Dean Heller

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Dean Heller
Dean Heller, sénateur des États-Unis.
Dean Heller, sénateur des États-Unis.
Fonctions
Sénateur des États-Unis
Représentant l'État du Nevada
En fonction depuis le
En tandem avec Harry Reid
Prédécesseur John Ensign
Représentant des États-Unis
pour le 2e district du Nevada

(&&&&&&&&&&&015874 ans, 4 mois et 6 jours)
Prédécesseur Jim Gibbons
Successeur Mark Amodei
Secrétaire d'État du Nevada

(&&&&&&&&&&&0438312 ans, 0 mois et 0 jour)
Gouverneur Bob Miller
Kenny Guinn
Prédécesseur Cheryl Lau
Successeur Ross Miller
Membre de l'Assemblée du Nevada
19901994
Biographie
Nom de naissance Dean A. Heller
Date de naissance (53 ans)
Lieu de naissance Castro Valley (Californie), États-Unis
Nationalité Américain
Parti politique Parti républicain
Père Jack « Blackjack » Heller
Conjoint Lynne Heller
Enfant(s) Hilary Heller
Harris Heller
Drew Heller
Emmy Heller
Diplômé de Université de Californie du sud
Profession Courtier en valeurs mobilières
Religion Eglise de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours (mormon)
Résidence Carson City, Nevada (États-Unis)

Dean A. Heller, né le 10 mai 1960, à Castro Valley (comté d'Alameda[1], État de Californie, États-Unis), est un homme politique américain.

Études et carrière professionnelle[modifier | modifier le code]

Dean Heller naît le 10 mai 1960, à Castro Valley (État de Californie, États-Unis). Il est le fils du conducteur de stock-cars Jack « Blackjack » Heller[2] et a cinq frères et sœurs[3]. A l'âge de neuf mois, il emménage à Carson City (Nevada, États-Unis). Il est diplômé du lycée de Carson City, à Carson City. Il obtient, en 1985, un baccalauréat en administration des affaires de l'Université de Californie du Sud, à Los Angeles, se spécialisant dans la finance et l'analyse des valeurs mobilières. C'est à l'université qu'il rencontre son épouse, Lynne[4].

Dean Heller est un des membres fondateurs du Club des garçons et filles du Nevada occidental et de la Western Nevada Community College Foundation. Il est membre du conseil consultatif du programme Nevada's Foster Grandparent.

Dean Heller est membre de l'Église de Jésus-Christ des saints des derniers jours. Avant d'entrer en politique, Dean Heller a travaillé comme courtier institutionnel et comme courtier/négociant à la Bourse du Pacifique.

En 1986[3], il se marie et son épouse Lynne et lui ont quatre enfants, Hilary, Harris (né en 1989), Drew (née 1990) et Emmy (née en 1995)[4]. Leur fille Hilary est mariée à Edward Ableser.

En 1996, Dean Heller est, à Carnegie Hall, le narrateur de la Sierra Nevada Master Chorale Singing Troop. Il participe également à des courses de stock-cars et de camionnettes[4].

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Dean Heller, adhérent du Parti républicain, commence sa carrière politique en 1972, en apportant les journaux au gouverneur Mike O'Callaghan[4]. Il est, ensuite, trésorier en chef adjoint de l'État.

Assemblée du Nevada[modifier | modifier le code]

Dean Heller est membre de l'Assemblée du Nevada durant deux mandats, de 1990 à 1994. Il y représente la capitale de l'État, Carson City. Durant ses mandats, Heller présente un projet de réforme des pensions de retraite de l'État[5].

Secrétaire d'État du Nevada[modifier | modifier le code]

Dean Heller est élu secrétaire d'État du Nevada en 1994, succédant à Cheryl Lau, et est réélu en 1998 et 2002. Il occupe cette fonction jusqu'en 2007, date à laquelle il est élu à la Chambre des représentants des États-Unis. Il est alors remplacé par Ross Miller.

Le secrétaire d'État du Nevada est le troisième élu de l'État, par ordre de préséance. Il est le responsable de l'organisations des élections dans l'État. Son service comprend la division des élections, la division des enregistrements commerciaux, la division des fraudes sur les valeurs mobilières et la division notariale. Le secrétaire est aussi un membre ex-officio du Conseil du Nevada des examinateurs (qui comprend le gouverneur et le procureur général), du Conseil des prisons d'État et de l'Agence de planification régionale de Tahoe.

