607 637 664 702 704
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
724 702 788 736 973 1 220 1 085 1 242 1 467
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
1 343 1 602 3 601 6 080 5 745 6 390 6 238 5 999 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2004[5].)
Histogramme de l'évolution démographique


Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église Saint-André fut fondée en 1159 par l'abbesse de St-Pierre-les-Dames, à l'époque la nef n'avait que quatre travées et un porche triple et elle était de style roman. Il ne reste plus que l'abside de cette époque. Elle n'eut qu'en 1686 une autonomie et un curé dédié, avant elle dépendait de Saint-Jean de Reims. Les vitraux des bas-côtés sont de Roger Tourte et Jacques Grüber représentent les béatitudes et furent placé là en 1933 en souvenir des morts de la Première Guerre mondiale. Elle contient aussi des stèles aux morts des deux guerres mondiales.
  • Le monument aux morts d'AFN, dans la zone commerciale de la commune.
  • Le monument à François Augé, ouvrier teinturier fusillé le 7 septembre 1870 par les Allemands.
  • Il y a quelque temps, une médiathèque a été construite près de la M.J.E.P.
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Cormontreuil

La fleur de lys évoque l'abbaye Saint-Pierre-les-Dames, dont les abbesses furent seigneurs de Cormontreuil jusqu'à la Révolution de 1789. La croix de Saint André évoque le patron de la paroisse, saint André, apôtre qui fut crucifié sur une croix en forme de X. Le compas fait référence à Gérard Chardonnet, connu sous le nom d'arpenteur de Cormontreuil. Il symbolise également l'ouverture de la commune sur le monde technologique et le progrès. Le clou rappelle les moulins qui étaient situés le long de la Vesle, évoquée ici par les courbes situées au bas du blason. Les étoiles enfin sont là pour mentionner son appartenance à l'Europe.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Annuaire des mairies de la Marne, EIP/ Les Editions Céline, coll. « Annuaire des mairies de France »,‎ 2006-2007 (ISBN 9782352581512), p. 64
  2. Liste des maires de la Marne au 1er août 2008, site de la préfecture de la Marne, consulté le 22 décembre 2008
  3. Réélu en 2014 avec 78,56%, L'Union du 24 mars 2014.
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011