Boeing P-8 Poseidon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pix.gif Boeing P-8A Poseidon Su-27 silhouette.svg
P-8A Poseidon of VP-16 dropping torpedo in 2013.JPG
Un P-8A larguant une torpille Mark 46 en 2013.

Constructeur Drapeau : États-Unis Boeing
Rôle Avion de patrouille maritime
Statut En service
Premier vol [1]
Mise en service novembre 2013
Investissement 5,5 milliards de dollars
Coût unitaire 130 millions de dollars
Nombre construits 125 prévus en 2013
Équipage
9 (2 pilotes, 7 opérateurs)
Motorisation
Moteur CFM International CFM56-7B
Nombre 2
Type Turboréacteurs
Poussée unitaire 116,5 kN
Dimensions
Envergure 37,64 m
Longueur 39,47 m
Hauteur 12,83 m
Masses
À vide 62 730 kg
Carburant 34 145 kg
Maximale 85 820 kg
Performances
Vitesse maximale 908 km/h
Plafond 12 500 m
Rayon d'action 2 222 km
Armement
Interne Missiles antinavires, torpilles, mines
Avionique
Radar de surface Raytheon APY-10 (puis APS-137), Bouées sonar, Liaison 16 et Liaison 11

Le Boeing P-8A Poseidon, aussi désigné P-8 MMA pour Multimission Maritime Aircraft, est un avion de patrouille maritime et de lutte anti-sous-marine américain entré en service fin 2013. Il est dérivé de l'avion de ligne Boeing 737.

Conception[modifier | modifier le code]

Un Boeing P-8A Poseidon à la cérémonie de lancement, à Seattle, le .

L'US Navy a commencé à rechercher un remplaçant au Lockheed P-3 Orion à la fin des années 1990. Les études exploratoire de concept commencèrent en 2000 avec le financement par la Navy d'études de Boeing et de Lockheed Martin. Après la diffusion du projet initial, la Navy a publié un cahier des charges définitif en septembre 2003, portant sur l'acquisition de 251 appareils, ce chiffre a depuis été revu à la baisse et porte maintenant sur 117 avions[2].

La compétition pour le programme MMA a vu s'affronter le Lockheed Martin Orion 21 (un dérivé plus moderne du P-3C) et la version modifiée du Boeing 737. En juin 2004, l'US Navy a annoncé avoir sélectionné le projet de Boeing. Le 14 juin 2004, celle-ci attribua à Boeing un contrat estimé à 3,89 milliards de dollars[3] pour la phase de développement du système et le démonstrateur (SDD). La phase SDD aboutira à la fabrication de sept cellules d'essai en deux étapes.

Destiné à opérer en haute altitude, il n'est pas équipé de détecteur d'anomalie magnétique mais l'Inde a demandé à ce que cet équipement soit bien installé sur ses futurs P-8I.

Cet avion équipé de liaison 11, liaison 16 et de systèmes internet[4], doit agir dans un concept de guerre en réseau en collaboration avec la quarantaine de drones RQ-4N choisi dans le cadre du programme Broad Area Maritime Surveillance (en) devant assurer une surveillance surface de longue durée et une variante du drone de combat Boeing ScanEagle, le MagEagle Compressed Carriage[5] être équipé lui de détecteur d'anomalie magnétique et pouvant être largué depuis des aéronefs comme le F/A-18 ou de bateaux et permettant d'attaquer à distance de sécurité grâce au kit LockMart HAAWC devant permettre de larguer une torpille jusqu'à 20 000 pieds - plus de 6 000 m - d'altitude comme une bombe planante[6],[7].

Boeing a dû faire plus de 50 modifications coûtant un milliard de dollars pour adapter simplement la cellule de base du 737 pour satisfaire aux exigences de certification plus exigeante de la marine américaine[8].

Le P-8A a passé sa revue critique de conception en juin 2007 et les essais en vol ont débuté le 5 juin 2009. L'appareil d'essai T1, destinée aux essais de navigabilité, a débuté ses vol d'essais en octobre 2009 avant d'être assigné au Air Test and Evaluation Squadron 20 de Patuxent River[2]. Le premier vol d'essai « Système » a été mené le 8 juin 2010 par l'appareil T2, qui comme le T3 est destiné aux tests du système d'arme[2].

La US Navy a passé des marchés en 2001 et 2012 pour une production initiale de 24 avions de série pour une mise en service initiale opérationnelle en 2013[9] selon un standard dit P-8A increment 1, puis en 2015 P-8 increment 2 (spiral 1) et enfin P-8 increment 3 (spiral 2) en 2018.

En 2012, 5 avions pour l'US Navy et un pour la marine indienne ont été livrés. En 2013, Boeing prévoit 12 livraisons (10 pour l'USN et 2 pour la marine indienne). Le 4 décembre 2013, le 13e P-8 est livré à l'US Navy, il s'agit du dernier de la seconde série de production initiale (LRIP) à taux de fabrication faible. Boeing prépare maintenant la production à grande échelle du Poseidon[10].

Le coût du développement est estimé à 5,5 milliards de dollars américain, tandis que le coût total (développement + appareils) est lui estimé à 20 milliards de dollars.

Clients et prospects hors US Navy[modifier | modifier le code]

Un P-8 Poseidon volant en formation avec un P-3 Orion.

L'United States Navy et Boeing ont entamé des pourparlers avec la Royal Australian Navy, les Forces canadiennes et la Marina militare italienne en vue d'une prise de participation dans le programme de développement, mais seule l'Australie à signé une mémorandum d'entente (MoU) signé avec l'US Navy en 2009 prévoyant notamment le développement du P-8A Poseidon Increment 2, une évolution logicielle qui vise entre autres à améliorer les capacités de détection acoustiques de l'appareil dans la mission de lutte anti-sous-marine (traitement multi-statique des bouées, etc.).

