Marin (profession)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Marin.

Marin

Anton Romako 001.jpg

Équipage sur un navire de guerre au XIXe siècle. Tableau peint par Anton Romako.

Code ROME (France)

Un marin est une personne dont la profession est de naviguer sur les mers et les océans.

Il existe plusieurs types de professions maritimes utilisant le terme « marin » :

Marin pêcheur[modifier | modifier le code]

Pêcheur de langoustes

En France, ils sont regroupés dans une organisation : Comité National des Pêches Maritimes et des Elevages Marins (CNPMEM), divisés en 14 comités régionaux (CRPMEM) et 39 comités locaux (CLPMEM)[1].

Il existe plusieurs sortes de pêches maritimes : la pêche industrielle et la pêche artisanale qui comprend deux catégories : la pêche au large et la pêche côtière.

En France, la pêche artisanale est définie comme suit : un patron pêcheur (ou armateur) propriétaire d'un ou deux navires au plus, de moins de 25 mètres et nécessairement embarqué à bord de l'un d'eux.

Sur un navire de pêche artisanale travaillent des marins pêcheurs ayant différentes fonctions : le patron pêcheur étant généralement l'armateur lui-même, puis il y a les matelots qui selon l'importance du navire tiennent des postes plus ou moins définis, comme matelot aux machines et matelot sur le pont.

Les pêcheurs professionnels sont généralement rémunérés à la part c’est-à-dire suivant le produit de la pêche qui est acheté soit sur les criées, ou directement par les mareyeurs, poissonniers, restaurateurs et consommateurs. Le montant du produit de la pêche est réparti généralement en deux : une part pour l'armement, une part pour l'équipage. Il existe en France quelques armements industriels (à Boulogne-sur-Mer, à Concarneau, à Saint-Malo…), mais l'immense majorité des navires de pêche français sont qualifié d'artisan : le propriétaire est embarqué et joue le rôle de capitaine. Dans de nombreux ports, les artisans se sont organisés en coopératives.

L'équipage du Marcella, en 1938, à Saint-Pierre-et-Miquelon Navire armé à la grande pêche

Une autre organisation existe depuis le XVIIe siècle, seulement en Méditerranée, celle des Prud'homies de pêcheurs qui s'apparentent aux « Cofradias » en Espagne. Chaque prud'homie de pêcheurs regroupe les pêcheurs d'un même port pour former une communauté respectueuse des règlementations en vigueur ainsi que de celles édictées ensemble ; ces dernières ont toujours tenu compte du respect de l'environnement et des ressources ; la notion de partage de ces ressources est essentielle.

Ces marins peuvent embarquer sur des navires qui sont armés en France dans les genres de navigation suivants:

  • Petite pêche (< 24 heures) ;
  • Pêche côtière (< 4 jours) ;
  • Pêche au large (ou pêche hauturière)[2] (< 20 jours) ;
  • Grande pêche (> 20 jours).

Ces genres de navigation sont fonctions de la durée d'absence du port et de la jauge des navires.

La première femme marin-pêcheur en France est l'écrivaine Sonia de Borodesky, à la suite de l'abrogation de la loi Colbert en 1963.

Marin de commerce[modifier | modifier le code]

Saisissage d'une chemise de moteur sur le pont d'un porte-conteneurs
Titre de marin professionnel

Le marin de commerce[3] occupe un emploi dans la marine marchande sur un navire de charge, un navire à passagers, un navire de service ou un navire spécialisé.

Les études menant à la profession de marin de commerce sont régies internationalement par la convention STCW de l'Organisation maritime internationale.

En France les cours sont dispensés dans les lycées maritimes et dans les Écoles nationales de la marine marchande. Les candidats à cette profession sont soumis à une visite médicale[4] d'aptitude à la navigation, ce certificat est délivré par un médecin des gens de mer dans les divers quartiers des affaires maritimes. L'entrée dans la profession est sujette à la production d'un extrait de casier judiciaire (bulletin n°3)) vierge. Autrefois, il existait des voiliers-école de la marine marchande dont la France garde encore le témoignage avec le trois-mâts Duchesse Anne à Dunkerque.

Le métier comporte de nombreux rangs et spécialités parmi lesquelles on peut citer[5] :

La plupart de ces spécialités peuvent être exercées dans une navigation au long cours, au cabotage international, au cabotage national, à la navigation côtière (exemple: remorquage), au pilotage.

Marin d'État[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Marine militaire.
Quartier-maître de la Marine nationale lovant une touline

Marin à la plaisance[modifier | modifier le code]

Membres de l'équipage du Dannebrog, le yacht de la Famille Royale du Danemark.

L'essor de la navigation de plaisance, essentiellement depuis le milieu du XIXe siècle, a d'abord conduit des gens très fortunés à acquérir ou faire construire des bateaux de grande taille qu'ils étaient incapables de barrer seuls (le Belem, pendant sa seconde vie, fut un navire de plaisance). Une profession est ainsi née de cette demande de personnel qualifié mais, globalement, ce furent des marins pêcheurs ou au commerce qui eurent une période de leur existence à la plaisance. En France, des brevets professionnels sont maintenant obligatoires pour occuper ces postes[6].

Navigation sportive

Les marins non professionnels pratiquant la navigation pour leur loisir sont dénommés plaisanciers (dénomination non péjorative signifiant personne naviguant dans un but destiné à l'agrément[7]). Ce loisir qu'il soit sportif ou non est de plus en plus pratiqué, à tel point que les places disponibles pour les bateaux dans le ports de plaisance de certains pays deviennent de plus en plus rares. Il est fréquent de devoir attendre 4 années pour l'obtention d'une place de ponton ou d'un mouillage (sur coffre) dans un port de plaisance français. Cette navigation est également soumise à une règlementation, l'obtention de permis est également exigée pour les bateaux à moteur[8].

Économie - Emploi[modifier | modifier le code]

On considère qu'un poste de marin en France induit quatre emplois à terre[9].

Imaginaire populaire[modifier | modifier le code]

Trésor enfoui. Howard Pyle, Book of Pirates.

Dans la littérature et le folklore populaire les marins sont représentés par divers personnages emblématiques : le Capitaine, le « cuistot », le mousse, le vieux loup de mer ou le corsaire qui sont confrontés aux pirates, aux sirènes, aux créatures marines géantes ou aux tempêtes avant d'échouer sur des îles désertes où il y a de fortes probabilités pour qu'ils découvrent un « coffre au trésor » enfoui dans le sol par les pirates grâce à une « carte au trésor » plus ou moins codée.

Marin imaginaire[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Sur les autres projets Wikimedia :

sur la Marine militaire

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Histoire des prud'homies de pêche varoise par le CLPMEM VAR (encore disponible au CLPMEM VAR 04.94.06.63.34)
  • Entre mailles et filets, savoir-faire des pêcheurs du Var, par F B Marty, chez Jeanne Lafitte
  • Femmes de pêcheurs en Méditerranée chez Indigo