La question de la vérification des votes lors des élections[modifier | modifier le code]

En tant que secrétaire d'État, Dean Heller met en œuvre une trace papier vérifiable pour les machines à voter électroniques. Il s'adresse à l'Autorité de contrôle des jeux du Nevada, qui a des connaissances dans le contrôle des dispositifs électroniques de jeux. L'État acquiert un dispositif à écran tactile de Sequoia Voting Systems, AVC Edge, mais fait installer une sorte papier vérifiable par le votant, VeriVote Printer[6]. Le Nevada est le seul État américain a utiliséer ce dispositif lors des élections nationales de 2004[7]. Le système fait la preuve de son efficacité lors des élections présidentielles, qui voient la victoire de George W. Bush sur John Kerry. Néanmoins, lors de ce scrutin, 51 % des suffrages sont encore exprimés sur les anciennes machines à voter Sequoia, qui se contentent de totaliser les voix, sans que celles-ci puissent être vérifiées[6].

Elu à la Chambre des représentants des États-Unis[modifier | modifier le code]

Dean Heller, 110e Congrès des États-Unis.

Elections 2006 dans le 2e district congressionnel du Nevada[modifier | modifier le code]

Carte du 2e district congressionnel du Nevada.

En 2005, Dean Heller annonce sa candidature au siège de représentant au Congrès. L'élection 2006, au 110e Congrès des États-Unis[1], dans le 2e district congressionnel du Nevada a lieu le 7 novembre 2006. Il s'agit d'élire un représentant au Congrès pour le deuxième district du Nevada, qui couvre l'ensemble du Nevada, à l'exception d'une partie du comté de Clark. Le siège est vacant parce que le sortant, le républicain Jim Gibbons, s'est présenté, avec succès, au poste de gouverneur, après avoir passé dix ans au Congrès. Ce district est représenté au Congrès par un Républicain depuis sa création.

L'élection primaire républicaine, âprement disputée, est remportée, le 15 août 2006, par Dean Heller. La candidate démocrate, Jill Derby, régente du Système d'enseignement supérieur du Nevada, n'a pas de concurrent lors des primaires.

Fin août 2006, CQPolitics.com analyse la compétition :

« Bien que le 2ème district penche généralement du côté républicain, la position concurrentielle de Derby à l'élection générale était déjà renforcée par le fait qu'elle n'avait pas d'opposant lors de la primaire démocrate du 15 août alors que les Républicains ont organisé une bataille meurtrière entre trois candidats bien connus[8],[9]. »

Les représentants sont élus pour deux ans, l'élu commence son mandat dans le 110e Congrès des États-Unis le 3 janvier 2007 et le termine le 3 janvier 2009.

Elections primaires[modifier | modifier le code]
Parti démocrate[modifier | modifier le code]

Jill Derby est la seule candidate à l'investiture démocrate.

Parti républicain[modifier | modifier le code]
  • Campagne

Du côté républicain, la course à l'investiture « farouchement disputée et souvent meurtrière[9],[10] » oppose cinq candidats. Les deux principaux, à côté de Dean Heller, sont Sharron Angle, membre de l'Assemblée du Nevada, et Dawn Gibbons, ancienne élue de l'Assemblée de l'État et épouse du sortant. Le Club pour la croissance verse plus de 700 000 euros (1 million de dollars) pour soutenir la candidature de Sharron Angle et publie des annonces attaquant à la fois Dean Heller et Dawn Gibbons, accusés d'être des « libéraux » et favorable à des augmentations d'impôts :

« Dean Heller, c'est plus de dépense et des impôts plus élevés pour votre famille[6],[11]. »

  • Résultats
Résultats des primaires républicaines, pour la désignation du candidat du 2e district du Nevada, lors des élections de 2006 à la Chambre des représentants des États-Unis.

Le 15 août 2006, Dean Heller remporte de justesse, avec moins de 1 % d'avance, les primaires républicaines pour le siège laissé vacant par Jim Gibbons. Il devance Sharron Angle et Dawn Gibbons, qui prend la troisième place. Les résultats officiels des primaires républicaines sont les suivants :

Candidat Suffrages  %
Dean Heller 24 770 35,90 %
Sharron E. Angle 24 349 35,29 %
Dawn Gibbons 17 317 25,10 %
Glenn Thomas 1 835 2,66 %
Richard Gilster 721 1,05 %
  • Contestation des résultats

