Bruno Walter

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Walter.

Bruno Walter

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Bruno Walter (1912)

Nom de naissance Bruno Schlesinger
Naissance 15 septembre 1876
Berlin, Drapeau de l'Empire allemand Empire allemand
Décès 17 février 1962 (à 85 ans)
Beverly Hills, Drapeau des États-Unis États-Unis
Activité principale chef d'orchestre
Activités annexes pianiste, compositeur

Bruno Walter (né Bruno Schlesinger) est un chef d'orchestre, compositeur, pianiste, allemand. Il est né à Berlin le 15 septembre 1876, a été naturalisé autrichien en 1911, français en 1938, puis américain en 1946. Il est mort à Beverly Hills le 17 février 1962.

Biographie[modifier | modifier le code]

Les débuts[modifier | modifier le code]

Il naît dans une modeste famille juive, ses parents ne contrarient pas ses talents musicaux précoces. Il entre au Conservatoire Stern à Berlin à huit ans, et a pour professeurs Heinrich Ehrlich (de), Ludwig Bussler (en) et Robert Radecke (en). Il fait des études musicales qui le destinent à une carrière de pianiste et, dès l'âge de neuf ans, obtient ses premiers succès publics. Sa vocation de chef d'orchestre se révèle à l'écoute du grand chef Hans von Bülow et, selon les critères de la formation classique d'alors, il devient répétiteur dans les théâtres lyriques, avec des débuts à Cologne en 1893.

La rencontre avec Gustav Mahler[modifier | modifier le code]

En 1894, il est engagé à l'Opéra de Hambourg, dont Gustav Mahler est alors le directeur musical : l'amitié et la collaboration entre les deux hommes va durablement influencer la vie de Bruno Walter. Il sera l'un des meilleurs interprètes de la musique de Mahler et, tout au cours de sa longue carrière, se battra pour imposer cette musique souvent contestée.

Lorsque Mahler est nommé directeur de l'Opéra de Vienne, il ne le suit pas immédiatement et continue son travail à Breslau, Presbourg (1897 - 1898), Rīga (1893 - 1900), puis il est nommé à l'Opéra prussien de Berlin en 1900. En 1901, il rejoint finalement Mahler et travaille avec lui pour imposer le renouveau de l'institution musicale viennoise, où il pourra s'épanouir en tant que chef d'orchestre. En 1906, il suivra un bref traitement avec Sigmund Freud, qui lui conseillera de voyager, puis le verra dans des consultations basées sur la suggestion.

La maturité[modifier | modifier le code]

De 1913 à 1922, à Munich, il est directeur général de la musique. Grande époque pour sa carrière : son art et sa gloire s'affirment. Il est un ardent défenseur de la musique de son temps. Alors au sommet de son art, il effectue de nombreuses tournées à l'étranger. En 1922 et 1923, il est chef invité des orchestres symphoniques américains de New York, Détroit, Boston et Minneapolis. Il dirige également en Angleterre, particulièrement à Covent Garden avec. comme prédilection, le répertoire germanique. À Paris en 1928, il dirige des opéras de Mozart.

Berlin, Leipzig, Salzbourg[modifier | modifier le code]

Depuis 1919, il est invité de l'Orchestre philharmonique de Berlin, une collaboration qui se poursuivra jusqu'en 1933. En 1925, lui est confiée la direction de l'Opéra municipal de Berlin et il participe aux débuts du Festival de Salzbourg. Il quitte Berlin pour prendre la suite de Wilhelm Furtwängler, à la tête de l'Orchestre du Gewandhaus de Leipzig, mais la montée du national-socialisme l'oblige à quitter, en 1933, l'Allemagne pour l'Autriche. Il dirige alors à l'Opéra de Vienne et au festival de Salzbourg, en tant que chef associé l'Orchestre du Concertgebouw d'Amsterdam, à New York et Florence.

L'exil[modifier | modifier le code]

Après l'Anschluss (1938), il est accueilli d'abord en France. Aux États-Unis (1939), il est invité de l'Orchestre symphonique de la NBC, de l'Orchestre symphonique de Boston, de l'Orchestre symphonique de Chicago, de l'Orchestre philharmonique de Los Angeles et de l'Orchestre philharmonique de New York, dont il devient, en 1947, pour la sonorité et la souplesse, le très influent conseiller musical, jusqu'en 1949. Il revient aussi en Europe diriger à Édimbourg, Londres, Munich, Paris, l'Orchestre philharmonique de Vienne et au festival de Salzbourg. Il dirige aussi au Metropolitan Opera de New York. Pour ses enregistrements, la firme Columbia lui crée un orchestre, le Columbia Symphony Orchestra (à partir des musiciens de divers orchestres américains, notamment de l'orchestre philharmonique de Los Angeles).

Son art[modifier | modifier le code]

Même aux moments les plus sombres de son existence, il se dévouera à la cause de la musique. Il est un remarquable interprète du répertoire allemand, avec Beethoven, Brahms, Wagner et Richard Strauss, et du répertoire autrichien, avec Mozart, Schubert, Bruckner ou encore Mahler, qu'il réussit à imposer par de fortes interprétations.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Bruno Walter a composé deux symphonies, Siegesfahrt pour voix, chœur et orchestre, un quatuor à cordes, un quintette avec piano, un trio avec piano, des lieder.

Écrits[modifier | modifier le code]

  • Les forces morales de la musique (Von den moralischen Kräften der Musik, Vienne, 1935)
  • Gustav Mahler (Vienne, 1936, 2e éd. 1957)
  • Thème et variations (Lausanne, 1952, traduction de Theme and Variations : An Autobiography)
  • Von der Musik und vom Musizieren (Francfort-sur-le-Main, 1957)
  • Briefe 1894-1962 (1970)

Créations[modifier | modifier le code]

Discographie sélective[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :