Thrombocyte

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
De gauche à droite : érythrocyte, thrombocyte, leucocyte.

Un thrombocyte ou plaquette est un élément figuré du sang, formé par fragmentation des mégacaryocytes, grandes cellules contenues dans la moelle osseuse. Les thrombocytes ne sont donc en fait pas des cellules complètes mais uniquement de petits fragments dépourvus de noyau.

Leur durée de vie est d'environ 10 à 15 jours. Le lieu de dégradation des thrombocytes est la rate. Elles sont un des composants indispensables à l'hémostase primaire.

Ultrastructure[modifier | modifier le code]

Ce sont les plus petits éléments figurés du sang. Le cytoplasme est très riche et on y retrouve :

  • Des organites : quelques mitochondries, quelques saccules golgiens, cytosquelette.
  • Des inclusions : glycogène
  • Des granulations :
    • Granulations alpha : qui contiennent des facteurs de coagulation (du fibrinogène, facteur von Willebrand), de la fibronectine (protéine adhésive) et des facteurs de croissance (comme la PDGF). Mais également des protéines plasmatiques incorporées tels que l'albumine et des immunoglobulines.
    • Granulations denses (granules δ) : elles sont reliées à la membrane et à la surface de la cellule. Elles contiennent du calcium, de l’ADP (qui favorisent l’agrégation plaquettaire) et de la sérotonine (qui active la vasoconstriction).
    • Granules λ : qui correspondent aux lysosomes et renferment des hydrolases acides (rôle dans la lyse des thrombi)
    • Des péroxysomes : peu nombreux et ont une activité péroxydasique élevée due à une catalase

Physiologie[modifier | modifier le code]

Production[modifier | modifier le code]

La thrombopoïèse s'effectue au niveau de la moelle osseuse. Elle se répartit en plusieurs étapes, mettant tour à tour en scène des divisions et des différenciations cellulaires.

Comme toute cellule différenciée, les plaquettes dérivent d'une cellule souche appelée également pluripotente. Puis celles-ci se différencient en cellules multipotentes. On observe alors une différenciation en CFU-GEMM (Colony Forming Unit - Granulocyte-Erythroid-Makrophage-Megakaryocyte) qui pourront également, à la suite de plusieurs différenciations, donner naissance aux érythrocytes ou encore aux macrophages.

Ces CFU-GEMM se différencient ensuite en précurseurs de chaque lignée, dont les CFU-MK (Colony Forming Unit - MegaKaryocytic), qui donneront les mégacaryoblastes. Après plusieurs divisions cellulaires (7 au total), on observe dans le cytoplasme, un noyau polyploïde. Le mégacaryocyte subit en effet plusieurs cycles de division cellulaire durant lesquels il réplique son ADN. Cependant, aucune n'étant menée à son terme, le noyau double sa quantité d'ADN à chaque division.

Ces fausses divisions appelées endomitoses achèvent la thrombopoïèse: les mégacaryoblastes vont devenir mégacaryocytes basophiles, puis granuleux et thrombocytogènes. La cellule mesure alors de 100 à 150 micromètres et le noyau comporte jusqu'à 128 fois la quantité normale d'ADN (valeur modale : 16N) : ce dernier se condense avant d'être éliminé par caryopinocytose.

Dès lors, les proplaquettes (de 5 à 7, dans les mégacaryocytes) vont être libérées, et vont elles-mêmes littéralement exploser pour donner naissance de 1 000 jusqu'à 1 500 plaquettes chacune. Les plaquettes sont alors libérées dans le sang, afin qu'elles puissent remplir le rôle fondamental dans la survie du corps.

Circulation[modifier | modifier le code]

Fonction[modifier | modifier le code]

Leur principale fonction consiste à transformer le fibrinogène (présent dans le plasma sanguin) en structures fibreuses de fibrine qui, à leur tour, enserrent les autres cellules sanguines tel un filet de pêche, ce qui rétrécit tout doucement la structure du filet, prévenant ainsi la perte de sang : il se forme ainsi une croûte rouge sombre, qui bouche la plaie, et qui finira par se décrocher à la fin de la cicatrisation. Les thrombocytes sont donc importants pour la coagulation sanguine.

Les plaquettes, ou thrombocytes, sont des particules anucléées de 2 à 4 microns de diamètre. Après coloration au MGG, on met en évidence deux zones :

Leur concentration normale est de 150 à 400 G/L (milliards par litre)

Les plaquettes sont libérées par les mégacaryocytes qui éclatent au moment du passage dans le torrent circulatoire, le diamètre de ceux-ci (d'environ 11 microns) ne permettant pas le passage dans les vaisseaux de la rate (d'un diamètre de 3 µm). Leur rôle principal est celui de l'hémostase primaire qui survient quand il y a «solution de continuité» (c’est-à-dire rupture[1]) au sein de l'endothélium vasculaire ; autrement dit que le sous-endothélium est exposé au torrent circulatoire (hémorragie interne ou externe).

Ce phénomène induit une réaction vasculaire vasoconstrictrice ayant pour effet d'une part de diminuer la vitesse locale de passage de toutes les protéines et éléments sanguins, et d'autre part d'augmenter la concentration locale de certains médiateurs.

Après une phase d'agrégation les plaquettes peuvent fixer le sous-endothélium par l'intermédiaire du facteur de Von Willebrand et du fibrinogène qui pontent respectivement le sous-endothélium aux protéines IB, IIB et IIIA des plaquettes. Les plaquettes, d'une forme discoïdale au repos, passent alors à une forme sphérique. Une amplification du phénomène conduit à la formation d'un thrombus blanc (caillot sanguin constitué de plaquettes agglutinées les unes aux autres auxquelles s'accolent les leucocytes). Il s'ensuit la constitution d'un réseau de fibrine dans lequel les globules rouges s'enchâssent et s'immobilisent, c'est le thrombus rouge.

Les plaquettes interviennent dans la coagulation en fixant un complexe prothrombinase qui transforme la prothrombine en thrombine, la thrombine étant elle-même responsable de la dégradation du fibrinogène en fibrine.

Rôle dans les maladies[modifier | modifier le code]

Valeurs anormalement élevées ou abaissées[modifier | modifier le code]

Une numération normale des thrombocytes chez une personne saine est entre 150 et 400 Giga/L (x 109/litres de sang).

En cas de troubles de la coagulation on peut rencontrer aussi bien :

En général, des taux bas ne requièrent pas de transfusions, à moins que le patient ne saigne ou que le taux soit descendu en dessous de 20 Giga/L ; elles sont contre-indiquées en cas de purpura thrombotique thrombocytopénique car cela aggraverait la coagulopathie.

Maladies[modifier | modifier le code]

États entraînant une thrombocytopénie (numération abaissée)[modifier | modifier le code]

États entraînant une thrombocytose (numération élevée)[modifier | modifier le code]

Troubles de l'adhésion plaquettaire ou de l'agrégation plaquettaire[modifier | modifier le code]

Troubles du métabolisme des thrombocytes[modifier | modifier le code]

  • Hyperactivité de la cyclo-oxygénase, induite ou congénitale
  • Storage pool defects, acquis ou congénitaux

Transfusion[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le mot «solution» doit être pris ici dans le sens de «dissolution», ou «disparition». La solution de continuité est donc la disparition de la continuité, c'est-à-dire la rupture.