Après la primaire, Sharron Angle refuse d'admettre sa défaite, arguant d'irrégularités de vote qui ont désavantagé de nombreux électeurs dans sa base électorale du comté de Washoe, dans lequel est situé Reno. Ce comté est, dans le district, de loin le plus peuplé et le plus aisé, du point de vue économique. Plutôt que de demander un recompte des bulletins, ce qui constitue la procédure normale pour les candidats qui contestent les résultats d'une élection, Sharron Angle exige l'annulation de toute la primaire et la tenue d'un nouveau scrutin. CQPolitics.com note :

« Certains ont accusé la décision d'Angle de demander une primaire spéciale d'être basée sur des raisons économiques : si elle avait demandé le recompte, Angle aurait été responsable du coût de l'opération à moins que les résultats ne justifient sa demande. Ce n'est pas le cas si les tribunaux ordonnaient une annulation de la primaire[9],[12]. »

Exacerbant la désunion du Parti républicain au Nevada, son président, Paul Adams, annonce son soutien au recours de Sharron Angle devant les tribunaux[13]. Lors de l'audience du tribunal d'État du 1er septembre 2006, le juge de district Bill Maddox rejette la demande de Sharron Angle, au motif que la juridiction de l'État n'a pas compétence en matière d'élections au Congrès. Selon Maddox, seulle la Chambre des représentants des États-Unis a autorité pour ordonner la tenue de nouvelles élections[9]. Après ce verdict, Sharron Angle abandonne la bataille.

Elections générales[modifier | modifier le code]
Campagne[modifier | modifier le code]

L'aspect démobilisant de la primaire fratricide au sein du Parti républicain se reflète dans les fonds déclarés par les candidats à la Commission électorale fédérale, avant la tenue des primaires. Alors que Jill Derby, du côté démocrate, annonce, le 26 juillet 2006, 519 000 euros (748 000 dollars) de promesses de dons et 308 000 euros (444 000 dollars) réellement reçus, Heller, malgré des promesses de dons de 627 000 euros (904 000 dollars), n'avait touché, à vingt jours des primaires, que 180 000 euros (260 000 dollars), dont 75 000 euros (108 000 dollars) provenant de ses propres fonds[9].

Sondages et évaluations[modifier | modifier le code]
Elections à la Chambre des représentants des États-Unis. Sondage du 26 septembre 2006.

Le Las Vegas Sun, citant le politologue Eric Herzik, de l'Université du Nevada à Reno, note que les affrontements internes au Parti républicain donnent au Parti démocrate une chance dans ce district penchant traditionnellement du côté républicain. Selon lui :

« Jill Derby faisait déjà tout correctement, puis elle reçoit ce cadeau. Comment transformer un district sûr en un district incertain ? Battez-vous entre vous. Les Républicains l'ont emporté ici parce qu'ils ont resté unis et ils continuent de le faire. Maintenant, vous avez des querelles partisanes, et la direction d'Adams y contribue et en est complice - durant une année déjà mauvaise pour les républicains[13],[14]. »

Avant la candidature de Jill Derby, les démocrates n'avaient sérieusement menacé le siège qu'en 1992.

Au début de septembre 2006, CQPolitics.com indique, pour ce scrutin : « avantage aux Républicains[9],[15] ». Au début d'octobre, CQPolitics.com le juge « favorable aux Républicains[16] ».

Un sondage Mason-Dixon donne à Heller un léger avantage, mais de l'ordre de l'incertitude, le plaçant en tête avec 45 %, contre 42 % à Jill Derby[17].

Source Date Jill Derby (D) Dean Heller (R) Autres Indécis
Las Vegas Review Journal
25 septembre 2006
42 %
45 %
1 %
12 %
Résultats[modifier | modifier le code]

Lors des élections générales de novembre 2006, Dean Heller l'emporte, avec une avance de 5 %, sur la candidate démocrate Jill Derby, régente de l'Université du Nevada[18]. Il est devancé dans le comté de Washoe, dont le siège est Reno, et qui est, de loin, le plus peuplé du district, avec 70 % des électeurs. Mais il l'emporte, dans la majorité des zones rurales et la partie du comté de Clark rattachée au 2e district, obtenant le double, ou plus, de suffrages que sa concurrente. Cela lui permet de l'emporter avec une avance de 12 600 voix. Il a certainement bénéficié du succès écrasant de Jim Gibbons pour l'élection au poste de gouverneur. Celui-ci est, en effet, très majoritaire dans le 2e district. Dean Heller entre à la Chambre des représentants le 3 janvier 2007[1].

Autres candidats[modifier | modifier le code]

Il y a trois autres candidats en lice, n'appartenant pas aux deux partis principaux :

  • James Krochus, Parti indépendant américain ;
  • Scott Babb, libertarien ;
  • Daniel Rosen, independant.

