Mitt Romney

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Romney.
Mitt Romney
Mitt Romney, en 2011.
Mitt Romney, en 2011.
Fonctions
70e gouverneur du Massachusetts
2 janvier 20034 janvier 2007
(&&&&&&&&&&&014634 ans, 0 mois et 2 jours)
Prédécesseur Jane Swift
Successeur Deval Patrick
Biographie
Nom de naissance Willard Mitt Romney
Date de naissance 12 mars 1947 (67 ans)
Lieu de naissance Détroit (Michigan, États-Unis)
Nationalité Drapeau des États-Unis Américaine
Parti politique Parti républicain
Père George W. Romney
Conjoint Ann Romney
Diplômé de Université Brigham Young
Université Harvard
Profession Homme d'affaires
Religion Église de Jésus-Christ des saints des derniers jours (mormons)

Signature

Mitt Romney
Gouverneurs du Massachusetts

Willard Mitt Romney, né le 12 mars 1947 à Détroit, est un homme d'affaires et homme politique américain.

Après avoir passé son enfance à Bloomfield Hills (Michigan), Mitt Romney réside deux ans et demi en France dans les années 1960, en tant que missionnaire mormon. En 1971, il participe aux deux campagnes politiques menées par ses parents et obtient, la même année, un Bachelor of Arts de l'université Brigham Young, puis un Master of Business Administration à Harvard, en 1975.

Romney se spécialise dans le conseil en stratégie et intègre Bain & Company en 1977. Il en devient plus tard le directeur général et parvient à la sortir de la crise financière qu'elle connaît. En 1984, il cofonde et dirige Bain Capital, qui devient une des plus grandes sociétés d'investissement aux États-Unis ; son bénéfice net, estimé entre 190 et 250 millions de dollars, permet à Mitt Romney de financer ses campagnes politiques. En tant que membre de l'église mormone, Romney est, pendant sa carrière d'homme d'affaires, évêque de sa congrégation, avant de devenir président de son diocèse de Boston. Il abandonne ensuite Bain Capital et son rôle dans l'Église afin de se consacrer à la politique.

Candidat sans succès du Parti républicain à l'élection sénatoriale de 1994 dans le Massachusetts face à Ted Kennedy, il retourne à Bain Capital. Désigné président du « Comité de Salt Lake City chargé de l'organisation des Jeux olympiques et paralympiques d'hiver de 2002 », Romney parvient à redresser les finances du comité, ce qui relance sa carrière politique. Il devient gouverneur du Massachusetts à l'issue de l'élection de 2002. Il est à l'origine d'une réforme permettant à tous les habitants de bénéficier d'une assurance maladie avec le choix de souscrire auprès de l'État ou auprès d'une compagnie privée d'assurance. Il redresse également les finances de son État, allégeant le déficit de deux milliards de dollars grâce à une combinaison de réduction des dépenses, d'augmentation des impôts de certaines tranches de la population (notamment en ôtant certains boucliers fiscaux) et de baisse des impôts sur les PME.

Il ne brigue pas un second mandat de gouverneur en 2006, préférant se porter candidat à la primaire présidentielle républicaine de 2008, qu'il perd au profit de John McCain, après avoir néanmoins remporté plusieurs primaires. Une nouvelle fois candidat en 2012, il est désigné par le Parti républicain afin d'affronter le président sortant, Barack Obama, à l'élection présidentielle. Son colistier est le Représentant Paul Ryan. Il est battu le 6 novembre 2012.

Origines familiales[modifier | modifier le code]

Mitt Romney est le fils de George W. Romney (1907-1995) qui fut, notamment, président de American Motors Corporation de 1954 à 1962, gouverneur du Michigan de 1963 à 1969 et candidat aux élections primaires républicaines pour l'élection présidentielle de 1968. Sa mère, Lenore LaFount-Romney (1908-1998), était une ancienne apprentie actrice de la fin des années 1920, et elle fut candidate au poste de sénateur du Michigan en 1970. Les arrière-grands-parents de Mitt Romney étaient des mormons polygames qui avaient fui les États-Unis pour le Mexique à la fin du XIXe siècle avec leurs enfants à cause de l’interdiction de la polygamie par le gouvernement fédéral, à un moment où l’Église de Jésus-Christ des saints des derniers jours n’avait pas encore renoncé à cette pratique. C'est ainsi que George Romney naquit au Mexique, dans une colonie mormone.

