Serinette

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Serinette fabriquée par Bennard à Mirecourt, France, en 1757.

Une serinette est un instrument de musique mécanique primitif assimilable à un orgue destiné à apprendre des mélodies courtes à des oiseaux siffleurs. Elle est à l'origine du verbe "seriner" (répéter de nombreuses fois).

Bref historique[modifier | modifier le code]

Apparues d'abord à Nancy[1], et construites à partir de la première moitié du XVIIIe siècle notamment à Mirecourt[2], les serinettes étaient utilisées pour apprendre, par répétition, des mélodies aux oiseaux de compagnie de la haute société. À force d'entendre ces mélodies, ces oiseaux finissaient par les reproduire. Les serinettes ont parfois été utilisées comme instrument de rue, après modification d'un instrument de salon.

Composition[modifier | modifier le code]

Ces instruments sont relativement simples. Ils sont composées d'un cylindre de bois comportant des pontets en métal. Ceux-ci commandent l'ouverture de petits clapets qui admettent de l'air dans des tubes d'orgue (généralement en étain) accordés au notes de l'instrument. L'air est brassé par deux soufflets en peau eux-mêmes actionnés par une manivelle. C'est également cette manivelle qui fait tourner le cylindre avec la mélodie au moyen d'une vis sans fin.

Le morceau « enregistré » sur le cylindre dure de 10 à 20 secondes, dépendant beaucoup de la personne qui joue de l'instrument. Certains modèles un peu évolués disposent d'un système permettant de décaler le cylindre : une autre mélodie est ainsi jouée, mais au détriment du nombre de touches…

Références[modifier | modifier le code]

  1. L'année littéraire, par M. Fréron, tome I, Amsterdam, chez Michel Lambert, 1755.
  2. http://www.bernard-pin.com/serinette.htm

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Les serinettes sont présentes dans plusieurs tableaux dont La Serinette, par Jean Siméon Chardin en 1751 (Louvre, Paris).