Canard digérateur

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Schéma hypothétique de l'appareil digestif du canard de Vaucanson
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Canard (homonymie).

Le Canard Digérateur est un automate canard créé par Jacques de Vaucanson en 1738. Alors que les canards ne peuvent pas digérer du grain de céréales, ce canard mécanique cherchait à montrer comment il est possible de les métaboliser et de déféquer.

Description[modifier | modifier le code]

Photo du mécanisme du canard mécanique

Ce canard artificiel de cuivre doré boit, mange, cancane, barbote et digère comme un vrai canard[1]. Les ailes étaient représentées, os par os, d'un mécanisme identique à ceux des vrais oiseaux. Il était possible de programmer les mouvements de cet automate, grâce à des pignons placés sur un cylindre gravé, qui contrôlaient des baguettes traversant les pattes du canard. Le mécanisme, placé dans l'imposant piédestal, visible par tous, dans le but de montrer la complexité du travail accompli.

Histoire de l'automate[modifier | modifier le code]

affiche

L’automate est d'abord exposé en 1744 au Palais-Royal. Il remporte un succès immédiat. La digestion de l'animal était le principal exploit. Le dispositif permettant de simuler la digestion et d’expulser une sorte de bouillie verte fait l’objet d’une controverse. Certains commentateurs estiment que cette bouillie verte n’était pas fabriquée à partir des aliments ingérés, mais préparée à l’avance. Ce point est soupçonné d'être une exagération de la part de Vaucanson, et Jean-Eugène Robert-Houdin, entre autres, le dénonce comme une mystification. Il reste possible que cette mystification n'ait eu lieu que pour les répliques du canard de Vaucanson, réalisées plus tard[2]. Quel que soit le fonctionnement de cette digestion, le reste du mécanisme reste très complexe, les ailes étant par exemple reproduites os par os. Des témoignages attestent que les mouvements du canard étaient d'un « réalisme quasi naturaliste »[3].

Cet automate est acheté en 1840 par Georges Tiets, mécanicien[4], mais il brûle en 1879 lors de l'incendie du musée de Nijni Novgorod. Il n'en reste que quelques photographies du milieu du XIXe siècle.

Une copie est actuellement visible au musée dauphinois à Grenoble.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jacques de Vaucanson, Le mécanisme du fluteur automate présenté à messieurs de l'Académie royale des sciences,‎ 1738 (lire en ligne) [1]
  • Jean-Claude Heudin, Les créatures artificielles : des automates aux mondes virtuels,‎ 2008

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Jacques_de_Vaucanson 1738, p. 21: « Toute cette machine joue sans qu'on y touche quand on l 'a montée une fois. J'oubliois de vous dire que l'anîmal boit, barbotte dans l eau, croasse comme le Canard naturel. Enfin j'ai tâché de lui faire faire tous les gestes d'après ceux de l'animal vivant, que j'ai considéré avec attention. »
  2. Heudin 2008, p. 58
  3. Heudin 2008, p. 59
  4. Cité par Jean-Eugène Robert-Houdin dans Comment on devient sorcier, Une vie d'artiste, p. 151-153.