Don de sang

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Don de sang.

Un don de sang est un processus par lequel un donneur de sang est volontaire pour se voir prélever du sang qui sera stocké dans une banque du sang avant de transfuser un malade lors d'une transfusion sanguine. En Algérie, en France, en Belgique, en Suisse au Canada et au Maroc, le don de sang est bénévole : autrement dit, les donneurs ne sont pas rémunérés, contrairement à d'autres pays comme les États-Unis ou la Tanzanie où le sang est considéré comme un bien marchand.

Conditions préalables[modifier | modifier le code]

La collecte de sang commence par un questionnaire médical dans lequel le donneur précise son âge, son poids, la date du dernier don, son état de santé, et divers facteurs de risque comme les tatouages, l'usage de stupéfiants (usage récréatif ou dopant), les derniers voyages internationaux, et l'anamnèse sexuelle. Les réponses sont associées au sang donné, mais l'anonymat reste garanti.

Les conditions varient selon les pays : si la contamination par une Infections sexuellement transmissible (IST), l'appartenance à une population à risque, un état évident d'ébriété ou un long séjour en Afrique noire interdisent un don du sang quel que soit le pays, les États-Unis interdisent également le don du sang aux personnes ayant résidé plus de cinq ans en Europe depuis 1980 du fait du risque de maladie de Creutzfeldt-Jakob, à la suite de l'épidémie de vache folle.

En France, avant un don de sang, le médecin de collecte de l'Établissement français du sang (EFS) a pour mission de garantir à la fois la qualité du don et la sécurité du donneur. Il s'entretient avec le candidat au don et évalue l'état de santé du candidat et son aptitude, ou non, par souci de sécurité tant pour lui que pour le receveur, à donner son sang. Depuis 2008, sauf pour les donneurs réguliers, un contrôle du taux d'hémoglobine est effectué avant le don. Le médecin de collecte fait la promotion du don auprès des bénévoles et du grand public et supervise la totalité du don.

Il est fortement conseillé de bien manger et d'être en bonne forme avant de donner son sang.

En France, au Canada ...[modifier | modifier le code]

Depuis 1995, en France, après l'Affaire du sang contaminé, fin des années 1980, à la suite de la contamination des hémophiles et de transfusés au début des années 1980 (1980- septembre 1985), les différents établissements civils de transfusion (au nombre d'environ 170 à l'époque), qui étaient dans la plupart des cas associatifs, ont été regroupés en une Agence Française du Sang (AFS), devenue Établissement français du sang, E.F.S. en 2000. L'EFS et le Centre de transfusion sanguine des armées, CTSA, à Clamart, sont les seuls établissements habilités à collecter le sang en France.

Au Canada, la société canadienne du sang et Héma-Québec (pour la province du Québec) sont les seuls opérateurs à qui l'on peut donner du sang.

Dans d'autres pays, États-Unis, Allemagne, Autriche... coexistent des prélèvements bénévoles (Croix-Rouge souvent) et des prélèvements rémunérés (concernant surtout le plasma) effectués par des firmes commerciales. Le plasma des anti-D thérapeutiques (Rhophylac®) est prélevé au Mexique chez des donneurs immunisés et rémunérés, par exemple.

L'âge[modifier | modifier le code]

En vertu de l'article L. 1221-5 du Code de la santé publique, aucun prélèvement de sang ne peut avoir lieu sur une personne mineure, hormis à titre exceptionnel, en cas d'urgence thérapeutique et avec le consentement des parents. L'âge minimum pour pouvoir faire un don de son sang est donc l'âge légal de la majorité, à savoir 18 ans en France.

En France, le donneur doit être âgé[1] :

  • de 18 à 70 ans pour un don de sang total (les dons de personnes de plus de 65 ans sont soumis à l'appréciation d'un médecin d'établissement pour chaque don)
  • de 18 à 65 ans (66e année exclue) pour un don de plasma,
  • de 18 à 65 ans (66e année exclue) pour un don de plaquettes,
  • de 18 à 50 ans pour un don de globules blancs.

Concernant la limite haute, le don de sang est possible jusqu'à la veille du 71e anniversaire, et ce malgré l'allongement de l'espérance de vie de personnes en excellente santé.

On a donc d'un côté une limitation juridique, résultant de la nécessité d'un consentement libre et éclairé à l'acte de prélèvement (on considère que le mineur n'est pas suffisamment éclairé par principe), et d'un autre, une limitation d'ordre médicale.

La masse[modifier | modifier le code]

Le donneur doit avoir une masse minimale de 50 kg pour un don de sang total et 55 kg pour un don de plasma ou de plaquettes.

