Boeing T-43

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Boeing T-43
Boeing T-43 à l'atterrissage
Boeing T-43 à l'atterrissage

Rôle avion d'entraînement
Constructeur Drapeau : États-Unis Boeing
Équipage deux pilotes, six instructeurs, et douze élèves.
Premier vol mars 1973
Mise en service septembre 1973
Retrait septembre 2010
Dimensions
Longueur 30,48 m
Envergure 28,35 m
Hauteur 11,28 m
Masse et capacité d'emport
Max. à vide 27,311 t
Max. au décollage 52,390 t
Motorisation
Moteurs Deux réacteurs Pratt & Whitney JT8D-9
Poussée unitaire 64,50 kN
Performances
Vitesse de croisière maximale 926 km/h (Mach 0,9)
Autonomie 4 815 km
Altitude de croisière 9 500 m

Le Boeing T-43 est un avion d'entraînement américain conçu à partir du Boeing 737 et servant au sein de l'US Air Force pour la formation à la navigation des équipages.

Origines[modifier | modifier le code]

Au début des années 70 l'US Air Force fit savoir qu'elle recherchait un nouvel avion destiné à des vols d'entraînement à la navigation afin de remplacer ses Convair T-29 que la propulsion par moteurs à hélices rendait obsolète. Bien qu'un appel d'offres fut lancé elle décida de se tourner vers Boeing et son avion de ligne 737-200 alors en plein essor commercial. Officiellement le programme d'acquisition de ce nouvel avion reçut la désignation d'Undergraduate Navigator Training Program[1] (UNTP ou en Français "programme de formation de premier cycle pour la navigation") par le Pentagone.

Développement[modifier | modifier le code]

Pour réaliser son avion Boeing choisit de le construire à partir d'un 737-200 de série, et non ab initio comme un avion d'entraînement militaire. De ce fait son pilotage serait plus aisé pour des pilotes civils, comme ceux de l'Air National Guard ou de l'Air Force Reserve Command. En outre les coûts de développement s'en trouvaient fortement réduits. Le prototype désigné XT-43 réalisa son premier vol en mars 1973. Hormis la livrée blanche et grise, les marquages, et les cocardes, pas grand-chose ne le distinguait[2] des avions de ligne alors en circulation.

Extérieurement en effet l'avion ressemble trait pour trait avec le 737 civil d'origine. C'est au niveau de l'aménagement intérieur et de l'avionique que l'appareil se distingue[3]. Celle-ci se compose en effet des éléments suivants :

À l'intérieur son aménagement fait appel à douze consoles de travail pour les élèves en formation et à six stations de travail pour les instructeurs.

En service[modifier | modifier le code]

T-43 en vol

En missions d'entraînement[modifier | modifier le code]

Le Boeing T-43 a servi principalement depuis la base de Randolph, non loin de San Antonio. Là la majorité des 19 Boeing T-43 construits ont volé jusqu'à leur retrait du service actif en 2010. La mission d'entraînement à la navigation n'étant pas très médiatisée peu de sources existent dessus. Jusqu'à l'entrée en service du Boeing TC-18F, le T-43A était le plus gros avion d'entraînement militaire au monde[4]. Après son retrait du service sa mission principale a été reprise par le Beechcraft T-1A Jayhawk, un avion nettement plus petit.

En missions de transport[modifier | modifier le code]

Au milieu des années 80 six T-43A de série furent transformés en CT-43A, destinés à des missions de transport prioritaire rapide et de liaison intrathéatre. Ces avions perdirent leur aménagement intérieur spécifique au profit d'un similaire à celui des jets d'affaires. Les Boeing CT-43A[5] furent principalement utilisés au profit des hautes autorités politiques américaines et de l'état major de l'US Air Force. Tout comme les avions d'entraînement d'origine ils furent retirés du service en 2010. Le Boeing CT-43A n'a pas réellement eu de remplaçant, même si le C-40 Clipper et le Gulfstream C-37 remplissaient début 2012 la majorité de ses missions.

La carrière du CT-43A fut endeuillée en avril 1996 lorsqu'un de ces appareils, numéro de série US Air Force 73-1149, qui transportait le Secrétaire au Commerce des États-Unis Ronald Brown, s'écrasa lors d'une mission diplomatique en Croatie. Aucun des 35 membres d'équipages et passagers ne survécurent à l'accident.

Boeing CT-43A de Janet Airlines

Au moins deux CT-43A ont été utilisés sous une fausse livrée civile[6], en tant que Janet Airlines, une compagnie appartenant au gouvernement américain et chargé des vols en direction du centre d'essais de Groom Lake.

Versions[modifier | modifier le code]

  • Boeing XT-43 : Désignation portée par le prototype.
  • Boeing T-43A : Désignation portée par la version d'entraînement à la navigation, construite à hauteur de 19 machines de série.
  • Boeing CT-43A : Désignation portée par six T-43A transformés en appareils de transport de personnels.
  • Boeing NT-43A : Désignation portée par un T-43A transformé en appareil de soutien aux essais en vol.

Utilisateurs[modifier | modifier le code]

Boeing T-43A :

T-43 en vol

Boeing CT-43A

Boeing NT-43A

Surnoms & sobriquets[modifier | modifier le code]

Si le T-43A et le CT-43A ne reçurent jamais de nom de baptême officiel ; ils furent affublés de plusieurs surnoms différents, les plus répandus étant Gator (abréviation de Navigator, navigateur en français), Flying Classroom (salle de classe volante en français), et Bobcat ou Bobcat II (en référence au Cessna AT-17 Bobcat qui remplissait une mission similaire durant la Seconde Guerre mondiale).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Tom Kaminsky, The United States Military Aviation Directory, Airtime Publishing,‎ 2000 (ISBN 1-880588-29-3)
  2. (en)http://www.globalsecurity.org/military/systems/aircraft/t-43-pics.htm
  3. (en)http://www.globalsecurity.org/military/systems/aircraft/t-43.htm
  4. Pierre Gaillard, Avions et hélicoptères militaires d'aujourd'hui, Larivière,‎ 1999 (ISBN 2-907051-24-5)
  5. (fr)http://www.flickr.com/photos/ned_harris/3953793560/
  6. (en)http://www.planespotters.net/Production_List/Boeing/737/20692,N5176Y-EG-G.php