À la suite de la révolution mexicaine de 1910, la famille Romney revient aux États-Unis et s'installe dans l'Idaho, avant de s'établir dans l'Utah à Salt Lake City.

Dernier d'une famille de quatre enfants, Mitt Romney est élevé dans le strict respect de la foi mormone. Il a 22 ans quand il épouse sa petite amie de l'école secondaire, Ann Davies, convertie à sa foi et avec qui il aura cinq enfants.

Études et carrière professionnelle[modifier | modifier le code]

En 1965-66, Mitt Romney est étudiant à Stanford. En juillet 1966, il n'a que 19 ans quand il part pour deux ans en France comme missionnaire mormon[1],[2]. En 1968, il est victime d'un grave accident de voiture en Gironde, à Bernos-Beaulac[3],[4],[5]. Le président de mission retourne aux États-Unis suite au décès de son épouse dans ce même accident. Mitt Romney se voit alors confier la direction des quelque 200 missionnaires que compte la « mission française » dont le siège est à Paris ; à cette époque-là deux autres missions mormones – la « mission franco-belge » et la « mission franco-suisse » – couvrent une partie de la France. Il dépassera les objectifs fixés de prosélytisme[3]. De ce séjour, il garde l'image d'un pays plus archaïque que révolutionnaire. Il déclare ainsi au Wall Street Journal en novembre 2007 qu'une victoire de Hillary Clinton à l'élection présidentielle de 2008 « ferait de l'Amérique la France du XXIe siècle : une ancienne grande puissance devenue un second couteau[3] ». Il est de retour aux États-Unis en février 1969, et s'inscrit à l'université Brigham Young pour laquelle, en tant que président du cercle social de cette université, il réussit à recueillir un million de dollars de dons[6]. Ayant obtenu son diplôme de fin d'études en 1971 avec la plus haute distinction honorifique, il est donc accepté à l'université Harvard.

En 1975, il obtient un MBA et un diplôme de droit à Harvard. Il en sort avec la plus haute distinction, le Baker Scholar designation, attribuée aux 5 % d'étudiants les plus brillants. Il rejoint d'abord une société de conseil, Boston Consulting Group. Recruté par Bill Bain, un ancien de cette société de conseil, il entre alors chez Bain and Company, un cabinet de stratégie qui a entre autres clients la firme Monsanto, où il devient l'un des conseillers les plus recherchés, de 1977 à 1985[7], puis se laisse convaincre par six collègues et amis de participer à la fondation de Bain Capital, une société d'investissement. Une photographie faite alors par un journaliste du Boston Globe qui ne la publiera qu'en 2007, montre les sept fondateurs de Bain Capital avec des billets dans les poches, entre les dents …, indiquant ainsi leur statut de golden boys[8],[9]. Il prend alors comme assistant principal T. Coleman Andrews III, petit-fils de T. Coleman Andrews (en), un candidat indépendant à la présidentielle de 1956[8]. À l'époque, Romney négocie avec Bain & Co. la possibilité de revenir au cabinet en cas d'échec de Bain Capital[8]. Ce sera en fait un immense succès, tous les fondateurs et premiers membres devenant de richissimes hommes d'affaires. Au cours des années, la réussite professionnelle de Romney lui permet d'amasser une fortune personnelle estimée à 200 millions de dollars[3]. Trois des cofondateurs de Bain Capital travailleront pour Romney l'homme politique : Eric Kriss (en), qui fut son secrétaire des finances, et Fraser Bullock (en), également mormon, qui fut son bras droit pour l'organisation des Jeux olympiques d'hiver de 2002, et surtout Bob White (en), qui détient une partie des parts des Celtics de Boston et assiste de près Romney dans la campagne présidentielle de 2012[8].

En 1995, au décès de son père George W. Romney, il lègue l'intégralité de son héritage à l'Institut de management de l'université Brigham Young. En 1999, il est chargé de sauver de la faillite les Jeux olympiques d'hiver qui auront lieu en 2002 à Salt Lake City[10], où se trouve le siège du mormonisme. Les Jeux, entachés par des scandales et des pots-de-vin, affichaient une perte prévisionnelle de 379 millions de dollars. Il parvient à clore son budget avec un excédent de 100 millions de dollars et à rétablir la réputation des JO, jusqu'alors minés par la corruption[11]. Il offre alors l'intégralité de son salaire, soit 1,4 million de dollars, à une œuvre caritative.