Elections 2008 à la Chambre des représentants des États-Unis, dans le 2e district du Nevada[modifier | modifier le code]

Résultats des élections 2008.

Dean Heller, candidat du Parti républicain, bat à nouveau Jill Derby, de Gardnerville, qui est la présidente du Parti démocrate au Nevada. Cette fois-ci, il l'emporte avec une avance de 10,4 %, contre 5 % deux ans plus tôt.

Elections 2008 dans le 2e district congressionnel du Nevada
Candidat Parti Suffrages Pourcentage des votants (%)
Dean Heller (sortant) Parti républicain 170 771 51,82
Jill Derby Parti démocrate 136 548 41,44
John Everhart Parti indépendant américain 11 179 3,39
Sean Patrick Morse Libertarien 5 740 1,74
Craig Bergland Vert 5 282 1,60
Total 329 520

La plus importante contribution au financement de sa campagne provient des employés du MGM Mirage, qui versent 21 000 € (29 900 $)[19].

Elections 2010 à la Chambre des représentants des États-Unis, dans le 2e district du Nevada[modifier | modifier le code]

Résultats des élections 2010.

En 2009, Heller est pressenti comme candidat au poste de gouverneur, face au sortant républicain Jim Gibbons, en difficulté. En 2010, son nom est avancé comme candidat au Sénat des États-Unis, face au démocrate Harry Reid (ce dernier sera réélu face à Sharron Angle). Dans les deux cas, Heller décline la proposition[20] et préfère se représenter à la Chambre des représentants des États-Unis. Il y représente le 2e district du Nevada de 2007 à 2011.

En 2010, Jill Derby, son opposante démocrate des deux précédentes élections, décide de ne pas se présenter une troisième fois. Le Parti démocrate nomme alors, comme candidate, Nancy Price, elle aussi ancienne régente du Système d'enseignement supérieur du Nevada. Le Las Vegas Review-Journal apporte son soutien à la candidature de Dean Heller, louant ses « principes fondamentaux » et critiquant Nancy Price pour ses citations « brillantes » de Bernie Sanders, un sénateur des États-Unis ouvertement socialiste[21]. Le jour des élections, en novembre 2010, Heller l'emporte avec une nette avance.

Elections 2010 dans le 2e district congressionnel du Nevada
Candidat Parti Suffrages Pourcentage des votants (%)
Dean Heller (sortant) Parti républicain 169 458 63,30
Nancy Price Parti démocrate 87 421 32,66
Russell Best Indépendant américain 10 829 4,05
Total 267 708
Dean Heller, 112e Congrès des États-Unis.

Durant son mandat de représentant au cours du 112e Congrès des États-Unis, Dean Heller participe à 89 % des 298 votes[22].

Comités de la Chambre des représentants[modifier | modifier le code]

Comités de la Chambre des représentants[6]
110e Congrès 111e Congrès
Comité sur l'éducation et le travail
- sous-comité sur la petite enfance et l'éducation primaire et secondaire
Comité sur les objectifs et les moyens (Ways and Means Committee)
Comité sur les ressources naturelles
- sous-comité sur l'énergie et les ressources minérales
- sous-comité sur les parcs nationaux forestiers et les terres publiques
- sous-comité sur l'eau et l'énergie
Comité sur la petite entreprise
- sous-comité sur l'entrepreneuriat rural et urbain
- sous-comité sur la finance et les impôts[23]

Activité à la Chambre des représentants[modifier | modifier le code]

Durant ses trois mandats, Dean Heller a participé à 97 % des 3 886 scrutins qui ont eu lieu. Il est à l'origine de 57 propositions de loi, dont 47 sont mises au voix. Aucun d'entre eux n'est adopté. Il est cosignataire de 375 autres projets de loi[19].

Sénat américain[modifier | modifier le code]

À la suite de la démission, le 3 mai 2011, du sénateur républicain John Ensign[24], mis en cause dans un scandale sexuel[25], Dean Heller est nommé sénateur des États-Unis, représentant le Nevada, par le gouverneur du Nevada, Brian Sandoval. Il entre en fonction le 9 mai 2011, après avoir démissionné de la Chambre des représentants[26]. Son successeur à la Chambre des représentants doit être élu en septembre 2011, lors de la première élection spéciale de l'histoire du Nevada[25]. Heller est le sénateur de la classe 1, Harry Reid étant celui de la classe 3. Il arrive en 100e et dernière position dans l'ordre de séniorité au Sénat des États-Unis. Son mandat se termine le 3 janvier 2013[1].