Les populations à risque contre-indiquées[modifier | modifier le code]

Le questionnaire et l'entretien médical permettent de savoir si des personnes appartiennent à des populations à risque. Ces personnes sont donc contre-indiquées au don de sang afin de prévenir tout risque transfusionnel pour le malade qui doit recevoir, et pour les populations pouvant donner leur sang. Sont ainsi contre-indiqués[2] :

  • les hommes ayant eu ou ayant des rapports sexuels avec d'autres hommes, quelle que soit l'ancienneté du rapport,
  • les personnes pratiquant le multi-partenariat sexuel au cours des 4 mois précédant le don (6 mois en Suisse),
  • les personnes dont le partenaire sexuel est atteint d'une maladie sexuellement transmissible,
  • les personnes prenant certains traitements,
  • les personnes ayant consommé de la drogue par voie intraveineuse,
  • les personnes ayant subi une opération, un tatouage ou un piercing dans les quatre mois précédant le don du sang,
  • les personnes ayant subi, même depuis longtemps, une ou plusieurs transfusions ou une greffe d'organe,
  • les personnes revenant depuis moins de quatre mois (6 mois en Suisse) de certaines zones où sévissent des maladies transmissibles par le sang : la définition de ces zones est régulièrement actualisée (zones où sévit le paludisme, la maladie de Chagas, le Virus du Nil occidental...),
  • les personnes ayant séjourné au moins un an dans les îles britanniques entre 1980 et 1996 (maladie de Creutzfeldt-Jakob, dite de la « vache folle », due à des protéines de type Prion) (aux États-Unis, ce critère est élargi à toute personne ayant résidé 5 ans en Europe depuis 1980),
  • les femmes enceintes ou ayant accouché depuis moins de 6 mois.

Remise en cause de l'exclusion systématique des hommes homosexuels et bisexuels[modifier | modifier le code]

Manifestation contre l'exclusion systématique des hommes homosexuels et bisexuels.

En France, une circulaire interdit à toute personne d'orientation homosexuelle de donner son sang[3], et cela, depuis 1983. Depuis cette date, en théorie, tout acte de prélèvement du sang aurait du être accompagné d'une justification du donneur indiquant sur parole qu'il n'est pas d'orientation homosexuelle et qu'il n'a jamais eu de rapports de ce type au cours de sa vie. Toute personne ne respectant pas cette circulaire est passible de poursuites pénales. La justification donnée à cette loi est que certains membres de la communauté homosexuelle auraient des rapports sexuels plus nombreux et plus "risqués" que la moyenne des citoyens français et donc plus de chances de transmettre le VIH. Cette loi a de nombreuses fois été critiquée par les parlementaires car elle ne respecte pas les principes de la Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen déclarant que "les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits", ni ceux de la Constitution de 1946 proclamant l'égalité des droits de chacun, sans distinction effectué sur la race ou la communauté. Plusieurs pays ont ouvert le don du sang aux homosexuels et bisexuels, tandis que d'autres pays excluent non seulement les gays et bisexuels, mais également les lesbiennes et bisexuelles. L'association SOS homophobie dénonce une discrimination injustifiée[4].

En France, l'interdiction à vie des gays et bisexuels est actuellement remise en cause à la suite des interventions médiatiques d'Alexandre Marcel, un militant homosexuel qui a sensibilisé l'opinion publique. Il a également saisi le Tribunal correctionnel d'Alès, mais la plainte a été classée sans suite[5],[6],[7]. Par ailleurs, le Ministère de la Santé français fait actuellement l'objet d'un procès administratif : Geoffrey Léger, le plaignant, a saisi le Tribunal administratif de Strasbourg. La requête est défendue par l'avocate Caroline Mécary. Le but de ce procès est d'ouvrir le don du sang aux gays et bisexuels par décision de justice. En plus de la justice française, Geoffrey Léger a également saisi la justice européenne en déposant plainte auprès de la Commission européenne, pour non-respect du droit communautaire[8].

Une seule relation sexuelle entre hommes exclut à vie le candidat, même si la relation a eu lieu 50 ans auparavant[9]. Selon SOS Homophobie, des lesbiennes sont également exclues de don du sang, bien qu'officiellement elles ne soient plus rejetées des Établissements français du sang depuis 2002[10].

Dès que leur homosexualité est détectée, les gays et bisexuels sont alors fichés à vie en tant que « homme ayant eu une relation sexuelle entre hommes » grâce à un code spécifique[11]. Toutefois, la Commission Nationale de l'Informatique et des Libertés (CNIL) approuve ce fichage et justifie ce choix en reprenant les arguments de l’Établissement français du sang[12].

Deux épidémiologistes de l'INVS (Institut national de veille sanitaire)[13], un organisme public rattaché au Ministère de la Santé à Paris, suggèrent que l’interdiction faite aux gays de donner leur sang est inefficace et pourrait même être contreproductive[14].

