Ben Nelson

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Nelson.
Ben Nelson
Photographie officielle de Ben Nelson au Sénat.
Photographie officielle de Ben Nelson au Sénat.
Fonctions
Sénateur sénior du Nebraska
En fonction depuis le 3 janvier 2001
Prédécesseur Bob Kerrey
Successeur Deb Fischer (élue)
37e gouverneur du Nebraska
9 janvier 19917 janvier 1999
Prédécesseur Kay A. Orr
Successeur Mike Johanns
Biographie
Date de naissance 17 mai 1941 (73 ans)
Lieu de naissance McCook (Nebraska)
Nationalité Drapeau des États-Unis États-Unis
Parti politique Parti démocrate
Conjoint Diane Nelson
Diplômé de Université du Nebraska–Lincoln
Religion Méthodiste

Ben Nelson
Gouverneurs du Nebraska

Earl Benjamin Nelson (né en 1941) est un homme politique américain membre du Parti démocrate, gouverneur du Nebraska de 1991 à 1999 et sénateur de cet État au Congrès des États-Unis depuis 2001.

Il est le sénateur dont le taux d'approbation parmi ses électeurs est le plus élevé du Sénat en avril 2006[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Ben Nelson est né le 17 mai 1941 à McCook, Nebraska.

Diplômé de l'université du Nebraska–Lincoln, il est attorney avant d'être élu, en 1990, gouverneur du Nebraska. Il est réélu en 1994.

En 1996, alors qu'il est au milieu de son mandat de gouverneur, il tente de se faire élire au Sénat des États-Unis, mais il est battu par le républicain Chuck Hagel.

Après ses deux mandats de gouverneur, il se retire en 1999, laissant le poste au nouveau gouverneur républicain Mike Johanns.

En 2000, il est élu au Sénat des États-Unis, au siège laissé vacant par le titulaire démocrate sortant, Bob Kerrey.

En 2005, il est l'un des candidats présumés au poste de secrétaire à l'Agriculture dans l'administration de George W. Bush. C’est finalement le républicain Mike Johanns, son successeur au poste de gouverneur du Nebraska, qui est choisi.

En janvier 2006, il a été le premier démocrate à apporter son soutien à Samuel Alito, candidat nommé par George W. Bush pour le poste de juge à la Cour suprême des États-Unis.

En novembre 2006, il est réélu à son poste de sénateur avec 64 % des voix, contre 36 % au républicain Pete Ricketts. Selon les estimations de vote, il reçoit lors de cette élection le soutien de 42 % des électeurs républicains et de 71 % des électeurs indépendants.

Opinions politiques[modifier | modifier le code]

Hostile à l'avortement, il est membre de l'association « Democrats for Life of America », une organisation anti-interruption volontaire de grossesse (IVG) qui lutte pour la diminution du nombre d'avortements.

Nelson s'est opposé à la proposition de loi de la sénatrice Hillary Clinton, qui consistait à développer les cours d'éducation sexuelle dans les lycées et de faciliter l'accès à la contraception afin de diminuer le nombre d'avortements.

Positionnement politique[modifier | modifier le code]

Ben Nelson est considéré comme l'un des démocrates les plus conservateurs du Congrès dont les votes sont souvent semblables à ceux des républicains. Il est considéré comme « Democrat In Name Only ».

En 2005, Ben Nelson a été désigné par Harry Reid comme le sénateur le plus conservateur du Sénat.

L'analyse de ses votes a démontré en 2005 qu'il était ainsi plus à droite que les sénateurs républicains Gordon Smith, Olympia Snowe, Arlen Specter, Susan Collins, et Lincoln Chafee. Seule, la sénatrice démocrate de Louisiane, Mary Landrieu aurait un positionnement aussi à droite que Ben Nelson [2].

Lors de l'élection présidentielle de 2008, il est l'un des tout premiers sénateurs, au côté notamment de John Kerry, à apporter son soutien à la candidature de Barack Obama.

Le 5 août 2010, il est le seul sénateur démocrate à voter contre la nomination d'Elena Kagan à cour suprême des États-Unis[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « 100 US Senator Approval Ratings 04/06 », SurveyUSA (consulté le 23 juin 2007)
  2. (en) « The Centrists », nationaljournal.com (consulté le 23 juin 2007)
  3. Elena Kagan confirmée aujourd'hui à la Cour suprême

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]