Comités sénatoriaux[modifier | modifier le code]

Comités du Sénat[27],[28]
Comité spécial sur le vieillissement
- sous-comité sur la petite enfance et l'éducation primaire et secondaire
Comité sur le commerce, la science et les transports
- sous-comité sur les opérations aériennes et la sécurité
- sous-comité sur la compétitivité, l'innovation et la promotion des exportations
- sous-comité sur les communications, la technologie et l'Internet
- sous-comité sur la protection du consommateur, la sécurité des produits et les assurances
- sous-comité sur les océans, l'atmosphère, les pêcheries et les garde-côtes
- sous-comité sur la science et l'espace
- sous-comité sur les infrastructures et la sécurité des transports de surface et de la marine marchande
Comité sur l'énergie et les ressources naturelles
- sous-comité sur les terres publiques et les forêts
- sous-comité sur les parcs nationaux
- sous-comité sur l'eau et l'énergie

Elections 2012[modifier | modifier le code]

Dean Heller a annoncé, en avril 2011, son intention de briguer, lors des élections du 6 novembre 2012, le poste auquel il a été nommé, au Sénat des États-Unis[29]. Il doit affronter la représentante démocrate Shelley Berkley.

Positions politiques[modifier | modifier le code]

Dean Heller est classé comme suiveur centriste[19].

Avortement[modifier | modifier le code]

En juillet 2006, Dean Heller déclare, au Las Vegas Review-Journal :

« Je suis mormon et j'enseigne à l'école du dimanche chaque semaine, mais je soutiens le droit d'une femme à choisir l'avortement. C'est la position conservatrice[30]. »

Cependant, depuis son élection au niveau fédéral, il s'est constamment opposé à l'avortement. Il déclare:

« J'étais probablement plus libertarien lorsque j'étais dans l'État. Je suis venu à Washington D.C., et il y a eu certains votes à effectuer. Un certain nombre de ces votes, bien sûr, concernait le financement fédéral des avortements. Je n'ai pas soutenu ceci, et ce faisant, il est devenu beaucoup plus clair que c'était ma position. J'ai toujours dit, même lorsque j'étais encore au Nevada, que mes sentiments étaient opposés à l'avortement, mais j'avais une position libertarienne sur ceci. Ce n'était pas un problème majeur lorsque j'étais dans l'État du Nevada. Visiblement, c'est devenu une préoccupation majeure lorsque je suis venu à Washington D.C[31],[32]. »

En 2007, il vote en faveur d'un amendement destiné à supprimer le financement de Planned Parenthood et d'autres associations de planning familial[33].

Citoyenneté[modifier | modifier le code]

Dean Heller fait partie des 130 Républicains qui demandent la suppression de l'acquisition de la citoyenneté américaine par naissance sur le sol des États-Unis[25].

Budget fédéral[modifier | modifier le code]

Dean Heller est partisan d'une réduction des dépenses fédérales, qui selon lui, profite à l'industrie, et d'un budget en équilibre. Il combat les augmentations d'impôts. Il est partisan d'une réforme fiscale favorable aux classes moyennes[3].

Subventions gouvernementales aux entreprises[modifier | modifier le code]

Heller s'oppose à la Loi d'urgence de stabilisation économique (Emergency Economic Stabilization Act) de 2008, qui crée le Programme de soutien aux actifs douteux (Troubled Asset Relief Program, TARP) pour subventionner les entreprises financières[34]. Heller indique la raison de son opposition à la loi :

« La base de cette législation est encore imparfaite et force les contribuables du Nevada à payer pour un renflouement massif de Wall Street. Il existe des solutions à ce problème qui ne mettent pas les contribuables actuels et des générations futures en danger ou qui n'enfoncent pas notre pays plus loin dans la dette[35]. »

Il est le seul parlementaire du Nevada à s'opposer à cette subvention[3]. Heller s'oppose aussi à la Loi de financement et de restructuration de l'industrie automobile (Auto Industry Financing and Restructuring Act) de 2008, également connue sous l’appellation de Subvention automobile. Les raisons qu'il donne de son opposition à la loi sont les suivantes :

« Un nouveau mois, une nouvelle subvention. Le Congrès demande à nouveau au peuple américain de subventionner une autre industrie dans cette dure période économique. Le congrès devrait se concentrer sur des réformes économiques réelles, qui créent des emplois, au lieu de subventionner des entreprises individuelles avec les dollars du contribuable. Ce n'est rien de plus qu'un sparadrap, qui ne règle pas les problèmes économiques beaucoup plus vastes que nous avons dans notre pays[36]. »

Droits des homosexuels[modifier | modifier le code]

En 2007, Heller vote contre la Loi de non-discrimination à l'emploi (Employment Non-discrimination Act) qui interdit la discrimination à l'emploi basée sur l'orientation sexuelle. Heller s'oppose au mariage des homosexuels, affirmant que la reconnaissance légale du mariage doit être restreinte aux couples homme-femme[37]. Il soutient également la loi Don’t Ask, Don’t Tell, qui interdit l'armée aux homosexuels[25].

