Boeing E-4

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir E-4.
Boeing E-4B

Le E-4B NOAC (National Operations Airborne Center), auparavant appelé NEACP pour National Emergency Airborne Command Post, est l'avion de l'US Air Force chargé de transporter le Président des États-Unis pendant les situations d'urgence, et plus précisément en cas de guerre nucléaire.

Les quatre E-4 dépendent du 1st Airborne Command & Control Squadron (en), 55th Wing (en) [1]et sont basés sur la base aérienne d'Offutt dans le Nebraska[2].

Articulé autour d'une cellule de Boeing 747-200 et mis en service à partir de 1974, le NEACP dispose des meilleurs systèmes de communication. Outre les liaisons radios et satellites classiques, il possède un système de communication VLF (très basse fréquence) pour contacter les sous-marins en plongée, et un système de communication utilisant des ondes qui se répercutent sur les météorites proches de la Terre (les satellites pourraient être détruits en cas de guerre généralisée).

L'avion est aussi surprenant par son rayon d'action puisqu'il emporte suffisamment de vivres pour nourrir son équipage de 112 membres durant une semaine, tandis qu'il peut être ravitaillé en carburant en vol par un avion ravitailleur.

Utilisation[modifier | modifier le code]

Robert Gates, secrétaire américain à la défense en conférence de presse à bord d'un Boeing E-4B

Le NEACP n'a heureusement encore jamais été utilisé pour son rôle premier et pour rentabiliser ses 4 appareils de 112 millions de dollars pièce (ce qui en fait les avions militaires les plus chers de l'histoire après le B-2 de 2 milliards de $), l'US Air Force les emploie pour soutenir la FEMA, l'agence fédérale des situations d'urgence, lors de catastrophes naturelles, et pour transporter le secrétaire à la Défense lors de ses déplacements.

Durant la guerre froide, un avion suivait également tous les déplacements à l'étranger du Président car le E-4B est beaucoup mieux équipé qu'Air Force One.

De 1980, date de sa mise en service jusqu'à la fin de la guerre froide, les E-4B étaient dispersés à travers les États-Unis pour qu'un appareil soit toujours disponible partout. L'un était basé à base aérienne d'Andrews près de Washington D.C. pour évacuer le Président en cas d'attaque surprise. Ce rôle est aujourd'hui confié au Boeing VC-25A, plus connu comme Air Force One. Au moins un autre appareil était basé à base aérienne d'Offutt, quartier-général du Strategic Air Command, qui avait la charge de l'avion.

Aujourd'hui, tous les appareils sont basés à Offutt, sous l'autorité administrative et logistique de l'Air Combat Command et l'autorité opérationnelle du US Strategic Command.

Surnoms[modifier | modifier le code]

Le surnom courant de l'appareil est kneecap (rotule en français), déformation de NEACP, difficile à prononcer pour les anglophones.

Un autre surnom donné par les militaires est Doomsday Plane : l'avion du jugement dernier, du fait que si l'avion est utilisé pour son rôle prévu à l'origine, ce sera en cas de guerre nucléaire.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Historique officielle d'Offut AFB
  2. (en) 1st Airborne Command Control Squadron sur Global Security
Bibliography
  • (en) Peter Bowers, Boeing aircraft since 1916, London, Putnam,‎ 1989 (ISBN 0-85177-804-6).
  • Francillon, René J. "Doomsday 747s: The National Airborne Operations Center". Air International, December 2008. Key Publishing, Syamford, Lincs, UK. pp. 32–37.
  • (en) Dennis Jenkins, Boeing 747-100/200/300/SP (AirlinerTech Series, Vol. 6), North Branch, MN Shrewsbury, Specialty Press Publishers and Wholesalers Distributed in the UK and Europe by Airlife Pub. Ltd,‎ 2000 (ISBN 1-58007-026-4).
  • (en) Alwyn Lloyd, A Cold War legacy : a tribute to Strategic Air Command, 1946-1992, Missoula, Montana, Pictorial Histories Pub,‎ 2000 (ISBN 978-1-57510-052-4).
  • (en) Simon Michell, Jane's civil and military aircraft upgrades : 1995-96, Coulsdon, Jane'S Information Group,‎ 1994 (ISBN 0-7106-1208-7).
  • (en) Dan Verton, Black ice : the invisible threat of cyber-terrorism, New York, McGraw-Hill/Osborne,‎ 2003 (ISBN 978-0-07-222787-1).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :