Banc de sable

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Banc.
L'île de Danush Kodi, un banc de sable du pont d'Adam, en Inde, face au Sri Lanka.

Un banc de sable est une étendue de sable ou de vase, formée par le jeu de l'érosion et de la redéposition sur un haut-fond ou dans le lit d'un cours d'eau et située au-dessus de l'eau ou à faible profondeur sous la surface[1]. Ils résultent aussi de l'action combinée du vent, du courant et des vagues[2] ou de l'hétérogénéité des substrats du fond[3].

Constitué de dépôts et d'amas, la position d'un banc de sable est variable dans le temps[4], sujette aux aléas météorologiques et aux courants [5]. Ils contribuent à atténuer la force des vagues[6] et à l'hétérogénéité des milieux, notamment par les turbulences et contre courants induits par le banc[7].

Ce sont des habitats naturels particuliers utilisés en mer comme reposoirs par les phoques, morses, et partout par divers oiseaux qui peuvent aussi s'y nourrir[8].

Bancs en drapeau-définition[modifier | modifier le code]

Les bancs en drapeau (banner banks) sont des bancs de 5 à 30 km et de 1 à 2 km, qui, dans les environnements tidaux sableux, se forment près des caps et sous leur influence hydrosédimentaire[9]. Ce sont des bancs uniques ou parfois doubles et plus ou moins symétriques.

La houle joue un rôle important dans leur genèse et leur comportement, que des modèles numériques cherchent à approcher, via des modules hydrodynamiques de circulation tridimensionnelle de marée et de génération, propagation et dissipation de houle et des modules de transport sédimentaire ainsi que d'évolution morphologique.

Barre[modifier | modifier le code]

La barre d'Étel, à l'embouchure de la rivière d'Étel

Une barre est un banc de sable situé à l'embouchure d'un fleuve, créé par des accumulations d'alluvions. Par mauvais temps ou lors des fortes marées, ce banc de sable provoque de redoutables turbulences de l'eau qui peuvent interdire d'entrer ou de sortir du fleuve.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. BERTHOT A., PATTIARATCHI C.B. (2006). Mechanisms for the formation of headland-associated linear sandbanks. Continental Shelf Research, 26, pp 987-1004. doi:10.1016/j.csr.2006.03.004
  2. GRANT W.D., MADSEN O.S. (1979). Combined wave and current interaction with a rough bottom. Journal of Geophysical Research, C4, pp 1797-1808. doi:10.1029/JC084iC04p01797
  3. GUILLOU N. (2007). Rôles de l'hétérogénéité des sédiments de fond et des interactions houle-courant sur l'hydrodynamique et la dynamique sédimentaire en zone subtidale – applications en Manche orientale et à la pointe de la Bretagne. Thèse de doctorat de l'Université de Bretagne Occidentale, 469 p.
  4. SOULSBY R.L. (1997). Dynamics of marine sand. Thomas Telford. H.R. Wallingford, 249 p.
  5. PINGREE R.D. (1978). The formation of the Shambles and other banks by tidal stirring of the seas. Journal of the marine biological association, 58, pp 211-226
  6. MADSEN O.S., POON Y.K., GRABER H.C. (1988). Spectral wave attenuation by bottom friction. Theory. Proc. 21th Int. Conf. Coastal Engineering, ASCE, pp 492-504
  7. SIGNELL R.P., GEYER C.K. (1991). Transient eddy formation around headlands. Journal of Geophysical Research, vol. 96, n° C2, pp 2561-2575. doi:10.1029/90JC02029
  8. LUYTEN P.J., JONES J.E., PROCTOR R., TABOR A., TETT P., WILD-ADEN K. (1999). COHERENS: A Coupled Hydrodynamics-Ecological model for RegioNals and Shelf seas. Management Unit of the Mathematical Models of the North Sea, Belgium
  9. SIGNELL R.P., HARRIS C.K. (2000). Modeling sand bank formation around tidal headlands. In: Malcolm, S. (Ed.). Proceedings of the 6th Estuarine and Coastal Modeling Conference, ASCE Press, New York.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]