Éducation[modifier | modifier le code]

Lors du vote de la Loi sur la réduction des coûts du lycée (College Cost Reduction Act, H. R. 2669), Heller vote, avec 199 autres représentants, le renvoi en Comité, puis approuve la loi lors du passage final. Pour la loi H. R. 5, destinée à amender la Loi sur l'éducation supérieure de 1965, afin de diminuer les taux d'intérêts des prêts étudiants, Dean Heller vote, le 17 janvier 2007, contre son inscription à l'ordre du jour du Congrès, avant de voter pour cette loi lors de son passage à la Chambre des représentants. Il se prononce également contre la résolution H. R. 65, inscrivant, à l'ordre du jour de la Chambre des représentants, la Loi d'aide aux lycéens ( College Student Relief Act) et approuve son renvoi en Comité[38].

Emploi[modifier | modifier le code]

Indemnités de chômage[modifier | modifier le code]

Heller a déclaré que les indemnités de chômage créent des vagabonds[25].

Salaire minimum[modifier | modifier le code]

Heller vote contre l'augmentation du salaire minimum fédéral[38] et appuie des allégements fiscaux pour les petites entreprises.

Syndicalisme[modifier | modifier le code]

Dean Heller s'oppose au projet de Loi sur le libre choix de l'employé (Employee Free Choice Act). Cette législation a pour objet d'éliminer les votes à bulletins secrets dans les scrutins de création de syndicats et de soumettre les employeurs et les employés à un arbitrage obligatoire lors de la négociation de contrats syndicaux. Dans son explication de vote d'opposition à la législation proposée, Heller déclare que celle-ci provoquerait la perte de 600 000 emplois dans les deux ans qui suivraient sa promulgation :

« Dans son fondement, cette législation mencera les emplois américains et fera du tort aux petites comme aux grandes entreprises, qui se battent déjà pour joindre les deux bouts. En fait, une étude économique récente a trouvé que, si la Loi sur le libre choix de l'employé entre en vigueur, 600 000 emplois pourraient être perdus à la fin de 2010. Notre pays et le Nevada ne peuvent pas se le permettre. Toute perte d'emploi due à la Loi sur le libre choix de l'employé serait dévastatrice pour les travailleurs du Nevada, qui, dans certaines communautés, sont confrontés à des taux de chômage atteignant 15,1 %[39]. »

Environnement[modifier | modifier le code]

Dean Heller défend le droit à la propriété privée[3].

Energie[modifier | modifier le code]

Bien que le Nevada ne possède pas de réserves de combustibles fossiles, Dean Heller a voté en faveur du développement de l'utilisation du pétrole, du gaz naturel et du charbon domestiques. Il a voté contre la politique fiscale subventionnant le développement des énergies renouvelables[40]. De même, il s'oppose à l'augmentation des impôts sur les sociétés pétroliètres[38].

Guerre en Irak[modifier | modifier le code]

Dean Heller soutient l'intervention américaine en Irak[38].

Questions de l'Ouest[modifier | modifier le code]

Durant son mandat à la Chambre, Dean Heller est président politique du caucus de l'Ouest. Il est élu, pour deux ans, vice-président, le 26 janvier 2011[41], et joue un rôle majeur dans la promotion de questions qui ont une incidence sur l'ouest des États-Unis[42],[43]. Heller déclare :

« Alors que près de 85 % du Nevada sont contrôlés par le gouvernement fédéral, les politiques et la gestion fédérales concernant les terres publiques ont un impact direct sur mes électeurs.
Il y aura beaucoup de sujets concernant les États de l'ouest durant les deux prochaines années. Que nous nous battions pour l'accès aux terres publiques ou pour l'utilisation responsable des ressources dans le but de créer des emplois, il est essentiel que les membres du Congrès restent unis et travaillent pour nos intérêts communs[41],[44]. »

Relations avec le Parti démocrate[modifier | modifier le code]

En 2004, Dean Heller déclare, à l'occasion des élections présidentielles :

