SK Sturm Graz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

SK Sturm Graz

Logo du SK Sturm Graz
Généralités
Nom complet

Sportklub Puntigamer Sturm Graz

(SK Puntigamer Sturm Graz)
Surnoms die Schwoazn, Blackies
Fondation 1909
Couleurs noir et blanc
Stade UPC-Arena
(15 400 places)
Siège Eggenberger Gürtel 9/1, 8020 Graz
Championnat actuel Bundesliga
Joueur le plus capé Drapeau : Autriche Mario Haas (442)
Meilleur buteur Drapeau : Autriche Mario Haas (145)
Site web www.sksturm.at

Maillots

Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Domicile
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Extérieur

Le SK Sturm Graz est un club de football autrichien, basé à Graz, la 2e ville d'Autriche.

Fondé en 1909, le club remporte le championnat d'Autriche à trois reprises, en 1998, 1999 et 2011.

Il partage avec son rival local, le Grazer AK, la résidence du Stadion Graz-Liebenau, renommé UPC-Arena en 2006.

Histoire[modifier | modifier le code]

Débuts amateurs[modifier | modifier le code]

Le Sturm Graz est fondé en 1909 par la communauté ouvrière de la ville, en opposition au plus bourgeois Grazer AK créé quelques années plus tôt. Longtemps le club évolue dans le championnat amateur de Styrie, dont il est vainqueur à onze reprises entre 1921 et 1949.

Entre 1941 et 1943, le Sturm Graz participe avec difficulté à la Gauliga Donau-Alpenland, la compétition rassemblant les meilleurs clubs d'Autriche dans le cadre de l'annexion du pays par le Troisième Reich.

Découverte de l'élite[modifier | modifier le code]

En 1949 le championnat d'Autriche, rebaptisé Staatsliga, est ouvert aux clubs extérieurs de Vienne. Champion de Styrie, le Sturm Graz y est promu. Il en est relegué en 1954 puis en 1958. Il y fait un bref retour en 1964-1965 puis à partir de 1966.

En 1970, sous la direction de Gerd Springer (en), le club termine 3e et se qualifie pour la Coupe des villes de foires 1970-1971, dont il est éliminé au 2e tour par Arsenal FC. Le club s'installe dès lors dans le top 10 autrichien, participant à la nouvelle Coupe UEFA en 1974 et 1978. Finaliste malheureux de la coupe d'Autriche en 1975 face au FC Wacker Innsbruck, champion d'Autriche, le Sturm Graz joue la Coupe d'Europe des vainqueurs de coupe de football 1975-1976 dont il atteint les quarts de finale.

En 1981, Otto Barić mène son équipe à la 2e place en championnat. Elle bat le FK CSKA Moscou en Coupe UEFA 1981-1982 puis s'incline face à l'IFK Göteborg. Deux ans plus tard, elle atteint les quarts de finale de la compétition mais s'incline face à Nottingham Forest après prolongation. Elle termine encore à la 3e place en 1988 et 1991.

Les années Osim[modifier | modifier le code]

En décembre 1992, un nouveau président, Hannes Kartnig, est nommé, accompagné de Heinz Schilcher. Pour faire face aux dettes importantes du club, il est décidé de réduire le train de vie du club et de faire confiance aux jeunes joueurs du club. À l'été 1994, le club fait appel à Ivica Osim, ancien sélectionneur de la Yougoslavie. Ce dernier tire le meilleur de son jeune effectif, qu'il renforce avec quelques éléments d'expérience. L'équipe atteint la 2e place du championnat en 1995 et 1996 et remporte en 1996 le premier trophée national du club, la coupe d'Autriche, face à l'Admira Wacker. En 1997, les Noir et Blanc reculent d'un rang en championnat mais remportent une nouvelle fois la coupe nationale.

La saison 1997-1998 est triomphale, le Sturm Graz remporte le titre avec 19 points d'avance sur le Rapid Vienne, un record. Son trio d'attaque Haas-Reinmayr-Vastic est particulièrement prolifique. L'année suivante, le club réalise un historique triplé national championnat-coupe-supercoupe.

Le club autrichien effectue sa première apparition en Ligue des champions en 1998-1999, où il rencontre notamment le Real Madrid et l'Inter Milan. L'année suivante il doit encore s'incliner en phase de poule face à Manchester United, l'Olympique de Marseille et le Croatia Zagreb. Devancé par le FC Tirol en championnat en 2000, le Sturm Graz s'offre cependant une nouvelle épopée en Ligue des champions. Après avoir notamment éliminé le Feyenoord Rotterdam en qualifications, ils terminent premiers de leur groupe, devant les Glasgow Rangers, le Galatasaray et Monaco, puis s'inclinent au 2e tour face à Valence, Manchester United et le Panathinaikos.

Le départ de joueurs importants, les 4e et 2e places en championnat en 2001 et 2002, et les critiques croissantes du président conduisent au départ d'Osim en 2002[1].

Consolidation[modifier | modifier le code]

Après les brefs passages de Franco Foda puis Gilbert Gress, l'arrivée du Serbe Mihailo Petrović (en), ancien joueur emblématique du Sturm Graz, ramène un peu de stabilité. Mais le club doit faire face à de graves soucis financiers, qui le mènent au bord de la banqueroute en 2005-2006.

En 2006, Foda (un ancien joueur devenu entraineur au sein du club) revient sur le banc. Malgré une pénalité de 13 points pour insolvabilité, il assure le maintien du club, qui retrouve progressivement des ambitions. 4e pendant trois saisons d'affilée, l'équipe atteint la phase de groupe de la Ligue Europa 2009-2010 et remporte une 4e coupe d'Autriche. En 2011, les Noir et Blanc remportent un 3e titre de champion[2].

Éliminé en tour préliminaire de la Ligue des champions, il dispute sans succès la phase de groupe de la Ligue Europa 2011-2012. Foda est écarté en avril 2012[3].

Palmarès[modifier | modifier le code]

Personnalités[modifier | modifier le code]

Joueurs emblématiques[modifier | modifier le code]

Au début des années 2000, les joueurs majeurs du club sont le Croate Ivica Vastic, Roman Mählich, Jan-Pieter Martens, Hannes Reinmayr, Mario Haas ou encore Robert Ibertsberger.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Osim bows out at Sturm, UEFA.com, 14 septembre 2002
  2. (en) Sturm celebrate Bundesliga triumph, austriantimes.at, 26.05.2011
  3. Sturm Graz: Foda remercié, Eurosport.fr, 12 avril 2012

Liens externes[modifier | modifier le code]