Carrière politique[modifier | modifier le code]

En 1994, il se lance pour la première fois dans la vie politique. Il se présente sous les couleurs républicaines aux élections du Sénat contre Edward Kennedy. Romney est battu, mais obtient 41 % des suffrages, le meilleur score jamais obtenu par un candidat contre Kennedy.[réf. nécessaire]

Gouverneur du Massachusetts[modifier | modifier le code]

En 2002, il se présente au poste de gouverneur du Massachusetts et évince le gouverneur républicain sortant lors des primaires. Durant la campagne électorale, Romney propose d'instaurer un moratoire sur l'avortement : se prononçant personnellement contre l'IVG, il déclare également qu'il n'est pas question pour lui de remettre en cause ce droit. Le 5 novembre 2002, Romney est élu gouverneur du Massachusetts, battant, avec 49,8 % des voix, la démocrate Shannon O'Brien, qui recueille 44,9 % des suffrages. Il prend ses fonctions le 2 janvier 2003. Son lieutenant-gouverneur est Kerry Healey.

Pendant son mandat, il parvient notamment à rétablir l'équilibre du budget et réforme l'assurance maladie. Mitt Romney introduit ainsi le premier système universel de soins de santé aux États-Unis. Son système offre une « couverture quasi-universelle aux résidents de l'État sans coûter plus cher au contribuable[3] ». Il gagne ainsi l'image d'un réformateur pragma­tique[12]. Les commentateurs politiques estiment que ce qui fut son atout le plus précieux devient une faiblesse lorsqu'il se présente aux primaires républicaines de 2012, alors que les Républicains critiquent vivement une réforme lancée par Obama et comparée à celle de Romney dans le Massachusetts[13].

En novembre 2003, il doit engager un combat juridique et parlementaire pour bloquer les décisions de la Cour suprême de l'État favorables au mariage homosexuel. S'il ne parvient pas à les suspendre alors qu'un amendement constitutionnel est en cours d'élaboration pour y mettre fin, il réussit à ne réserver les mariages homosexuels qu'aux résidents du Massachusetts.

En 2004, il fait activement campagne pour le président George W. Bush dans le New Hampshire et le Michigan, sans succès puisque ces deux États sont gagnés, de justesse[14], par le candidat démocrate à la présidence, John Kerry, par ailleurs sénateur du Massachusetts. Lors du renouvellement de l'assemblée législative locale, les démocrates gagnent trois sièges.

Le même mois, soutenu par les sondages d'opinion, Romney déclare qu'il va proposer à la Chambre le rétablissement de la peine de mort[15]. Le projet de loi, qui prévoit le rétablissement de la peine de mort en cas de terrorisme, de meurtres de masse et de meurtres de policiers, est déposé le 28 avril 2005. Il est rejeté à la Chambre des représentants du Massachusetts par 99 voix contre 53.

En mai 2005, Romney déclare avoir changé d'avis sur l'IVG, qu'il soutient désormais à titre personnel.

Il met son veto à un projet de loi concernant les recherches sur les cellules souches, en raison du fait qu'il n'interdisait pas le clonage d'embryons humains. Avec la majorité qualifiée, l'assemblée outrepasse alors le veto du gouverneur. Il met également son veto, en juillet 2005, à un projet de loi sur la « contraception d'urgence ».

Le 14 décembre 2005, il annonce qu'il ne se représentera pas pour un second mandat. Il quitte ainsi ses fonctions le 4 janvier 2007.

Primaires républicaines de 2008[modifier | modifier le code]

Mitt Romney en campagne électorale en 2007.

Le 13 février 2007, au musée Ford de Détroit, le Parti républicain présente officiellement la candidature de Romney à l'investiture républicaine à l'élection présidentielle de 2008. Les résultats des primaires présidentielles du Parti républicain sont au début très décevants pour lui. Bien qu'ayant investi énormément d'argent pour le caucus de l'Iowa du 3 janvier 2008, il n'arrive que deuxième avec 25 % des voix, derrière le pasteur et ancien gouverneur de l'Arkansas Mike Huckabee (34 %).