Cette carte indique le statut du don du sang homosexuel dans le monde.
  •      autorisé mais avec délai d'attente
  •      autorisé sans restriction particulière

En juin 2009, 76 % des Français trouvent injustifiée cette interdiction[15]. Des politiques tels que François Hollande[16], Martine Aubry[17] ou Jean-Luc Roméro[18] ont affirmé vouloir ouvrir le don du sang aux gays. Des parlementaires tels que Jean-Louis Idiart[19],[20], Catherine Lemorton[21], Alain Vidalies[22], Jean-Claude Fruteau[23], Éric Diard[24], Jean-Yves Le Déaut[25], Marie-Line Reynaud[26] ou encore Béatrice Pavy[27] se sont interrogés quant à la crédibilité d'une telle interdiction. Des associations politiques telles que HES[28], les Jeunes Écologistes[29] et GayLib[30] souhaitent que les homosexuels ne soient plus exclus du don du sang. Par ailleurs, les associations Homodonneur[31] et Pourquoi sang priver[32] militent activement pour supprimer ce qu'ils considèrent comme une injustice.

En 2011, le Défenseur des droits Dominique Baudis a recommandé à l’État d'ouvrir le don du sang aux homosexuels[33]. En 2006, l'ancienne institution chargée de lutter contre les discriminations, la HALDE[34], avait déjà recommandé à l'Établissement français du sang la modification du questionnaire rempli par les candidats afin de substituer à la question relative aux rapports sexuels entre hommes, celle relative aux pratiques sexuelles à risque.

Le Comité consultatif national d'éthique a été saisi par l’Établissement français du sang. Le Comité a répondu par une lettre datée du 24 janvier 2002[35]. Extraits : « Il convient de ne pas transformer ce principe de légitime sécurité en stigmatisation ou en mesure qui peut être considérée comme discriminatoire. »[36] « Le futur questionnaire proposé par l'EFS devrait permettre d'évaluer un risque pour un individu en prenant en compte ses conduites plutôt que de porter sur des groupes à risques. »[36] « Il n'appartient pas non plus à un établissement de transfusion de porter un jugement qui peut être considéré comme stigmatisant. »[37]

En juillet 2006, Xavier Bertrand a promis de mettre un terme à cette injustice[38]. En 2007, l'ancienne ministre de la Santé, Roselyne Bachelot-Narquin, a promis d'ouvrir le don du sang aux gays et bisexuels. Mais elle ne l'a pas fait[39]. En juillet 2011, Xavier Bertrand, 5 ans plus tard, a promis à nouveau la même chose. Mais il n'a pas tenu sa promesse[40]. Et en décembre 2011, Xavier Bertrand a réaffirmé sa position : officiellement, il ambitionne d'ouvrir le don du sang aux gays et bisexuels[41].

Le 14 juin 2012, la ministre des Affaires sociales et de la Santé Marisol Touraine, annonce que cette interdiction faite aux gays va être levée, remplacée par un critère lié aux pratiques à risque[42].

Aucune contre-indication en raison de l'orientation sexuelle n'est appliquée ni en Espagne[43], ni en Italie, ni en Pologne. Toutefois, certains hôpitaux italiens discriminent quand même les homosexuels alors que la législation ne le prévoit pas[44]. Des pays tels que l'Australie[45], le Royaume-Uni[46], le Canada, ou encore la Suède[47] acceptent les gays et bisexuels, mais uniquement ceux qui n'ont eu aucune relation homosexuelle pendant au moins 1 an. D'autres pays tels que la Suisse ou le Benelux appliquent, lorsqu'il s'agit de gays et bisexuels, une contre-indication permanente. En 2010, la Croix-Rouge suisse a affirmé qu'un assouplissement de l'interdiction et de nouveaux critères devraient être édictés. Mais cela n'a pas été fait[48].

Fréquence de dons[modifier | modifier le code]

Le rythme des dons dépend de la volonté du donneur et du type du don. Une certaine période de temps minimale est fixée entre les dons. Cette période diffère de pays en pays selon la réglementation en vigueur.

En Belgique[49], il faut attendre 2 mois entre deux dons de sang total avec un maximum de 4 dons par an ; pour les dons de plaquettes, le délai est de 2 semaines avec un maximum de 24 dons par an. Pour les dons de plasma, il est possible d'effectuer jusqu'à 15 litres de dons dans l'année, à deux semaines d'intervalle minimum.

En France, il faut attendre 8 semaines entre deux dons de sang total avec un maximum de 6 dons par an pour un homme et 4 pour une femme ; pour les dons de plaquettes, le délai est de 4 semaines avec un maximum de 12 dons par an. Pour les dons de plasma, il est possible d'effectuer jusqu'à 24 dons dans l'année, à deux semaines d'intervalle minimum. Pour les hommes de plus de 60 ans, un intervalle de 8 semaines minimum est exigé entre les dons, quel que soit le type.

