Samson

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Samson (homonymie).
Samson
Samson, peint par Frederic Leighton(vers 1858)
Samson, peint par Frederic Leighton
(vers 1858)
Titre
Treizième juge d'Israël
Nazir
Prédécesseur Abdon
Successeur Eli
Biographie
Nom de naissance שִׁמְשׁוֹן
Lieu de décès Gaza
Nature du décès Effondrement provoqué du palais
Sépulture Dans le sépulcre de son père, entre Tsorea et Eschthaol
Nationalité Israélite de la tribu de Dan
Père Manoach (père)
Conjoint Une Philistine, non nommée
Entourage Dalila (sa maîtresse)

Samson (de la vocalisation de la Bible hébraïque au IXe siècle, Chimchon ; en hébreu שִׁמְשׁוֹן, de la racine chemech, qui signifie « petit soleil »[1]), est nazir dès le ventre de sa mère et un juge d'Israël pendant vingt ans (XIIe siècle av. J.-C.)[2]. Son histoire est écrite dans le Livre des Juges (Jg 13. 1, Jg 16. 31).

Présentation[modifier | modifier le code]

Samson est le fils de Manoach, de la tribu de Dan (du nom d'un des douze fils de Jacob). Son histoire comporte des aspects fantastiques. Sa naissance même tient du miracle : un ange annonce à sa mère qu'elle enfantera, alors qu'elle est stérile. Devenu adulte, il déploie une force extraordinaire cachée sous la longueur de ses cheveux, qu'il doit, selon le récit biblique, à la promesse de Dieu faite à sa mère[3].

Récit biblique[modifier | modifier le code]

À l'époque du récit, les enfants d'Israël sont livrés par Dieu aux mains des Philistins pendant quarante ans, en punition de leurs fautes[4]. Samson leur est envoyé comme un sauveur.

Naissance de Samson[modifier | modifier le code]

La femme de Manoach, jusqu'alors stérile, apprend de l'ange de Dieu qu'elle enfantera un fils qui délivrera Israël des Philistins. Cet enfant devra être consacré à Dieu, dès sa naissance, en tant que nazir. Les lois relatives au naziréat impliquent notamment que le rasoir ne passe jamais sur sa tête et qu'il ne consomme jamais d'alcool. L'homme « à l'apparence d'ange » reparaît pour confirmer à Manoach et à sa femme qu'ils auront un enfant qui devra suivre les lois du naziréat. L'ange disparaît alors dans les flammes, et ils reconnaissent que c'était un ange de Dieu. Samson naît et grandit»[5].

Premiers conflits avec les Philistins[modifier | modifier le code]

Le jeune Samson demande à ses parents de prendre pour femme une jeune fille philistine[6]. Leur réaction est : « N'y aurait-il pas assez de femmes dans notre peuple que tu ailles en chercher une parmi les Philistins incirconcis ? »[7]

Mais « parce qu'elle lui plaît », Samson et ses parents partent demander la main de la jeune fille. Sur le chemin, Samson tue un lion à mains nues[8]. Lorsqu'il revient pour épouser la jeune fille, des abeilles ont commencé à fabriquer du miel dans le cadavre du lion[9].

Lors de la cérémonie du mariage, inspiré par la vision de la ruche dans le corps du lion, il parie trente parures à ses trente convives qu'ils ne sauront pas résoudre l'énigme suivante : « De celui qui mange est issu ce qui se mange, et du fort est issu le doux. »[10]

Les convives demandent à la femme de Samson d'obtenir la réponse auprès de son mari et de la leur révéler. Après sept jours d'insistance, elle obtient la réponse et les trente compagnons répondent correctement à l'énigme grâce à ses indications : « Quoi de plus doux que le miel et de plus fort que le lion ? »

De fureur, Samson tue trente hommes d'Ashkelon pour les dépouiller de leurs habits et retourne vivre auprès de ses parents[11].

Quand il revient chercher sa femme, celle-ci a été donnée à un autre homme par son père[12]. Samson se venge. Pour cela, il capture trois cents renards, les lie deux par deux par la queue et fixant un flambeau entre chaque paire de renards. Il les lâche ainsi dans les champs des Philistins, qui sont ravagés par le feu[13]. Ceux-ci brûlent la jeune femme et son père en représailles[14], et Samson se venge à nouveau en les battant[15].

Lorsque 1 000 Philistins viennent chercher Samson dans sa retraite, les Judéens le livrent (sans son accord). Samson défait ses liens et, armé d'une mâchoire d'âne, il défait les 1 000 Philistins[16]. Après cette victoire, Samson devient juge des Judéens pendant vingt ans[17].

La chute de Samson[modifier | modifier le code]

Samson aime Dalila dans la vallée de Sorek[18]. Celle-ci est sollicitée par les Philistins, ennemis d'Israël, afin qu'elle les aide à découvrir le secret de la force de Samson. Elle séduit alors Samson et essaie par trois fois de lui soutirer son secret. À chaque fois, Samson lui répond par un mensonge. Lorsque Dalila lui demande pour la quatrième fois de partager avec elle son secret, Samson finit par lui révéler que sa force lui vient de sa chevelure de nazir, car il est consacré et dévoué à Dieu[19].

Dalila le trahit[20]. Elle l'endort sur ses genoux et rase ses sept tresses pendant son sommeil[21], le privant ainsi de sa force et du secours de Dieu. Elle appelle des Philistins qui lui crèvent les yeux et le font prisonnier. Samson est condamné à tourner la meule de la prison[22].

Enfermé par ses ennemis à Gaza, Samson est sorti du cachot pour les divertir. Lors d'un sacrifice à leur dieu Dagon, alors que ses cheveux ont commencé à repousser, il est placé entre deux colonnes et implore Dieu de le rendre assez fort. Il écarte alors les colonnes du palais à mains nues afin de le faire s'écrouler. Il tue ainsi plusieurs milliers de Philistins[23]. Samson ayant été tué aussi dans l'effondrement, son corps est retrouvé dans les décombres et enterré auprès de sa famille[24].

Le personnage dans les arts[modifier | modifier le code]

Peinture[modifier | modifier le code]

Musique[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Références[modifier | modifier le code]

  1. Nom hébreu original : שמשון (« Shamshon »), du nom du dieu mésopotamien du soleil, Shamash.
  2. Encyclopédie Larousse du XXe siècle, Paris, 1932
  3. Histoire visuelle de la Bible, National Geographic, Les Nouveaux Essentiels,‎ octobre 2013, 512 p. (ISBN 9782822900331)
  4. Jg 13,1
  5. Jg 13
  6. Jg 14,2
  7. Jg 14,3
  8. Jg 14,6
  9. Jg 14,8
  10. Jg 14,14
  11. Jg 14,19
  12. Jg 15,2
  13. Jg 15,5
  14. Jg 15,6
  15. Jg 15,8
  16. Jg 15,15
  17. Jg 15,22
  18. Jg 16,4
  19. Jg 16,17
  20. Jg 16,18
  21. Jg 16,19
  22. Jg 16,21
  23. Jg 16,30
  24. Jg 16,31