Émile Campardon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Issu d'une vieille famille bourgeoise de Masseube (Gers) ou ses ancêtres étaient médecins et chirurgiens, Émile Campardon est un historien, archiviste et écrivain français né le 18 juillet 1837 et mort le 23 février 1915.

Il fut conservateur, chef de la section judiciaire des Archives nationales de France de 1857 à 1908, et auteur de nombreux ouvrages. Il publia au début du XXe siècle les Quatrains et Souvenirs d’un archiviste. Destinés à un cercle d’amis, ces petits livres rarissimes renferment des portraits drôles et impertinents des archivistes du XIXe siècle.

Mais il est surtout connu pour ses quatre ouvrages fondamentaux sur l'histoire des théâtres parisiens :

Il publia également :

  • une Histoire du tribunal révolutionnaire de Paris, 10 mars 1793-31 mai 1795 (Paris, Poulet-Malassis, 1862),
  • Marie-Antoinette et le procès du collier, (Paris, Plon, 1863),
  • Mme de Pompadour et la cour de Louis XV au milieu du XVIIIe siècle (Paris, Plon, 1867),
  • Un artiste oublié, J.-B. Massé, peintre de Louis XV, dessinateur graveur (Paris, Charavay frères, 1880),
  • Liste des membres de la noblesse impériale : dressée d'après les registres de lettres patentes conservés aux Archives nationales, vol. In-8,‎ 1893, 189 p. (lire en ligne).

Lien externe[modifier | modifier le code]