Au Québec, hommes et femmes peuvent effectuer un don de sang total 6 fois par an, tous les 56 jours. Un délai de seulement 6 jours est requis entre deux dons de plasma, alors qu'il faut attendre 14 jours entre deux dons de plaquettes (soit 24 fois par an). Cependant, pour les donneurs ayant déjà donné des plaquettes par aphérèse, il est possible de faire des dons doubles de plaquettes, lorsque les analyses l'autorise, permettant ainsi de faire l'équivalent de 48 dons par an.

En Suisse[50], il faut attendre 10 à 12 semaines entre deux dons de sang total avec une recommandation de ne pas donner plus de 4 fois par an pour un homme et 3 fois pour une femme.

L'ensemble des pays européens applique en matière de délais entre deux dons une directive européenne. Si tous appliquent les mêmes délais en ce qui concerne les dons de sang, il n'en est pas de même en ce qui concerne les dons de plaquettes. Sans en arriver à ce qui se passe au Canada, certains pays européens, comme la Suisse, l'Allemagne, l'Italie, appliquent depuis plusieurs années la directive européenne qui prévoit que l'on doit respecter un délai de 4 semaines entre deux dons de plaquettes, avec un maximum de dons par an. En France, le nombre de dons tout type confondu doit être inférieur ou égal à 24 par an.

Le don[modifier | modifier le code]

Propagande de l'armée américaine lors de la seconde guerre mondiale pour encourager au don du sang.

En 2009, l’Établissement Français du Sang a recueilli plus de 3 millions de dons de sang (dons de sang total, de plaquettes et de plasma).

Les besoins en produits sanguins sont en augmentation constante. Après une longue période de diminution des besoins en produits sanguins labiles, la situation s’est inversée depuis 2001. Les besoins augmentent de manière forte, sur un rythme de 1 à 3 % par an.

Les raisons d'une augmentation des besoins[modifier | modifier le code]

Plusieurs facteurs expliquent ce revirement de situation observé depuis 2001 :

  • l’allongement de l’espérance de vie entraîne une augmentation du nombre de maladies nécessitant l’utilisation d’une thérapeutique transfusionnelle. Aujourd’hui, on transfuse de plus en plus à des âges avancés de la vie (2/3 des personnes transfusées ont plus de 60 ans). Cette tendance risque de s'accentuer encore à l'avenir compte tenu du vieillissement de la population ;
  • les progrès de la médecine permettent le traitement de patients par chimiothérapie lourde pour leucémie et/ou cancer à des âges de plus en plus avancés. Ces traitements nécessitent une grande quantité de produits sanguins ;
  • les professionnels de la santé ont repris confiance dans les produits sanguins puisque les risques liés aux transfusions ne cessent de diminuer (ils ont été divisés par deux en cinq ans). La transfusion est donc utilisée de façon plus systématique pour assurer aux personnes à risque un plus grand confort de vie.[réf. nécessaire]

Une stabilisation des dons[modifier | modifier le code]

Parallèlement à cette augmentation de la demande, les prélèvements de sang, tout comme le nombre de donneurs, ont tendance à se stabiliser (autour de 1,7 million de donneurs en 2009). L’approvisionnement des établissements de santé a néanmoins pu être maintenu grâce à une gestion rigoureuse des produits prélevés. Le taux de péremption des produits ou de non-utilisation est ainsi passé de 1,49 % en 2003 à 0,63 % fin 2006 : la gestion du processus de fabrication est donc totalement maîtrisée et optimisée.

Des stocks entre diminution, stagnation et hausse[modifier | modifier le code]

Pendant les vacances, durant les épidémies de gastroentérite ou de grippe, les donneurs sont en effet moins nombreux, ce qui entraîne une diminution du nombre de produits sanguins dans le stock, alors que les besoins des malades restent constants. Les périodes de tension sur le stock existent, mais l'Établissement Français du Sang a toujours réalisé sa mission qui est d'assurer l'autosuffisance nationale des produits sanguins, sur l'ensemble du territoire.

Des objectifs accessibles[modifier | modifier le code]

Pour assurer un parfait approvisionnement des hôpitaux et des cliniques en produits sanguins, il faudrait être en permanence à 14 jours de stock. Les globules rouges ne se conservent que 42 jours : d’où l’importance de donner régulièrement son sang. Pour cela, il faut donc conquérir de nouveaux donneurs et également augmenter le nombre de dons par donneur.

Les différents types de don[modifier | modifier le code]

Le donneur peut choisir, en l'absence de contre-indication spécifique, le type du don qu'il souhaite faire : don de sang total, don de plaquettes (thrombocytaphérèse) ou don de plasma (plasmaphérèse). Les équipes de l'EFS peuvent toutefois l'orienter vers un don en particulier en fonction de son groupe sanguin, de son taux d'hémoglobine, de son taux de plaquettes, de la qualité de ses veines, etc.

Le don de sang total[modifier | modifier le code]

Poches de sang et échantillons.

