Étoges

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Étoges
Vue du château du clocher de l'église et du village d'Étoges.
Vue du château du clocher de l'église et du village d'Étoges.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Champagne-Ardenne
Département Marne
Arrondissement Épernay
Canton Montmort-Lucy
Intercommunalité CC de la Brie des Étangs
Maire
Mandat
Jean-Pierre Uriel
2014-2020
Code postal 51270
Code commune 51238
Démographie
Population
municipale
395 hab. (2011)
Densité 27 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 52′ 50″ N 3° 51′ 22″ E / 48.8806, 3.856148° 52′ 50″ Nord 3° 51′ 22″ Est / 48.8806, 3.8561  
Altitude Min. 153 m – Max. 243 m
Superficie 14,57 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Marne

Voir sur la carte administrative de Marne
City locator 14.svg
Étoges

Géolocalisation sur la carte : Marne

Voir sur la carte topographique de Marne
City locator 14.svg
Étoges

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Étoges

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Étoges

Étoges est une commune française, située dans le département de la Marne en région Champagne-Ardenne.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes d’Étoges
Congy Montmort-Lucy Loisy-en-Brie
Étoges Beaunay
Fèrebrianges Vert-Toulon

Histoire[modifier | modifier le code]

Étoges est un ancien relais de poste sur la route Paris-Strasbourg. L'église conserve des gisants des seigneurs d'Anglure. La famille d'Anglure a reconstruit le château d'Étoges au début du XVIIe siècle sur les bases d'une forteresse médiévale en préservant les douves. Le portail, les douves et les façades du château sont classés au titre des monuments historiques.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
         
1995 2008 Michel Bression    
2008 en cours José Renault[1]    
Les données manquantes sont à compléter.
La Mairie et son monument aux morts.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 395 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
449 431 449 460 587 661 650 661 695
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
609 604 594 577 551 495 518 544 520
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
513 491 461 436 380 396 384 406 381
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
421 409 357 306 282 261 290 395 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique


Économie[modifier | modifier le code]

Village champenois au sud de la côte des Blancs, Étoges a une économie essentiellement tournée vers le champagne, la viticulture et le tourisme. De nombreuses familles du village produisent le champagne et cultivent la vigne.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le clocher de l'église.
  • L'église possède un clocher tors constitué d'une tour carrée, surmontée d'une flèche octogonale fine qui tourne de 1/16e de tour de droite à gauche. Elle abrite des gisants d'albâtre des d'Anglure, Seigneurs d'Étoges.
  • Une plaque en mémoire du 1er régiment d'artillerie de marine qui se battait là le 10 février 1814 fixée sur le mur du parc du château.
  • Le château d'Étoges qui est une ancienne forteresse, est cerné par de larges douves. Il fut rebâti au XVIIe siècle par les Comtes d’Anglure. Louis XIII y fut reçu et Louis XIV y séjourna en 1687, admirant ses bassins et ses jets d'eau. On peut encore y voir ses tours d’angles et le corps de logis, en brique à parement de pierre, son pont à balustrade du XVIIIe siècle, et le pigeonnier de la ferme. Après la Révolution, il devint la propriété du beau-père du Maréchal de Lannes. Ses héritiers le vendirent en 1877 à Charles Uriel, ancêtre des propriétaires actuels. Depuis 1992, il a été transformé en hôtellerie-restaurant.
Article détaillé : Château d'Étoges.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Maxence Hermant, « La commande artistique en Champagne du Nord au XVIe siècle : les vicomtes d'Étoges et leurs tombeaux », dans Études Marnaises, Société d'Agriculture, Commerce, Sciences et Arts de la Marne,‎ 2006

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Liste des maires de la Marne au 1er août 2008, site de la préfecture de la Marne, consulté le 22 décembre 2008
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011