Boeing envisage en outre l'exportation d'une centaine d'appareil en vue du remplacement des P-3 ou d'autres appareils de patrouille maritime d'autres nations dont l'Atlantique 2 français.

Australie[modifier | modifier le code]

En février 2014, Le gouvernement australien confirme l’achat huit Boeing P-8A Poseidon de patrouille maritime pour la Royal Australian Air Force (RAAF) afin de remplacer ses actuels AP-3C Orion acquit à 18 exemplaires. Le premier appareil devra être livré en 2017 et les huit Poseidon devront être pleinement opérationnels d'ici 2019. Une option pour l’acquisition de quatre avions supplémentaires est prévue. L'acquisition des huit P-8A Poseidon devrait coûter environ quatre milliards de dollars australiens (environ 2,6 Md€), infrastructures de soutien incluses[11].

Inde[modifier | modifier le code]

Un des tout premiers P-8I indiens équipé de missiles antinavire AGM-84 Harpoon.

Le 5 janvier 2009, Boeing a confirmé la commande par la marine indienne de 8 P-8I (la presse indienne ajoutant une option pour 4 appareils supplémentaires) en remplacement de ses Tu-142[12]. Le premier d'entre eux est livré le 19 décembre 2012, les 2 suivants en 2013[13].

Description[modifier | modifier le code]

Le P-8A est fondé sur le fuselage du Boeing 737-800 et possède les ailes du 737-900[2]. En lieu et place des winglets courbes montés sur les avions commerciaux, sont montées des extensions d'aile destinées à réduire le givrage à basse altitude. Le fuselage et la section arrière sont construits par Spirit AeroSystems[2].

L'intérieur du fuselage a été modifié pour accueillir une soute à armement de 3,5 ou 4,7 m de long selon les besoins[14]. Celle-ci sera fournie par Hindustan Aeronautics Ltd. pour les appareils destinés à l'Inde[2].

Northrop Grumman est chargé de fournir les systèmes de contre-mesure infrarouge et les systèmes de mesure électronique auxiliaires, tandis que Raytheon fournit le radar de surveillance maritime AN/APY-10 ainsi que les systèmes de renseignement électronique. De son côté, GE Aviation s'occupe des systèmes liés aux commandes de vol[2].

L'appareil est motorisé par deux turboréacteurs CFM International CFM56-7[2].

Variante[modifier | modifier le code]

Boeing propose, avec pour partenaires Argon ST (en) et Raytheon, une variante de renseignement électronique du P-8 Poseidon pour le programme Electronics Patrol Experiment[15] mais dans la proposition de budget pour l'année 2011 présenté par l'administration Obama, ce programme est annulé, mais pourrait survivre en partie grâce à des demandes exprimées pour une telle capacité par des clients internationaux[16].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Site du constructeur Boeing
  2. a, b, c, d, e, f, g et h (en) Sam LaGrone, « P-8A Poseidon makes first mission systems test-flight », Jane's Navy International,‎ 14 juin 2010
  3. (en) Christopher P. Cavas, « Boeing wins contract to build anti-sub plane », NavyTimes,‎ 28 juin 2004 (consulté le 15 mai 2008)
  4. (en) United states Navy "Fact Files"
  5. (fr) « Nouvelles avancées dans les drones », sur http://www.boeing.fr, Boeing,‎ Novembre 2009 (consulté le 12 mars 2010)
  6. (en)[PDF]« High Altitude ASW Weapons Capability (HAAWC) Standoff Capability For Air-Launched Torpedoes », Lockheed Martin,‎ 2007 (consulté le 2 novembre 2010)
  7. (en) Geoff Fein, « Lockheed Martin Modifies HAAWC To Keep Up With Changes Made To P-8 », Defense Daily,‎ 7 mai 2007 (consulté le 2 novembre 2010)
  8. (en) Oops! Will the US Air Force lose Joint STARS?, Steve Trimble, 9 juin 2008, Defense Tech
  9. « Boeing Delivers 5th Production P-8A Poseidon Aircraft To US Navy »
  10. Pascal, « Arrivée du 13e P-8A ! », sur avia news,‎ 7 décembre 2013 (consulté le 24 décembre 2013)
  11. Guillaume Steuer, « L'Australie confirme l'achat de huit Boeing P-8A Poseidon », sur Air et Cosmos,‎ 21 février 2014 (consulté le 15 mars 2014)
  12. (en) Ellen LeMond, « Boeing P-8I Selected as Indian Navy's Long-Range Maritime Patrol Aircraft », sur boeing.com, Boeing,‎ (consulté le )
  13. « Boeing livre à l'Inde son premier avion de patrouille maritime P-8I », sur http://www.meretmarine.com/, Mer et Marine,‎ (consulté le )
  14. (en) MMA / P-8A Poseidon, the Boeing 737 Technical Site
  15. (en) Boeing P-8A Poseidon, Defense Update, juillet 2008
  16. Air et Cosmos no 2207, Un 737 pour remplacer le Jstars, Guillaume Steuer, p. 22, 26 février 2010

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Günter Endres, The Illustrated Directory of Modern Commercial Aircraft, Osceola (Wis), MBI Publishing Company,‎ 2001 (ISBN 0-7603-1125-0).
  • (en) Guy Norris et Mark Wagner, Modern Boeing Jetliners, Motorbooks International,‎ 1999, 176 p. (ISBN 0-7603-0717-2).
  • (en) Robbie Shaw, Boeing 737-300 to 800, Osceola, WI, MBI Publishing Company,‎ 1999, 128 p. (ISBN 0-7603-0699-0).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Développement lié