« John Kerry change de position plus souvent qu'une prostituée du Nevada[25],[45]. »

Santé[modifier | modifier le code]

En 2007, Heller vote contre la loi SCHIP, qui prévoit une couverture médicale pour quatre millions d'enfants[25]. Il se prononce contre la Loi sur la protection des patients et des soins abordables (Patient Protection and Affordable Care Act, H. R. 3590 et H. R. 4872) de 2010[46]. Il publie la déclaration suivante, expliquant son choix :

« Aujourd'hui, le Congrès a rendu un très mauvais service au peuple américain. En préférant l'idéologie à leur circonscription, les membres du Congrès ont autorisé le gouvernement fédéral à prendre le contrôle des choix individuels en matière de soins de santé. Ceux qui ont voté pour cette mesure sont candidats à des prébendes politiques et à des offres spéciales qui ne bénéficient qu'à quelques-uns tout en engluant la majorité des Américains dans des impôts plus élevés et des coûts plus élevés de soins de santé. Pour nos enfants et nos petits-enfants, nous allons voter une dette record et une qualité de vie inférieure. A une époque où les Américains demandent des emplois, le Congrès a décidé d'offrir plus de gouvernement et moins de possibilités[47]. »

Durant le débat qui précède l'adoption de la loi fédérale sur le système de soins, Heller mène une action afin d'ajouter deux amendements. Le premier impose la vérification de la citoyenneté afin de déterminer l'éligibilité aux mesures du système de soins financées par les contribuables[48]. Le second impose la présence de membres du Congrès lors de l'élaboration de tout plan de système de soins par le gouvernement[49].

Après l'adoption de la loi, Heller met en doute la constitutionnalité de celle-ci et demande au procureur général du Nevada, Catherine Cortez Masto, de s'associer à une action judiciaire multi-États[50]. Le 19 janvier 2011, Heller vote en faveur de l'abrogation de la loi fédérale sur le système de soins[51],[52].

Heller est le seul parlementaire à avoir soutenu, par deux fois, le projet de budget controversé de Paul Ryan, dont les critiques s'accordent à dire qu'il « mettrait fin à Medicare ». Il l'a approuvé à la Chambre des représentants et, de nouveau, au Sénat, déclarant qu'il était « fier de cela[25] ». Dean Heller est à l'origine de la proposition de Loi sur la promotion de la mammographie mobile (H. R. 879)[19].