Une poche de sang est prélevée à partir du sang du donneur. Elle est ensuite traitée afin de séparer le sang en ses différents composants. La durée du prélèvement est habituellement entre 5 et 15 minutes.

Une poche de 450 à 480 ml environ est prélevée ainsi que des tubes échantillons sur lesquels seront effectués les contrôles et tests.

La quantité de sang prélevée est prescrite par le médecin-préleveur et est adaptée aux poids, sexe et âge du donneur. Mais la quantité de sang prélevée doit être au moins égale à environ 450 ml. En effet, cela ne permettrait pas non plus d'avoir un produit fini qui corresponde à une unité thérapeutique, l'intérêt du malade étant au centre des préoccupations avant tout. Si jamais le donneur ne peut fournir suffisamment de sang (veines trop fines, par exemple), le don peut être interrompu. Néanmoins, le sang donné n'est pas perdu et peut servir à la recherche scientifique et tout autre application non thérapeutique. Le don non thérapeutique est très important car il permet de produire notamment des réactifs indispensables pour réaliser les tests sur les tubes échantillon.

Une femme peut donner son sang 4 fois par an, un homme 6 fois, en respectant un délai d’au moins 8 semaines entre deux dons[51].

Don par aphérèse[modifier | modifier le code]

Cette section doit être recyclée. Une réorganisation et une clarification du contenu sont nécessaires. Discutez des points à améliorer en page de discussion.

On appelle don par aphérèse le don d'une partie seule du sang, celui-ci étant partiellement traité durant le don par centrifugation. cela permet de séparer le plasma ou les plaquettes puis de restituer au donneur le reste du sang. Ce type de don ne se fait que sur rendez-vous. Il nécessite une mise en œuvre plus importante due au fait qu'une partie du sang prélevé est traitée immédiatement.

Le don de plasma[modifier | modifier le code]
Article détaillé : plasmaphérèse.

La plasmaphérèse est le prélèvement du plasma sanguin. Le procédé est similaire au don de plaquettes mais dure moins longtemps (35 minutes à 1 heure). On prélève en aphérèse jusqu’à 875 ml de plasma au donneur, puis on lui restitue ses autres composants (globules rouges et plaquettes). Il est possible de donner son plasma toutes les deux semaines, dans une limite de 24 fois par an.

Une fois prélevé, le plasma peut avoir deux orientations :

  • Le plasma prélevé par aphérèse chez des hommes non transfusés ou des femmes n'ayant pas eu d'enfant (à cause de l'immunisation anti-HLA), peut être conservé congelé un an à -25 °C, après un traitement d'atténuation bactérienne et virale par les procédés B.M. (bleu de méthylène), ou amotosalen (psoralène). Il s'agit alors de PFC -plasma frais congelé-, issu d'un seul donneur. Ce produit (soit l'un, soit l'autre) est préparé par tous les établissements de transfusion. Un second type de plasma frais congelé existe également. Il s'agit du plasma viro-atténué par procédé S.D. (solvant-détergent), préparé par le Centre de transfusion de Bordeaux. Ce plasma est préparé à partir de pools de 100 dons de plasma par aphérèse. Tous ces plasmas ne peuvent être transfusés que dans trois indications générales de déficit de facteurs de coagulation et deux plus rares -PTT et SHU.
  • Le plasma issu soit d'aphérèse, soit de la déplasmatisation du sang total (ce qui donne un plasma, un concentré érythrocytaire, et parfois un concentré de plaquettes) est adressé au LFB pour être fractionné en ses différents éléments : essentiellement l’albumine, les facteurs coagulants et les anticorps.
    • Les anticorps sont injectés en cas de désordre immunitaire (déficit immunitaire, maladie auto-immune...), ou encore pour prévenir une infection en cas d'exposition à un risque de contamination (exemple : tétanos, hépatite B ...).
    • L’albumine (une protéine) et le plasma total sont transfusés aux grands brûlés qui les perdent par la peau, et aux blessés graves.
    • Les facteurs coagulants eux, sont utilisés pour traiter certaines maladies hémorragiques : l’hémophilie par exemple.
Le don de plaquettes[modifier | modifier le code]

Le sang prélevé est séparé en ses différents composants. Ce processus de séparation est appelé aphérèse. Les plaquettes sont alors collectées dans une poche pouvant contenir de 2 à 8 1011 plaquettes dans un volume de plasma de 300 ml environ, soit environ six à douze fois plus de plaquettes que lors d’un don de sang total. Ce don dure 90 minutes environ.

Les plaquettes ne se conservent que cinq jours  : pour faire face aux besoins, des dons réguliers et quotidiens sont donc indispensables. On peut donner ses plaquettes jusqu’à douze fois par an, en respectant un intervalle d’au moins quatre semaines entre deux dons.

