Baïne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Baïnes visibles à marée basse, dans le Médoc

Une baïne est une dépression temporaire ou mare résiduelle ressemblant à une piscine naturelle formée entre la côte et un banc de sable. À marée basse, les baïnes se présentent comme une succession de cavités régulières.

Cette formation géologique temporaire se retrouve sur la plupart des côtes du monde mais le terme baïne est en usage dans le sud-ouest de la France où on les voit principalement sur le littoral aquitain et charentais. Sur les côtes de Bretagne ou de la Manche on les nomme bâche. D'autres synonymes pour ce phénomène sont sillon de plage et sillon prélittoral.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Surveillance de la zone de baignade à Lacanau

Le mot « baïne » est d'origine gasconne. Il est mentionné « bayne - dépression parallèle au rivage » dans le dictionnaire de Simin Palay[1]. Cette graphie correspond à la prononciation qui était en usage en Marensin jusque dans les années 1960 : ['bajnə], et non [ba'inə] comme actuellement.

Ce mot pourrait venir du mot baja, graphié baye par P. Rectoran[2], ou baia[3], qui désigne une baie, auquel s'ajoute le suffixe diminutif -ina : bagina/baïna soit petite baie.

Un moyen mnémotechnique pour se rappeler ce qu'est une baïne et du danger qu'elle comporte : BAINE = Bassin apparemment inoffensif à noyade éventuelle. C'est ce qu'on pouvait lire l'été sur les panneaux mis par les CRS sauveteurs de la plage surveillée du Cap-Ferret.

Cause[modifier | modifier le code]

Les baïnes se forment sur un relief où le phénomène de marée est fort, le sable fin, le dénivelé faible, et avec une forte houle. La houle déplace le sable le long du rivage, interférant avec les courants perpendiculaires à la plage. Ces courants emportent vers le large le sable de fond, creusant ainsi des cuvettes visibles à marée basse qui peuvent atteindre 100 mètres de large et 4 à 5 mètres de profondeur. Chaque baïne a une morphologie propre et engendre différentes formes de courants.

Danger[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Courant d'arrachement.

Lorsque la marée recouvre la baïne, l'eau s'échappe violemment vers l'aval selon un système de vidange. Ce sont ces courants de « sorties de baïnes », ou courant d'arrachement, qui provoquent chaque année des accidents. Le meilleur comportement à adopter reste alors de se laisser porter par le courant sans lui opposer de résistance et d'attirer l'attention des sauveteurs. Le danger se manifeste durant les 2e et 3e heures de la marée montante quand les vagues passent par-dessus le banc de sable qui sépare en partie la baïne de la mer, et aussi aux 4e et 5e heures de la marée descendante.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Dictionnaire du Béarnais et du Gascon modernes ; Supplément à la deuxième édition ; Simin Palay ; Troisième édition complétée ; éd. du CNRS ; Paris ; 1980 ; p.1021.
  2. Le gascon maritime de Bayonne et du val d'Adour, Éditions Harriet, 1996.
  3. Dictionnaire Français Occitan, Éditions Per Noste, 2003.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]