Établissement français du sang

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir EFS.
Établissement français du sang
Image illustrative de l'article Établissement français du sang

Création 1er janvier 2000
Type Etablissement public à caractère administratif
Siège La Plaine Saint Denis
Drapeau de la France France
Coordonnées 48° 54′ 59″ N 2° 21′ 44″ E / 48.9164, 2.36222 ()48° 54′ 59″ N 2° 21′ 44″ E / 48.9164, 2.36222 ()  
Effectifs 9800
Affiliation(s) Ministère de la Santé (France)
Logo du programme de don de sang qu'il organise
À l'extrémité du Jardin des Droits de l'Enfant se trouve le siège de l'EFS

L'Établissement français du sang, abrégé par le sigle EFS, est un établissement public administratif (EPA) avec des prérogatives d'établissement public à caractère industriel et commercial (EPIC)[1] chargé de collecter, préparer, qualifier et distribuer les produits sanguins labiles (sang, plasma, plaquettes) en France, en vue de leur transfusion.

Placé sous la tutelle du ministère de la Santé, il a été créé le 1er janvier 2000 en application de la loi du 1er juillet 1998[1], codifiée au Code de la santé publique[2]. L'EFS prend la suite du de l'AFS, qui elle-même se substituait en 1995 à un ensemble de près de 160 établissement divers (PTS, CDTS, CRTS, CNTS) de type associatifs, hospitaliers, ou régis par un conseil général.

Son siège est à La Plaine Saint-Denis, à proximité immédiate de la gare de La Plaine - Stade de France (ligne B du RER) et de nombreux équipements majeurs de santé publique implantés dans ce quartier.

L'EFS emploie en tout 9 800 collaborateurs[3].

Établissements régionaux[modifier | modifier le code]

Outre son siège, l'EFS comprend 17 établissements régionaux, dont 14 en métropole et 3 dans les départements d'outre-mer[4] (il y en avait quatre avant la fusion en 2006 des EFS Guadeloupe et Guyane en un unique établissement régional[5]). L'EFS comprend également 153 sites fixes de prélèvement et organise 40 000 collectes mobiles par an[3].

Établissement régional Régions et/ou départements Siège
EFS Alpes - Méditerranée Provence-Alpes-Côte d'Azur + Corse Marseille
EFS Alsace Alsace Strasbourg
EFS Aquitaine - Limousin Aquitaine + Limousin Bordeaux
EFS Auvergne - Loire Auvergne + Loire (Rhône-Alpes) Saint-Étienne
EFS Bourgogne - Franche-Comté Bourgogne + Franche-Comté Besançon
EFS Bretagne Bretagne Rennes
EFS Centre - Atlantique Centre + Poitou-Charentes Tours
EFS Île-de-France Île-de-France Paris puis Ivry-sur-Seine[6]
EFS Lorraine - Champagne Lorraine + Aube et Haute-Marne (Champagne-Ardenne) Vandœuvre-lès-Nancy
EFS Nord de France Nord-Pas-de-Calais + Picardie + Ardennes et Marne (Champagne-Ardenne) Lille
EFS Normandie Haute-Normandie + Basse-Normandie Bois-Guillaume
EFS Pays de la Loire Pays de la Loire Nantes
EFS Pyrénées - Méditerranée Midi-Pyrénées + Languedoc-Roussillon Toulouse
EFS Rhône-Alpes Rhône-Alpes sauf la Loire Lyon puis Beynost[6]
EFS Guadeloupe - Guyane Guadeloupe + Guyane Pointe-à-Pitre et Cayenne
EFS Martinique Martinique Fort-de-France
EFS Réunion La Réunion Saint-Denis

Architecture informatique[modifier | modifier le code]

Tout récemment[Quand ?], l'Établissement français du sang a :

  • refondu son site Web d'information aux donneurs de sang (www.etablissement-francais-du-sang.fr devenu www.dondusang.net) ;
  • harmonisé son informatique médico-technique au niveau national à l'aide du système logiciel Inlog[réf. insuffisante]. Les LMT (logiciels médico-techniques) régionaux, concernant les donneurs, les dons, et la distribution des PSL sont actuellement (octobre 2013) en cours de transfert, une région après l'autre, vers le logiciel unique national. Les LMT régionaux concernant les malades, quoiqu'impactés, ne sont jusqu'à présent pas concernés par cette centralisation (2013).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Art. 18 de la loi no 98-535 du 1er juillet 1998 relative au renforcement de la veille sanitaire et du contrôle de la sécurité sanitaire des produits destinés à l'homme, JORF no 151 du 2 juillet 1998, p. 10056, NOR MESX9702267L, sur Légifrance.
  2. Art. L1222-1 à L1222-10 : Établissement français du sang, Code de la santé publique, sur Légifrance.
  3. a et b Rapport d'activité 2010 [PDF]
  4. Circulaire DGS-SQ 4/DH-AF 2 no 2000-156 du 22 mars 2000 relative au redéploiement des personnels de la transfusion sanguine en 2000, BO du ministère de l'Emploi et de la Solidarité, no 16 du 17 avril 2000, NOR MESH0030129C.
  5. Décision modificative no N 2007-04 du 1er juin 2007 à l'Établissement français du sang, BO du ministère de la Santé, de la Jeunesse et des Sports, no 6 du 15 juillet 2007, NOR SJSO0730500S.
  6. a et b Rapport d'activité 2007, Établissement français du sang, chap. 7 « Les 17 EFS régionaux », p. 81–90.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]


48° 54′ 59″ N 2° 21′ 44″ E / 48.91639, 2.36222 ()