Lorsqu’une maladie (leucémie, aplasie médullaire) ou des traitements lourds (chimiothérapie, radiothérapie) empêchent la fabrication de cellules sanguines par la moelle osseuse, la personne atteinte de cette maladie est dite en aplasie. La transfusion régulière de plaquettes permet alors d’éviter les risques d’hémorragies qui mettraient sa vie en péril.

Selon l'association Don de soi - don de vie, il est important de ne pas prendre d'ibuprofène ou d'aspirine dans les jours précédant le don de plaquettes car ces médicaments sont des anti-agrégants plaquettaires et rendent les plaquettes inefficaces[52].

Déroulement du don[modifier | modifier le code]

Une première prise de sang est faite sur le bras opposé au don complet. L'éprouvette de sang ainsi récoltée est ensuite analysée sur le champ afin de déterminer la teneur en plaquettes du sang du donneur (pour un don de plaquettes, pas pour un don de plasma). Ce dernier a ensuite le choix de faire un don simple ou double (le double n'est pas offert dans tous les centres de dons). Pour un don simple, la durée de prélèvement varie de 4 à 10 minutes. Lors d'un don double, le donneur peut s'attendre à passer un minimum de 7 minutes sur la chaise de prélèvement. Il est possible que, la teneur en plaquettes du sang du donneur étant trop faible, celui-ci n'ait que la possibilité de faire un don simple. Lorsque le donneur a fait son choix, le sang est prélevé et partiellement traité immédiatement par une machine qui va le centrifuger afin de séparer le plasma ou les plaquettes. Lors du processus, un anticoagulant est ajouté au sang afin que celui-ci ne coagule pas[53]. Inévitablement, une petite partie de cet anticoagulant est repassée au donneur lors du retour des composantes du sang non utilisées. Des sensations désagréables peuvent s'en suivre: de légers picotements dans les lèvres ou une sensation de froid. Dans le cas où le donneur ressent ces effets, le don ne s'arrête pas, mais le débit de retour de la pompe du séparateur peut être diminué (celles-ci n'entraînent pas non plus l'exclusion du donneur). Ces sensations ne sont pas liées à une réaction allergique, mais à la baisse transitoire du calcium sanguin, capté par le citrate utilisé comme anticoagulant. Une supplémentation en calcium peut aussi être administrée par voie orale[53].

Le don autologue ou autotransfusion[modifier | modifier le code]

Tyler Hamilton, premier sportif contrôlé positif au dopage par transfusion sanguine en 2004.

Il ne s'agit pas à proprement parler d'un don mais d'une méthode de prélèvement du sang avant que celui-ci ne soit rendu au patient, généralement en prévision d'une intervention chirurgicale. On parle aussi de don de sang autologue programmé (DSAP). La transfusion autologue programmée est une intervention qui consiste à transfuser au patient le sang qu’on lui a prélevé auparavant lorsqu’il doit subir une chirurgie élective. On évite ainsi les risques d’infections transmissibles pouvant être associés au sang provenant d’autres donneurs. Cette méthode de transfusion sanguine avait été encouragée à la suite du scandale du sang contaminé au début des années 1990. Toutefois, l’amélioration importante de la qualité des services de prise en charge des dons de sang en général a grandement contribué à accroître et à assurer leur sécurité. En conséquence, le recours au don de sang autologue programmé (DSAP) a fortement diminué. Aujourd'hui, le don de sang autologue est parfois pratiqué par les sportifs, pour augmenter leur taux d'hémoglobine et donc leurs performances. Il est considéré comme une pratique dopante et interdit.

Statistiques[modifier | modifier le code]

Dans le monde, plus de 80 millions d'unités sont collectés annuellement, dont seulement 45 % dans les pays en voie de développement[54]. En moyenne, en France, 500 000 personnes reçoivent chaque année une transfusion sanguine. L'Établissement Français du Sang prélève et distribue 3 millions de poches par an[55] et accueille 1,7 million de donneurs soit 4 % de la population en âge de donner. Le nombre moyen de dons par an et par donneur est de 1,8[55].

Suites du don[modifier | modifier le code]

Recommandations après le don[modifier | modifier le code]

Soldat de l'US Navy compressant sa plaie après un don du sang.
  • Pour éviter tout hématome, il est impératif d’appuyer à l’endroit de la piqûre environ 5 minutes car la coagulation sanguine demande entre 5 et 10 minutes. En effet si le caillot n’est pas bien formé, un hématome plus ou moins important risque de se produire en cours de journée. À ce titre un bandage légèrement compressif est fait sur le point de ponction. Il est préférable de le garder au moins deux heures après le don pour éviter la formation d’un hématome.
  • Collation et boissons sont offertes après le don pour prévenir un éventuel malaise. Appelé malaise vagal, ce malaise sans gravité est lié à une baisse passagère de la tension artérielle. Bien boire après un don permet également de remplacer plus rapidement le volume sanguin prélevé.
  • Éviter de pratiquer un sport de façon intense après le don (délai 72 heures après le don pour la plongée sous-marine, l’escalade et toute compétition).
  • S'abstenir de fumer deux heures au moins après le don.