S'il remporte ensuite le Wyoming lors d'une élection interne au Parti républicain (67 %), il arrive de nouveau deuxième lors de la primaire du New Hampshire avec 32 % des voix, derrière John McCain (37 %), alors que cette primaire était censée lui être favorable. Il remporte sa première primaire le 15 janvier 2008 dans le Michigan, avec 39 % des voix contre 30 % à McCain. Dans cet État touché de plein fouet par l'effondrement de l'industrie automobile et où son père avait été gouverneur de 1963 à 1969, il s'est présenté à la fois comme le candidat du changement, en rupture avec l'administration du président Bush, mais aussi comme l'enfant du pays promettant une relance de l'automobile américaine notamment par l'octroi de 20 milliards de dollars de fonds fédéraux, bien qu'il soit théoriquement un adversaire de l'intervention de l'État dans l'économie[16]. À ce stade de la campagne, il est alors en tête des candidats républicains pour le nombre de délégués, ayant été le plus constant dans ses résultats (deuxième ou premier), position qu'il renforce après sa victoire lors du caucus (non disputé par ses concurrents) du Nevada le 19 janvier 2008. Au soir du 29 janvier, avec 31 % des voix, Romney est finalement distancé par John McCain (36 %), alors que Rudolph Giuliani (15 %) est quasiment mis hors-jeu. Si la course présidentielle, côté républicain, se transforme alors principalement en duel avec le sénateur de l'Arizona, Romney perd à ce moment sa première place en nombre de délégués, au profit de McCain.

À la suite du Super Tuesday, le 5 février, Romney aligne 286 délégués contre 714 pour John McCain et 181 pour Mike Huckabee. Après avoir dépensé 35 millions de dollars de sa fortune personnelle pour sa campagne, il annonce, le 7 février, le retrait de sa candidature[17], puis, une semaine plus tard, son ralliement à John McCain, lui apportant théoriquement les 268 délégués qui lui étaient attribués au vu de ses résultats lors des primaires[18].

Élection présidentielle de 2012[modifier | modifier le code]

Mitt Romney, en février 2012.
Mitt Romney avec son colistier, Paul Ryan, en août 2012, en Virginie.

Le 2 juin 2011, Mitt Romney annonce sa candidature à l'investiture républicaine en vue de l'élection présidentielle de 2012[19].

Pendant la campagne, il est notamment critiqué pour son supposé soutien à la politique économique de Barack Obama et pour sa religion. Donné favori, il doit successivement faire face à la montée dans les sondages de Michele Bachmann, Rick Perry, Herman Cain et Newt Gingrich, qui parviennent à le distancer avant de voir leurs intentions de vote s'effriter.

Lors du vote dans le caucus de l'Iowa, le 3 janvier 2012, Mitt Romney arrive deuxième avec 24,53 % des voix, devancé de trente-quatre voix par Rick Santorum (24,56 %). Mitt Romney s'impose le 10 janvier suivant dans la primaire du New Hampshire : avec 39 % des suffrages, il devance largement Ron Paul (23 %) et Jon Huntsman (17 %). Le 21 janvier, il perd la primaire en Caroline du Sud avec 28 % des voix, face à Newt Gingrich, qui l'emporte avec 40 % des voix. Néanmoins, Romney remporte la primaire en Floride dix jours plus tard en rassemblant 46 % des voix contre 32 % pour Newt Gingrich. Mitt Romney conforte son avance en remportant, le 4 février suivant, le caucus du Nevada avec 50 % des suffrages, encore une fois loin devant Gingrich. Le 7 février, il perd dans les États du Colorado et du Minnesota, qui sont tous les deux gagnés par Rick Santorum. Il remporte l'État du Maine trois jours plus tard et est un temps devancé par Santorum dans les enquêtes d'opinion. Romney retrouve progressivement son statut de favori et, le 28 février, il remporte les primaires des États du Michigan et de l'Arizona ainsi que celle de l'État de Washington le 3 mars. Lors du « Super Tuesday », le 6 mars 2012, Mitt Romney conforte son avance en remportant six États sur dix (l'Ohio, le Massachusetts, la Virginie, le Vermont, l'Idaho et l'Alaska).