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d U.S. Senate: Senators Home > Senator Dean Heller.
  2. [1].
  3. a, b, c, d et e About Dean - US Senator Dean Heller.
  4. a, b, c et d [2].
  5. (en) « Dean Heller U.S. Congress District 2 », Nevada Appeal,‎ 16 octobre 2008 (lire en ligne).
  6. a, b, c et d SourceWatch.
  7. [3].
  8. « Although the 2nd District generally leans Republican, Derby's competitive position in the general election was already strengthened by the fact that she was unopposed in the Aug. 15 Democratic primary while the Republicans staged a bruising battle among three well-known candidates. ».
  9. a, b, c, d, e et f [4].
  10. « Fiercely contested and often bruising ».
  11. « Dean Heller equals more spending and higher taxes for our families.  ».
  12. « Some have charged Angle’s decision to call for a special primary was based on economics: Had she demanded a recount, Angle would have been responsible for the cost of the procedure unless the result vindicated her request for it. That would not be the case if the courts were to order a primary do-over. »
  13. a et b (en) Michael J. Mishak et J. Patrick Coolican, « What was Paul Adams thinking? », Las Vegas Sun,‎ 30 août 2006 (lire en ligne).
  14. « Jill Derby was already doing everything right, and then she gets this gift. How do you turn a safe district into a competitive one? Fight among yourselves. Republicans here have won because they've stayed united and they continue to turn out. Now you've got partisan infighting, and Adams' leadership is aiding and abetting that - in an already bad year for Republicans. »
  15. « Leans Republican. »
  16. « Republican Favored. »
  17. Las Vegas Review-Journal.
  18. [5].
  19. a, b, c et d Sen. Dean Heller [R-NV - GovTrack.us].
  20. (en) Chris Cillizza, « NV-Sen: Heller Won't Run », The Washington Post,‎ 11 août 2009 (lire en ligne).
  21. (en) « For the House », Las Vegas Review-Journal,‎ 13 octobre 2010 (lire en ligne).
  22. Dean Heller - U.S. Congress Votes Database - The Washington Post.
  23. Membre principal.
  24. (en) Gail Russell Chaddock, « John Ensign resignation puts focus on Nevada elections. Will GOP have an edge? », The Christian Science Monitor,‎ 22 avril 2011 (lire en ligne).
  25. a, b, c, d, e, f, g et h Meet Dean Heller, Nevada's New Senator | ThinkProgress.
  26. [6].
  27. [7].
  28. [8].
  29. (en) Aaron Blake, « Dean Heller announces run for Senate in Nevada », The Washington Post,‎ 15 mars 2011 (lire en ligne).
  30. « I'm a Mormon and I teach Sunday school every week, but I do back a woman's right to choose abortion. It is the conservative position. »
  31. « I was probably more libertarian when I was back in the state. I came here to Washington D.C., and there were certain votes that had to be cast. A couple of those votes, of course, had to do with the federal funding of abortions. I didn't support it, and that being the case, it became more clear that was my position. I've always said, even when I was back in Nevada, that my personal feelings were that I was pro-life, but I had a libertarian view on it. It wasn't an issue that was in the forefront when I was in the state of Nevada. Obviously, it's come to the forefront when I've been here in Washington D.C. »
  32. (en) David Catanese, « Dean Heller's abortion switch », Politico,‎ 18 juin 2011 (lire en ligne).
  33. [9].
  34. (en) Deborah Barfield Berry, « Heller Votes Against Bailout », Reno Gazette Journal,‎ 4 octobre 2008.
  35. « The core of this legislation is still flawed and puts Nevada's taxpayers on the hook to pay for a massive bailout of Wall Street. There are solutions to this problem that do not place current taxpayers and future generations at risk or push our country further in debt. »
  36. « Another month, another bailout. Congress is asking the American people again to bailout another industry in these tough economic times. Congress should focus on real economic reforms that generate jobs instead of continuing to bailout individual industries with taxpayer dollars. This is nothing more than a band aid that does not fix the much larger economic problems we have in our country. »
  37. [10].
  38. a, b, c et d [11].
  39. « This legislation at its core will threaten American jobs and harm small and large businesses alike that are already struggling to make ends meet. In fact, a recent economic study found that if the Employee Free Choice Act becomes law, 600,000 jobs could be lost by the end of 2010. Our country and Nevada cannot afford this. Any further job losses created by the Employee Free Choice Act would be devastating to Nevada workers who in some communities are facing unemployment rates as high as 15.1%. »
  40. [12].
  41. a et b [13].
  42. (en) « Heller named vice chairman of Western Caucus », Reno Gazette-Journal,‎ 4 février 2011.
  43. « Heller named to policy seat in Western Caucus », Nevada Appeal, Swift Communications, Inc.,‎ 7 février 2009 (lire en ligne).
  44. « With nearly 85% of Nevada federally controlled, federal public land policies and management have a direct impact on my constituents.
    There will be many issues impacting western states over the next two years. Whether we are fighting for public land access or responsible resource development for job creation, it is essential that western Members of Congress to stand together and work for our common interests.
     »
  45. « John Kerry changes his position more often than a Nevada prostitute. »
  46. (en) Associated Press, « Health care reform: How the House voted », Nevada Appeal, Swift Communications, Inc.,‎ 21 mars 2010 (lire en ligne).
  47. « Today Congress did a great disservice to the American people. By choosing ideology over their constituency, Congress has empowered the federal government to take control of individual health care choices. Those who voted for this measure stood up for political buyoffs and special deals that benefit a small few while sticking the majority of Americans with higher taxes and higher health care costs. For our children and grandchildren, we will be passing on record debt and lower quality of life. At a time when Americans are asking for jobs, Congress has decided to deliver bigger government and less opportunity. »
  48. (en) « Health care for illegals », Las Vegas Review-Journal, Stephens Media LLC,‎ 24 juillet 2009 (lire en ligne).
  49. (en) « Heller says Congress should join any federal health plan », Nevada Appeal, Swift Communications, Inc.,‎ 17 juillet 2009 (lire en ligne).
  50. Associated Press.
  51. (en) Carrie Budoff Brown, « House passes health law repeal », Politico,‎ 19 janvier 2011 (lire en ligne).
  52. Greffier de la chambre des représentants des États-Unis.

Références[modifier | modifier le code]

  • (en) « Nevada's Seamless E-Vote », Wired,‎ 13 septembre 2004.
  • (en) Jim Drinkard, « High-tech voting accessory: Paper », USA Today,‎ 9 août 2005.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Biographie.
Historique des votes.
Positions par rapport aux groupes de pression.

Sur les autres projets Wikimedia :