Après le don[modifier | modifier le code]

Une fois les produits sanguins recueillis, ceux-ci sont préparés (filtrés et séparés en différents composants sanguins). Les tubes échantillons sont analysés afin de vérifier qu'il n'y a aucun risque, notamment par le dépistage d'infections transmissibles, hépatites, sida, paludisme si besoin. Si les tests ne révèlent aucun problème les produits sanguins (globules rouges, plasma et plaquettes) sont prêts à être distribués aux hôpitaux et cliniques qui les délivreront aux malades. Particularité du plasma, celui-ci sert aussi à fabriquer des médicaments dont les malades ont besoin. Ce plasma est cédé sous sa forme « matière première » par l'Établissement Français du Sang (EFS) au Laboratoire français du fractionnement et des biotechnologies (LFB). Ces médicaments (immunoglobulines, albumines... etc.) sont indispensables à de nombreux malades souffrant par exemple de désordre immunitaire plus ou moins sérieux, agammaglobulinémie ou pathologies auto-immunes pour les immunoglobulines polyvalentes, ou déficit de la coagulation pour les divers facteurs I, II, VIII, IX, vW… par exemple.

L'information subséquente du donneur[modifier | modifier le code]

Le donneur est averti des éventuels problèmes que le dépistage aurait relevés, que le problème soit en apparence mineur (petite anémie...) ou plus sérieux (signe d'hépatite, VIH...).

Cependant les réactifs utilisés sont très sensibles et peuvent parfois réagir avec certains composants du sang, sans même qu'il y ait maladie (on parle alors de faux positifs). Il convient de contacter le centre de transfusion qui a signalé le problème pour effectuer un contrôle.

Tarif de la poche de sang[modifier | modifier le code]

Chaque année le tarif de la poche de sang est fixé par l'État en fonction des besoins des hôpitaux. En France, l'arrêté du 12 avril 2011 relatif au tarif de cession des produits sanguins labiles fixe le tarif de la poche de sang total à 111,16 € HT[56].

Aspects culturels[modifier | modifier le code]

Don du Sang 2013
Journée mondiale du donneur de sang, 14 juin 2013

Certaines croyances interdisent le don du sang ; c'est le cas chez les Témoins de Jéhovah[57].