Du 10 avril au 14 mai 2012, ses trois derniers concurrents, Rick Santorum, Newt Gringrich puis Ron Paul, distancés et à court de financement, déclarent successivement forfait (Ron Paul n'a pas vraiment abandonné mais a annoncé le 14 mai 2012 ne plus consacrer ses moyens financiers qu'à remporter des délégués aux conventions locales). En juillet 2012, alors qu'il n'est pas encore officiellement le candidat du Parti républicain à l'élection présidentielle, il est attaqué par les spots de campagne du candidat démocrate et président sortant, Barack Obama, qui mettent en avant son passé à la tête de la société d'investissement Bain Capital, notamment entre 1999 et 2002, où Mitt Romney dit ne pas avoir dirigé la société[20]. Durant ces trois ans, les achats de différentes entreprises par Bain Capital ont entraîné la fuite des emplois vers le Mexique et la Chine[21]. L'équipe de campagne de Barack Obama a également mis en avant ses différents comptes bancaires en Suisse[22] et dans des paradis fiscaux tels que les Bermudes ou les Iles Caïmans[23].

Lors de la convention républicaine d'août 2012, il est officiellement désigné candidat du Parti républicain. Distancé dans les sondages, il refait une partie de son retard sur le président sortant après le premier débat télévisé, au point d'avoir une avance dans les sondages au niveau national[24]. Comme Barack Obama, il suspend sa campagne lors du passage de l'ouragan Sandy, à la fin du mois d'octobre.

Le 6 novembre 2012, il recueille 47,2 % des suffrages et 206 grands électeurs contre 51,1 % et 332 grands électeurs pour son rival démocrate, ce dernier étant reconduit à la Maison Blanche[25],[26].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Ouvrages de Mitt Romney[modifier | modifier le code]

Ouvrages sur Mitt Romney[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Mitt Romney's French education », Reuters,‎ 10 novembre 2011
  2. (en) « Mitt’s Mission in France: Then, as Now, Romney Worked Methodically to Convert Skeptics », Time,‎ 29 mars 2012
  3. a, b, c, d et e « Mitt Romney, candidat au nom du père », Le Figaro, 17 janvier 2008.
  4. (en) « Survivors recall tragic car crash in France with Romney », The New York Times,‎ 24 juin 2007
  5. Voir aussi la page sur Jean Vilnet qui conduisait l'autre voiture.
  6. The Washington Post, 19 février 2012.
  7. (en) Wayne Barrett: Mitt Romney, Monsanto Man - The Nation, 12 septembre 2012
  8. a, b, c et d (en) « 1984 Bain Capital money photo captured Romney on eve of major success », The Washington Post,‎ 20 juin 2012
  9. (en) Rise and shine - The Obama Diary, 20 juin 2012
  10. (en) Jeff Call, « The Fire Within », BYU Magazine,‎ hiver 2002 (lire en ligne)
  11. http://www.lemonde.fr/idees/article/2012/11/01/mitt-romney-un-futur-president-normal_1784456_3232.html
  12. (en) « Romney: Mass. Healthcare Plan a Winner », Newsmax,‎ 21 septembre 2009
  13. (en) « Mitt Romney defends his health-care record », The Washington Post,‎ 13 mai 2011.
  14. John Kerry l'emporte avec 50,2 % des voix dans le New Hampshire, soit un écart de seulement 9 000 voix avec George W. Bush. Dans le Michigan, John Kerry l'emporte avec 51,23 % des voix contre 47,81 % au président républicain sortant.
  15. Article de Legaline et article du Boston Globe du 29 avril 2005.
  16. « Le Michigan remet Mitt Romney dans la course à la candidature républicaine », Le Monde, 16 janvier 2008.
  17. « Le retrait de Mitt Romney propulse John McCain vers l’investiture », Libération, dernier accès le 7 février 2008.
  18. « Primaires américaines : Romney soutient McCain, Clinton remporte le caucus du Nouveau-Mexique », La Croix, 15 février 2008.
  19. « États-Unis : Mitt Romney est candidat à l'investiture républicaine », Le Monde, 2 juin 2011.
  20. « Bain Capital : Obama attaque, Romney réplique », Radio Canada, 13 juillet 2012
  21. Article du 2 juin 2000 du Los Angeles Times
  22. « Romney's Swiss Bank Account Criticized By Top Democrats, The Huffington Post, 8 juillet 2012
  23. « Romney Parks Millions in Cayman Islands », ABC News, 18 janvier 2012
  24. Un sondage donne une large avance à Mitt Romney - Le Monde, 18 octobre 2012
  25. « L'économie et les Latinos sont les clés de la victoire d'Obama » (consulté le 7 novembre 2012)
  26. (en)« Obama est réélu. » (consulté le 7 novembre 2012)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]