Une « Journée mondiale du donneur de sang » est organisée le 14 juin chaque année depuis 2005 sous l'égide de l'Organisation mondiale de la santé[58].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Arrêté ministériel du 12 janvier 2009, entre en vigueur le 19 avril 2009) fixant les critères de sélection des donneurs de sang, Journal officiel du 18 janvier 2009 NOR: SJSP0901086A
  2. Arrêté ministériel du 12 janvier 2009, entre en vigueur le 19 avril 2009) fixant les critères de sélection des donneurs de sang, Journal officiel du 18 janvier 2009 NOR: SJSP0901086A [1], annexe II, p. 4-9
  3. Arrêté du 12 janvier 2009 fixant les critères de sélection des donneurs de sang, Annexe II, page 7
  4. http://www.sos-homophobie.org/article/exclusion-des-homosexuels-du-don-du-sang-sos-homophobie-attend-la-concretisation-des-annonce
  5. http://www.dailymotion.com/video/x9ly3v_don-du-sang-les-homos-exclus-alexan_news
  6. http://www.dailymotion.com/video/x9old6_don-du-sang-alexandre-marcel-sur-ya_news
  7. http://www.youtube.com/watch?v=MVijTFG80YU
  8. http://everygay.fr/?p=2337
  9. http://www.humanite.fr/node/77552
  10. des lesbiennes et bisexuelles
  11. http://www.tetu.com/actualites/sante/fichage-des-homos-exclus-du-don-de-sang-saisine-de-la-cnil-14021
  12. http://lgbt-proceedings.skyrock.com/tags/5C69TG13leu-fichage-gays.html
  13. http://www.invs.sante.fr/L-Institut/Qui-sommes-nous
  14. Et si l’exclusion permanente était contreproductive ? sur tetu.com
  15. Don du sang : 76 % des Français trouvent l'interdiction « injustifiée », 10 juin 2009, Tetu.com.
  16. Hollande exigera la fin de la discrimination pour le don du sang
  17. http://www.hes-france.org/IMG/pdf/29_09_2011_reponses_MA.pdf
  18. http://www.europe1.fr/MediaCenter/Emissions/Emmanuel-Maubert/Sons/Certaines-populations-a-risques-peuvent-donner-leur-sang-849245/
  19. http://questions.assemblee-nationale.fr/q13/13-77161QE.htm
  20. http://questions.assemblee-nationale.fr/q13/13-64772QE.htm
  21. http://questions.assemblee-nationale.fr/q13/13-73720QE.htm
  22. http://questions.assemblee-nationale.fr/q13/13-64773QE.htm
  23. http://questions.assemblee-nationale.fr/q13/13-55153QE.htm
  24. http://questions.assemblee-nationale.fr/q13/13-43056QE.htm
  25. http://questions.assemblee-nationale.fr/q13/13-43055QE.htm
  26. http://questions.assemblee-nationale.fr/q13/13-41780QE.htm
  27. http://questions.assemblee-nationale.fr/q13/13-27145QE.htm
  28. http://www.hes-france.org/actions/communiques/don-de-sang-la-ministre-ne
  29. http://www.jeunes-ecologistes.org/idees/2847/en-finir-avec-l%E2%80%99homophobie-d%E2%80%99etat-l%E2%80%99acces-au-don-du-sang-pour-toutes-et-tous
  30. http://www.gaylib.org/component/content/article/38-slideshow/295-operation-don-du-sang
  31. http://www.ladepeche.fr/article/2011/07/16/1129307-homodonneur-en-marche.html
  32. http://www.leparisien.fr/courbevoie-92400/don-du-sang-les-homosexuels-ne-veulent-plus-etre-exclus-13-12-2011-1765459.php
  33. http://www.lequotidiendumedecin.fr/information/don-de-sang-le-defenseur-des-droits-contre-l-interdiction-faite-aux-homosexuels
  34. http://lgbt-proceedings.skyrock.com/photo.html?id_article=3028881408&id_article_media=15205537
  35. http://lgbt-proceedings.skyrock.com/3025585100-Don-du-sang-exclusion-des-gays-des-l-Établissements-francais-du-sang.html
  36. a et b http://lgbt-proceedings.skyrock.com/photo.html?id_article=3025585100&id_article_media=14667809
  37. http://lgbt-proceedings.skyrock.com/photo.html?id_article=3025585100&id_article_media=14669083
  38. http://www.tetu.com/actualites/sante/Le-ministre-de-la-Sante-va-autoriser-les-gays-a-donner-leur-sang-10114
  39. http://www.lexpress.fr/actualite/societe/homosexuels-exclus-du-don-du-sang-une-mesure-de-sante-publique_732204.html
  40. http://yagg.com/2011/07/06/xavier-bertrand-reaffirme-sa-volonte-douvrir-le-don-du-sang-aux-gays/
  41. http://yagg.com/2011/12/06/don-du-sang-xavier-bertrand-souhaite-que-linterdiction-soit-levee/
  42. http://www.tetu.com/actualites/sante/les-gays-exclus-du-don-du-sang-la-ministre-de-la-sante-veut-faire-evoluer-la-situation-21740
  43. http://www.dondesoidondevie.org/?p=3439
  44. http://www.repubblica.it/cronaca/2010/07/15/news/trasfusioni_gay-5614730/
  45. http://www.donateblood.com.au/faq#10n294
  46. http://www.euranet.eu/fre/Programme-complet/French/Au-Royaume-Uni-les-homosexuels-peuvent-desormais-donner-leur-sang
  47. http://www.tetu.com/actualites/sante/la-suede-ouvre-le-don-du-sang-aux-gays-qui-sabstiennent-de-sexe-16040
  48. http://www.20min.ch/ro/news/suisse/story/Porte-entrouverte-aux-dons-de-sang-gays-14196444
  49. « F.A.Q. », sur transfusion.be, Croix-Rouge de Belgique (consulté le 5 mai 2014)
  50. « Principales questions & réponses sur le don de sang », sur transfusion.ch, Transfusion CRS Suisse (consulté le 5 mai 2014)
  51. http://www.dondusang.net/rewrite/article/2437/les-dons-de-sang/le-don-de-sang-total/le-don-de-sang-total.htm?idRubrique=981
  52. http://www.dondesoidondevie.org/Plaquettes
  53. a et b Cf. Document d'information de l'EFS « Information Pré-don en aphérèse » sur www.dondusang.net
  54. OMS, Sécurité transfusionnelle et don du sang, 2008.
  55. a et b Établissement Français du Sang
  56. http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000023909776&dateTexte=&categorieLien=id
  57. transfusion sanguine, réponse d'un docteur aux questions des témoins de Jéhovah
  58. World blood donor day sur le site de l'OMS

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Le Sang et les hommes, Jacques-Louis Binet, Gallimard, coll. Découvertes Gallimard, 2001
  • La Transfusion sanguine, Philippe Rouger, 2e éd. mise à jour, PUF, coll. Que sais-je ?, 2001
  • La Transfusion sanguine, Jacques Ruffié et Jean-Charles Sournia, Fayard, coll. Le Temps des sciences, 1996
  • Transfusion sanguine, une grande aventure humaine, Olivier Boudot, Télémaque, coll. Mémoires d'Hommes, Histoire d'entreprises, 2008

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :